Mon amour pour le Japon et Tôkyô

Mon amour pour le Japon et Tôkyô

20 février 2015

Kaïro de Kiyoshi Kurosawa



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais



Canalblog DVD Kairo28


Kaïro est un film fantastique de l'excellent Kiyoshi Kurosawa (Cure, Charisma...) sorti en 2000. Il raconte l'histoire de japonais se rendant compte que leurs collègues et amis disparaissent les uns après les autres, que ce soit par suicide ou par disparition pure et simple. Après enquête ils découvrent l'horrible vérité : des fantômes envahissent notre monde via un site Internet. Ce film parle aussi de la solitude dans le Japon moderne, un état tellement dur à vivre que certains préfèrent passer de l'autre côté du miroir, du côté des morts, pour échapper à cette douleur que de continuer à vivre dans le notre. Il met également en garde contre Internet, ce nouveau média en 2000 qui pourrait détruire toute vie sociale; le Japon n'est-il pas déjà le pays des hikikomori?

[Attention SPOILERS]

Une des héroïnes travaille chez un fleuriste, sur les toits de Tôkyô. Un cadre de rêve avec vue sur l'immeuble de NTT Docomo à Yoyogi. Un des salariés est absent depuis plusieurs jours; le temps passe puis finalement une amie va aller chez lui pour découvrir ce qu'il est devenu.
Canalblog DVD Kairo01

Canalblog DVD Kairo03

Un autre personnage principal est un étudiant découvrant Internet pour la première et certainement dernière fois. Il sera aidé par une prof pour essayer de comprendre ce qui se passe dans ce fucking univers où les disparitions se comptent par milliers et où son PC s'allume tout seul et lui montre une pièce angoissante avec un homme encagoulé.
Canalblog DVD Kairo06

Canalblog DVD Kairo12

Canalblog DVD Kairo13

Les suicides se font de diverses manières mais souvent violentes
Canalblog DVD Kairo02

Canalblog DVD Kairo14

Progressivement les choses déraillent dans notre monde : les télés se détraquent avec des personnages qui s'effacent, des PC s'allument tout seul et affichent une chambre obscure où un homme menaçant s'approche de l'écran ou des appartements montrant des hommes et femmes complètement au bout du rouleau.
Canalblog DVD Kairo04

Canalblog DVD Kairo05

Canalblog DVD Kairo07

Il faut se rendre à l'évidence, les fantômes reviennent sur Terre, sous de multiples formes. Ils sont terrifiants mais, et c'est troublant, d'autres sont d'une étrange beauté.
Canalblog DVD Kairo20

Canalblog DVD Kairo10

Canalblog DVD Kairo17

Canalblog DVD Kairo18

Canalblog DVD Kairo22

Canalblog DVD Kairo23

Canalblog DVD Kairo11

Des personnes ont découvert un moyen de contenir temporairement ces fantômes, il faut rendre hermétiques des pièces avec du ruban adhésif rouge; mais cette solution est dérisoire.
Canalblog DVD Kairo09

Progressivement les vivants abandonnent le combat, ils perdent leur énergie vitale, s'évaporent et ne laissent de leur passage sur Terre qu'une trace sale dans un mur.
Canalblog DVD Kairo15

Canalblog DVD Kairo16

Et si finalement ce n'était pas plus simple de baisser les bras?
Canalblog DVD Kairo21

Tôkyô se dépeuple de plus en plus, la civilisation est en train de disparaître; tout devient désert et brûle.
Canalblog DVD Kairo19

Canalblog DVD Kairo24

Canalblog DVD Kairo25

Canalblog DVD Kairo26

Canalblog DVD Kairo27



Posté par David Yukio à 18:19 - Cinéma japonais - Permalien [#]

12 février 2015

Cure de Kiyoshi Kurosawa



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais



Canalblog DVD Cure23

Canalblog DVD Cure24

Cure est un film fantastique de Kiyoshi Kurosawa sorti en 1997. Il raconte l'histoire d'un inspecteur de police, Takabe, confronté à une vague de meurtres étranges à Tôkyô. Ils sont étranges car commis par des individus normaux et qui laissent sur la gorge de leur victime une croix gravée au couteau. Takabe va être confronté à Mamiya, un jeune vagabond amnésique, étudiant en psychologie, qui semble lié à ces meurtres et tenant un discours troublant. Takabe sera aidé par un ami médecin dans cette enquête qui va le conduire au plus proche de la folie.

Le film évolue dans une ambiance fantastique, désespérée, où la ville est sale, sans couleur, et où les gens sont tous sur le point de craquer psychologiquement.

[Attention SPOILERS]

Tôkyô, une ville froide et inhumaine, où les gens sont les uns contre les autres.
Canalblog DVD Cure01

Canalblog DVD Cure08

Des meurtres sanglants sont commis mais quel est le lien entre eux? Parmi les assassins on trouve un policier, un médecin, un salaryman... que des gens a priori inoffensifs.
Canalblog DVD Cure14

Canalblog DVD Cure11

Takabe, l'inspecteur de police. Sa femme est dépressive et cela le ronge mentalement. Il n'a qu'un seul ami sur lequel il peut compter dans cette enquête hors norme, un médecin. Il est joué par un acteur que j'apprécie particulièrement, Kôji Yakusho.
Canalblog DVD Cure18

Canalblog DVD Cure06

Canalblog DVD Cure10

Les meurtres sont sanglants et les responsables ne se souviennent pas des avoirs commis. Néanmoins, devant l'horreur de ce qu'ils ont fait, ils essayent de se suicider ou de se cacher, même dans les conduits d'aération.
Canalblog DVD Cure02

Canalblog DVD Cure03

Canalblog DVD Cure07

Canalblog DVD Cure13

Mamiya, l'étudiant amnésique. Un être inquiétant, comme s'il avait regardé de l'autre côté du miroir et voulait que ce qu'il a vu envahisse notre monde. Sa confrontation avec Takabe sera particulièrement violente.
Canalblog DVD Cure04

Canalblog DVD Cure15

Canalblog DVD Cure17

La suggestion hypnotique, faite par Mamiya. Principalement avec le feu sous la forme condensée d'une cigarette, mais il peut aussi utiliser l'eau et endormir son interlocuteur pour mieux le faire agir à sa guise.
Canalblog DVD Cure05

Canalblog DVD Cure09

Canalblog DVD Cure12

Takabe ira dans le passé de Mamiya pour essayer de comprendre comment il a pu basculer dans sa folie.
Canalblog DVD Cure16
Je ne vous montrerai pas ce qu'il y a sous cette couverture, c'est trop horrible.

Canalblog DVD Cure19
Une immense batîsse, où tout aurait commencé il y a bien longtemps.

Canalblog DVD Cure22
La solution du mystère?

Mamiya a déclenché un processus qui fait boule de neige; personne ne sera épargné.
Canalblog DVD Cure21

Canalblog DVD Cure20
La dernière scène du film, glaçante.



Posté par David Yukio à 22:31 - Cinéma japonais - Permalien [#]

04 février 2015

Le village de mes rêves, film japonais sur l'enfance



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais



Canalblog DVD Le Village de mes reves028

Canalblog DVD Le Village de mes reves029


"Le Village de mes rêves" est un film de Yoichi Higashi
de 1995. Il raconte les souvenirs d'enfance de deux frères jumeaux, âgés de neuf ans, vivant en 1948 dans la campagne japonaise. Ils sont élevés avec leur grande soeur par leur mère et les journées sont rythmées par l'école, les baignades mais aussi les bêtises et petits évènements de la vie de tous les jours.

Ce film est léger et amusant, c'est presque le souvenir d'un paradis perdu, comme "La guerre des boutons" en France. Mais des sujets traditionnellement tabous au Japon sont aussi abordés comme les Burakumin (les intouchables japonais) et les hors castes, même si c'est difficile à appréhender pour des occidentaux. Un de leurs camarades de classe, Senji, est typiquement un hors caste ou hors groupe. C'est un enfant à moitié sauvage, sale, détesté par le maître d'école, rejeté par les autres; même la mère des jumeaux ne l'aime pas alors que sa fille lui rappelle qu'elle aime pourtant tous les enfants alors pourquoi pas lui... tout simplement parce qu'il est différent et que cela ne pardonne pas au Japon.

L'aspect fantastique est important aussi dans ce film car le Japon est la terre des Yokais, des créatures surnaturelles du folklore local. On rencontrera par exemple des esprits sous forme de grand-mères, perchées sur un arbre, commentant les évènements du village, des esprits de la rivière parlant aux enfants, des fantômes plus ou moins réels...

Canalblog DVD Le Village de mes reves001
Les deux dessinateurs jumeaux, Yukihiko et Seizo Tashima, se souvenant de leur enfance dans ce qui n'était qu'un village à l'époque.

Canalblog DVD Le Village de mes reves002
Devenus adultes, ils se sont spécialisés dans l'illustration des livres pour enfants.

Canalblog DVD Le Village de mes reves003
Leur mère, maîtresse d'école, élève seule ses enfants car leur père est souvent absent.

Canalblog DVD Le Village de mes reves014
Les jumeaux sont très proches de leur maman; normal me direz-vous et ils la défendent contre ceux qui voudraient la draguer d'un peu trop près.

Dans le film ils ont seulement 9 ans.
Canalblog DVD Le Village de mes reves017

Canalblog DVD Le Village de mes reves011

Comme tous les enfants ils font des bêtises et c'est de leur âge. Par exemple ils vont détruire les plantations d'une voisine à la serpe! Leur mère se fera vertement sermonnée par la propriétaire du champ.
Canalblog DVD Le Village de mes reves008

Canalblog DVD Le Village de mes reves010

Canalblog DVD Le Village de mes reves007
Les jumeaux ont une grande soeur, qui doit avoir 15, 16 ans.

Canalblog DVD Le Village de mes reves024
Le père, absent, sévère, souvent en déplacement; il était un peu artiste quand il était plus jeune; ses fils ont peu être hérité de ses goûts?

Senji, un garçon à moitié sauvage, qui essaiera d'être ami avec les jumeaux. Il est rejeté par tout le monde, comme un marebito, cet être au Japon venu d'ailleurs, d'un autre monde et qui ne fait partie d'aucun groupe, chose impensable dans ce pays.
Canalblog DVD Le Village de mes reves018

Canalblog DVD Le Village de mes reves021

Canalblog DVD Le Village de mes reves012
A l'école il sera au fond de la classe, méprisé par le professeur.

Le camp des burakumins et une des leurs, qui est en classe avec Yukihiko et Seizo.
Canalblog DVD Le Village de mes reves022

Canalblog DVD Le Village de mes reves023

Le monde de l'enfance et la campagne japonaise sont belles dans les souvenirs : le ciel est bleu, la campagne est verte, les gens s'amusent, ils sont heureux de vivre, les soucis ne durent jamais longtemps... Voilà l'essence du furusato japonais, qu'on pourrait traduire par le village natal, le lieu où j'ai grandi.
Canalblog DVD Le Village de mes reves009
La maison où vivent les jumeaux.

Canalblog DVD Le Village de mes reves019
La campagne des années 40, où les voitures sont encore quasi inexistantes, où les routes ne sont même pas goudronnées.

Canalblog DVD Le Village de mes reves013
L'eau est très présente dans le film que ce soit par des baignades, la pêche aux anguilles...

Les esprits du village ou de la nature, qui, souvent perchées dans leur arbre, regardent la vie de tous les jours.
Canalblog DVD Le Village de mes reves005

Canalblog DVD Le Village de mes reves006

Canalblog DVD Le Village de mes reves015

Canalblog DVD Le Village de mes reves004
A cette époque là, certains enfants allez en cours pieds nus, d'autres en getas.

Canalblog DVD Le Village de mes reves025
Une grande partie des scènes se déroule à l'école.

Canalblog DVD Le Village de mes reves020
Un enterrement japonais en 1948; vous noterez le drôle de chapeau des hommes.

Canalblog DVD Le Village de mes reves026
Le village est devenue une ville, avec des voitures, des routes goudronnées... la modernité a tué son âme; d'ailleurs les esprits ont décidé de partir, ce monde n'est plus le leur.

Canalblog DVD Le Village de mes reves027
L'endroit où ont vécu les enfants; la nature à perte de vue.


Posté par David Yukio à 21:21 - Cinéma japonais - Permalien [#]

29 janvier 2015

Cutie Honey, le film live



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais




Canalblog Anime Cutey Honey000

Le DVD français.
Canalblog DVD Cutie Honey001

Canalblog DVD Cutie Honey002

Cutie Honey est un film japonais de Hideaki Anno, sorti en 2004. Il est basé sur le manga culte Cutey Honey (avec deux y cette fois) de Go Nagai de 1973, le papa de Goldorak et Mazinger Z. Ce manga a eu un tel succès au Japon que plusieurs séries animées ont été produites; la première de 1973/1974 fut même diffusée en 1988 dans le Club Dorothée sous le nom de Cherry Miel. Pour rappel, Hideaki Anno n'est autre que le créateur de la très célèbre série Neon Genesis Evangelion.

Je vous préviens, ce film est juste un bon divertissement sans prise de tête, ne cherchez aucune subtilité au scénario. En plus les acteurs surjouent comme ceux des dramas japonais, c'est dire s'ils en font des tonnes. Ajoutez à cela des costumes très kitsch, des situations loufoques, des personnages caricaturaux... bref, on est dans la grande déconnade :-)

Honey Kisaragi, une employée de bureau un peu/beaucoup nunuche, est en fait une cyborg capable de se transformer en Cutie Honey, la Guerrière de l'Amour! Elle utilise pour cela l'invention I-System développée par son père, récemment assassiné. Quand l'organisation criminelle Panther Claws de Sister Jill réapparaît, Cutie Honey décide de se battre et de venger son père, victime de ces voyous. Dans cette aventure burlesque, elle sera aidée par deux nouveaux amis, une policière assez coincée et un journaliste.

Si vous voulez vous faire une idée de la série animée, un petit tour ici "Cutey Honey : la série des fauvistes!" : http://japon.canalblog.com/archives/2009/09/26/15214577.html

Attention, elle est extrêmement colorée :-)
Canalblog Anime Cutey Honey005

Canalblog Anime Cutey Honey011


Passons maintenant aux images du film!

