Mon amour pour le Japon et Tôkyô

Mon amour pour le Japon et Tôkyô

04 avril 2009

La B.D. japonaise - revue Phénix de 1972 - premier article sur les mangas



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles mangas et dessins-animés


Canalblog Revue Phénix21 001


L'article "La B.D. japonaise" est tirée du numéro 21 de "Phénix revue internationale de la bande dessinée" du deuxième semestre 1972 (6 ans avant l'arrivée de Goldorak en France). L
'article est de Claude Moliterni avec des illustrations fournies par Kosei Ono. D'après Wikipédia il s'agirait du premier article en français consacré aux mangas (source http://fr.wikipedia.org/wiki/Manga). Je continue ainsi à vous faire partager les premiers pas de la BD japonaise en France, après les articles Premier manga traduit en France? 1969 et Le Cri Qui Tue N°1 - revue de mangas en français de 1978.
 

Canalblog Revue Phénix21 002
Golgo thirteen par Takao Saito (Golgo 13)

Canalblog Revue Phénix21 003

Canalblog Revue Phénix21 004
"Depuis fort longtemps, la bande dessinée japonaise fait parler d'elle mais, par un manque d'informations, on ne pouvait se faire une idée des publications de B.D. En 1970, à la demande de l'ambassade du Japon, j'ai présenté une rétrospective de la B.D. japonaise, mais sans aucune référence. Notre représentant à Tôkyô, Kosei Ono, nous a envoyé depuis toute une documentation et d'après cette documentation, j'ai essayé de faire le point sur la B.D. au Japon.

Au premier abord, on remarque la violence qui est présente dans la bande dessinée destinée aux tous jeunes comme dans celle destinée aux adultes. Ce n'est que coups de sabres, ventres ouverts, têtes coupées... On s'en donne à cœur joie, de quoi faire frémir la censure française pendant plusieurs nuits... Ensuite les visages des héros ne sont pas ceux que l'on pourrait s'attendre à voir, pas d'yeux bridés, mais d'énormes yeux ronds à l'occidentale.

Mais la grande innovation de la B.D. japonaise, c'est la mise en page et les quelques exemples qui vont suivre vont être une éclatante démonstration. Ces cartoonists ont compris ce qu'était la bande dessinée, ils ont découvert tout de suite qu'elle avait un langage... Influencés par les comic-books US, ces dessinateurs ont utilisé la science du découpage d'une manière fantastique donnant ainsi un rythme à leurs séries... Tout est visuel... Quant à l'utilisation du noir et blanc, elle est prodigieuse...

Voici une petite histoire de la B.D. japonaise en attendant celle que nous a promise Kosei Ono. 

«Golgo Thirteen», de Takao Saito. Cette bande dessinée est publiée dans «Big Comics». C'est une histoire d'espionnage où l'aventure et l'action ont une grande place. C'est une série pour adulte noir et blanc.

Les aventure de Sabu et lchi est peut-être l'une des plus intéressantes. Ce sont deux jeunes gens, sortes de détectives qui opèrent essentiellement au Japon. Cette bande dessinée est réalisée par Shotaro Ishimori. Sabu est un jeune détective et son compagnon lchi est aveugle, mais maître dans l'art de manier l'épée. Cette équipe évolue sans cesse dans des situations bizarres où le crime est toujours présent. Sabu a pour but de surveiller la ville de Edo. Shotaro Ishimori montre dans cette série la vie quotidienne au Moyen Age. Tous les détails sont exacts et scrupuleusement dessinés. «The casebook of Sabu et lchi» est destinée aux adultes, et publiée dans «Big Comics».

La nouvelle vague dans la bande dessinée japonaise existe aussi avec une série «John and Yoko», dessinée par Kazuo Vemura. L'auteur, tout en traitant des problèmes actuels de la jeunesse, emploie admirablement la technique narrative. C'est le Manga Action qui édite «John and Yoko».

«Black Salesman». C'est une bande dessinée comique où l'humour noir est prédominant. Fujio Fujiko est un des seuls dessinateurs japonais à produire un comics de ce genre. «Hitler Madness of the century». Série pour adultes publiée dans «Manga Sunday» et dessinée par Shigeru Mizuki. C'est la version en bande dessinée de la vie d'Hitler. Cette série est lue principalement par les étudiants des universités. On peut remarquer que la documentation a été très sèrieuse pour la réalisation de cette bande dessinée.

L'avant-garde dans la bande dessinée japonaise est représentée par Maki Sasa Sasaki avec «To the moon» dans l'hebdomadaire «Ashahi Journal». Cela n'a aucun sens, ce n'est qu'une juxtaposition d'images. Très apprécié par le public estudiantin.

Dans cette même nouvelle vague des comics, il faut signaler le dessinateur Mori Masaki qui travaille pour l'hebdomadaire «Shonen Magazine». Masaki est un de ces dessinateurs qui s'est posé les problèmes de la technique narrative. Il y excelle. Sa bande dessinée est destinée aux jeunes, mais elle reflète aussi les problèmes que peuvent se poser les adolescents.
On trouve aussi avec Ryuzan Aki le délire à la Don Martin. Il collabore au «Manga Sunday». Il manie avec beaucoup d'intelligence la férocité et l'humour noir. C'est une des séries les plus populaires au Japon.

Le délinquant juvénile, devenu boxeur, un thème bien connu, mais Tetsuya Chiba sait renouveler le genre avec «Joe aiming at Tomorrow», bande dessinée qui paraît dans «Shonen Magazine». Tous les poncifs sont présents : pleurs, sang, dureté, dynamisme. Le gag à l'état pur, avec Fujio Akatsuka, dans cette série très populaire au Japon « Genius Bakabon». Aucune intention intellectuelle. L'auteur cherche à faire rire et il y arrive en poussant les situations au maximum.

Les judokas, il en existe partout, on peut rappeler la série brésilienne «Le Judoka», «Le Docteur Justice», «Le Judoka», le héros des romans policiers, etc. Eh bien le Japon ne pouvait pas laisser tout le monde s'emparer d'un tel sujet... Manga Action a fait appel à Barron Yoshimoto pour dessiner «Jukyo Den»... C'est l'histoire d'une jeune judoka, très romantique à souhait. La mise en page est recherchèe, mais sans imagination de la part de l'auteur. Les jeunes Japonais sont très amateurs de cette série.

On peut encore citer différentes séries «Todoroki Sensei», de Kaoru Akiyoshi, une bande dessinée quotidienne qui paraît dans l'édition du matin du «Yomiuri Shimbun». C'est la vie humoristique de Mr. Todoroki et de sa famille. Une autre bande dessinée quotidienne, «Fuji Santaro», de Sampei Sato, paraît dans l'édition du soir du «Asahi Shimbun», c'est aussi une série identique à celle de Koaru Akiyo.

Les comic-strips ont aussi une dessinatrice, elle s'appelle Machiko Hasegawa. Elle dessine «Sazae-san» dans «Asahi Shimbun». C'est la vie d'une famille; on peut considérer ce strip comme la version japonaise de Blondie. «Sazae-san» est très aimée des lecteurs.

