Mon amour pour le Japon et Tôkyô

Mon amour pour le Japon et Tôkyô

14 janvier 2006

Premier voyage à Tôkyô Avril 1997 - 02



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais

Mes voyages à Tôkyô 1997, 2004 et 2010



Voici la fin du récit de mon premier voyage à Tôkyô du samedi 5 avril 1997 au mercredi 23 avril 1997.

Mercredi 16 Avril
Je passe la journée à Yokohama, c'est une grande ville à seulement 30 kilomètres au sud de la capitale. La plus haute tour de tout le Japon s'y trouve et s'appelle la Land Mark Tower. Son observatoire à 276 mètres donne une vue superbe sur la baie et l'océan Pacifique. On notera son aspect massif, en carré, qui tranche avec les autres buildings japonais.

Canalblog Tokyo01 19970416 Yokohama Landmark Tower
La Landmark Tower de Yokohama, plus haute tour du Japon

Ensuite direction le quartier chinois appelé, comme partout dans le monde, Chinatown; la densité des magasins et des passants y est encore plus importante qu'à Tôkyô. Pour s'y rendre j'ai déambulé dans un parc où plusieurs dizaines de photographes s'extasiaient devant des massifs de roses, il faut avouer qu'elles étaient superbes. Après cette promenade, je me dirige vers la mer et constate qu'il y a énormément  de  lycéens présents, ceci est dû au fait que Yokohama est une destination privilégiée pour les sorties scolaires.

C'est en allant visiter une autre tour, la Marine Tower, que quatres japonaises de 13, 14 ans me demandent si elles peuvent me prendre en photo avec elles; les occidentaux ont toujours la cote! J'ai accepté avec plaisir mais j'ai oublié de les photographier à mon tour, dommage, c'est un souvenir charmant. Ce soir, de retour à Tokyo, je reviens à nouveau à Ueno, c'est un quartier qui me plait tout spécialement avec son grand parc et ses petites rues commerçantes ( oui, je sais, c'est une obsession! ).

Canalblog Tokyo01 19970416 Yokohama ClassePhoto de classe à Yokohama pour immortaliser une sortie scolaire

Jeudi 17 Avril
Visite du célèbre quartier Shibuya ce matin. II est situé juste sous Shinjuku et possède en son centre le magasin 109, véritable icône du quartier; ce building en forme de tour apparait fréquemment dans les mangas et films. Je reste une heure dans la librairie du magasin Parco puis je vais voir le Tôkyô Dome qui est la grande salle de concert de la capitale. Pas mal, sans plus, un peu décevant même.

Cet après-midi je décide de visiter une église construite par Kenzo Tange, près de Ikebukuro. Vue du ciel elle a la forme d'une croix, normal pour une église, mais qui, vue d'une hauteur d'homme, ressemble à une grue, le symbole du Japon. Elle fut difficile à trouver car cette partie d'Ikebukuro est mal desservie par le métro. A noter une reproduction de la Pieta de Michel-Ange en son sein, grandeur nature et de toute beauté. Ce soir je retourne encore une fois dans le quartier résidentiel d'Ikebukuro. L'atmosphère y est calme, charmante, pas de bruit, pas de voiture, pas d'immeuble, uniquement des pavillons. Ces ballades sont très reposantes, loin de l'agitation de Tokyo, je peux librement me perdre dans mes pensées quand je me promène dans ces rues.

Vendredi 18 Avril
Journée spéciale que ce vendredi car je me rends à Kita-Kamakura avec le secret espoir de me recueillir sur la tombe de Yasujiro OZU, le grand cinéaste. La ville se trouve à 60 kilomètres au sud de Tôkyô, après Yokohama. II y a une multitude de temples à Kamakura et Kita-Kamakura, à flanc de montagnes. Ils sont noyés dans la végétation, entourés d'arbres, loin du bruit de la ville. C'est en outre un site touristique de première importance, tant pour les étrangers que pour les japonais.