Honey est, comment dire, une fille gentille, très gentille mais un peu cruche, un peu naïve, un peu/beaucoup bébête :-) Par exemple elle n'hésite pas à courir en petite culotte dans les rues de Tôkyô.
Canalblog DVD Cutie Honey003

Canalblog DVD Cutie Honey004

Dans sa vie de tous les jours, Honey est une employée très très désinvolte et se fait très mal voir par ses chefs; il faut dire quelle est systématiquement en retard et passe ses journées à manger!
Canalblog DVD Cutie Honey016

Canalblog DVD Cutie Honey015

Mais quand le danger est là, elle se transforme en Cutie Honey, avec son ensemble cuir très seyant! Vous noterez le décoletté généreux; la série animée Cutey Honey était d'ailleurs très dénudée :-)
Canalblog DVD Cutie Honey007

Canalblog DVD Cutie Honey008
Ben oui, c'est la guerrière de l'amour :-)

Trop mignonne aves sa moue boudeuse :-)
Canalblog DVD Cutie Honey014

Canalblog DVD Cutie Honey033

Canalblog DVD Cutie Honey011
Mais attention, elle est redoutable avec son épée.

Canalblog DVD Cutie Honey012
Et elle gagne souvent ses combats!

Canalblog DVD Cutie Honey009
Honey peut aussi se transformer en agent de police, chanteuse, motarde... pour échapper à ses poursuivants.

Il faut dire que l'heure est grave car la terrible organisation criminelle Panther Claws enlève des dizaines de jeunes filles sans que l'on sache pourquoi; mais il se murmure que ce serait pour rendre la jeunesse éternelle à leur chef, la redoutable Sister Jill. Cette organisation dispose d'une véritable armée d'hommes en noir et de quatre chefs, plus que redoutables.
Canalblog DVD Cutie Honey018
Les quatre chefs du Panther Claws.

Sister Jill; humaine ou plante?
Canalblog DVD Cutie Honey022

Canalblog DVD Cutie Honey027

Gold Claw.
Canalblog DVD Cutie Honey005

Canalblog DVD Cutie Honey006

Cobalt Claw, à la dentition très mordante dans son costume de cuir hyper moulant.
Canalblog DVD Cutie Honey020

Canalblog DVD Cutie Honey025

Canalblog DVD Cutie Honey026

Scarlet Claw, la geisha au rire hystérique et atomique.
Canalblog DVD Cutie Honey021

Canalblog DVD Cutie Honey037

Canalblog DVD Cutie Honey034

Canalblog DVD Cutie Honey035

Canalblog DVD Cutie Honey036
Oui Honey, cette fois ton adversaire est redoutable!

Black Claw, androgyne et fan de karaoké.
Canalblog DVD Cutie Honey019

Canalblog DVD Cutie Honey038

Butler, le majordome privé de Sister Jill, son plus proche collaborateur.
Canalblog DVD Cutie Honey032

Canalblog DVD Cutie Honey013
Les techniques des Panther Claws sont parfois étonnantes, comme utiliser ses cheveux pour s'évader façon hélicoptère.

Canalblog DVD Cutie Honey031
Oui, vous avez bien deviné, la Tour de Tôkyô est envoyée dans les airs par la tour de Sister Jill qui est dix fois plus grosse.

Honey Kisaragi sera aidée dans sa lutte par deux personnages; l'inspecteur Natsuko Aki qui essaira d'arrêter Honey avant de devenir son amie et le "journaliste" Seiji Hayami.

Natsuko Aki; plus psycho-rigide, tu meurs.
Canalblog DVD Cutie Honey024

Canalblog DVD Cutie Honey023
Attention Honey, tu es surveillée de près par Natsuko qui pense que tu es liée aux disparitions des jeunes femmes.

Mais tout s'arrangera et elles deviendront amies, surtout qu'elles aiment autant l'une que l'autre boire et faire des soirées karaoké.
Canalblog DVD Cutie Honey028

Canalblog DVD Cutie Honey029

Canalblog DVD Cutie Honey030

Canalblog DVD Cutie Honey017
Seiji Hayami, un journaliste étonnament bien informé. Mais est-il seulement journaliste ou bien n'est-ce qu'une couverture?

Canalblog DVD Cutie Honey039
Et voilà, tout est fini... et on repart pour de nouvelles aventures dans la joie et dans la bonne humeur :-)


Posté par David Yukio à 19:26 - Cinéma japonais - Permalien [#]

22 janvier 2015

Visitor Q de Takashi Miike


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais


Canalblog DVD Visitor Q25

Canalblog DVD Visitor Q26


Visitor Q est l'un des films les plus bizarres du cinéaste Takashi Miike, pourtant un habitué des films hystériques. Pour rappel c'est lui qui a réalisé le très violent "Ichi the killer" mais aussi "Audition" un polar hyper glauque et les deux "Crows zero", films sur les bagarres entre lycéens.

Ce film de 2001 raconte l'histoire d'une famille de névrosés où personne ne sait plus comment se faire respecter ou aimer. La fille se prostitue, parfois même avec son père; le père est obsédé par les reportages de télé-réalité, filmant sa fille faire la pute et son fils se faire frapper; la mère se laisse battre par son fils, se drogue et se prostitue pour payer sa came; quant au fils, il bats sa mère et se fait humilier tous les jours par ses camarades de classe... bref l'enfer ce n'est pas les autres mais c'est ma famille.

C'est dans cet univers clos et sordide que va débarquer le Visitor Q. Cet homme, jeune, a les cheveux en pétard, la chemise ouverte, un pantalon de cuir; son aspect physique dénote au Japon, il ressemble à un étranger mais un étranger bien plus sain qu'une famille japonaise déséquilibrée. La première rencontre est violente car il frappe le père à la tête avec une grosse pierre alors que cinq minutes avant ils ne se connaissaient même pas! Violence gratuite, tout simplement! Puis, de la façon la plus normale qui soit, il s'invite chez lui pour dîner. Là il va découvrir une famille déréglée et, petit à petit, par sa simple présence, les aider à redevenir une vraie famille.

[ATTENTION SPOILERS]

Canalblog DVD Visitor Q14
L'étranger, avec le père et sa pierre miracle.

Canalblog DVD Visitor Q19
Le père, toujours avec son camescope, à la poursuite du scoop de l'année.

Cet idiot ira jusqu'à tuer une femme et il filmera la scène, tout content de lui. Ensuite c'est du grand n'importe quoi : nécrophilie, découpage du corps, scatologie... si vous n'êtes pas choqué par cette scène alors vous rirez peut-être aux éclats tellement c'est du grand n'importe quoi.
Canalblog DVD Visitor Q01

Canalblog DVD Visitor Q02

Canalblog DVD Visitor Q03

Canalblog DVD Visitor Q04
Cet idiot est coincé dans le cadavre; putain, on aura tout vu!

Canalblog DVD Visitor Q05

Canalblog DVD Visitor Q06

Le fameux Visitor Q, qui débarque comme ça, chez des inconnus et va bouleverser leur univers malsain.
Canalblog DVD Visitor Q22

Canalblog DVD Visitor Q08

Canalblog DVD Visitor Q23

Canalblog DVD Visitor Q24

La mère, battue par son fils, droguée et prostituée mais elle garde une force de caractère qui lui permettra de redevenir une maman.
Canalblog DVD Visitor Q07

Canalblog DVD Visitor Q16

Canalblog DVD Visitor Q17

Canalblog DVD Visitor Q21

Canalblog DVD Visitor Q11

Le fils; il se fait humilier à l'école et se venge sur sa mère des mauvais traitements subis.
Canalblog DVD Visitor Q18

Canalblog DVD Visitor Q15

Canalblog DVD Visitor Q20

La fille a préféré quitter cette famille de fous et doit maintenant se prostituer pour subvenir à ses besoins. Mais pour elle aussi l'histoire se terminera bien, dans la joie et l'amour maternel.
Canalblog DVD Visitor Q10

Canalblog DVD Visitor Q09

Canalblog DVD Visitor Q13

Canalblog DVD Visitor Q12

 

Posté par David Yukio à 18:03 - Cinéma japonais - Permalien [#]

16 janvier 2015

Vivre de Akira Kurosawa


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais


Canalblog DVD Vivre46

Canalblog DVD Vivre47


"Vivre" est l'un des plus beaux films de Akira Kurosawa, celui qu'il préférait parait-il car son amour de l'humanité s'y exprime le plus.

[Attention SPOILER]
Ce film de 1952 raconte les derniers mois d'un fonctionnaire, Kanji Watanabe, qui découvre qu'il ne lui reste plus que trois mois à vivre à cause d'un cancer à l'estomac. Cet homme est fonctionnaire depuis trente ans, c'est un chef de bureau, momifié au milieu de ses centaines de dossiers. Il prend alors violemment conscience qu'il n'a plus vécu depuis la mort de sa femme, il y a plus de dix ans. Il réalise que son fils est devenu un étranger, qu'il est déjà mort depuis longtemps et cela lui fait horreur... Pris au piège, il essaye de vivre, vivre encore une dernière fois mais il ne sait plus comment faire, tout cela est si vieux. Heureusement pour lui il croisera la route de deux personnages, une sorte de vagabond puis une ancienne employée de son service qui le feront sortir de sa dépression et lui donneront la chance de se racheter à ses propres yeux.

Le rôle principal est joué par Takashi Shimura, un habitué des films de Kurosawa car il apparaît dans Rashomon et c'est aussi le chef des sept samouraïs. Cet acteur génial a trouvé là le rôle de sa vie, il vit réellement l'agonie de Watanabe; il suffit de regarder ses yeux, ses gestes, ils sont emplis de tristesse, de détresse mais aussi d'un dernier et puissant sursaut du reste de vie qui est tapi au fond de lui.

Ce film est bouleversant, je vous le recommande très fortement.

Canalblog DVD Vivre01
Kanji Watanabe, un fonctionnaire, chef d'un des innombrables services de la mairie de Tôkyô.

Canalblog DVD Vivre18
Des centaines de dossiers qui s'entassent et vous écrasent.

Canalblog DVD Vivre03
Le médecin ne lui dit pas qu'il a un cancer mais Kanji a compris, il est condamné.

Canalblog DVD Vivre05
Un homme seul, entouré de gris et de noir, à l'image de sa vie.

Canalblog DVD Vivre06
Un inconnu, croisé dans un bar, qui va emmener toute une nuit Kanji dans le monde de la fête et des plaisirs.

Canalblog DVD Vivre07
Kanji découvre le pachinko, un petit flipper vertical.

Canalblog DVD Vivre08
La danse.

Canalblog DVD Vivre09

Canalblog DVD Vivre12
Le sexe.

Deux photos de la plus belle scène du film. Kanji, entouré de danseurs, entonne une chanson japonaise de 1915 "Gondola no uta", triste à faire pleurer n'importe qui. Elle horrifie les danseurs car ils ont compris que Kanji est un mort vivant. La scène avec des sous-titres anglais https://www.youtube.com/watch?v=l0KkkBbkbBg et la chanson en meilleure qualité https://www.youtube.com/watch?v=Nx5M4AkIeTE. Les paroles http://en.wikipedia.org/wiki/Gondola_no_Uta.
Canalblog DVD Vivre10

Canalblog DVD Vivre11

Canalblog DVD Vivre13
Notre héros est seul, désespérément seul.

Canalblog DVD Vivre04
Pourtant il savait rire et vivre quand son fils était jeune; ici à un match de base-ball, admirant son enfant.

Canalblog DVD Vivre19
Ses collègues se moquent de son absence, chacun espérant prendre sa place de chef.

Canalblog DVD Vivre16
Son fils adulte et sa bru ne lui parlent que très peu, un mur s'est monté entre eux.

Canalblog DVD Vivre15
Ils se demandent bien pourquoi il ne va plus au travail et, surtout, qui est cette mystérieuse jeune femme qu'il fréquente; une maîtresse pensent-ils mais ils ont tord.

Canalblog DVD Vivre14
Toyo, jouée par l'actrice Miki Odagiri, va sauver Kanji par sa joie de vivre.

Canalblog DVD Vivre17

Canalblog DVD Vivre20
La vie continue; Kanji pleure sur son sort mais les amoureux autour de lui continuent de s'aimer.

Canalblog DVD Vivre21
Ça y est, Kanji a compris comment ne pas gâcher ces trois mois; il doit être utile aux autres, à l'instar de Toyo qui fabrique des jouets pour amuser les enfants.

Les deux photos de la scène suivante sont incroyables, c'est un ballet entre Kanji, un mort vivant qui sort d'un restaurant, et une inconnue dont les amis célèbrent l'anniversaire. Le croisement entre les deux, la vie et la mort, l'un descend, l'autre monte, montre tout le génie de Kurosawa.
Canalblog DVD Vivre22

Canalblog DVD Vivre23

Canalblog DVD Vivre02
Kanji a décidé d'aider des femmes qui voulaient que l'on construise pour leurs enfants un parc, où ils puissent jouer en sécurité dans la journée.

Canalblog DVD Vivre24
Kanji a retrouvé toute son énergie et va se battre pour construire le parc.

Le film passe ensuite de façon abrupte aux funérailles de Kanji; il est décédé de son cancer et ses collègues réunis se remémorent les trois derniers mois. Ils n'étaient pas au courant de sa maladie et se demandent pourquoi il avait autant changé, est-ce que lui savait qu'il était condamné? Chacun va raconter ses souvenirs et, petit à petit, les pièces du puzzle vont se mettre en place.
Canalblog DVD Vivre29

Canalblog DVD Vivre25

Canalblog DVD Vivre27
Kanji a tout fait pour que le parc soit construit, mais c'est le maire de la ville qui en a retiré tout le profit politique, en ne mentionnant même pas le rôle joué par notre héros.

Canalblog DVD Vivre26
Néanmoins les journalistes ont creusé et ils reprochent à ce politique d'avoir tiré à lui seul la couverture.

Canalblog DVD Vivre28
Mais pour les mères de famille Kanji est le seul héros, c'est lui qui s'est donné corps et âme pour que ce parc soit construit.

Canalblog DVD Vivre40
L'alcool aidant, ses anciens collègues vont parler et raconter les derniers instants de leur chef.

Le terrain du futur parc; il y a tant à faire.
Canalblog DVD Vivre30

Canalblog DVD Vivre33

Pour arriver à ses fins, Kanji ira jusqu'à braver la politesse japonaise et le respect dû à son supérieur; rien ni personne ne l'arrêtera.
Canalblog DVD Vivre31

Canalblog DVD Vivre32
Impensable, un subordonné ose demander au maire de revenir sur sa décision!

Même les Yakuzas n'arriveront pas à faire reculer Kanji; c'est lui au contraire, avec son regard, qui va les vaincre.
Canalblog DVD Vivre35

Canalblog DVD Vivre36

Canalblog DVD Vivre37

Canalblog DVD Vivre38
Le chef des yakuzas; avec une tête pareille personne ne plaisante mais lui aussi a été touché par la ferveur de Kanji.

Canalblog DVD Vivre39
Kanji restera humble jusqu'à la fin mais nul ne l'empêchera de réaliser son projet.

