Mon amour pour le Japon et Tôkyô

Mon amour pour le Japon et Tôkyô

23 novembre 2013

"La demeure de la chair", manga ero guro de Kazuichi Hanawa


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles mangas et dessins-animés



Canalblog Manga Hanawa000
"La demeure de la chair" de Kazuichi Hanawa, édition française

Le courant artistique japonais baptisé "Ero Guro" (ou "Ero-Guro" ou "Eroguro") a pour particularité de combiner des éléments érotiques (Ero) à des éléments grotesques (Guro) voir macabres ou morbides. Ce courant, relativement confidentiel au Japon et en Occident, n'en a pas moins une certaine aura, au point que des artistes se soient faits une réelle renommée dans ce genre, par exemple les auteurs de mangas Suehiro Maruo et Kazuichi Hanawa.

Si "La demeure de la chair" n'est pas le premier manga de Kazuichi Hanawa publié en France, certains remontent à 2005, il s'agit du premier qui soit ouvertement et pleinement issu du courant Ero Guro. Les histoires sont sordides, les meurtres, viols et violences sont au coeur des intrigues, avec souvent une forte connotation sexuelle et SM. Ce ne sont qu'histoires de jeunes filles subissant les pires outrages et tortures, parfois même très jeunes, l'inceste le dispute aux assassinats, les complots sont légions, les haines familiales sordides, les viscères sont largement exposées, même le cannibalisme y est présent... Ce livre est un recueil à l'ambiance malsaine et vénéneuse mais oh combien puissant et dérangeant; à réserver à un public averti.

Toutes les histoires du recueil datent des années 70, même si le style graphique des histoires est très hétérogène et qu'on constate une progression dans la façon de dessiner les personnages, les visages... Néanmoins cette progression est trompeuse car une histoire comme "La demeure de la chair", au dessin très stylisé et maitrisé, date de mai 1972 et qu'une histoire comme "Le sein maudit", au dessin plus grossier, date de juillet 1972 soit quelques mois plus tard!

Saluons aussi le très beau travail effectué par les éditions "Le Lézard noir", que ce soit pour la couverture rigide, le papier épais de très bonne qualité et la traduction directement faite depuis le japonais par Miyako Slocombe sans passer par l'anglais.


Date de sortie : Novembre 2013.
Editeur : Le lézard noir.
Format : 21.6cm * 15.5cm.
Nb de pages : 200.

Nb d'histoires : 18 (même si on lit 14 sur Internet).

  • N°1 : La demeure de la chair.
  • N°2 : Le sein maudit.
  • N°3 : La bête maudite.
  • N°4 : Le rouge et la nuit.
  • N°5 : Le chasseur.
  • N°6 : La vengeance de la femme lézard.
  • N°7 : L'abominable homme cafard.
  • N°8 : Le chat revenant.
  • N°9 : Histoire de l'enfant abandonnée.
  • N°10 : La truie.
  • N°11 : La combattante.
  • N°12 : Le grenier en terre.
  • N°13 : Histoires de monstres japonais 1 - Hitotsume, le petit garçon borgne.
  • N°14 : Histoires de monstres japonais 2 - Dorotabô, le monstre des rizières.
  • N°15 : Ubume, la femme en couches.
  • N°16 : Tsuchigumo, l'araignée monstrueuse.
  • N°17 : Histoires de monstres japonais 6 - Futakuchi onna, la femme aux deux bouches.
  • N°18 : Histoire nocturne de fantôme - Akaname, le lèche-crasse.


Avant de vous donner quelques extraits du livre, je tiens à faire un retour de vingt deux ans en arrière...

Le premier livre consacré aux mangas en France, le fameux "L'univers des mangas" de Thierry Groensteen, sorti début 1991, parlait déjà de Hanawa. Page 50 du livre, on peut admirer une illustration pleine page de toute beauté, chargée d'une vénéneuse sensualité, intitulée "Le manoir de la chair". Plus de vingt ans après, cette histoire sera publiée par "Le lézard noir" dans le recueil "La demeure de la chair". Imaginez l'effet produit par cette illustration sur un fan d'animation japonaise, à cette époque de la préhistoire du manga... Pas ou très peu de mangas à l'époque, juste des dessins animés japonais dont le plus violent était "Ken le survivant" dans une version déformée par un doublage ridicule. Et là, au détour d'une page, on découvre un autre univers, un télescopage mortel entre Sade et les estampes japonaises, entre Maldoror et un Godzilla sexualisé. Je n'ai jamais oublié ce dessin; quelle émotion de le découvrir enfin dans une édition française, presque un quart de siècle après la première fois... j'ai l'impression qu'une injustice a été réparée.

Canalblog Manga Hanawa018

Canalblog Manga Hanawa019


Place maintenant à des extraits de ce superbe recueil.

"La demeure de la chair", une des histoires les plus connues de Kazuichi Hanawa, donnant son titre au recueil. L'histoire ne fait que dix pages mais elle est vraiment représentative de ce mélange de sexe et de mort qui définit l'Ero Guro; en voici trois pages.
Canalblog Manga Hanawa001


Canalblog Manga Hanawa002
 

Canalblog Manga Hanawa003
Notez bien ce mélange : un superbe corps nu, en sang, mourant... c'est la quintessence de l'art de l'Ero Guro.