Pratiquement tous les journaux ont des bandes dessinées, le «Tokyo Shimbun», édition du matin, publie une série «Kurari-san», de Kenji Hagwara, on trouve aussi une série où l'influence de Schulz est évidente : «Little Gentlemen», de Kunihiko Tsukuda.

Osamu Tezuka publie dans le «Sankei Shimbun» une série de science-fiction, «Blue Triton», série sans prétention sur le plan de la S.F. qui, d'après les sondages, semble intéresser les jeunes lecteurs.
Documentation : Kosei Ono."

Canalblog Revue Phénix21 005
Maki Sasaki "To the moon"
Perso je comprends pas trop l'intérêt de cette page

Canalblog Revue Phénix21 006
Fujio Alatsuka "Genius bakabon"

Canalblog Revue Phénix21 007
Shotaro Ishimori "The case book of Sabu and Ishi"
Superbe planche, notamment pour sa très haute case de droite

Canalblog Revue Phénix21 008
Shigeru Mizuki "Hitler, madness of the century"

Canalblog Revue Phénix21 009
Kazuo Vemuta "John and Yoko"

Canalblog Revue Phénix21 010
Canalblog Revue Phénix21 011
Mori Masaki
Très violent mais une force extraordinaire dans cette planche avec sa mise en page passionnante : l'accident en fond et des cases ajoutées dessus; fantastique!

Canalblog Revue Phénix21 012
Fujio Fujiko "Black Salesman"
Drôle, hystérique mais gore aussi. Deuxième extrait de manga sur le golf montrant que les japonais sont, comment dire, dangereux avec un club entre les mains

Canalblog Revue Phénix21 013
Testsya Chiba "Joe aiming at to morrow" (j'ai respecté la légende de 1972 malgré les erreurs sur le nom et le mot anglais tomorrow)
Ashita no Joe, l'un des mangas préférés des japonais

Canalblog Revue Phénix21 014
Barron Yoshimoto "Jukyo-Den"

Canalblog Revue Phénix21 015
Kenji Hagiwara "Kuraki-San"
Sampei Sato "Fuji Santoro"

Canalblog Revue Phénix21 016
Kaoru Akiyoshi "Todoroki sensei"

Canalblog Revue Phénix21 017
Kunihiko Tsukuda "Little Gentlemen"
Kenji Hagiwara "Kurari-San"
Personnellement je n'aurai pas mis trois pages sur ces strips de quatre cases. Ce n'est pas du tout représentatif des mangas selon moi et donne un aspect auteurisant à la BD japonaise et hermétique aux peuples hors de l'archipel. Un seul strip aurait été suffisant.


Remarques
Vous noterez comme moi les points suivants qui me semblent très importants :
"
Depuis fort longtemps, la bande dessinée japonaise fait parler d'elle" : on est en 1972, j'aurai bien voulu en savoir plus à ce propos, qui en parlait, à quelle date, où, en se basant sur quel manga, on en disait quoi... dommage que nous n'ayons pas plus d'infos.

"
En 1970, à la demande de l'ambassade du Japon, j'ai présenté une rétrospective de la B.D. japonaise" : ce fait m'était totalement inconnu; j'essaierais de trouver des infos là-dessus mais pour le moment le web est muet.

"
Au premier abord, on remarque la violence qui est présente dans la bande dessinée destinée aux tous jeunes comme dans celle destinée aux adultes. Ce n'est que coups de sabres, ventres ouverts, têtes coupées... On s'en donne à cœur joie, de quoi faire frémir la censure française pendant plusieurs nuits..." : comme quoi la violence dans les mangas est la première chose qui saute aux yeux et aux tripes. Il est certain que pour un amateur de la BD franco-belge, habitué à Tintin, certains mangas ont dû paraitre choquants de prime abord car les "délires" d'un Hokuto no Ken ne datent pas des années 80. On aura aussi le même souci avec les dessins-animés : Goldorak, Ken, Dragonball... ont subi les foudres des biens pensants. Aujourd'hui cette critique s'est bien tassée car les mangas ont été assimilés dans notre culture par une bonne partie de la population et représentent un enjeu financier énorme, ce qui fait taire beaucoup de monde. Néanmoins je comprends le rejet et la stupeur qu'on a en voyant la  page ci-dessus de l'accident de voiture, qui peut être jugé trop réaliste.

"Mais la grande innovation de la B.D. japonaise, c'est la mise en page" : ça fait plaisir de lire qu'en 1972 un grand spécialiste de la BD, Claude Moliterni, ayant beaucoup œuvré pour sa reconnaissance comme art à part entière, a pu voir cette force incroyable des mangas, à savoir une mise en page très dynamique, avec énormément de mouvement, d'énergie, une vitalité fantastique...

"Ensuite les visages des héros ne sont pas ceux que l'on pourrait s'attendre à voir, pas d'yeux bridés, mais d'énormes yeux ronds à l'occidentale" : là encore une remarque qui reviendra de façon récurrente 15, 20 ans après. Pour rappel les grands yeux ronds permettent d'exprimer plus fortement les émotions puisqu'ils offrent plus de place dans le visage pour y dessiner l'amour, la colère, la peur, la mélancolie... c'est par les yeux qu'on peut facilement rendre les émotions du personnages. Autre raison, un phénomène appelé la Néoténie et qui est la persistance de caractères enfantins chez l'adulte. Ce phénomène rends immédiatement sympathique un personnage ayant des grands yeux, un petit nez, un grand front puisque ça nous rappelle les bébés et qu'on s'attendrit facilement devant leur frimousse. Résultat, ces personnages sont attachants pour le public! Disney l'a bien compris car il a modifié ses premiers croquis de Mickey pour arriver à son design actuel.


Posté par David Yukio à 14:47 - Livres, revues... - Permalien [#]

16 mars 2009

Les discours de l'Empereur du Japon Hiro-Hito



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais


Canalblog Hirohito Tenue Traditionnelle
L'Empereur du Japon Hiro-Hito (1901-1989)


L'empereur du Japon, Hiro-Hito (Hirohito ou Hiro Hito) a prononcé à la fin de la seconde guerre mondiale deux discours extrêmement importants pour l'histoire de son pays : le 15 août 1945 avec celui de la capitulation du Japon et le 1er Janvier 1946 avec la déclaration d'humanité où il renonce à sa divinité et devient un simple mortel.


15 août 1945 : discours de capitulation du Japon (Gyokuon-Hôsô)
Dans ce discours, appelé Gyokuon-Hôsô, l'Empereur reconnait la défaite inconditionnelle du Japon en acceptant la déclaration de Potsdam, ce qui met fin à la seconde guerre mondiale dans le Pacifique.