Canalblog DVD Vivre41
Kanji, juste avant sa mort; il s'amuse sur une balançoire de son parc, sous la neige. C'est là qu'on le retrouvera, mort.

Un nouveau fonctionnaire en chef a été désigné, les bonnes résolutions prises lors des funérailles de Kanji sous le coup de l'alcool sont oubliées sauf par une personne... mais que peut-il faire tout seul? Lui aussi va se faire écraser par la paperasserie.
Canalblog DVD Vivre42

Canalblog DVD Vivre43

Canalblog DVD Vivre44
Le parc rêvé par Kanji, pour les enfants du quartier.

Canalblog DVD Vivre45
Un homme s'en est allé, un autre passe; la vie continue.



Canalblog DVD Vivre34


Posté par David Yukio à 18:07 - Cinéma japonais - Permalien [#]

11 janvier 2015

The taste of tea - Le goût du thé de Katsuhito Ishii


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais


En 2004, sans crier gare, un OVNI japonais a débarqué sur les écrans français, à savoir "The taste of tea" de Katsuhito Ishii. Ce film raconte la vie quotidienne des différents membres de la famille Haruno, dans un village près de Tôkyô. Pas de tragédie, pas de coup de théâtre, pas de drame non plus, seulement des tranches de vie, drôles, amusantes, précieuses... Celles-ci pourraient être celles de tout un chacun, c'est peut-être pour cela que ce film nous touche autant.

Le réalisateur prend le temps de nous présenter les différents membres de cette famille, de s'attarder sur chacun d'entre eux. La magie opère sans qu'on puisse comprendre pourquoi. Peut-être parce que les acteurs ne sont pas tous des professionnels et que certains de ces débutants sont incroyablement doués. Par exemple Maya Banno, huit ans, qui incarne le personnage principal du film, une petite fille qui ne comprends pas pourquoi un double d'elle même de dix mètres de haut l'observe constamment!

Si mon petit texte et les multiples photos ci-dessous ne vous ont pas convaincu de voir ce très beau film, vous pouvez lire cette critique sur l'excellent site sancho-asia : http://www.sancho-asia.com/articles/the-taste-of-tea.


Canalblog DVD The Taste Of Tea13

Canalblog DVD The Taste Of Tea12

La famille Haruno :-)
Canalblog DVD The Taste Of Tea11

Canalblog DVD The Taste Of Tea03

Canalblog DVD The Taste Of Tea29

Sachiko, la cadette, qui se sent espionnée par un double géant. Cette enfant est la révélation du film, d'une présence et d'une gentillesse désarmantes.
Canalblog DVD The Taste Of Tea25

Canalblog DVD The Taste Of Tea19

Canalblog DVD The Taste Of Tea15

Pourquoi Sachiko est-elle si contente? Regardez le film :-)
Canalblog DVD The Taste Of Tea23

Hajime, un adolescent gauche mais attachant. Il se met au jeu de Go pour se rapprocher d'une camarade de classe.
Canalblog DVD The Taste Of Tea31

Canalblog DVD The Taste Of Tea04

Canalblog DVD The Taste Of Tea22

Yoshiko, la mère dessinatrice.
Canalblog DVD The Taste Of Tea16

Canalblog DVD The Taste Of Tea07

Canalblog DVD The Taste Of Tea18

Nobuo, père et médecin hypnotiseur.
Canalblog DVD The Taste Of Tea05

Akira, le grand-père un peu fou fou et lunatique qui vit dans son monde.
Canalblog DVD The Taste Of Tea17

Ayano, un oncle joué par le grand acteur Asano Tadanobou.
Canalblog DVD The Taste Of Tea09

Ikki, un autre oncle, mangaka, amateur de bizarreries musicales et, à ses heures perdues, délateur des infidélités d'une de ses collaboratrices.
Canalblog DVD The Taste Of Tea10

Canalblog DVD The Taste Of Tea06

Aoi Suzuishi, jouée par la chanteuse Anna Tsuchiya.
Canalblog DVD The Taste Of Tea30

Canalblog DVD The Taste Of Tea24


Et puis une galerie d'autres personnages, plus ou moins loufoques mais ô combien attachants.

Un danseur, en combinaison orange.
Canalblog DVD The Taste Of Tea08

Le fantôme d'un yakuza, mort, avec une grosse crotte sur la tête!!!!! L'acteur est Susumu Terajima, un des acteurs fétiches de Takeshi Kitano.
Canalblog DVD The Taste Of Tea14

Des cosplayeurs dans le train.
Canalblog DVD The Taste Of Tea21

Tiens, des bosozokus.
Canalblog DVD The Taste Of Tea28


Dans ce film la nature est omniprésente...
Canalblog DVD The Taste Of Tea01

Canalblog DVD The Taste Of Tea20

Canalblog DVD The Taste Of Tea26

Mais la technologie de l'homme est bien présente, menaçante et attendant son heure pour tout envahir.
Canalblog DVD The Taste Of Tea27


Image mystère...
Si avec ça vous ne vous jetez pas sur le film, c'est à désespérer :-(
Canalblog DVD The Taste Of Tea02

Posté par David Yukio à 17:32 - Cinéma japonais - Permalien [#]

17 juin 2012

Ozu Yasujiro : les films édités en France en VHS, Laserdics, DVD...



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais


Le premier film de Ozu distribué au cinéma en France fut "Voyage à Tôkyô" en 1978, soit quinze ans après sa mort en 1963.
Le premier magnétoscope à cassette, le U-matic de Sony, fut inventé en 1971 et le système VHS en 1976; il arriva en France en 1978 soit la même année que "Voyage à Tôkyô" au cinéma.

Ce n'est malheureusement que près de quinze ans plus tard, dans les années 90, que les films de Ozu furent disponibles en cassettes vidéos dans notre pays; que de temps perdu pour les cinéphiles des années 80!

Cet article essaye de lister tous les films de Ozu édités en France, quel que soit le support (cassettes vidéos, laserdisc ou DVD; pas de blu-ray pour le moment à la mi 2012).


Cassettes vidéos VHS (ordre chronologique d'édition en France puis ordre alphabétique pour les films sortis la même année)
Très peu d'éditeurs ont sorti en France les films de Ozu en K7 vidéos, seulement trois à ma connaissance.

A tout seigneur tout honneur, la magnifique collection "Le siècle des Lumière" éditée par La Sept/Vidéo et Argos Films regroupant douze films, édités dans les années 90; Lumière sans S puisqu'il s'agit des Frères Lumière.

La collection "Les films de ma vie" a eu l'honneur d'être la première à sortir en VHS en France un film de Ozu, le mythique "Voyage à Tôkyô".

Il y eut aussi Ciné Horizon, qui sorti des films muets sous la forme de cassettes regroupant deux films.

CanalBlog Cinéma Ozu K726 Voyage A Tokyo

CanalBlog Cinéma Ozu K726-1 Voyage A Tokyo
Voyage à Tôkyô, édité en 1990 (soit trente ans après la mort du cinéaste)

CanalBlog Cinéma Ozu K715 Tokyo Ga
Tokyo-Ga, documentaire de Wim Wenders en hommage à Ozu, édité en 1991

CanalBlog Cinéma Ozu K703 Dernier Caprice CanalBlog Cinéma Ozu K716 Dernier Caprice02
Dernier caprice, édité en 1993
 
CanalBlog Cinéma Ozu K706 Fin D Automne CanalBlog Cinéma Ozu K718 Fin D Automne02
Fin d'automne, édité en 1993


CanalBlog Cinéma Ozu K725 Le Goût Du Saké02
Le goût du saké, édité en 1993

CanalBlog Cinéma Ozu K724 Une Auberge A Tokyo L Amour D Une Mère
Une auberge à Tokyo - L'amour d'une mère, édités en 1994

CanalBlog Cinéma Ozu K701 Bonjour CanalBlog Cinéma Ozu K722 Bonjour02  
Bonjour, édité en 1994

CanalBlog Cinéma Ozu K705 Femmes Et Voyous Une Femme De Tokyo
Femmes et voyous - Une femme de Tokyo, édités en 1994 (source ici http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SRCH?IKT=12&TRM=036054763)

CanalBlog Cinéma Ozu K708 Gosses De Tokyo Où Sont Nos Rêves De Jeunesse
Gosses de Tokyo - Où sont nos rêves de jeunesse, édités en 1994 (source ici http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SRCH?IKT=12&TRM=014018330)

CanalBlog Cinéma Ozu K707 Fleurs D Equinoxe CanalBlog Cinéma Ozu K719 Fleurs D Equinoxe02      
Fleurs d'équinoxe, édité en 1994

CanalBlog Cinéma Ozu K709 Herbes Flottantes CanalBlog Cinéma Ozu K717 Herbes Flottantes02
Herbes flottantes, édité en 1994

CanalBlog Cinéma Ozu K713 Printemps Tardif CanalBlog Cinéma Ozu K720 Printemps Tardif02             
Printemps tardif, édité en 1995 (ou 1996 selon certains sites)

CanalBlog Cinéma Ozu K702 Crépuscule A Tokyo CanalBlog Cinéma Ozu K723 Crépuscule A Tokyo02
Crépuscule à Tokyo, édité en 1996

CanalBlog Cinéma Ozu K704 Eté Précoce CanalBlog Cinéma Ozu K721 Eté Précoce02
Eté précoce, édité en 1996

CanalBlog Cinéma Ozu K710 Le Goût Du Riz Au Thé Vert
Le goût du riz au thé vert, édité en 1996

CanalBlog Cinéma Ozu K712 Printemps Précoce
Printemps précoce, édité en 1996

CanalBlog Cinéma Ozu K714 Récit D Un Propriétaire
Récit d'un propriétaire, édité en 1996

CanalBlog Cinéma Ozu K711 Les Soeurs Munakata
Les soeurs Munakata, édité en 1996



Laserdisc
Il existe un seul LD, à ma connaissance, des films de Ozu sur le marché français, édité en 1992 par Alive (source : http://www.lddb.com/laserdisc/41593/000023/Ozu-Yasujiro:-Fleurs-d%27%C3%A9quinoxe/Herbes-flottantes/Dernier-caprice).
Ce coffret laserdisc vidéo, édité à 1 500 exemplaires, contient trois films en VOSTFR : Fleurs d'équinoxe, Herbes flottantes, Dernier caprice.

Je l'ai vu uniquement au Centre Pompidou en 1997 lors de la rétrospective consacrée à ce cinéaste mais c'est une rareté.
CanalBlog Cinéma Ozu Laserdisc01

CanalBlog Cinéma Ozu Laserdisc03


DVD
(ordre chronologique d'édition en France puis ordre alphabétique pour les films sortis la même année)

Beaucoup de DVD des films de Ozu ont été édités dans les années 2000 mais, depuis 2007, plus aucun nouveau film n'a été commercialisé; il faudra attendre fin 2013 pour que Carlotta sorte les premiers blu rays des films de Ozu en France et en profite pour rééditer "Voyage à Tôkyô" et le premier film sonore de Ozu, à savoir "Le fils unique".

CanalBlog Cinéma Ozu DVD05 Le Goût Du Saké
Le goût du saké, édité en 2001

CanalBlog Cinéma Ozu DVD03 Voyage A Tokyo
Le voyage à Tokyo, édité en 2001

CanalBlog Cinéma Ozu DVD04 Le Goût Du Saké
Le goût du saké, nouvelle édition 2002

CanalBlog Cinéma Ozu DVD01 Tokyo Ga
Tokyo-Ga de Wim Wenders, édité en 2003

CanalBlog Cinéma Ozu DVD08 Fleurs D Equinoxe Bonjour Fin D Automne Dernier Caprice Le Goût Du Saké
Coffret de cinq films en couleurs, édité en 2004
Les films présents sont les suivants :
 - Bonjour
 - Dernier caprice
 - Fin d'automne
 - Fleurs d'équinoxe
 - Le goût du saké
 - Gosses de Tokyo en bonus

Ces cinq films sont aussi sortis en DVD à l'unité.
CanalBlog Cinéma Ozu K727 Bonjour02
Bonjour, édité en 2004

CanalBlog Cinéma Ozu K728 Dernier Caprice02
Dernier caprice, édité en 2004

CanalBlog Cinéma Ozu K729 Fin D Automne02
Fin d'automne, édité en 2004

CanalBlog Cinéma Ozu K730 Fleurs D Equinoxe02
Fleurs d'équinoxe, édité en 2004

CanalBlog Cinéma Ozu K731 Le Goût Du Saké02
Le goût du saké, édité en 2004

CanalBlog Cinéma Ozu DVD10 Coffret01
Coffret de six films, édité en 2006
Les films présents sont les suivants :
 - Crépuscule à Tokyo
 - Histoire d'herbes flottantes
 - Où sont les rêves de jeunesse ?
 - Printemps tardif
 - Récit d'un propriétaire
 - Une Femme de Tokyo

CanalBlog Cinéma Ozu DVD09 Coffret01

CanalBlog Cinéma Ozu DVD11 Crépuscule A Tokyo
Crépuscule à Tokyo

CanalBlog Cinéma Ozu DVD16 Histoire D Herbes Flottantes Récit D Un Propriétaire
Histoire d'herbes flottantes
Récit d'un propriétaire

CanalBlog Cinéma Ozu DVD13 Printemps Tardif
Printemps tardif

CanalBlog Cinéma Ozu DVD12 Où Sont Les Rêves De jeunesse Une Femme De Tokyo
Où sont les rêves de jeunesse ?
Une Femme de Tokyo

CanalBlog Cinéma Ozu DVD14 Coffret01 Livret01

CanalBlog Cinéma Ozu DVD15 Coffret01 Livret02
Livret de 32 pages dans le coffret

CanalBlog Cinéma Ozu DVD07 Il Etait Un Père
Il était un père, édité en 2006

CanalBlog Cinéma Ozu DVD22 Coffret02
Deuxième coffret de six films, édité en 2007
Les films présents sont les suivants :
 - Choeur de Tokyo
 - Été précoce
 - Le Goût du riz au thé vert
 - Printemps précoce
 - Une Auberge à Tokyo
et un documentaire de deux heures "J'ai vécu mais..."

CanalBlog Cinéma Ozu DVD21 Coffret02

CanalBlog Cinéma Ozu DVD17 Choeur De Tokyo Une Auberge A Tokyo Eté Précoce
Choeur de Tokyo
Une Auberge à Tokyo
Été précoce

CanalBlog Cinéma Ozu DVD18 Le Goût Du Riz Au Thé Vert Printemps Précoce
Le Goût du riz au thé vert
Printemps précoce

CanalBlog Cinéma Ozu DVD18 Documentaire J Ai Vécu Mais
J'ai vécu mais...