Autre histoire, "Le rouge et la nuit", toute aussi violente et superbe pour son dessin.
Canalblog Manga Hanawa007

Canalblog Manga Hanawa008


D'autres extraits de ce recueil.
Canalblog Manga Hanawa010

Canalblog Manga Hanawa011

Canalblog Manga Hanawa013

Canalblog Manga Hanawa014


Voici maintenant d'autres extraits d'histoires, datant aussi des années 70, mais avec un style graphique moins maitrisé par l'auteur si on compare à ses dessins ci-dessus.
Canalblog Manga Hanawa004
 

Canalblog Manga Hanawa009

Canalblog Manga Hanawa005

Canalblog Manga Hanawa006



Voici maintenant des livres de Hanawa, en japonais, tirés de ma collection personnelle.
Canalblog Manga Hanawa025
Recueil publié en 1994 et trouvé à la librairie "Un regard moderne" de St Michel, le temple de la culture underground. A noter que l'encre utilisée pour tout le livre est bleutée et non pas noire, ce qui confère une certaine atmosphère aux histoires.

Canalblog Manga Hanawa027

Canalblog Manga Hanawa028

Canalblog Manga Hanawa020
Autre recueil de Hanawa où apparait la fameuse histoire "La demeure de la chair". Ce livre a été publié en 1996 au Japon et je l'ai acheté la même année dans la librairie "Un regard moderne".

Canalblog Manga Hanawa021

Canalblog Manga Hanawa022



Posté par David Yukio à 21:05 - Mangas et dessins animés - Permalien [#]

03 novembre 2013

DVD de Butô de la compagnie Sankai Juku (spectacle Hibiki)



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles illustrateurs et arts


Les arts traditionnels japonais que sont le Nô, le Kabuki, le Bunraku et maintenant le Butô, sont très difficiles à voir hors du Japon. Il y a bien quelques compagnies qui parcourent le monde mais leurs tournées sont rares et, pour la France, se produisent uniquement à Paris ou, à la rigueur, dans les grandes villes de province.

Pour ceux n'ayant pas la chance de voir ces spectacles, on peut penser qu'il suffit d'acheter un DVD, c'est ce qu'on fait habituellement pour voir un concert, pièce de théâtre, ballet ou opéra qu'on a ratés. Malheureusement nous jouons de malchance, si je puis dire, avec le Japon car il existe très peu de DVD des spectacles sus-mentionnés. Est-ce une volonté délibérée des troupes qui ne veulent pas laisser capturer leurs performances, est-ce qu'elles préfèrent inciter les gens à venir les voir sur scène... je n'ai pas de réponse mais je peux vous assurer que trouver un DVD de Butô ou de Nô relève du parcours du combattant.

C'est donc avec une grande surprise que j'ai découvert au Théâtre de la Ville à Paris la vente de plusieurs DVD de la très renommée compagnie de Butô Sankai Juku de Ushio Amagatsu. Je m'étais rendu dans ce théâtre pour assister à une représentation de Bunraku et, à la librairie, il y avait un coin DVD avec plusieurs des créations de cette compagnie! La dame s'occupant de la librairie m'a confié que ces DVD sont très durs à se procurer car la compagnie Sankai Juku ne les mets en vente que dans les théâtre où elle se produit. Même sur Internet il est quasi impossible de les trouver, à moins d'aller sur le web japonais mais ceux qui ont essayé en sont vite revenus puisque les sites sont purement en japonais, sans version anglaise. Pour info ces DVD sont vendus 35€ de mémoire; c'est cher mais la rareté et la qualité du spectacle ne m'ont pas fait hésiter longtemps.

Je tiens à préciser que si la qualité de l'image du DVD est bonne, il y a quand même des problèmes inhérents au fait que la majorité des scènes sont sombres ou très peu éclairées (c'est typique du Butô). Ceci entraîne le fait que la définition est parfois moyenne mais, je le redis, il existe très peu de DVD de ce genre artistique alors ne vous arrêtez pas à ces menues considérations.

Nom de la pièce : Hibiki.
Date de création : 1998 au Théâtre de la Ville de Paris.
Date d'enregistrement de la pièce : 2007.
Date de sortie du DVD : 2009.
Durée : 80 minutes.
Site web de la compagnie de Butô : www.sankaijuku.com
Site de l'éditeur : www.io-factory.com

Si vous ne connaissez pas le Butô, voici une présentation sur mon blog http://japon.canalblog.com/archives/2007/02/10/3964122.html.

Juste pour info, des DVD de Kabuki, autre spectacle japonais majestueux, sont parfois disponibles à la librairie japonaise Junku à Paris; leur prix est élevé aussi mais n'hésitez pas tant le spectacle en vaut la peine... J'avais fait un article en 2005 sur un de ces DVD que je possède, le lien est ici http://japon.canalblog.com/archives/2005/06/03/652272.html


La jaquette du DVD; vous noterez que le texte au dos est en japonais, anglais ET en français.
CanalBlog DVD Buto Hibiki01

CanalBlog DVD Buto Hibiki02

CanalBlog DVD Buto Hibiki03

Le DVD; sobre, épuré, comme le Butô.
CanalBlog DVD Buto Hibiki04


Voici maintenant l'intégralité du livret du DVD.
CanalBlog DVD Buto Hibiki05

Le texte de la pièce dans les trois langues.
CanalBlog DVD Buto Hibiki06

CanalBlog DVD Buto Hibiki07

CanalBlog DVD Buto Hibiki08


Quelques photos tirées du DVD.
CanalBlog DVD Buto Hibiki09



La liste des morceaux composant le spectacle.
CanalBlog DVD Buto Hibiki10



Posté par David Yukio à 17:12 - Danse, théâtre - Permalien [#]