Canalblog Hirohito Discours End Of War02
L'Empereur enregistrant son discours

Canalblog Hirohito Discours End Of War01 Disque
Le disque de l'enregistrement

C'est la première fois dans toute l'histoire du Japon que le peuple japonais a pu entendre la voix de son empereur. Le discours a été enregistré le 14 août par l'Empereur, sur un disque, et c'est ce disque qui sera radiodiffusé le 15 août à midi
dans tout le Japon. A noter que l'Empereur s'est exprimé dans un japonais archaïque, utilisé uniquement dans l'ancienne cour impériale, et qui était incompréhensible pour le commun des mortels. De ce fait beaucoup d'auditeurs n'ont donc pas compris le sens des paroles de leur Empereur; ajoutez à cela la pauvre qualité de l'enregistrement audio, le fait aussi que l'Empereur ne faisait pas directement référence à la capitulation, à la défaite mais plutôt à l'acceptation des termes de la conférence de Postdam et vous comprendrez que les auditeurs étaient déboussolés quant à l'attitude à adopter. Ceci avait été prévu et c'est pourquoi un commentateur japonais de la radio expliqua clairement le sens du message aux auditeurs, à savoir que le Japon avait perdu la guerre et que celle-ci était enfin terminée. Sur le Wikipédia anglais nous pouvons lire que selon le journaliste français Robert Guillain, habitant Tôkyô lors de cette annonce, les japonais se sont alors retirés pendant plusieurs heures chez eux pour pleinement comprendre et accepter ce qu'ils venaient d'entendre (source http://en.wikipedia.org/wiki/Gyokuon-h%C5%8Ds%C5%8D).

Source du texte : http://www.39-45.org/viewtopic.php?f=19&t=20377. Un grand merci à Shiro pour avoir saisi le texte car, à ma connaissance, il n'existait pas en français sur le web!


"A Nos bons et loyaux sujets,

Après avoir murement réfléchi aux tendances générales prévalant dans le monde et aux conditions existant aujourd'hui dans Notre Empire, Nous avons décidé de régler la situation actuelle par mesure d'exception.

Nous avons ordonné à Notre Gouvernement de faire savoir aux Gouvernements des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, de Chine et d'Union soviétique que Notre Empire accepte les termes de leur Déclaration commune.

Nous efforcer d'établir la prospérité et le bonheur de toutes les nations, ainsi que la sécurité et le bien-être de Nos sujets, telle est l'obligation solennelle qui Nous a été transmise par Nos Ancêtres Impériaux et que Nous portons dans Notre Cœur. C'est d'ailleurs en raison de Notre sincère désir d'assurer la sauvegarde du Japon et la stabilisation du Sud-Est asiatique que Nous avons déclaré la guerre à l'Amérique et à la Grande-Bretagne, car la pensée d'empiéter sur la souveraineté d'autres nations ou de chercher à agrandir notre territoire était bien loin de Nous. Mais voici désormais près de quatre années que la guerre se prolonge. Bien que tout le monde ait fait de son mieux - en dépit des vaillants combats livrés par Nos forces militaires et navales, de la diligence et de l'assiduité de Nos serviteurs et dévouement de Nos cent millions de sujets - la guerre a évolué, mais pas nécessairement à l'avantage du Japon, tandis que les tendances générales prévalant dans le monde se sont toutes retournées contre ses intérêts. En outre, l'ennemi a mis en œuvre une bombe nouvelle d'une extrême cruauté, dont la capacité de destruction est incalculable et décime bien des vies innocentes. Si Nous continuions à nous battre, cela entrainerait non seulement l'effondrement et l'anéantissement de la nation japonaise, mais encore l'extinction totale de la civilisation humaine. Cela étant, comment pouvons-Nous sauver les multitudes de Nos sujets ? Comment expier Nous-même devant les esprits de Nos Ancêtres Impériaux ? C'est la raison pour laquelle Nous avons ordonné d'accepter les termes de la Déclaration commune des Puissances.

Nous ne pouvons qu'exprimer le sentiment de notre plus profond regret à Nos Alliés du Sud-Est asiatique qui ont sans faillir coopéré avec Notre Empire pour obtenir l'émancipation des contrées asiatiques. La pensée des officiers et des soldats, ainsi que tous les autres, tombés au champ d'honneur, de ceux qui sont morts à leur poste, de ceux qui ont trépassé avant l'heure et de toutes leurs familles endeuillées Nous serre le cœur nuit et jour. Le bien-être des blessés et des victimes de la guerre, et de tous ceux qui ont perdu leur foyer et leurs moyens d'existence, est l'objet de Notre plus vive sollicitude. Les maux et les souffrances auxquels Notre nation sera soumise à l'avenir vont certainement être immenses. Nous sommes pleinement conscient des sentiments les plus intimes de vous tous, Nos sujets.

Cependant, c'est en conformité avec les décrets du temps et du sort que Nous avons résolu d'ouvrir la voie à une ère de paix grandiose pour toutes les générations à venir en endurant ce qu'on ne saurait endurer et en supportant l'insupportable. Ayant pu sauvegarder et maintenir la structure de l'Etat impérial, Nous sommes toujours avec vous, Nos bons et loyaux sujets, Nous fiant à votre sincérité et à votre intégrité. Gardez-vous très rigoureusement de tout éclat d'émotion susceptible d'engendrer d'inutiles complications; de toute querelle et lutte fratricides qui pourraient créer des désordres, vous entrainer hors du droit chemin et vous faire perdre la confiance du monde. Que la nation entière se perpétue comme une seule famille, de génération en génération, toujours ferme dans sa foi en l'impérissabilité de son sol divin, gardant toujours présents à l'esprit le lourd fardeau de ses responsabilités et la pensée du long chemin qu'il lui reste à parcourir. Utilisez vos forces pour les consacrer à bâtir l'avenir. Cultivez les chemins de la droiture; nourrissez la noblesse d'esprit; et travaillez avec résolution, de façon à pouvoir rehausser la gloire inhérente de l'Etat impérial et vous maintenir à la pointe du progrès dans le monde."

Ce texte en français provient du livre "Hiro-Hito l'empereur ambigu" d'Edward Behr.
Il est également repris à l'identique dans le livre "Les 100 discours qui ont marqué le XXe siècle".

Le discours en japonais

Canalblog Hirohito Discours End Of War03

 

Canalblog Hirohito Discours End Of War04

Canalblog Hirohito Discours End Of War05

Canalblog Hirohito Discours End Of War06

Le même discours, sur une seule page
Canalblog Hirohito Discours End Of War07 

Vous pouvez télécharger ce discours ici
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/42/Imperial_Rescript_on_the_Termination_of_the_War.ogg
et ici http://www.reikanido.com/ghj/audio/gyokuon-housou.mp3

Vidéo en français de la retransmission du discours

http://www.youtube.com/watch?v=KnvrvS-0PUY

Vidéo en japonais de la retransmission complète du discours
 http://www.youtube.com/watch?v=FQsxwXWLpAI 

Canalblog Hirohito Discours End Of War08

Canalblog Hirohito Discours End Of War10

Les japonais furent appelés à se rassembler pour écouter leur Empereur
Canalblog Hirohito Discours End Of War11

Canalblog Hirohito Discours End Of War12

Canalblog Hirohito Discours End Of War13Le choc fut tel que beaucoup s'effondrèrent : pour la première fois de son histoire, le Japon va être occupé par une puissance étrangère

A noter deux tentatives désespérées de militaires japonais pour que cette radiodiffusion n'ait pas lieu : le 14 août ils ont tenté de voler et détruire le disque enregistré mais ils échouèrent; une autre fut tentée le 15 août, directement dans la station assurant la retransmission mais là aussi ce fut un échec (source  http://en.wikipedia.org/wiki/Kyujo_incident).