CanalBlog Cinéma Ozu DVD19 Coffret02 Livret01

CanalBlog Cinéma Ozu DVD20 Coffret02 Livret02

Livret de 32 pages dans le coffret

CanalBlog Cinéma Ozu DVD06 Herbes Flottantes
Herbes flottantes, édité en 2007


CanalBlog Cinéma Ozu DVD02 Voyage A Tokyo
Voyage à Tokyo, édité en 2007


CanalBlog Cinema Ozu DVD032
Voyage à Tokyo, édité en 2013

CanalBlog Cinema Ozu DVD033

CanalBlog Cinema Ozu DVD034
Le fils unique, édité en 2013

CanalBlog Cinema Ozu DVD035


Blu-ray
Fin 2013, l'éditeur français Carlotta a sorti les deux premiers blu-rays consacrés à Ozu dans notre pays, à savoir le célèbre "Voyage à Tôkyô" mais aussi "Le fils unique" qui est le premier film sonore de Ozu et était inédit en France.

CanalBlog Cinema Ozu BR001
Voyage à Tôkyô, édité en 2013

CanalBlog Cinema Ozu BR002

CanalBlog Cinema Ozu BR003
Le fils unique édité en 2013

CanalBlog Cinema Ozu BR004

 

Posté par David Yukio à 18:40 - Cinéma japonais - Permalien [#]

07 mai 2012

Cinéma japonais, rétrospective de 1997 au Centre Georges pompidou - deuxième programme



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


En 1997 c'était l'année du Japon en France et, pour cette grande fête, a eu lieu une grande rétrospective du cinéma japonais au centre Georges Pompidou de 200 films!
La manifestation, du 19 mars au 29 septembre, était répartie en deux programmes et chacune a eu droit à un catalogue; voici le contenu du deuxième. Vous excuserez les fautes d'orthographes mais je n'ai pas pu saisir toutes ces données manuellement pour cause de temps mais je me suis fait aider par un OCR (logiciel de reconnaissance optique de caractères).

Vous trouverez ici un article plus complet sur la rétrospective et le contenu premier programme : http://japon.canalblog.com/archives/2012/04/15/24020366.html


Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 02 Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 01

Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 03 Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 04

Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 05 Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 06

Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 07 Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 08

Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 09 Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 10

Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 11 Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 12

Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 13 Canalblog Cinéma Rétro 1997 02 14

"Deuxième partie

mercredi 11 juin
14h30      Cœur capricieux de Yasujiro Ozu, 1933, 100 mn (muet)
17h30      Trois samouraïs hors la loi d'Hideo Gosha, 1964, 95 mn
20h30      Nuages d'été de Mikio Naruse, 1958, 128 mn


jeudi 12 juin
14h30      Ma Mère dans mes paupières d'Hiroshi Inagaki, 1931, 72 mn (muet)

17h30      Voici les femmes du printemps qui pleure d'Hiroshi Shimizu, 1933, 96 mn
20h30      La Vengeance est à moi de Shohei Imamura, 1979, 129 mn

vendredi 13 juin
14h30      La Véritable histoire d'Abe Sada de Noboru Tanaka, 1975, 76 mn
17h30      Le Galopin de Yasujiro Ozu, 1929, 57 mn (muet)
20h30      Ran d'Akira Kurosawa, 1985, 163 mn

samedi 14 juin
14h30      Jours de jeunesse de Yasujiro Ozu, 1929, 103 mn (muet)
17h30      L'Empereur Tomato Ketchup de Shuji Terayama, 1970, 25 mn
               Seize + un de Shuji Terayama, 1974, 12 mn
               La Guerre de Jan-Ken-Pon de Shuji Terayama, 1970, 15 mn

               Film de l'ombre - Une femme à deux têtes de Shuji Terayama, 1977, 20 mn
               Der Prozess de Shuji Terayama, 1975, 30 mn
               durée totale : 102 mn

20h30      Les Sept Samouraïs d'Akira Kurosawa, 1954, 200 mn

dimanche 15 juin
14h30      La Vie d'Oharu femme galante de Kenji Mizoguchi, 1952, 118 mn
17h30      Kochiyama Soshun de Sadao Yamanaka, 1936, 82 mn
20h30      Un amour pur de Carmen de Keisuke Kinoshita, 1952, 103 mn


lundi 16 juin
14h30      Tampopo de Juzo Itami, 1985, 114 mn
17h30      La Vengeance d'un acteur de Teinosuke Kinugasa, 1935, 98 mn
20h30      Vivre d'Akira Kurosawa, 1952, 143 mn

mercredi 18 juin
14h30      Carnets de route de Chuji de Daisuke Ito, 1927, 91 mn (muet)
17h30      Le Chevalier voleur de Daisuke Ito, 1931, 60 mn (muet)
20h30      Le Peigne d'Oroku de Daisuke Ita, 1935, 80 mn


jeudi 19 juin
14h30      Après notre séparation de Mikio Naruse, 1933, 60 mn (muet)
17h30      Osho, le joueur d'échecs de Daisuke Ito, 1948, 93 mn
20h30      Le Palanquin mystérieux de Daisuke Ito, 1951, 95 mn


vendredi 20 juin
14h30      Benten Kozo de Daisuke Ito,1958, 86 mn
17h30      Le Trône du théâtre Nô de Daisuke Ito, 1953, 124 mn
20h30      Le Train bondé de Kon Ichikawa, 1957, 100 mn


samedi 21 juin
14h30      Les Danseuses d'Izu d'Heinosuke Gosho, 1933, 93 mn (muet)

17h30      Sazen Tange : le Pot d'un million de ryos de Sadao Yamanaka, 1935, 84 mn
20h30      Yojimbo d'Akira Kurosawa, 1961, 110 mn


dimanche 22 juin
14h30      Rêve de chaque nuit de Mikio Naruse, 1933, 64 mn (muet)
17h30      La Mariée du château d'Otori de Teïji Matsuda, 1957, 86 mn
20h30      Les Habits de la vanité de Kimisaburo Yoshimura, 1951, 120 mn


lundi 23 juin

14h30      Jiraiya, héros sacré de Shozo Makino, 1921, 30 mn (muet)
               Les 47 ronins de Shozo Makino, 1928, 65 mn (muet)
               durée totale : 95 mn 17h30
17h30      Ames sur la route de Minoru Murata, 1921, 84 mn (muet)
20h30      Le Joueur vagabond d'Hiroshi Inagaki, 1928, 60 mn (muet)


mercredi 25 juin
14h30      Carrefour (Ombres à Yoshiwara) de Teinosuke Kinugasa, 1928, 65 mn (muet)
17h30      Jours de jeunesse de Yasujiro Ozu, 1929, 103 mn (muet)
20h30      Un héros de Tokyo d'Hiroshi Shimizu, 1935, 63 mn


jeudi 26 juin
14h30      Le Fil blanc de la cascade de Kenji Mizoguchi, 1933, 98 mn (muet)
17h30      La Ballade de Kyoshiro Nemuri de Kazuo Ikehiro, 1964, 81 mn
20h30      24 prunelles de Keisuke Kinoshita, 1954, 156 mn


vendredi 27 juin
14h30      Okoto et Sasuke de Yasujiro Shimazu, 1935, 100 mn
17h30      Mon amie et mon épouse d'Heinosuke Gosho, 1931, 57 mn
20h30      Contes fantastiques de Yotsuya de Kenji Misumi, 1959, 84 mn


samedi 28 juin
14h30      Chronique du soleil à la fin de l'ère Edo de Yuzo Kawashima, 1957, 111 mn
17h30      Le Quartier des ronins de Masahiro Makino, 1957, 110 mn
20h30      La Rivière noire de Masaki Kobayashi, 1957, 115 mn


dimanche 29 juin
14h30      Courant chaud de Kosaburo Yoshimura, 1939, 124 mn
17h30      Courant chaud de Yasuzo Masumura, 1957, 94 mn
20h30      Les Oies sauvages de Shiro Toyoda, 1953, 102 mn


lundi 30 juin
14h30      La Rue sans fin de Mikio Naruse, 1934, 87 mn (muet)
17h30      Le Paradis de Suzaki de Yuzo Kawashima, 1956, 81 mn
20h30      La Pièce aux murs épais de Masaki Kobayashi, 1953, 110 mn


mercredi 2 juillet
14h30      La Légende de Musashi d'Hiroshi Inagaki, 1954, 94 mn
17h30      Duel à Ichijoji d'Hiroshi Inagaki, 1954, 104 mn
20h30      La Voie de la lumière d'Hiroshi Inagaki, 1955, 195 mn

 
jeudi 3 juillet
14h30      Rêve de chaque nuit de Mikio Naruse, 1933, 64 mn (muet)
17h30      La Vengeance d'un acteur de Teinosuke Kinugasa, 1935, 98 mn
20h30      Devant la gare de Nishi-Ginza de Shohei Imamura, 1958, 52 mn


vendredi 4 juillet
14h30      Kochiyama Soshun de Sadao Yamanaka, 1936, 82 mn
17h30      Nuages d'été de Mikio Naruse, 1958, 128 mn
20h30      Le Palanquin mystérieux de Daisuke Ito, 1951, 95 mn

samedi 5 juillet
14h30      Le Trône du théâtre Nô de Daisuke Ito, 1953, 124 mn
17h30      Benten Kozo de Daisuke Ito, 1958, 86 mn
20h30      Le Sabre de Kenji Misumi, 1964, 94 mn

dimanche 6 juillet
14h30      Tuer ! de Kenji Misumi, 1962, 114 mn
17h30      Ville de violence de Satsuo Yamamoto, 1950, 111 mn
20h30      Zone de vide de Satsuo Yamajnoto, 1952, 129 mn

lundi 7 juillet
14h30      Jiraiya, héros sacré de Shozo Makino, 1921, 30 mn (muet)
               Les 47 ronins de Shozo Makino, 1928, 65 mn (muet)
               durée totale : 95 mn
17h30      Ma Mère dans mes paupières d'Hiroshi Inagaki, 1931, 72 mn (muet)
20h30      Le Joueur vagabond d'Hiroshi Inagaki, 1928, 60 mn (muet)

mercredi 9 juillet
14h30      L'Empereur Tomato Ketchup de Shuji Terayama, 1970, 25 mn + court métrage de Shuji Terayama
17h30      La Ballade de Kyoshiro Nemuri de Kazuo Ikehiro, 1964, 81 mn
20h30      Le Galopin de Yasujiro Ozu, 1929, 57 mn (muet)

jeudi 10 juillet
14h30      Le Policier de Tomù Uchida, 1933, 91 mn (muet)
17h30      La Terre de Tomu Uchida, 1939, 92 mn
20h30      Le Mont Fuji et la lance ensanglantée de Tomu Uchida, 1955, 94 mn

vendredi 11 juillet
14h30      Le Passage du grand Bouddha (I) de Tomu Uchida, 1957, 119 mn
17h30      Le Passage du grand Bouddha (II) de Tomu Uchida, 1958, 105 mn
20h30      Le Passage du grand Bouddha (III) de Tomu Uchida, 1959, 106 mn

samedi 12 juillet
14h30      Osho, le joueur d'échecs de Daisuke Ito, 1948, 93 mn
17h30      Le Théâtre de la vie - Hishakaku et Kiratsune de Tornu Uchida, 1968, 109 mn
20h30      Meurtre à Yoshiwara de Tomu Uchida, 1960, 110 mn

dimanche 13 juillet
14h30      Mon amie et mon épouse d'Heinosuke Gosho, 1931, 57 mn
17h30      Après notre séparation de Mikio Naruse, 1933, 60 mn (muet)
20h30      Un amour pur de Carmen de Keisuke Kinoshita, 1952, 103 mn

lundi 14 juillet
14h30      La Rue sans fin de Mikio Naruse, 1934, 87 mn (muet)
17h30      Histoire de Zatoichi de Kenji Misurai, 1962, 96 mn
20h30      Le Détroit de la faim de Tomu Uchida, 1964, 182 mn

mercredi 16 juillet
14h30      Le Chevalier voleur de Daisuke Ito, 1931, 60 mn (muet)
17h30      Le Peigne d'Oroku de Daisuke Ito, 1935, 80 mn
20h30      Benten Kozo de Daisuke Ito, 1958, 86 mn

jeudi 17 juillet
14h30      Le Théâtre de la vie - Hishakaku et Kiratsune de Tomu Uchida, 1968, 109 mn
17h30      Le Policier de Tomu Uchida, 1933, 91 mn (muet)
20h30      Carnets de route de Chuji de Daisuke Ito, 1927, 91 mn (muet)

vendredi 18 juillet
14h30      La Terre de Tomu Uchida, 1939, 92 mn
17h30      Le Mont Fuji et la lance ensanglantée de Tomu Uchida, 1955, 94 mn
20h30      Meurtre à Yoshiwara de Tomu Uchida, 1960, 110 mn

samedi 19 juillet
14h30      Kirare Yosaburo de Daisuke Ito, 1960, 94 mn
17h30      Le Train bondé de Kon Ichikawa, 1957, 100 mn
20h30      Trois samouraïs hors la loi d'Hideo Gosha, 1964, 95 mn

dimanche 20 juillet
14h30      Le Passage du grand Bouddha (I) de Tomu Uchida, 1957, 119 mn
17h30      Le Passage du grand Bouddha (II) de Tomu Uchida, 1958, 105 mn
20h30      Le Passage du grand Bouddha (III) de Tomu Uchida, 1959, 106 mn

lundi 21 juillet
14h30      Ames sur la route de Minoru Murata, 1921, 84 mn (muet)
17h30      Carrefour (Ombres à Yoshiwara) de Teinosuke Kinugasa, 1928, 65 mn (muet)
20h30      Cœur capricieux de Yasujiro Ozu, 1933, 100 mn (muet)

mercredi 23 juillet
14h30      Voici les femmes du printemps qui pleure d'Hiroshi Shimizu, 1933, 96 mn
17h30      Un héros de Tokyo d'Hiroshi Shimizu, 1935, 63 mn
20h30      La Tour des Lys de Tadashi Imai, 1953, 127 mn

jeudi 24 juillet
14h30      Sazen Tange : le Pot d'un million de ryos de Sadao Yamanaka, 1935, 84 mn
17h30      Les Danseuses d'Izu d'Heinosuke Gosho, 1933, 93 mn (muet)
20h30      Nous sommes vivants de Tadashi Imai, 1951, 102 mn

vendredi 25 juillet
14h30      Le Fil blanc de la cascade de Kenji Mizoguchi, 1933, 98 mn (muet)
17h30      Okoto et Sasuke de Yasujiro Shimazu, 1935, 100 mn
20h30      Jours de jeunesse de Yasujiro Ozu, 1929, 103 mn (muet)