Canalblog Tokyo01 19970418 Kamakura TemplePetit temple à Kamakura, perdu au milieu des arbres

Le temple Engakuji est celui que je recherche et après une bonne heure de visite je trouve enfin la tombe du vieux maître. L'émotion est grande de pouvoir enfin être devant celui qui m'aura donné tant de plaisir, qui m'aura profondément touché avec ses films et fait voir une certaine idée du beau et de la tristesse; c'est presque irréel comme rencontre, j'ai si souvent révé de cet instant et il se concrétise enfin.

Canalblog Tokyo01 19970418 Kita Kamakura Tombe OzuLa tombe de Yasujiro Ozu à Kita-kamakura

Ensuite je pars voir le fameux grand Bouddha de Kamakura dont un petit panneau m'indique la direction, à 2.2 kilomètres. Mon guide précise que ça ne prends que quelques minutes en bus mais comme c'est le début de l'après-midi et qu'il fait beau, je décide de partir à pieds, loin d'imaginer ce qui allait m'attendre.

Ce qui s'est passé c'est que j'ai marché durant 1 heure car la grand Bouddha se trouve sur l'autre versant de la montagne et que le chemin pour s'y rendre à pieds, à partir de Kita-kamakura, commence par une petite route goudronnée pour vite se perdre au milieu des arbres et se transformer en chemin forestier puis carrément en absence de chemin, si si, plus de chemin du tout, je vous raconte pas mon état d'esprit, j'étais paumé à l'autre bout du monde, dans une montagne à la recherche d'un Bouddha!! Je me retrouve donc dans les bois, sans aucun repère, pas un chat, des précipices à droite et à gauche, par moment il fallait que je fasse attention sinon c'était la chute sans espoir de survie.

Canalblog Tokyo01 19970418 Kamakura CollinesChemin de montagne pour rejoindre le grand Bouddha de Kamakura!

Finalement je continue tout droit, et débouche enfin sur l'autre versant, toujours vivant. Ce souvenir est extraordinaire, à tel point que la statue du Bouddha, 11.4 mètres de haut, ne m'a pas laissé un souvenir aussi vif que cette escalade. Et pour le retour, à votre avis, qu'ai-je fais, j'ai pris le bus ou je suis reparti à pieds? A pieds bien sur, ce fut si excitant la première fois! Ce soir je suis tellement épuisé par ma journée que je me couche à 20H30 pour récupérer de cette folle journée.
Canalblog Tokyo01 19970418 Kamakura Grand Bouddha

Samedi 19 Avril
A Shibuya se trouve un très grand magasin de mangas Mandarake, bien plus vaste que celui de Nakano. J'y reste une bonne heure à fouiner, perdu devant tant de titres inconnus. Ce soir je me promène dans le quartier pavillonnaire d'Ikebukuro, comme ces derniers jours car c'est si reposant de s'y rendre après les matinées et après-midi à se déplacer dans Tôkyô, à chercher des magasins, à marcher dans les couloirs du métro, à marcher encore et encore. La soirée se terminera calmement dans une salle de jeux; je précise qu'elles sont en nombre incroyable à Tôkyô et ce dans n'importe quel quartier, elles sont partie intégrante du paysage urbain.

Dimanche 20 Avril
Comme je l'ai déjà dit, le dimanche, on va à Harajuku pour découvrir les jeunes Tôkyôïtes dans leurs costumes les plus extravagants. Une fille est tout particulièrement superbe, elle porte une grande robe de mariée occidentale et une perruque rouge!!!!! Le résultat est extraordinaire, je prends plusieurs photos d'elle pour être sur d'en avoir au moins une de réussie.
Canalblog Tokyo01 19970420 Harajuku CosplayCosplay à Harajuku, superbe non?

A 14H30 je vais voir un concert en plein air à Hibiya, c'est un quartier près du parc impérial. L'entrée est très bon marché, 2500 yens, ce qui fait 130F00 à peu près pour un concert qui va durer cinq heures! Dix groupes se succèderont, interprétant chacun trois ou quatres chansons de style rock grunge parfois punk. Le son est à fond et les basses résonnent dans tout le corps. Ce qui me stupéfie le plus c'est le public, à savoir des filles qui ont 15 ans de moyenne d'âge alors qu'en France ce serait surtout des garçons que l'on verrait à ce genre de concert.