Canalblog Hirohito Discours End Of War15 Shizuto HarunaShizuto Haruna, un ingénieur du son qui participa à l'enregistrement du discours de l'Empeur

Canalblog Hirohito Discours End Of War14 Morio TatenoMorio Tateno, travaillant à la station de radio lors de cette dernière tentative et qui l'empêchat


01 Janvier 1946 : Déclaration d'Humanité (Ningen Sengen 人間宣言)
Ce discours a eu lieu cinq mois après la fin de la guerre, le 1er Janvier 1946. L'Empereur y renonce à son statut divin et devient un simple mortel, comme tous ses concitoyens.

Source http://www.forumjapon.com/forum/viewtopic.php?p=130638#130638.
Merci à Akaguma pour
avoir saisi le texte.

Le texte en japonais
朕ト爾等國民トノ間ノ紐帯ハ、終始相互ノ信頼ト敬愛トニ依リテ結バレ、單ナル神話ト傳説トニ依リテ生ゼルモノニ非ズ。天皇ヲ以テ現御神トシ、且日本國民ヲ以テ他ノ民族ニ優越セル民族ニシテ、延テ世界ヲ支配スベキ運命ヲ有ストノ架空ナル觀念ニ基クモノニモ非ズ

Chin to nanji-ra kokumin to no aida no jûtai wa, shûshi sôgo no shinrai to keiai to ni yorite musubare, tan naru shinwa to densetsu to ni yorite shôzeru mono ni arazu. Tennô o nite akitsumikami to shi, katsu Nippon kokumin o nite hoka no minzoku ni yûetsu seru minzoku ni shite, nobite sekai o shihai su beki unmei o yû su to no kakû naru kannen ni motozuku mono ni mo arazu.

"Les liens entre Nous et vous, le peuple, ont toujours reposé sur la confiance et l'estime mutuelles. Ils ne dépendent pas de simples mythes ou légendes. Ils ne sont pas fondés sur le concept fictif que l'Empereur serait une divinité vivante, et que le peuple japonais serait supérieur aux autres races et destiné à régner sur le monde."

Canalblog Hirohito Paris Match03L'Empereur prononçant son discours

Canalblog Hirohito Paris Match02Le général Mac Arthur et l'Empereur Hiro_Hito

Après avoir renoncé à son statut divin, l'Empereur va parcourir son pays pour aller à la rencontre de son peuple

Canalblog Hirohito Paris Match04

 

Canalblog Hirohito Peuple01

Canalblog Hirohito Peuple02

Canalblog Hirohito Peuple03L'Empereur arrivant dans une salle d'école

Canalblog Hirohito Peuple04

Canalblog Hirohito Peuple05Même les actualités américaines parlaient de ces rencontres entre Hiro-Hito et ses sujets

Canalblog Hirohito Peuple06

Canalblog Hirohito Peuple07

Vidéo de ces rencontres
http://www.youtube.com/watch?v=2Rah-vBIOcE

Canalblog Hirohito Paris Match01

Canalblog Hirohito Paris Match05
Hors-Série de Paris Match, numéro 2053 H-2054 H, dépôt légal 3ème trimestre 1988, consacré au dernier Empereur-dieu. Enormément de photos inédites en France sur Hiro-Hito, de son enfance à sa vieillesse; un numéro historique!

Photos en meilleure qualité ici http://medeeenfurie.com/blog/2011/02/19/hirohito-le-dernier-empereur-dieu/



Posté par David Yukio à 21:38 - Histoire du Japon - Permalien [#]

26 février 2009

Setsuko Hara : son premier grand rôle dans La fille du samouraï de 1937



Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais



CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi018
Setsuko Hara, la grande dame du cinéma japonais des années 50, la muse d'Ozu, "l'éternelle vierge"... cette actrice a marqué de façon indélébile le cinéma de son pays et en fut la plus belle ambassadrice. La carrière de cette actrice commence en 1935 avec le film "Tamerau nakare wakodo yo" connu internationalement sous le titre "Don't Hesitate, Young Folks" de Tetsu Taguchi et se termine en 1962 avec "Chushingura" de Hiroshi Inagaki sur l'histoire fameuse des 47 ronins.
Attention, la page de Setsuko Hara sur l'IMDB comporte deux films en 1966 mais il s'agit d'erreurs (http://www.imdb.com/name/nm0361697/); je vous conseille plutôt la page de JMDB, le pendant japonais de IMDB à l'adresse http://www.jmdb.ne.jp/person/p0097240.htm (ne pas tenir compte de la référence de 1989 Tôkyô ga qui est un documentaire de Wim Wenders mais où Setsuko Hara n'apparait pas).

Le propos de cet article n'est pas de retracer sa carrière, d'autres l'ont fait mieux que moi mais de vous donner des photos et extraits du premier film où elle a eu un rôle important, "Atarashiki tsuchi" connu sous les multiples titres "La fille du samouraï", "Die Liebe der Mitsu", "Die Tochter des Samurai", "The New Earth" et aussi "The New Soil"... Ce film était une coproduction germano-japonaise réalisée par Arnold Fank où elle incarne la jeune Misuko Yamato. Setsuko Hara étant née le 17 juin 1920, elle a 17 ans dans ce film; jeune certes mais déjà très prometteuse.

A ma connaissance ce film n'existe ni en versions française ni anglaise mais seulement en japonaise et allemande, ce qui m'est difficile pour en comprendre l'intrigue. Pour ceux qui n'ont pas eu la chance de le voir, ce film fait très exotique avec plusieurs scènes sur le Sumo, le Kendo, l'Ikebana, le grand Bouddha de Kamakura et les geishas ... n'oublions pas qu'il a été tourné avant guerre et que l'extrême orient faisait déjà réver.


Setsuko Hara à Berlin, en 1937, lors d'un voyage en Europe pour la promotion du film. Elle est superbe en kimono et détonne dans la rue allemande. Source : http://vermillionandonenights.blogspot.com/2011/08/nobuko-rides-on-cloud.html.

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi019 Berlin

Setsuko Hara est déjà pleine de charme à 17 ans, son sourire est radieux, ses grands yeux mangent son visage, elle est enjouée et met beaucoup de conviction et de grâce dans son premier grand rôle.

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi002

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi003

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi004

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi005Ce sourire va conquérir des millions de fans!