samedi 26 juillet
14h30      Le Théâtre de la vie - Hishakaku et Kiratsume de Tomu Uchida, 1968, 109 mn
17h30      Le Mont Fuji et la lance ensanglantée de Tomu Uchida, 1955, 94 mn
20h30      Le Trône du théâtre Nô de Daisuke Ito, 1953, 124 mn

dimanche 27 juillet
14h30      Les Habits de la vanité de Kimisaburo Yoshimura, 1951, 120 mn
17h30      Un amour pur de Carmen de Keisuke Kinoshita, 1952, 103 mn
20h30      Le Détroit de la faim de Tomu Uchida, 1964, 182 mn

lundi 28 juillet
14h30      Bruits d'avion de Tomotaka Tasaka, 1939, 84 mn
17h30      Les Cinq éclaireurs de Tomotaka Tasaka, 1937, 72 mn
20h30      Terre et soldats de Tomotaka Tasaka, 1939, 119 mn

mercredi 30 juillet
14h30      Kirare Yosaburo de Daisuke Ito, 1960, 94 mn
17h30      Chacun dans sa coquille de Tomu Uchida, 1955, 124 mn
20h30      24 prunelles de Keisuke Kinoshita, 1954, 156 mn

jeudi 31 juillet
14h30      Meurtre à Yoshiwara de Tomu Uchida, 1960, 110 mn
17h30      Osho, le joueur d'échecs de Daisuke Ito, 1948, 93 mn
20h30      Le Palanquin mystérieux de Daisuke Ito, 1951, 95 mn

vendredi 1er août
14h30      Le Passage du grand Bouddha (I) de Tomu Uchida, 1957, 119 mn
17h30      Le Passage du grand Bouddha (II) de Tomu Uchida, 1958, 105 mn
20h30      Le Passage du grand Bouddha (III) de Tomu Uchida, 1959, 106 mn

samedi 2 août
14h30      La Légende de Musashi d'Hiroshi Inagaki, 1954, 94 mn
17h30      Duel à Ichijoji d'Hiroshi Inagaki, 1954, 104 mn
20h30      La Voie de la lumière d'Hiroshi Inagaki, 1955, 195 mn

dimanche 3 août
14h30      Courant chaud de Kosaburo Yoshimura, 1939,124 mn
17h30      Courant chaud de Yasuzo Masumura, 1957, 94 mn
20h30      La Mariée du château d'Otori de Teiji Matsuda, 1957, 86 mn

lundi 4 août
14h30      Le Paradis de Suzaki de Yuao Kawashiraa, 1956, 81 mn
17h30      La Pièce aux murs épais de Masaki Kobayashi, 1953, 110 mn
20h30      La Vengeance d'un acteur de Teinosuke Kinugasa, 1935, 98 mn

mercredi 6 août
14h30      Le Mouchoir rouge de Toshio Masuda, 1964, 98 mn
17h30      Les Cinq éclaireurs de Tomotaka Tasaka, 1937, 72 mn
20h30      Terre et soldats de Tomotaka Tasaka, 1939, 119 mn

jeudi 7 août
14h30      Ce type méprisable de Koreyoshi Kurahara, 1963, 106 mn
17h30      Chacun dans sa coquille de Tomu Uchida, 1955, 124 mn
20h30      Les Habits de la vanité de Kimisaburo Yoshimura, 1951, 120 mn

vendredi 8 août
14h30      La Tour des Lys de Tadashi Imai, 1953, 127 mn
17h30      Nous sommes vivants de Tadashi Imai, 1951, 102 mn
20h30      Histoire cruelle du Bushido de Tadasni Imai 1963, 123 mn

samedi 9 août
14h30      Tuer! de Kenji Misumi, 1962, 114 mn
17h30      Le Sabre de Kenji Misumi, 1964, 94 mn
20h30      Le Détroit de la faim de Tomu Uchida, 1964, 182 mn

dimanche 10 août
14h30      Duel à Takadanobaba de Masahiro Makino, 1937, 50 mn
17h30      Le Quartier des ronins de Masahiro Makino, 1957, 110 mn
20h30      La Légende des Yakuzas de Masahiro Makino, 1964, 98 mn

lundi 11 août
14h30      Devant la gare de Nishi-Ginza de Shohei Imamura, 1958, 52 mn
17h30      La Fleur pâle de Masahiro Shinoda, 1964, 98 mn
20h30      Contes fantastiques de Yotsuya de Kenji Misumi, 1959, 84 mn

mercredi 13 août
14h30      Terre et soldats de Tomotaka Tasaka, 1939, 119 mn
17h30      Bruits d'avion de Tomotaka Tasaka, 1939, 84 mn
20h30      Les Oies sauvages de Shiro Toyoda, 1953, 102 mn

jeudi 14 août
14h30      Les Mauvais garçons de Susumu Hani, 1961, 90 mn
17h30      Courant chaud de Kosaburo Yoshimura, 1939, 124 mn
20h30      Courant chaud de Yasuzo Masuraura, 1957, 94 mn

vendredi 15 août
14h30      Le Paradis de Suzaki de Yuzo Kawashima, 1956, 81 mn
17h30      Chronique du soleil à la fin de l'ère Edo de Yuzo Kawashima, 1957, 111 mn
20h30      Ville de violence de Satsuo Yamamoto, 1950, 111 mn

samedi 16 août
14h30      Histoire de Zatoichi de Kenji Misumi, 1962, 96 mn
17h30      Les Baisers de Yasuzo Masumura, 1957, 73 mn
20h30      Le Précipice de Yasuzo Masumura, 1958, 97 mn

dimanche 17 août
14h30      Le Géant et les jouets de Yasuzo Masumura, 1958, 96 mn
17h30      La Femme de Seisaku de Yasuzo Masumura, 1965, 93 mn
20h30      Swastika de Yasuzo Masumura, 1964, 90 mn

lundi 18 août
14h30      L'Orphelin de Kenji Misumi, 1964, 88 mn
17h30      La Légende des Yakuzas de Masahiro Makino, 1964, 98 mn
20h30      Zone de vide de Satsuo Yamamoto, 1952, 129 mn

mercredi 20 août
14h30      Nous sommes vivants de Tadashi Imai, 1951, 102 mn
17h30      La Tour des Lys de Tadashi Imai, 1953, 127 mn
20h30      Histoire cruelle du Bushido de Tadashi Imai, 1963, 123 mn

jeudi 21 août
14h30      La Pièce aux murs épais de Masaki Kobayashi, 1953, 110 mn
17h30      La Rivière noire de Masaki Kobayashi, 1957, 115 mn
20h30      Chacun dans sa coquille de Tomu Uchida, 1955, 124 mn

vendredi 22 août
14h30      L'Aiguillon de la mort de Kohei Oguri, 1990, 115 mn
17h30      La Mariée du château d'Otori de Teiji Matsuda, 1957, 86 mn
20h30      24 prunelles de Keisuke Kinoshita, 1954, 156 mn

samedi 23 août
14h30      La Fleur pâle de Masahiro Shinoda, 1964, 98 mn
17h30      Svastika de Yasuzo Masumura, 1964, 90 mn
20h30      L'Elégie de la bagarre de Seijun Suzuki, 1966, 96 mn

dimanche 24 août
14h30      Elle et lui de Susumu Hani, 1963, 114 mn
17h30      Un chemin lointain de Sachiko Hidari, 1977, 117 mn
20h30      Brumes de chaleur  de Seijun Suzuki, 1981, 139 mn

lundi 25 août
14h30      Le Mouchoir rouge de Toshio Masuda, 1964, 98 mn
17h30      Ce type méprisable de Koreyoshi Kurahara, 1963, 106 mn
20h30      Chronique du soleil à la fin de l'ère Edo de Yuzo Kawashima, 1957, 111 mn

mercredi 27 août
14h30      Devant la gare de Nishi-Ginza de Shohei Imamura, 1958, 52 mn
17h30      L'Orphelin de Kenji Misumi, 1964, 88 mn
20h30      Ville de violence de Satsuo Yamamoto, 1950, 111 mn

jeudi 28 août
14h30      Duel à Takadanobaba de Masahiro Makino, 1937, 50 mn
17h30      Harakiri de Masaki Kobayashi, 1962, 135 mn
20h30      La Légende des Yakuzas de Masahiro Makino, 1964, 98 mn

vendredi 29 août
14h30      Contes fantastiques de Yotsuya de Kenji Misumi, 1959, 84 mn
17h30      Le Sabre de Kenji Misumi, 1964, 94 mn
20h30      Zone de vide de Satsuo Yamamoto, 1952, 129 mn

samedi 30 août
14h30      Le Traquenard d'Hiroshi Teshigahara, 1962, 97 mn
17h30      Le Visage d'un autre d'Hiroshi Teshigahara, 1966, 122 mn
20h30      Fassions juvéniles de Ko Nakahira, 1956, 86 mn

dimanche 31 août
14h30      Le Précipice de Yasuzo Masumura, 1958, 97 mn
17h30      Le Géant et les jouets de Yasuzo Masumura, 1958, 96 mn
20h30      Brumes de chaleur de Seijun Suzuki, 1981, 139 mn
 
lundi 1er septembre
14h30      La Femme de Seisaku de Yasuzo Masumura, 1965, 93 mn
17h30      Svastika de Yasuzo Masumura, 1964,90 mn
20h30      Les Mauvais garçons de Susumu Hani, 1961, 90 mn

mercredi 3 septembre
14h30      Tuer! de Kenji Misumi, 1962, 114 mn
17h30      Le Mouchoir rouge de Toshio Masuda, 1964, 98 mn
20h30      La Fleur pâle de Masahiro Shinoda, 1964, 98 mn

jeudi 4 septembre
14h30     Un chemin lointain de Sachiko Hidari, 1977, 117 mn
17h30     Elle et lui de Susumu Hani, 1963, 114 mn
20h30     L'Aiguillon de la mort de Kohei Oguri, 1990, 115 mn

vendredi 5 septembre
14h30      Les Oies sauvages de Shiro Toyoda, 1953, 102 mn
17h30      La Rivière noire de Masaki Kobayashi, 1957, 115 mn
20h30      Histoire cruelle du Bushido de Tadashi Imai, 1963, 123 mn

samedi 6 septembre
14h30      Les Baisers de Yasuzo Masumura, 1957, 73 mn
17h30      Le Précipice de Yasuzo Masumura, 1958, 97 mn
20h30      Le Géant et les jouets de Yasuzo Masumura, 1958, 96 mn

dimanche 7 septembre
14h30      L'Elégie de la bagarre de Seijun Suzuki, 1966, 96 mn
17h30      La Marque du tueur de Seijun Suzuki, 1967, 91 mn
20h30      Mélodie tzigane de Seijun Suzuki, 1980, 145 mn
 
lundi 8 septembre
14h30      L'Orphelin de Kenji Misumi, 1964, 88 mn
17h30      Histoire de Zatoichi de Kenji Misumi, 1962, 96 mn
20h30      La Femme de Seisaku de Yasuzo Masumura, 1965, 93 mn
 
mercredi 10 septembre
14h30      Le Traquenard d'HIroshi Teshigahara, 1962, 97 mn
17h30      Goyokin ou La Terreur des Sabai d'Hideo Gosha, 1969, 124 mn
20h30      Adieu l'arche de Shuji Terayama, 1982, 127 mn
 
jeudi 11 septembre
14h30      Histoire écrite par l'eau de Kiju Yoshida, 1965, 120 mn
17h30      Flamme et femme de Kiju Yoshida, 1967, 101 mn
20h30      Eros + massacre de Kiju Yoshida, 1969, 185 mn

vendredi 12 septembre
14h30      Les Mères de Toshio Matsumoto, 1967, 30 mn
               Le Labyrinthe d'herbes de Shuji Terayama, 1976, 40 mn
               durée totale : 70 mn
17h30      Jetons les livres, sortons dans la rue de Shuji Terayama, 1971, 119 mn
20h30      Cache-cache pastoral de Shuji Terayama, 1974, 102 mn

samedi 13 septembre
14h30      Kids Return de Takeshi Kitano, 1996, 107 mn
17h30      Sonatine de Takeshi Kitano, 1993, 94 mn
20h30      Adieu la terre natale de Mitsuo Yanagirnachi, 1982, 130 mn

dimanche 14 septembre
14h30      Le Conspirateur de Daisuke Ito, 1961, 110 mn
17h30      Sharaku de Masahiro Shinoda, 1995, 115 mn
20h30      Grains de sable de Ryosuke Hashiguchi, 1996, 129 mn

lundi 15 septembre
14h30      L'Elégie de la bagarre de Seijun Suzuki, 1966, 96 mn
17h30      La Marque du tueur de Seijun Suzuki, 1967, 91 mn
20h30      Mélodie tzigane de Seijun Suzuki, 1980, 145 mn

mercredi 17 septembre
14h30      Le Village de mes rêves de Yoichi Higashi, 1996, 112 mn
17h30      La Mort d'un maître de thé de Kei Kumai, 1989, 107 mn
20h30      Brumes de chaleur de Seijun Suzuki, 1981, 139 mn

jeudi 18 septembre
14h30      Les Baisers de Yasuzo Masumura, 1957, 73 mn
17h30      Le Traquenard d'Hiroshi Teshigahara, 1962, 97 mn
20h30      Le Visage d'un autre d'Hiroshi Teshigahara, 1966, 122 mn

vendredi 19 septembre
14h30      Goyokin ou La Terreur des Sabai d'Hideo Gosha, 1969, 124 mn
17h30      Une page folle de Teinosuke Kinugasa, 1926, 60 mn (muet)
20h30      Mélodie tzigane de Seijun Suzuki, 1980, 145 mn

samedi 20 septembre
14h30      Les Mères de Toshio Matsumoto, 1967, 30 mn
               Le Labyrinthe d'herbes de Shuji Terayama, 1976, 40 mn
               durée totale : 70 mn
17h30      Passions juvéniles de Ko Nakahira, 1956, 86 mn
20h30      Scandale d'Akira Kurosawa, 1950, 105 mn

dimanche 21 septembre
14h30      Jetons les livres, sortons dans la rue de Shuji Terayarna, 1971, 119 mn
17h30      Cache-cache pastoral de Shuji Terayama, 1974, 102 mn
20h30      Adieu l'arche de Shuji Terayama, 1982, 127 mn

lundi 22 septembre
14h30      Okaeri de Makoto Shinozaki, 1995, 99 mn
17h30      Flamme et femme de Kiju Yoshida, 1967, 101 mn
20h30      Eros + massacre de Kiju Yoshida, 1969, 185 mn

mercredi 24 septembre
14h30      Une page folle de Teinosuke Kinugasa, 1926, 60 mn (muet)
17h30      Le Village de mes rêves de Yoichi Higashi, 1996, 112 mn
20h30      Adieu la terre natale de Mitsuo Yanagimachi, 1982, 130 mn

jeudi 25 septembre
14h30      La Marque du tueur de Seijun Suzuki, 1967, 91 mn
17h30      Oyuki la vierge de Kenji Mizoguchi, 1935, 75 mn
20h30      L'Impératrice Yang Kwei-Fei de Kenji Mizoguchi, 1955, 98 mn

vendredi 26 septembre    
14h30      Le Conspirateur de Daisuke Ito, 1961, 110 mn
17h30      Sonatine de Takeshi Kitano, 1993, 94 mn
20h30      Dodescaden d'Akira Kurosawa, 1970, 140 mn

samedi 27 septembre
14h30      Kids Return de Takeshi Kitano, 1996, 107 mn
17h30      Scandale d'Akira Kurosawa, 1950, 105 mn
20h30      Rashômon d'Akira Kurosawa, 1950, 88 mn

dimanche 28 septembre
14h30      Rashômon d'Akira Kurosawa, 1950, 88 mn
17h30      Oyuki la vierge de Kenji Mizoguchi, 1935, 75 mn
20h30      Dodescaden d'Akira Kurosawa, 1970, 140 mn
 
lundi 29 septembre
14h30      Okaeri de Makoto Shinozaki, 1995, 99 mn
17h30      La Mort d'un maître de thé de Kei Kumai, 1989, 107 mn
20h30      Grains de sable de Ryosuke Hashiguchi, 1996, 129 mn"


Notes liées dans mon blog

Liste articles cinéma japonais


Posté par David Yukio à 11:50 - Cinéma japonais - Permalien [#]

15 avril 2012

Cinéma japonais, rétrospective de 1997 au Centre Georges pompidou - premier programme



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


En 1997 c'était l'année du Japon en France et, pour cette grande fête, a eu lieu une grande rétrospective du cinéma japonais au centre Georges Pompidou de 200 films!
La manifestation, du 19 mars au 29 septembre, était répartie en deux programmes et chacune a eu droit à un catalogue; voici le contenu du premier.

Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_02 Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_01
Vous excuserez le texte en rouge sur la couverture mais c'est la traduction du dernier poème de Ozu, écrit peu avant sa mort. Je le vis sur un box LD de ses films, édité par la FNAC, exposé dans une vitrine du centre Pompidou, et j'ai été si saisi par sa beauté qu'il a fallu que je le note immédiatement; je n'avais que mon catalogue comme support papier ce jour là; quelle émotion...
"Sous le ciel, le printemps est tout en fleurs.
Les cerisiers sont en bourgeons.
Je me sens vague et je songe au goût du poisson.
Les fleurs sont fripées comme des chiffons.
Et le saké est amer comme un insecte."


Voici cette fois la traduction légèrement différente de l'excellent livre de Max teissier "Images du cinéma japonais" :
"Sous le ciel, le printemps est tout en fleurs.
Les cerisiers sont merveilleux.
Ici, je me sens distrait et songe au goût du "samma".
Les fleurs de cerisiers sont fripées comme des chiffons.
Le saké est amer comme un insecte."

Pour ceux qui aiment ce genre de poésie, un tour ici s'impose http://japon.canalblog.com/archives/2005/05/08/652210.html


Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_03
Présentation de l'évènement.

"Le cinéma japonais

Cette manifestation a été conçue par Jean-Loup Passek, coordinateur général, assisté de Sylvie Pras, en collaboration avec la Fondation du Japon.
La sélection des films a été assurée par Max Tessier en collaboration avec M. Tomozo Yano (Fondation du Japon - Tokyo) et le Film Center du Musée d'Art Moderne de Tokyo, la recherche des copies et la programmation par Sylvie Pras. La brochure a été rédigée par Max Tessier et Pascal Vincent (Alive). Le service de presse incombait à Matilde Incerti assistée d'Hélène Cagniard, la circulation des copies à Marie-José Charo assistée de Baptiste Coutureau et le secrétariat à Michèle Sarrazin.


Nous tenons à remercier en priorité les personnes et organismes suivants, sans lesquels cette manifestation n'aurait pu être réalisée :
M. Shinichiro Asao, Président de la Fondation du Japon (Tokyo)
M. Yoshihito Otsuka et la Fondation du Japon (Paris)
M. Tomozo Yano, chargé de mission de la manifestation (Fondation du Japon, Tokyo)
MM. Masayoshi Ohba, Hisashi Okajima, Saiki Okada, Film Center du Musée d'Art Moderne de Tokyo
MM. Jean-Pierre Jackson et Pascal Vincent et les films Alive
Les Laboratoires Pierre Fabre
La Ville de Paris - Association Paris / Tokyo
Le Ministère de la Culture (DAI).


ainsi que :
Hiroko Govaers
Kiyomasa Kawakita
Julie René et la Cinémathèque Française
Armelle Pinet et Ciné Saison
Annette Ferrasson et Connaissance du Cinéma
Olivier Depecker et Films sans Frontières
Christa Brautigam et Hexatel
Philippe Jacquier et Sepia Production"

Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_20
Les informations pratiques.


Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_04 Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_05
Présentation de Jean Loup Passek

"Le cinéma japonais

Dans le cadre de l'Année du Japon et en collaboration avec la Fondation du Japon, le Centre Georges Pompidou organise une grande manifestation cinématographique en hommage au cinéma japonais des origines à nos jours. Cette manifestation est prévue de mars à octobre 1997 et sera divisée en trois volets principaux :

1) Une rétrospective d'environ 200 films programmée dans la salle Garance à raison de trois séances par jour (dix huit séances par semaine). Ce panorama cinématographique est composé d'une part par des rétrospectives d'auteurs déjà connus en France (Mizoguchi, Kurosawa, Oshima, Ichikawa, Kobayashi, Ozu, Naruse, Shindo, Yoshida), d'autre part par un florilège d'œuvres émanant de cinéastes importants dont la diffusion dans notre pays a été plus parcimonieuse (Kinoshita, Kinugasa, Ito, Gosho, H. Shimizu, Uchida, H. Shimazu, S. Yamamoto, Inagaki, Suzuki, Masumura), enfin par la découverte de films totalement méconnus non seulement en France, mais encore hors du Japon, notamment des films des années 20, 30 et 40.

Les «genres» traditionnels du cinéma japonais devraient pouvoir être facilement identifiés par les spectateurs non seulement bien entendu les jidai-geki (films d'époque) et les gendai-geki (films contemporains), mais aussi les films-sabres (chambara), les films «noirs» (Yakuza-eiga), les films de «monstres» (kaiju-eiga), les films érotiques, sans oublier les distinctions plus subtiles entre les shomin-geki, les haha-mono, les tsuma-mono, les seishun-eiga, les kayo-eiga.
Il s'agit là de proposer au public un vaste éventail de films japonais qui lui permettra de voir ou de revoir des films célèbres comme Rashomon ou L'Idiot de Kurosawa, Le Héros sacrilège ou L'Intendant Sansho de Mizoguchi, Printemps précoce ou Voyage à Tokyo d'Ozu, Herbes flottantes de Naruse ou La Confession impudique d'Ichikawa, mais aussi de découvrir des œuvres «incontournables» et rarissimes comme Ames sur la route (M. Murata et K. Osanai, 1921), Le Journal de voyage de Shuji (D. Ito, 1927), Mon amie et mon épouse (H. Gosho, 1931), La Rue sans fin (M. Naruse, 1934), Okoto et Sasuke (Y. Shimazu, 1935), La Vengeance d'un acteur (T. Kinugasa, 1935), L'Oie sauvage (S. Toyoda, 1953), La Terre (T. Uchida, 1939), Nous sommes vivants (T. Imai, 1951), La Pièce aux murs épais (M. Kobayashi, 1953) ou Le Précipice (Y. Masumura, 1958).

Pour le Centre Georges Pompidou ce sera la deuxième manifestation consacrée au cinéma japonais puisqu'en 1986-87 une première rétrospective organisée avec le concours de la Fondation du Japon et du Kawakita Mémorial Film Institute avait choisi pour thème spécifique : Littérature et cinéma de l'Ere Meiji à nos jours. Lors de cette première manifestation le Centre Georges Pompidou avait programmé plus de 80 films et publié un livre (même titre) sous la direction de Max Tessier. L'un des buts essentiels de la programmation est donc de montrer non seulement les classiques du cinéma japonais mais aussi les films jamais présentés ni en circuit commercial, ni dans les festivals, ni même jusqu'alors dans les hommages rendus au cours des vingt dernières années dans les cinémathèques européennes (à l'exception de certaines œuvres programmées à Paris, en 1984, dans une grande rétrospective consacrée au cinéma japonais par la Cinémathèque Française). Il sera notamment possible pour la première fois en Europe de voir certains films anciens restaurés.

2)    Une petite exposition dans la Galerie Garance où seront notamment exposés des photos agrandies, des affiches, et divers documents.

3)    Une publication retraçant l'Histoire du Cinéma Japonais. Poursuivant une politique d'édition mise en place dès 1978, le Centre Georges Pompidou édite, à l'occasion de cette importante manifestation, l'Histoire du cinéma japonais, une œuvre référentielle écrite par l'un des plus célèbres historiens -et critiques- japonais M. Tadao  Sato. L'ouvrage de M. Tadao Sato dresse un vaste bilan du 7ème Art au Japon et aborde tous les aspects de  cette cinématographie. L'auteur est probablement l'historien le mieux placé pour évoquer l'évolution du cinéma  dans son pays et tout particulièrement pour tout ce qui concerne les périodes les moins balisées (les débuts du  cinéma, le cinéma muet, la fondation des grandes sociétés, etc...).

Cette publication plus importante en pages (et en informations) que les volumes qui constituent habituellement la collection Cinéma Pluriel sera néanmoins incluse dans cette même collection consacrée principalement à l'Histoire des cinématographies nationales. L'édition française comportera deux volumes largement illustrés (300 photos).

NB : Tous les films programmés seront présentés en version originale sous-titrée (soit par sous-titrage sur pellicule, soit par sous-titrage électronique). Une brochure explicative comportant un bref résumé de la fiche technique et des scénarios de chaque film ainsi que les horaires des projections sera distribuée gratuitement au public.

Jean Loup Passek Coordinateur général du cinéma du Centre Georges Pompidou"


Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_06
Texte de Max Tessier.

"Un florilège du cinéma japonais

Vu d'ici, le cinéma japonais a toujours été une sorte d'objet exotique et tant soit peu abstrait. Et surtout un «cinéma d'auteur», selon les caprices du moment, dont on n'attend que des chefs-d'œuvre, et dont on accepte mal les produits courants et même les films de genre, alors que n'importe quel «petit maître» du cinéma américain fait l'objet de savants dossiers. Pour la plupart des spectateurs, le cinéma japonais se résume à quelques noms, jadis négligés, aujourd'hui divinisés : Mizoguchi, Ozu, Kurosawa, Naruse (récemment), et, plus près de nous, Oshima, Imamura, Yoshida. Pourtant, ce cinéma, l'un des plus riches qui soit, ne saurait se limiter à ces noms prestigieux, qui font désormais partie du panthéon cinématographique mondial, à juste titre. Depuis quelques années, des distributeurs passionnés ont contribué à les populariser en France, mais aussi à faire découvrir d'autres cinéastes qui n'avaient jusque là que les honneurs des festivals ou des cinémathèques, ainsi que quelques fleurons des nombreux genres qui ont alimenté l'insatiable industrie du cinéma nippon, avant et après la guerre.

La première partie de ce cycle de cinéma japonais sera donc l'occasion de «réviser ses classiques» avec une vingtaine de Mizoguchi et d'Ozu et presque autant de Kurosawa (il ne s'agit en aucun cas «d'intégrales»), pour la première fois réunis en un programme continu. Occasion de comparer le Ozu «hollywoodien» des années 30, et les mélodrames épurés du «scribe» de la dernière période, immuablement accroupi sur son tatami pelliculaire. D'apprécier la continuité du style chez Mizoguchi, qu'il soit historique ou contemporain, dans un contexte social précis. De vérifier que Kurosawa s'impose par la puissance expressive qui dépasse ses ambitions humanistes et que le cinéma de Naruse n'est pas tout à fait celui d'Ozu, malgré les apparences. Et surtout de revenir sur un certain nombre de cinéastes peut être moins prestigieux, mais qui n'en ont pas moins tissé la toile du cinéma japonais pendant de glorieuses décennies : Kon Ichikawa, Keisuke Kinoshita, Masaki Kobayashi, Kaneto Shindo, cinéastes «impurs» mais passionnants. Avant que les iconoclastes de la Nouvelle Vague nippone Oshima, Imamura, Yoshida, ou Teshigahara, mais aussi le génial «amuseur» Seijun Suzuki ne viennent donner leurs coups de boutoir à un establishment un peu sclérosé. Et les amateurs de genres majeurs ou mineurs pourront se rassasier des quelques «roman-pornos» de la Nikkatsu (Tanaka, Kumashiro) sortis en France, d'un Tora-San ou d'un superbe film de fantôme. La diversité profondément créative du cinéma japonais n'est en effet pas l'un de ses moindres charmes. Ce premier programme se présente donc comme un port d'attache, d'où l'on partira à la découverte de nombreux inédits, et de quelques raretés (obtenues grâce à la collaboration précieuse de la Fondation du Japon, et du Film Center de Tokyo) qui seront l'épine dorsale de la seconde partie, durant tout l'été (la salle Garance sera en effet exceptionnellement ouverte cette année sans interruption jusqu'en octobre). La patience des cinéphiles curieux sera donc largement récompensée.

Max Tessier Chargé de mission"


Voici la liste des films, présentée par réalisateur, pour les deux programmes.

Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_07 Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_08

Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_09

"Liste générale des films présentés, par auteur

du 19 mars au 29 septembre 1997

Futagawa (Buntaro)

Orochi, 1925

Gosho (Heinosuke)
Danseuses d'Izu, 1933
Mon amie et mon épouse, 1931

Hani (Susumu)
Elle et lui, 1963
Mauvais garçons (Les), 1960

Hidari (Sachiko)
Un chemin lointain, 1977

Ichikawa (Kon)
Confession impudique (La) (int. - de 16 ans), 1959
Feux dans la plaine, 1959, (int. - de 12 ans)
Fils de famille (Le), 1960
Harpe de Birmanie (La), 1956
Pavillon d'or (Le), 1958
Serment rompu (Le), 1962
Train bondé (Le), 1957
Vengeance d'un acteur (La),1963

Ikehiro (Kazuo)
Légende de Zato Ichi (La), 1964

Imai (Tadashi)
Nous sommes vivants!, 1951 Tour des lys, (La), 1953

Imamura (Shohei)
Ballade de Narayama (La), 1983
Désir meurtrier, 1964
Eijanaika, 1981
Histoire du Japon racontée par une hôtesse de bar, 1970
Néons de Ginza (Les), 1958 (sous réserve)
Profond désir des dieux, 1968
Vengeance est à moi (La), 1979

Inagaki (Hiroshi)
Joueur-vagabond (Le), 1928
Mabusa no haba, 1931

Itami (Juzo)
Tampopo, 1985

Ito (Daisuke)
Benten Kozo, 1958
Carnets de route de Chuji, 1927
Conspirateur (Le), 1961

Kirare Yosaburo, 1960
Palanquin mystérieux (Le), 1951
Peigne d'Oroku (Le), 1935
Trône du théâtre Nô (Le), 1953

Kinoshita (Keisuke)
Amour pur de Carmen (L'), 1952
Ballade de Narayama (La), 1958
Carmen revient au pays, 1951
Vingt quatre prunelles, 1954

Kinugasa (Teinosuke)
Carrefour (Le), 1928
Porte de l'enfer (La), 1953
Une page folle, 1926
Vengeance d'un acteur (La), 1935

Kitano (Takeshi)
Sonatine, 1993

Kobayashi (Masaki)
Harakiri, 1962,
Kwaidan, 1964
Pièce aux murs épais (La), 1953
Rébellion, 1967
Rivière noire (La), 1957

Kumai (Kei)
Mort d'un maître de thé, 1989

Kumashiro (Tatsumi)
Rue de la joie (La), 1975

Kurosawa (Akira)
Ange ivre (L'),1948
Barberousse, 1965
Bas-fonds (Les), 1957
Château de l'araignée (Le), 1957
Chien enragé, 1949
Dodescaden, 1970
Forteresse cachée (La), 1958
Idiot (L'), 1951
Légende du grand judo (La), 1943
Ran, 1985
Rashomon, 1950
Sanjuro, 1962
Scandale, 1950
Sept Samouraïs (Les), 1954
Vivre, 1952,
Yojimbo, 1961

Makino (Masahiro)
Duel à Takadanobaba, 1937
Quartier des ronins, 1957

Makino (Shozo)
Jiraiya, héros sacré (1921)

Masumura (Yasuzo)
Ange rouge (L1), 1966
Baisers (Les), 1957
Courant chaud (Le), 1957
Femme de Seisaku (La), 1965
Géant et le jouet (Le), 1958
Précipice (Le), 1958

Matsuda (Joji)
Mariée du château d'Otori (La), 1957

Misumi (Kenji)
Baby cart l'enfant massacre, 1972, (int. - de 12 ans)
Contes fantastiques de Yotsuya, 1959
Histoire de Zatoichi, 1962
Passage du grand Bouddha (Le), 1960
Sabre (Le), 1964
Tuer!, 1962

Mizoguchi (Kenji)
Amants crucifiés (Les) 1954
Amour de l'actrice Sumako (L'), 1947
Cigogne en papier (La), 1935
Cinq femmes autour d'Utamaro, 1946
Contes de la lune vague après la pluie (Les), 1953
Contes des chrysanthèmes tardifs, 1939
Coquelicots (Les), 1935
Elégie d'Osaka (L'), 1936
Femmes de la nuit (Les), 1948
Fil blanc de la cascade, 1933
Héros sacrilège (Le), 1955
Impératrice Yang Kwei-Fei (L'), 1955
Intendant Sansho (L'), 1954
Miss Oyu, 1951
Oyuki la vierge, 1935
Rue de la honte (La), 1956
Sœurs de Gion (Les), 1936
Une femme dont on parle, 1954
Vie d'Oharu, femme galante (La), 1952

Murata (Minoru)
Ames sur la route, 1931

Nakagawa (Nobuo)
Histoires de fantômes japonais, 1959

Nakahira (Ko)
Passions juvéniles, 1956

Naruse (Mikio)
Après notre séparation, 1933
Bon courage, larbin, 1931
Eclair (L'), 1952
Frère et sœur, 1953, 86 mn
Grondement de la montagne (Le), 1954
Nuages flottants, 1955
Okasan, 1952
Repas (Le), 1951
Rêve de chaque nuit, 1933
Rue sans fin (La), 1934

Oguri (Kohei)
Aiguillon de la mort, 1990

Oshima (Nagisa )
Plaisirs de la chair (Les), 1965
Contes cruels de la jeunesse, 1960
Empire de la passion (L') 1978
Empire des sens (L'), 1975
Enterrement du soleil (L'), 1960

Otomo (Katsuhiro)
Akira, 1988

Ozu (Yasujiro)
Amour d'une mère (L'), 1934, muet
Bonjour, 1959
Cœur capricieux, 1933
Crépuscule à Tokyo,
Dernier caprice, 1961
Eté précoce, 1951
Femme et les favoris (La), 1931
Femmes et voyous, 1933, muet
Fleurs d'équinoxe, 1958
Gosses de Tokyo, 1932, muet
Goût du saké (Le), 1962
Herbes flottantes, 1959
Histoire d'herbes flottantes, 1934, muet
Jours de jeunesse, 1929
Où sont les rêves de jeunesse ?, 1932, muet
Printemps précoce, 1956
Printemps tardif, 1949
Récit d'un propriétaire, 1947
Sœurs Munakata (Les), 1950
Tokkan kozo, 1929
Une auberge à Tokyo, 1935
Une femme de Tokyo, 1933, muet
Va d'un pas léger, 1930, muet
Voyage à Tokyo, 1953,
Fin d'automne, 1960

Shima (Koji)
Satellite mystérieux (Le), 1956

Shimazu (Yasujiro)
Ma petite voisine, 1934
Okoto et Sasuke, 1935

Shimizu (Hiroshi)
Un héros de Tokyo, 1935
Voici les femmes du printemps qui pleurent, 1933

Shindo (Kaneto)
Ile nue (L'), 1960
Onibaba, 1965

Shinoda (Masahiro)
Fleur pâle (La), 1964

Suzuki (Seijun)
Barrière de chair (La), 1964
Brumes de chaleur, 1981
Elégie de la bagarre, 1966
Marque du tueur (La), 1967
Mélodie tzigane, 1980
Vagabond de Tokyo (Le), 1966
Vie d'un tatoué (La), 1965

Tanaka (Noboru)
Maison des perversités (La), 1976
Véritable histoire d'Abe Sada (La), 1975

Tasaka (Tomotaka)
Bruits d'avion, 1939
Cinq éclaireurs (Les), 1937
Terre et soldats, 1939

Teramaya (Shuji)
Adieu l'arche, 1983
Cache-cache pastoral, 1974
Empereur Tomato Ketchup (L'), 1970
Jetons les livres, sortons dans la rue, 1971
Labyrinthe d'herbes, 1976

Teshigahara (Hiroshi)
Femme des sables (La), 1963
Plan déchiqueté (Le), 1968
Traquenard (Le) , 1962
Visage d'un autre, 1966

Toyoda (Shiro)
Oie sauvage (L'), 1953

Uchida (Tomu)
Chacun dans sa coquille, 1955
Détroit de la faim (Le), 1964
Fuji et la lance ensanglantée, 1955
Passage du grand Bouddha (3 parties), 1957/59
Policier (Le), 1933, muet
Terre (La), 1939
Théâtre de la vie (Le), 1968
 
Yamada (Yoji)
Tora-San, 1969

Yamamoto (Satsuo)
Ville de violence, 1950 Zone de vide, 1952

Yamanaka (Sadao)
Un pot d'un million de Ryo, 1935
Kochiyama soshun, 1936

Yanagimachi (Mitsuo)
About Love Tokyo, 1991
Adieu la terre natale, 1982
Feux d'Himatsuri, 1985

Yoshida (Kiju)
Coup d'état, 1973
Eros + massacre, 1969
Histoire écrite par l'eau, 1965
Flamme et femme, 1967
Onimaru, 1988
Passion obstinée, 1967
Promesse, 1986
Source thermale d'Akitsu (La), 1962

Yoshimura (Kimisaburo)
Courant chaud, 1939
Habits de la vanité (Les), 1952
Roman de Genji (Le), 1951

Cette liste est susceptible d'être modifiée dans la mesure où de nouveaux films pourront être disponibles, tandis que d'autres, inclus dans la liste ci-dessus sont programmés sous réserves."

Chaque film a droit à une courte présentation et le catalogue est agrémenté de très belles photos sur sa page gauche.

Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_21

Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_10


Le calendrier du premier programme.

Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_12 Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_13

Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_14 Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_15

Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_16 Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_17

Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_18 Canalblog_Cin_ma_R_tro_1997_01_19

"Le Centre Georges Pompidou se réserve le droit de modifier éventuellement le programme pour des raisons techniques. Les portes de la salle sont fermées 10 mn après le début de la projection. Tous les films sont présentés en version originale avec sous-titres français


mercredi 19 mars
14h30      Carmen revient au pays de Keisuke Kinoshita, 1951, 86 mn
17h30      Gosses de Tokyo de Yasujiro Ozu, 1932, 90 mn, muet
20h30      Baby cart l'enfant massacre de Kenji Misumi, 1972, 78 mn, (int. - de 12 ans)

jeudi 20 mars
14h30      Fin d'automne de Yasujiro Ozu, 1960, 125 mn
17h30      Le Pavillon d'or de Kon Ichikawa, 1958, 96 mn
20h30      Contes des chrysanthèmes tardifs de Kenji Mizoguchi, 1939, 145 mn

vendredi 21 mars
14h30      La Porte de l'enfer de Teinosuke Kinugasa, 1953, 90 mn
17h30      L'Eclair de Mikio Naruse, 1952, 87 mn, 87 mn
20h30      Le Passage du grand Bouddha de Kenji Misumi, 1960, 106 mn

samedi 22 mars
14h30      La Vie d'un tatoué de Seijun Suzuki, 1965, 87 mn
17h30      Va d'un pas léger de Yasujiro Ozu, 1930, 96 mn, muet
20h30      Histoires de fantômes japonais de Nobuo Nakagawa, 1959, 76 mn
 
dimanche 23 mars
14h30      La Légende du grand judo d'Akira Kurosawa, 1943, 80 mn
17h30      Tora-San de Yoji Yamada, 1969, 91 mn
20h30      Le Fils de famille de Kon Ichikawa, 1960, 105 mn

lundi 24 mars
14h30      L'Ange rouge de Yasuzo Masumura, 1966, 95 mn, (int. - de 16 ans)
17h30      Rébellion de Masaki Kobayashi, 1967, 128 mn
20h30      Onibaba de Kaneto Shindo, 1965, 105 mn (int. - 16 ans)

mercredi 26 mars
14h30      Printemps précoce de Yasujiro Ozu, 1956, 144 mn
17h30      Frère et sœur de Mikio Naruse, 1953, 86 mn
20h30      Le Satellite mystérieux de Koji Shima, 1956, 87 mn

jeudi 27 mars
14h30      Femmes et voyous de Yasujiro Ozu, 1933, 100 mn, muet
17h30      La Rue de la honte de Kenji Mizoguchi, 1956, 88 mn
20h30      La Harpe de Birmanie de Kon Ichikawa, 1956, 116 mn

vendredi 28 mars
14h30      Histoire d'herbes flottantes, de Yasujiro Ozu, 1934, 86 mn,muet
17h30      Herbes flottantes de Yasujiro Ozu, 1959, 119 mn
20h30      La Ballade de Narayama de Keisuke Kinoshita, 1958, 97 mn

samedi 29 mars
14h30      La Cigogne en papier de Kenji Mizoguchi, 1935, 100 mn
17H30      La Vengeance d'un acteur de Kon Ichikawa, 1963, 113 mn
20H30      Kwaidan de Masaki Kobayashi, 1964, 145 mn

dimanche 30 mars
14h30      Bonjour de Yasujiro Ozu, 1959, 94 mn
17h30      Le Vagabond de Tokyo de Seijun Suzuki, 1966, 83 mn
20h30      Nuages flottants de Mikio Naruse, 1955, 123 mn

lundi 31 mars
14h30      Les Sœurs Munakata de Yasujiro Ozu, 1950, 112 mn
17h30      Miss Oyu de Kenji Mizoguchi, 1951, 90 mn
20h30      Sanjuro d'Akira Kurosawa, 1962, 96 mn

mercredi 2 avril
14h30      Une auberge à Tokyo de Yasujiro Ozu, 1935, 80 mn (muet)
17h30      Feux dans la plaine de Kon Ichikawa, 1959, 104 mn (int. - de 12 ans)
20h30      Le Goût du saké de Yasujiro Ozu, 1962, 113 mn

jeudi 3 avril
14h30      Printemps tardif de Yasujiro Ozu, 1949, 108 mn
17h30      Les Coquelicots de Kenji Mizoguchi, 1935, 96 mn
20h30      Le Roman de Genji de Kimisaburo Yoshimura, 1951, 152 mn

vendredi 4 avril
14h30      Où sont les rêves de jeunesse ? de Yasujiro Ozu, 1932, 86 mn, muet
17h30      Le Grondement de la montagne de Mikio Naruse, 1954, 94 mn
20h30      L'Intendant Sansho de Kenji Mizoguchi, 1954, 119 mn

samedi 5 avril
14h30      Eté précoce de Yasujiro Ozu, 1951, 125 mn
17h30      La Confession impudique de Kon Ichikawa, 1959, 107 mn (int. - de 16 ans)
20h30      Barberousse d'Akira Kurosawa, 1965, 185 mn

dimanche 6 avril
14h30      L'Amour de l'actrice Sumako de Kenji Mizoguchi, 1947, 96 mn
17h30      Fleurs d'équinoxe de Yasujiro Ozu, 1958, 120 mn
20h30      Harakiri de Masaki Kobayashi, 1962, 135 mn

lundi 7 avril
14h30      L'Elégie d'Osaka de Kenji Mizoguchi, 1936, 66 mn
17h30 Le Château de l'araignée d'Akira Kurosawa, 1957, 110 mn
20h30 Crépuscule à Tokyo de Yasujiro Ozu, 141 mn

mercredi 9 avril
14h30      Le Pavillon d'or de Kon Ichikawa, 1958, 96 mn
17h30      L'Amour d'une mère de Yasujiro Ozu, 1934, 71 mn, muet
20h30      La Légende de Zato Ichi de Kazuo Ikehiro, 1964, 83 mn

jeudi 10 avril
14h30      Rébellion de Masaki Kobayashi, 1967,128 mn
17h30      Voyage à Tokyo de Yasujiro Ozu, 1953, 160 mn
20h30      Les Sœurs Munakata de Yasujiro Ozu, 1950, 112 mn