Un groupe m'a tout spécialement impressionné. II est composé d'une chanteuse habillée tout en rose et un guitariste chanteur avec une robe en paille ( avec rien en dessous vu que la chanteuse a soulevé la jupe du mec )! L'aspect visuel déjà me plait mais le style de musique est dingue : la fille hurle dans les aigus et le mec dans les graves! Aucune parole, seulement des cris et hurlements mais j'adore et le public aussi. Le concert se finit vers 20H00, en pleine nuit, par le groupe vedette Exchange 16 je crois. En résumé, un excellent après-midi.
Canalblog Tokyo01 19970420 Hibiya ConcertConcert à Hibiya. C'est le groupe qui cri dans les aigus et les graves, inoubliable!

Lundi 21 AVril
Près du palais impérial se trouve le temple Yasukuni Jinja qui renferme dans son enceinte un musée consacré aux japonais morts pour défendre leur pays. Dans ce musée on peut admirer notamment un avion kamikaze, des maquettes de chars ainsi que la photo du tout premier kamikaze. De retour à Ikebukuro je découvre par hasard un magasin de mangas, K-Books qui fait les mangas à moitié prix et qui sont pourtant en excellent état. Je n'achète pas énormément car mes sacs sont déjà pleins à craquer. Ce soir je retourne encore et encore dans le quartier résidentiel d'Ikebukuro, je m'y sens si bien, c'est tellement agréable de se promener dans ces petites rues, je crois y trouver mon Japon, celui de mes rêves.

Mardi 22 Avril
Mon dernier jour à Tôkyô! Ce matin je vais dans la baie voir le parc de la vie sous marine. C'est un grand aquarium où sont exposées les faunes et  flores des différentes mers du globe. Le plus impressionnant est celui où s'ébattent des requins marteaux puis un autre, tout aussi grand, avec d'énormes thons. Ensuite direction Ueno pour voir un petit musée du nom de Shitamachi où une rue d'Asakusa du siècle dernier est reconstituée. Ensuite, dans le parc de Ueno, je me rends au musée national. C'est un bâtiment très austère, à l'intèrieur comme à l'extèrieur, avec une décoration très minimaliste. On peut y admirer une collection de sabres, de masques de Nô et surtout deux splendides statues en bois de deux mètres de haut des dieux de la foudre et du tonnerre.

Puisqu'il faut bien partir un jour, je rentre le coeur lourd au Kimi Ryokan faire mes valises, en abandonnant au passage quelques mangas car mes valises pèsent vraiment trop lourd.

Mon dernier tour sera dans mon quartier, Ikebukuro, pour lui dire adieu.

Mercredi 23 Avril
L'avion décolle à 13H00 de Narita. Le retour se passe bien, je lie d'ailleurs connaissance dans l'avion avec une anglaise qui enseigne sa langue à Tôkyô. On fait une escale à Moscou pour finalement arriver à Paris à 21H30. Trop fatigué pour défaire mes bagages, je me couche vers minuit en étant sur de réver encore une fois de Tôkyô.


Conclusion? J'ai vécu mon rêve et dorénavant je sais que ma deuxième patrie est le Japon; dans ce pays j'échappe à tant de choses, je me sens tellement plus libre et je ressens une vraie paix intèrieure qui me fait défaut à Paris. Le soir, lorsque je me promenais dans les ruelles de Tôkyô, je pensais à tant de choses, je prenais un tel recul sur mon passé et ma vie actuelle que je sentais bien que cette ville me libérait de beaucoup de chaînes.

Canalblog Tokyo01 19970420 Harajuku Takeshita DoriTakeshita Dori, une rue commerçante à Harajuku, bondée le week-end, illustrant bien l'énergie intense de Tôkyô et sa vitalité


Posté par David Yukio à 13:56 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]