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi006

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi007Jolie vue pour ce film très exotique

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi008

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi009

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi010

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi011

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi012

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi013

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi014Exercices au sabre

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi015

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi016

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Atarashiki Tsuchi017L'actrice allemande du film, Ruth Eweler, qui a le premier rôle


La première apparition de Setsuko Hara dans le film.
Un joli kimono pour cette adolescente de 17 ans!
http://www.youtube.com/watch?v=-kJuzhb8xlE

Tir à l'arc, Ikebana, exercice au sabre...
http://www.youtube.com/watch?v=wxGGOA01iQY

Apprenez à manger avec des baguettes avec Setsuko :-)
http://www.youtube.com/watch?v=Kxtnu6EQvdc

Posté par David Yukio à 15:42 - Cinéma japonais - Permalien [#]

21 février 2009

La lumière de Tôkyô



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 


Canalblog Livres La Lumière De Tôkyô01 Couverture


Editeur : Editions Assouline
Date de sortie : 18 septembre 2008
132 pages, 100 photos (double pages pour la plupart)

26 X 32.5cm
45€

Quatrième de couverture : "Rendant un hommage "feutré" à l'architecture urbaine des grandes métropoles, Jean-Michel BERTS redessine les édifices et les paysages par la photographie; comme si, au petit matin, l'homme avait cessé d'imprimer sa marque. Après le succès de "La Lumière de Paris" et de "La Lumière de New York", il a choisi la ville de Tôkyô pour nouveau cadre de ses photos énigmatiques. Infusant un style aussi personnel que poétique. le photographe réussit à fait vibrer sur des notes semi-obscures la capitale japonaise, longtemps accablée par les ravages de la guerre et des catastrophes naturelles."

Ce très bel ouvrage est un recueil de photos sur l'architecture de Tôkyô. Celles-ci sont en noir et blanc, ce qui me gêne un peu car qui a vu les rues de Shinjuku et de Shibuya a compris que Tôkyô est une ville constamment illuminée, où les couleurs se mélangent à l'infini dans des néons en nombre illimité. Néanmoins le parti-pris se révèle heureux car Jean-Michel BERTS est un grand professionnel et il arrive à rendre émouvantes et poétiques des photos de gratte-ciels et de temples! Bravo aussi pour l'omniprésence de la nature et des arbres sur ses photos, même sur les tours de Shinjuku, car il a bien compris que la nature est partout chez elle à Tôkyô...

Canalblog Livres La Lumière De Tôkyô02

Canalblog Livres La Lumière De Tôkyô03

Posté par David Yukio à 17:57 - Livres, revues... - Permalien [#]

14 février 2009

DVD de tourisme sur Tôkyô



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 

CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme03

CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme04

Tôkyô Planète Edo
Réalisateur : Pierre Brouwers
Studio : TF1 Vidéo
Date de sortie du DVD : 22 février 2007
Durée : 52 minutes + 28 minutes de bonus
Inclus : petit guide de voyage de 16 pages

Présentation reprise du dos de la jaquette : "Edo est le nom que la capitale du Japon portait à l'époque des shoguns. Edo était, au début du XVIIIème siècle, la plus grande ville du monde. Aujourd'hui'hui, Tôkyô est une mégalopole tentaculaire, une surprenante juxtaposition de quartiers dont certains annoncent la ville du futur, alors que d'autres tiennent du petit village tranquille. En filmant Tôkyô, Pierre Brouwers a éprouvé le sentiment d'appartenir à un monde différent. Il lui a fallu rassembler patiemment, à chaque jour du tournage, les repères qui lui ont permis de mettre à notre portée une éblouissante planète."

Le DVD comprend les sujets suivants :
Les geishas, le kendo, Théâtre Nô, le wadaïko tambour traditionnel, le parc Yoyogi et le rockabilly, architecture, le métro, le shinkansen, marché aux poissons de Tsukiji, le temple Meiji Jingu, les mangas, la calligraphie, sushis et restaurant traditionnel, bento et automates, danse du dragon au temple senso-ji, le karaoké, vie nocturne, vues aériennes...
Les quartiers : Ginza, Shibuya, Odaiba, Shinagawa, Harajuku, Omotesando, Asakusa, Shinjuku, Kagurazaka, Akihabara.

28 minutes de bonus :
"Making of : accident de tournage (rien de grave mais sympa comme bonus)
Le monde vu du ciel : du rainbow bridge à la Tôkyô Tower.
Tôkyô, quartier de Shinjuku. Tôkyô, vers la baie de Sagami.
Le monde en fêtes : Yoyogi Park."


CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme01

CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme02

Tôkyô
Présentateur : Ian Wright

Studio : Pilot guides
Date de sortie du DVD :
18/04/2007

Durée : 60 minutes

Présentation reprise du dos de la jaquette : "
Tôkyô est une ville fascinante, une ville d’extrêmes qui mélange vielles traditions et visions futuristes, et est dotée d’un extraordinaire rythme de vie. On est frappé par les gratte-ciels et les néons, c’est un exemple éblouissant de réussite dans le Japon de l’après-guerre. Le globe-trotter Ian Wright commence son séjour en visitant le temple de la paix de Senso-ji, pour s’imprégner de la spiritualité de Tôkyô. Après un léger temps de réflexion, il embrasse le rythme de la ville et découvre les dernières nouveautés de la technologie et de la mode. Il fait ensuite l’ascension du Mont Fuji avec beaucoup d’autres touristes, et termine son voyage dans des endroits mal famés de Tôkyô."

Le DVD comprend les sujets suivants :
"Introduction
Jour 1 : Asakusa, la rivière Sumida, Odaiba et Shibuya
Jour 2 : marché de Tsukiji, Harajuku et Nezu
Jour 3 : le festival Kanto Matsuri
Jour 4 : le sanctuaire du Yasukuni et le musée de guerre
Jour 5 : le mont Fuji
Jour 6 : le mont Fuji et le complexe des collines de Roppongi (Roppongi Hills)
Jour 7 : le festival de Nebuta
Jour 8 : le dôme de Tôkyô

En chemin...
Profitez d'une source thermale volcanique au pied du mont Fuji. Prenez un petit-déjeuner de sushis au marché des poissons de Tsukiji. Explorez le monde de haute technologie des centres d'Odaiba. Émerveillez-vous devant les chars colorés du festival de Nebuta à Aomori. Etudiez la philosophie du Bushido, code de conduite des guerriers Samura¨."


Mon avis
Ces deux DVD sont intéressants mais beaucoup beaucoup trop courts! Comptez une heure pour l'un, une heure vingt minutes pour l'autre avec les bonus... A peine a-t-on le temps d'aborder un sujet qu'il faut déjà passer au suivant; beaucoup de points sont traités mais aucun n'est approfondi et je trouve celà très frustrant!!!!! D'un autre côté, regarder un film sur Tôkyô ça ne se refuse pas quand on aime cette ville; c'est juste que j'aurais aimé un gros box de 10 DVD de trois heures chacun prenant vraiment le temps de nous perdre dans cette ville!