vendredi 11 avril
14h30      Les Soeurs de Gion de Kenji Mizoguchi, 1936, 70 mn
17h30      Le Serment rompu de Kon Ichikawa, 1962, 118 mn
20h30      Dernier caprice de Yasujiro Ozu, 1961, 103 mn
 
samedi 12 avril
14h30      Une femme de Tokyo de Yasujiro Ozu, 1933, 47 mn, muet
17h30      Le Repas de Mikio Naruse, 1951, 96 mn
20h30      L'Idiot d'Akira Kurosawa, 1951, 160 mn
 
dimanche 13 avril
14h30      Va d'un pas léger de Yasujiro Ozu, 1930, 96 mn, muet
17h30      Récit d'un propriétaire de Yasujiro Ozu, 1947, 72 mn
20h30      Cinq femmes autour d'Utamaro de Kenji Mizoguchi, 1946, 93 mn

lundi 14 avril
14h30      Tora-San de Yoji Yamada, 1969, 91 mn
17h30      Onibaba de Kaneto Shindo, 1965, 105 mn (int. - de 16 ans)
20h30      Les Coquelicots de Kenji Mizoguchi, 1935, 96 mn

mercredi 16 avril
14h30      Contes des chrysanthèmes tardifs de Kenji Mizoguchi, 1939, 145 mn
17h30      La Rue de la honte de Kenji Mizoguchi, 1956, 88 mn
20h30      Bonjour de Yasujiro Ozu, 1959, 94 mn

jeudi 17 avril
14h30      Une femme dont on parle de Kenji Mizoguchi, 1954, 84 mn
17h30      L'Amour d'une mère de Yasujiro Ozu, 1934, 71 mn, muet
20h30      Harakiri de Masaki Kobayashi, 1962,135 mn

vendredi 18 avril
14h30      Histoires de fantômes japonais de Nobuo Nakagawa, 1959, 76 mn
17h30      Les Femmes de la nuit de Kenji Mizoguchi, 1948, 73 mn
20h30      La Forteresse cachée d'Akira Kurosawa, 1958, 140 mn

samedi 19 avril
14h30      Le Château de l'araignée d'Akira Kurosawa, 1957, 110 mn
17h30      Une auberge à Tokyo de Yasujiro Ozu, 1935, 80 mn (muet)
20h30      Le Pavillon d'or de Kon Ichikawa, 1958, 96 mn

dimanche 20 avril
14h30      La Confession impudique de Kon Ichikawa, 1959, 107 mn (int. - de 16 ans)
17h30      Printemps tardif de Yasujiro Ozu, 1949, 108 mn
20h30      Voyage à Tokyo de Yasujiro Ozu, 1953, 160 mn

lundi 21 avril
14h30      Feux dans la plaine de Kon Ichikawa, 1959, 104 mn (int. - de 12 ans)
17h30      Le Héros sacrilège de Kenji Mizoguchi, 1955, 110 mn
20h30      Gosses de Tokyo de Yasujiro Ozu, 1932, 90 mn, muet

mercredi 23 avril
14h30      Va d'un pas léger de Yasujiro Ozu, 1930, 96 mn, muet
17h30      Printemps précoce de Yasujiro Ozu, 1956, 144 mn
20h30      Carmen revient au pays de Keisuke Kinoshita, 1951, 86 mn

jeudi 24 avril
14h30      Le Vagabond de Tokyo de Seijun Suzuki, 1966, 83 mn
17h30      La Cigogne en papier de Kenji Mizoguchi, 1935, 100 mn
20h30      La Légende du grand judo d'Akira Kurosawa, 1943, 80 mn

vendredi 25 avril
14h30      Cinq femmes autour d'Utamaro de Kenji Mizoguchi, 1946, 93 mn
17h30      Le Passage du grand Bouddha de Kenji Misumi, 106 mn
20h30      La Porte de l'enfer de Teinosuke Kinugasa, 1953, 90 mn

samedi 26 avril
14h30      Histoire d'herbes flottantes de Yasujiro Ozu, 1934, 86 mn, muet
17h30      Herbes flottantes de Yasujiro Ozu, 1959, 119 mn
20h30      Tora-San de Yoji Yamada, 1969, 91 mn

dimanche 27 avril
14h30      Le Satellite mystérieux de Koji Shima, 1956, 87 mn
17h30      Baby cart l'enfant massacre de Kenji Misumi, 1972, 78 mn (int. - de 12 ans)
20h30      La Vie d'un tatoué de Seijun Suzuki, 1965, 87 mn

lundi 28 avril
14h30      L'Eclair de Mikio Naruse, 1952, 87 mn
17H30      La Vengeance d'un acteur de Kon Ichikawa, 1963, 113 mn
20h30      Kwaidan de Masaki Kobayashi, 1964, 145 mn

mercredi 30 avril
14h30      Femmes et voyous de Yasujiro Ozu, 1933, 100 mn, muet
17h30      Le Roman de Genji de Kimisaburo Yoshimura, 1951, 152 mn
20h30      Les Amants crucifiés de Kenji Mizoguchi, 1954, 102 mn

jeudi 1er mai
FERIE

vendredi 2 mai
14h30      Récit d'un propriétaire de Yasujiro Ozu, 1947, 72 mn
17h30      Frère et sœur de Mikio Naruse, 1953, 86 mn
20h30      Miss Oyu de Kenji Mizoguchi, 1951, 90 mn

samedi 3 mai
14h30      Sanjuro d'Akira Kurosawa, 1962, 96 mn
17h30      L'Elégie d'Osaka de Kenji Mizoguchi, 1936, 66 mn
20h30      Le Grondement de la montagne de Mikio Naruse, 1954, 94 mn

dimanche 4 mai
14h30      L'Intendant Sansho de Kenji Mizoguchi, 1954, 119 mn
17h30      Les Sœurs Munakata de Yasujiro Ozu, 1950, 112 mn
20h30      La Ballade de Narayama de Keisuke Kinoshita, 1958, 97 mn

lundi 5 mai
14h30      Le Serment rompu de Kon Ichikawa, 1962, 118 mn
17h30      Où sont les rêves de jeunesse ? de Yasujiro Ozu, 1932, 86 mn, muet
20h30      L'Idiot d'Akira Kurosawa, 1951, 160 mn

mercredi 7 mai
14h30      Une femme de Tokyo de Yasujiro Ozu, 1933, 47 mn, muet
17h30      Onibaba de Kaneto Shindo, 1965, 105 mn (int. - de 16 ans)
20h30      L'Impératrice Yang Kwei-Fei de Kenji Mizoguchi, 1955, 98 mn

jeudi 8 mai
14h30      L'Amour de l'actrice Sumako de Kenji Mizoguchi, 1947, 96 mn
17h30      Les Soeurs de Gion de Kenji Mizoguchi, 1936, 70 mn
20h30      L'Ange rouge de Yasuzo Masumura, 1966, 95 mn, (int. - de 16 ans)

vendredi 9 mai
14h30      Crépuscule à Tokyo de Yasujiro Ozu, 141 mn
17h30      Histoires de fantômes japonais de Nobuo Nakagawa, 1959, 76 mn (int. - de 12 ans)
20h30      Nuages flottants de Mikio Naruse, 1955, 123 mn

samedi 10 mai
14h30      La Légende de Zato Ichi de Kazuo Ikehiro, 1964, 83 mn
17h30      Le Goût du saké de Yasujiro Ozu, 1962, 113 mn
20h30      Rebellion de Masaki Kobayashi, 1967, 128 mn

dimanche 11 mai
14h30      Les Femmes de la nuit de Kenji Mizoguchi, 1948, 73 mn
17h30      La Harpe de Birmanie de Kon Ichikawa, 1956, 116 mn
20h30      Fin d'automne de Yasujiro Ozu, 1960, 125 mn

lundi 12 mai
14h30      Fleurs d'équinoxe de Yasujiro Ozu, 1958, 120 mn
17h30      La Forteresse cachée d'Akira Kurosawa, 1958, 140 mn
20h30      Le Fils de famille de Kon Ichikawa, 1960, 105 mn

mercredi 14 mai
14h30      Les contes de la lune vague après la pluie de Kenji Mizoguchi, 1953, 89 mn
17h30      Le Repas de Mikio Naruse, 1951, 96 mn
20h30      Dernier caprice de Yasujiro Ozu, 1961, 103 mn
 
jeudi 15 mai
14h30      Le Héros sacrilège de Kenji Mizoguchi, 1955, 110 mn
17h30      L'Amour d'une mère de Yasujiro Ozu, 1934, 71 mn, muet
20h30      Voyage à Tokyo de Yasujiro Ozu, 1953, 160 mn
 
vendredi 16 mai
14h30      Une femme dont on parle de Kenji Mizoguchi, 1954, 84 mn
17h30      Eté précoce de Yasujiro Ozu, 1951, 125 mn
20h30      Les Amants crucifiés de Kenji Mizoguchi, 1954, 102 mn
 
samedi 17 mai
14h30      Onimaru de Kiju Yoshida, 1988, 130 mn
17h30      Dernier caprice de Yasujiro Ozu, 1961, 103 mn
20h30      Barberousse d'Akira Kurosawa, 1965, 185 mn
 
dimanche 18 mai
14h30      La Source thermale d'Akitsu de Kiju Yoshida, 1962, 113 mn
17h30      Histoire écrite par l'eau de Kiju Yoshida, 1965, 120 mn 20h3O
20h30      Promesse de Kiju Yoshida, 1986, 105 mn

lundi 19 mai
14h30      Eros + massacre de Kiju Yoshida, 1969, 185 mn
17h30      Coup d'état de Kiju Yoshida, 1973, 110 mn
20h30      Passion obstinée de Kiju Yoshida, 1967, 97 mn

mercredi 21 mai
14h30      La Barrière de chair de Seijun Suzuki, 1964, 90 mn
17h30      Printemps précoce de Yasujiro Ozu, 1956, 144 mn
20h30      Les Contes de la lune vague après la pluie de Kenji Mizoguchi, 1953, 89 mn

jeudi 22 mai
14h30      Désir meurtrier de Shohei Imamura, 1964, 145 mn
17h30      La Femme des sables de Hiroshi Teshigahara, 1963, 115 mn
20h30      About Love Tokyo de Mitsuo Yanagimachi, 1991, 112 mn

vendredi 23 mai
14h30      L'Ile nue de Kaneto Shindo, 1960, 93 mn
17h30      Histoire du Japon racontée par une hôtesse de bar de Shohei Imamura, 1970, 100 mn
20h30      L'Ange ivre d'Akira Kurosawa, 1948, 98 mn

samedi 24 mai
14h30      Contes cruels de la jeunesse de Nagisa Oshima, 1960, 96 mn
17h30      L'Enterrement du soleil de Nagisa Oshima, 1960, 87 mn
20h30      Les Bas-fonds d'Akira Kurosawa, 1957, 127 mn

dimanche 25 mai
14h30      La Ballade de Narayama de Shohei Imamura, 1983, 128 mn
17h30      Chien enragé d'Akira Kurosawa, 1949, 122 mn
20h30      Eijanaika de Shohei Imamura, 1981, 151 mn

lundi 26 mai
14h30      Akira de Katsuhiro Otomo, 1988, 124 mn
17h30      La Maison des perversités de Noboru Tanaka, 1976, 90 mn
20h30      Profond désir des dieux de Shohei Imamura, 1968, 165 mn

mercredi 28 mai
14h30      La Vie d'Oharu, femme galante de Kenji Mizoguchi, 1952, 118 mn
17h30      La Rue de la joie de Tatsumi Kumashiro, 1975, 78 mn
20h30      Les Plaisirs de la chair de Nagisa Oshima, 1965, 91 mn

jeudi 29 mai
14h30      La Véritable histoire d'Abe Sada de Noboru Tanaka, 1975
17h30      Tampopo de Juzo Itami, 1985, 114 mn
20h30      Vivre d'Akira Kurosawa, 1952, 143 mn

vendredi 30 mai
14h30      La Source thermale d'Akitsu de Kiju Yoshida, 1962, 113 mn
17h30      Onimaru de Kiju Yoshida, 1988, 130 mn
20h30      Les Sept Samouraïs d'Akira Kurosawa, 1954, 200 mn

samedi 31 mai
14h30      L'Empire des sens de Nagisa Oshima, 1975, 102 mn
17h30      L'Empire de la passion de Nagisa Oshima, 1978, 108 mn
20h30      Ran d'Akira Kurosawa, 1985, 163 mn

dimanche 1er juin
14h30      La Vengeance est à moi de Shohei Imamura, 1979, 129 mn
17h30      Yojimbo d'Akira Kurosawa, 1961, 110 mn
20h30      Profond désir des dieux de Shohei Imamura, 1968, 165 mn

lundi 2 juin
14h30      La Femme des sables de Hiroshi Teshigahara, 1963, 115 mn
17h30      L'Ile nue de Kaneto Shindo, I960, 93 mn
20h30      Eijanaika de Shohei Imamura, 1981, 151 mn

mercredi 4 juin
14h30      La Maison des perversités de Noboru Tanaka, 1976, 90 mn
17h30      Promesse de Kiju Yoshida, 1986, 105 mn
20h30      La Ballade de Narayama de Shohei Imamura, 1983, 128 mn

jeudi 5 juin
14h30      Passion obstinée de Kiju Yoshida, 1967, 97 mn
17h30      La Barrière de chair de Seijun Suzuki, 1964, 90 mn
20h30      Contes cruels de la jeunesse de Nagisa Oshima, 1960, 96 mn
 
vendredi 6 juin
14h30      About Love Tokyo de Mitsuo Yanagimachi, 1991, 112 mn
17h30      L'Enterrement du soleil de Nagisa Oshima, 1960, 87 mn
20h30      Les Bas-fonds d'Akira Kurosawa, 1957, 127 mn
 
samedi 7 juin
14h30      Histoire du Japon racontée par une hôtesse de bar de Shohei Imamura, 1970, 100 mn
17h30      L'Ange ivre d'Akira Kurosawa, 1948, 98 mn
20h30      Chien enragé d'Akira Kurosawa, 1949, 122 mn

dimanche 8 juin
14h30      L'Empire des sens de Nagisa Oshima, 1975, 102 mn
17h30      L'Empire de la passion de Nagisa Oshima, 1978, 108 mn
20h30      Désir meurtrier de Shohei Imamura, 1964, 145 mn
 
lundi 9 juin
14h30      La Rue de la joie de Tatsumi Kumashiro, 1975, 78 mn
17h30      Les Plaisirs de la chair de Nagisa Oshima, 1965, 91 mn
20h30      Akira de Katsuhiro Otomo, 1988, 124 mn"


Notes liées dans mon blog

Liste articles cinéma japonais

Posté par David Yukio à 19:08 - Cinéma japonais - Permalien [#]
  1  2  3    Fin »