Bref, un achat idéal pour ceux qui ne connaissent pas la capitale nippone et en veulent un aperçu rapide, ainsi que pour ceux qui la connaissent déjà bien qui retrouveront ici bien des endroits connus et s'émerveilleront notamment devant les images prises en hélicoptère... Pour cette deuxième catégorie de personnes, je vous rappelle que j'ai déjà rédigé pour ce blog des posts sur d'autres DVD plus pointus.


CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme05Tôkyô streets
DVD consacré aux tendances urbaines de Tôkyô : indispensable!!!!!
Article à cette adresse : http://japon.canalblog.com/archives/2006/09/12/2661830.html

CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme07Images couleur de Tôkyô avant la seconde guerre mondiale
DVD sur la seconde guerre mondiale japonaise, avec quelques minutes sur Tôkyô, en couleurs, avant que n'éclate le conflit : je ne pensais même pas que celà existait
Article à cette adresse : http://japon.canalblog.com/archives/2006/06/25/2168475.html


CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme06

Tôkyô ga
Superbe film consacré par Wim Wenders à Ozu, à Tôkyô, avec un passage sur les fameux rockers d'Harajuku.
Article à cette adresse :
http://japon.canalblog.com/archives/2006/05/25/1949808.html


Posté par David Yukio à 17:04 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

29 janvier 2009

Le Cri Qui Tue N°1 - revue de mangas en français de 1978



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles mangas et dessins-animés



Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 001 Couv

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 002 Dos
Numéro 1 : juin 1978
Nombre de pages : 98
Format : 19 x 26,5cm


"Le Cri Qui Tue", cette revue publiée en juin 1978 a longtemps été considérée comme la pionnière pour l'introduction du manga traduit dans l'hexagone. C'était vrai jusqu'à ce que je découvre la revue Budo Magazine Europe d'Octobre 1969, qui, avec une antériorité de 9 ans sur "Le Cri Qui Tue", détient le nouveau record d'ancienneté
(article ici). Néanmoins "Le Cri Qui Tue" est la première revue entièrement dédiée aux mangas alors que Budo Magazine Europe était surtout une revue sur les arts martiaux contenant quelques pages d'un manga traduit.


Cette revue n'a malheureusement duré que six numéros, de juin 1978 à mars 1981 et doit s'arrêter suite à des problèmes de diffusion, d'autres avec la commission paritaire et puis aussi un taux de change devenant trop mauvais entre le Franc suisse et le Franc français. Cette revue reposait sur les épaules de Atoss Takemoto et Rolf Kesselring et on ne peut que regretter que tous leurs efforts n'aient pas plus abouti que ça. Malgré cela, "Le Cri Qui Tue" marque une étape primordiale dans l'histoire du manga en France avec, pour ceux qui eurent la chance de le lire, la découverte de trésors comme Golgo 13 et Osamu Tezuka il y a déjà plus de trente ans de ça. Pour la resituer dans l'histoire française de la culture populaire japonaise, cette revue est parue un mois avant l'arrivée de Goldorak sur nos écrans (juillet 1978). Vu son rôle historique, j'ai décidé de scanner ses articles pour que tout le monde puisse en profiter.
 
Si les auteurs des articles reproduits ci-dessous souhaitent qu'ils soient retirés de mon blog, merci de faire la demande via Canalblog sur la page http://www.canalblog.com/public/contactez-nous et il seront retirés dès que j'aurai pris connaissance du mail de Canalblog.


L'équipe du Cri Qui Tue
Le staff était composé des personnes suivantes

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 003
"LE CRI QUI TUE est trimestriel. Il coûte 10 francs. Il est édité par Atoss Takemoto — 126 Mimoridai — Matsudo (Chiba) Japon. Cette édition en langue française est ©Atoss Takemoto et les auteurs 1978.
Directeur de la publication et Rédacteur en chef : «Atoss» Motoïstshi Takemoto.
Conseiller technique : Rolf Kesselring.
Conception graphique et maquette : Sylvain Brossard.
Toutes les traductions et les adaptations sont faites par Atoss Takemoto et Rolf Kesselring.
Le lettrage de ce numéro a été confié à : Véronique Frossard, Christine Simon, Frédérik Pajak et Sylvain Brossard.
Siège social : Chez Atoss Takemoto — Editeur — 126 Minoridai — Matsudo (Chiba) Japon.
Rédaction + Administration pour cette édition : Chez Atoss Takemoto — 60, rue de la Plaine — 1400 YVERDON — Suisse - Tél. (024) 21 97 93.
DISTRIBUTION: NMPP
N° de commission paritaire : en cours. Dépôt légal 2ème trimestre 1978.
Imprimé par Ambert Chivasso, Italie."


L'éditorial du numéro 1
Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 004 Editorial

Remarque : j'ai repris ici les noms de l'éditorial sans les corriger; par exemple j'ai laissé Osamu Tesuka sans corriger en Osamu Tezuka.

"EDITORIAL
Une de plus!
Bien que je connaisse mal le milieu et les lecteurs de bandes dessinées de France, je sais une chose certaine... C'est que la plupart des commentaires vont être : « UNE DE PLUS!», en parlant du numéro 1 du CRI QUI TUE...
Et bien non, ce n'est pas «une de plus!», mais «une autre!»... Loin de moi l'envie de rivaliser avec METAL HURLANT, CHARLIE,
L'ECHO DES SAVANES ou encore FLUIDE GLACIAL, mais laissez-moi vous montrer une B.D. différente.
Tout d'abord une grande vedette japonaise : Golgo 13. Le terroriste professionnel, le cynisme fait homme; et homme efficace! Le salopard intégral. Celui qui, pour de l'argent, est prêt à tout. Vraiment à tout. Symbole de notre époque? Mythe du mal incarné? Traître à l'humanité? C'est le lecteur qui décidera. Moi je ne suis que le montreur de ces images, imaginées et fabriquées par l'auteur : Takao Saïto.
L'humour japonais existe, je l'ai rencontré en lisant Horreur! Quel travailleur! d'un drôle de type qui se nomme Fujio Akazuka... comme tout le monde...
Ensuite, vous lirez Good Bye de Yoshihiro Tatsumi le désespéré. Là, le mystèrieux sourire oriental disparaît. Tatsumi grince devant le spectacle de la société japonaise moderne. C'est son droit. Pourtant, ceux qui voyent le Japon en forme de carte postale — cerisiers en fleurs et geishas sensuelles — vont en prendre pour leur grade. Le nez dans la boue...
Et puis... Et puis deux chapitres du Système des Super-0iseaux de Osamu TesuKa, le père de la B.D. actuelle au Japon. Deux histoires de S.F. Les oiseaux sont devenus intelligents, d'une autre intelligence, et ils se mettent à combattre les hommes de cette planète par tous les moyens. De quoi nous faire réfléchir un peu. Histoire de nous changer du train-train quotidien.
Pour en finir avec ce numéro 1, vous aurez le plaisir de découvrir un conte horrible d'un jeune dessinateur qui promet et tient beaucoup : Tadashi Matsumori (scénario de Saburo Kitagawa). Là, c'est en plein univers psychiatrique que l'honorable lecteur sera traîné de force jusqu'au moment crucial de la chute... Vertigineuse!

En prime, vous aurez droit à des critiques de B.D. d'ici, dans une revue d'ailleurs, un article sur la B.D. au Japon — le premier d'une série consacrée à la B.D. en Orient que je publierai dans les numéros suivants. Des nouvelles et des commentaires; bref, tout ce que l'on trouve dans une revue de bandes dessinées. Alors, ce ne sera certainement pas «une de plus», mais certainement une «autre» revue, une manière différente, une B.D. qui vient directement de cet Extrème-0rient  fascinant, de chez moi.
Atoss Takemoto"


Portrait de Atoss Takemoto
Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 012
"ATOSS TAKEMOTO
Un éditeur venu d'ailleurs
Il est venu de Matsudo, près de Tokyo. Dans ses bagages, il apportait des bandes dessinées célèbres dans tout le Japon, une trompette — il est passionné de musique —, et pas mal d'envies et de projets. A vingt-cinq ans, tous les rêves sont permis...
Après des études d'anglais en Australie, un passage à Genève dans le tourisme le fortifie dans le désir de revenir en Europe pour y tenter son aventure solitaire: devenir éditeur d'une revue de bandes dessinées traduites du japonais.

S'il se fixe en Suisse, c'est qu'il est un stratège avisé. C'est le centre géographique de l'Europe. Et, même s'il avoue son amitié pour tout ce qui touche à la France, le côté sérieux et méticuleux des Helvètes ne le dépayse pas trop. D'emblée, il affirme ne pas vouloir marcher sur les brisées des éditeurs français.
«Malgré mon estime pour Tardi, Kresse et beaucoup d'autres, je veux me limiter à la traduction de bandes japonaises. Je ne viens pas en concurrent. mais pour faire connaitre ici ce qui fait rire ou pleurer des millions de gens dans mon pays...»
Immédiatement, ses projets les plus secrets sont avoués : «Je trouve la B D. européenne très belle et très bien faite, mais je trouve qu'elle se vend beaucoup trop cher. Il est vrai que, en ce qui concerne ma première tentative : LE CRl QUI TUE, je suis obligé de m'aligner... Pourtant mon vœu le plus cher est de mettre les œuvres de mes dessinateurs sous une forme telle que je pourrais, alors, abaisser le prix de vente au niveau du livre de poche."

Quand on connait l'obstination des asiatiques et lorsque l'on parle une heure avec Atoss Takemoto, on se rend bien compte d'une chose : c'est que la ténacité est une vertu toute japonaise et qu'on peut lui faire entièrement confiance sur ce terrain.
Atoss Takemoto — Editeur, deviendra sûrement une raison sociale connue et appreciée de ses lecteurs, cela ne fait aucun doute.
La seule inconnue étant de savoir si le public français accueillera ces bandes, si appréciées là-bas avec la même facilité. Atoss Takemoto n'en doute pas et il doit avoir raison. Les frontières n'existent pas devant ce monde féérique qu'est la bande dessinée... Même si. comme son éditeur, elle vient de loin, de très loin, en un mot «d'ailleurs»."

Une excellente interview de Atoss Takemoto sur le site d'Animeland en 2002
http://www.animeland.com/articles/voir/220/Atoss-TAKEMOTO-lambassadeur-manga



Présentation des mangas
Présentation en trois pages de la BD japonaise des origines à 1979 par Koniec. Vous noterez qu'on y parle de la diffusion du Roi Léo et du Prince Saphir sur TF1, qui sont effectivement les premières séries japonaises arrivées sur nos écrans avant Goldorak.
Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 007


Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 008

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 009

"La bande dessinée du bout du monde

La bande dessinée fait partie de l'histoire du Japon. Dès le 9ème siècle déjà, des artistes peignaient à l'encre de chine dans un style que ne renieraient pas les Pratt et Tardi d'aujourd'hui, des contes philosophiques, des reportages guerriers, des scènes de la vie dignes d'un Fellini. Cela s'appelait Emakimono (bandeaux de papier), Sumié, Ukiyo-é, Nishiki-é...

L'art graphique, au Japon, a gardé cet aspect narratif tout au long des âges et c'est, sans doute, ce qui permet aujourd'hui de dire que la bande dessinée est un art vieux... Aussi vieux que les arts japonais. Avant la guerre, tout comme aux USA, des dizaines de dessinateurs produisaient dans le Japon impérial d'alors. Il est évident que, lorsque l'on essaye d'interroger les amateurs japonais de b.d. d'aujourd'hui, tous s'accordent à dire qu'il y avait une production très importante, mais complètement soumise aux besoins de la propagande du pouvoir politique qui existait violemment à ce moment. Tous, aussi, s'accordent à souligner qu'une grande coupure est survenue avec la guerre, et que personne ne se souvient des héros et des dessinateurs d'alors! La guerre changea radicalement le Japon.
Le monde de la b.d. japonaise revint à la surface après cette coupure importante. Pour ne donner qu'une petite idée de ce qui se passe dans ce pays, à l'heure où ces lignes sont écrites, il faut savoir que plusieurs hebdomadaires font plus de 250 pages et sont publiés à plus d'un million d'exemplaires... De quoi faire rêver les éditeurs européens!

Avant d'aller plus loin dans cette petite enquête, il faut ajouter à l'endroit des collectionneurs de b.d. qu'au Japon, rien n'existe dans le style de Tintin au pays des Soviets ou de Zig et Puce pour faire monter la cote et l'étayer. On collectionne des œuvres très anciennes, mais pas la bande dessinée d'avant-guerre. Elle n'existe même plus dans la mémoire des gens... Du moins en ce qui concerne les jeunes passionnés de 1978.
Ce fût dans les années 50 que tout recommença. La revue Manga-Shônen, maintenant disparue, relança le marché. Puis ce fut le tour de bien d'autres pour aboutir à une sorte de partage du marché par quelques grandes maisons d'éditions qui se nomment Kodan-Sha, qui  publie  Shônen-Magazine, Shôga-Kkan qui sort Shônen Sunday et Akita-Shoten qui produit Shônen-Champion (1.500.000 exemplaires chacun toutes les semaines!). Ces trois premières publications sont destinées aux enfants et connaissent un grand succès, comme le prouvent les tirages. Pour ne rien oublier et parce que le marché japonais est minutieusement organisé, il faut encore citer les journaux pour jeunes filles: Shôjo Friend, Margarette, etc... et les publications pour adultes qui foisonnent aussi... Manga Sunday est sans doute la plus connue de ces dernières. Il est à remarquer que les tirages les plus faibles avoisinent tout de même le chiffre de 500.000 exemplaires...

A cause du rythme imposé par un tel marché, les dessinateurs ne peuvent évidemment pas travailler en artisans. Très vite, ils durent s'organiser sur le modèle américain : studios, aides et apprentis, travail planifié, scénaristes professionnels, etc... Pourtant, quelques-uns échappent à la règle. Ils demeurent des artisans et ne dessinent qu'en solitaires ou presque. Mais ce sont des marginaux. Osamu Tezuka, que l'on donne comme le père de la b.d. actuelle au Japon et qui est le créateur des «Super-0iseaux», conte de S.F. philosophique, a employé jusqu'à 200 dessinateurs sur la même production. II s'agissait d'un dessin animé. 
La qualité du dessin et l'intérêt de  l'histoire y perdent souvent. Mais le jeu est passionnant. 

Dans le Japon ultra-matérialiste d'aujourd'hui, les histoires qui semblent avoir le plus grand succès sont celles qui sont très réalistes, policières ou simplement violentes. Takao Saito est une grande vedette. Il produit un personnage qui se nomme Golgo 13 et qui est un tueur à la carte. Une sorte de mercenaire prêt à tout pour de l'argent. A voir ces bandes dépouillées, souvent sans texte, presque statiques, le lecteur européen peut être rebuté au premier abord. Pourtant, au bout de  quelques pages, le charme agit et il se laisse glisser dans cet univers de cynisme et d'efficacité presque inhumaine que représente Golgo 13. Ce qui pourrai passer pour de la naïveté devient magie et fascine d'une manière quasi-incompréhensible... C'est là sans doute la raison du succès de cette bande au Japon. Takao Saîto, c'est aussi «Saïto production». Une maison très efficiente qui contrôle et dirige une  dizaine de dessinateurs. Actuellement il s'agit d'un des studios les plus en vue sur le marché. 
Malgrè cela, on revient toujours à Osamu Tezuka. Né en 1925, il est celui qui a tout donné aux autres. Docteur en médecine, il est venu à la bande dessinée et n'en est plus ressorti. II produit, et c'est compréhensible, une histoire médicale qui s'intitule Black Jack. Mais tout est bon à cet artiste prolixe : Astro-Boy, une b.d. de science-fiction pour enfants, les Super-Oiseaux pour les grands, le Roi Léo et Prince Saphir, toujours pour les enfants. Ces deux dernières séries sont maintenant connues en Europe à cause de leurs passages réguliers sous forme de dessins animés pour la TV. TF1 les programme régulièrement et vos enfants connaissent sans doute très bien ce Roi Léo — un lion — et ce Prince Saphir qui lutte contre des sorciers et des monstres issus directement de la tradition fantastique nippone.

Toute cette production est soutenue par des lecteurs innombrables qui achètent chaque semaine des millions et des millions d'exemplaires de ces différentes revues. Pour celui qui doute encore de la vitalité de la b.d. au Japon, je ne peux donner qu'un conseil : allez passer quelques jours à Tokyo. Prenez le métro, le bus, le taxi ou le train et regardez autour de vous. Vous verrez des enfants, des femmes de ménages, des ouvriers, des hommes d'affaires, qui rentrent chez eux ou vont à leur travail, le nez plongé dans des opuscules colorés... Ils lisent de la bande dessinée!
Et pour terminer cette première enquète, apprenez qu'en plus des revues dont je viens de vous parler, toutes ces histoires reparaissent en pocket-books à des tirages difficilement estimables parce qu'on m'a affirmé que les rééditions étaient une constante du marché.

Et maintenant, très estimable lecteur, il ne me reste qu'à te convier à suivre le CRI QUI TUE et à retrouver au N° 2 cette enquète qui te parlera d'autres dessinateurs et d'autres merveilles venues du pays où le soleil se lève, dit-on.
KONIEC"


Les bandes dessinées du numéro 1
Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 023

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 024
 

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 005

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 006
Les quatre premières pages de la première BD : Golgo 13.
Notez la légende dans les colonnes gauche et droite "Le cri qui tue : aventures respectables - passions extrêmes - violences anodines" : tout un programme, surtout le surréaliste "Violences anodines"!

Histoire non complète de 21 pages; suite dans le numéro 2?

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 010

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 025

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 026
La deuxième BD, Good-bye de Yoshihiro Tatsumi, racontant l'histoire d'une jeune japonaise se prostituant avec des GI au lendemain de la fin de la guerre.
Histoire complète de 16 pages?

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 011

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 027
La troisième BD : Quelle horreur!
Un travailleur... de Fujio Akazuka ou comment un patron essaye de ménager un drogué du travail en le forçant à prendre des vacances.
Histoire complète de 6 pages?


Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 013
Quatrième BD : Le système des super-oiseaux - Ignis d'Osamu Tezuka.

Trois naufragés échouent sur une île. Les oiseaux leur viennent en aide mais en sont cruellement remerciés jusqu'à ce que...
Histoire complète de 7 pages.


Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 014

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 015
 

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 028
Cinquième BD
: L'hôpital infernal, texte de Saburo Kitagawa, dessin de Tadashi Matsumori.
Une journaliste vient visiter un hôpital psychiatrique et rapidement tout devient très malsain.
Histoire complète de
27 pages.


Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 016
Sixième BD : le système des super-oiseaux - Le porte-parole d'Osamu Tezuka
.

Un écrivain est engagé par des oiseaux pour être leur porte-parole.
Histoire complète de 7 pages
.


Abonnement

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue01 017 Abonnement
L'offre d'abonnement, particulièrement croquignolesque
"Abonnez-vous en vitesse ou gare à vos fesses!!"



Les autres numéros du Cri Qui Tue
Canalblog Revue Le Cri Qui Tue02
Numéro 2 : septembre 1978

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue03
Numéro 3 : février 1979

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue04

Numéro 4 : janvier 1980

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue05

Numéro 5 : juin 1980

Canalblog Revue Le Cri Qui Tue06

Numéro 6 : mars 1981
Le dernier d'une belle aventure...


Merci Mr ATOSS TAKEMOTO pour ce que vous avez fait!

Posté par David Yukio à 19:49 - Livres, revues... - Permalien [#]

10 janvier 2009

Tôkyô twilight zone : superbe livre de photos sur Tôkyô



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone01

Tôkyô twilight zone est un recueil de photos de SATO Shintaro paru en mai 2008. 40 magnifiques photos de Tôkyô et sa banlieue, sur du papier glacé du meilleur effet. Il s'agit exclusivement de photos de quartiers de la capitale japonaise, ce qui en fait tout son charme pour moi. Je l'ai trouvé chez Junku, à Paris, pour 50€. C'est cher mais l'ouvrage vaut son prix quand on voit la qualité et surtout la définition des photos. Seul petit regret, pas de photos des quartiers emblématiques de Tôkyô comme Shibuya, Asakusa ou Harajuku.

Taille : 33cm sur 26cm

Voici quelques extraits de ce livre :-)

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone02

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone03

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone04

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone05

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone06


Posté par David Yukio à 17:12 - Livres, revues... - Permalien [#]

02 janvier 2009

Dictionnaire de l'amour et du plaisir au Japon



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 
Notes liées dans mon blog : Liste articles sexe


Canalblog Livres Dictionnaire De L Amour Recto

Canalblog Livres Dictionnaire De L Amour Verso


En Novembre 2008 Agnès GIARD a publié chez Drugstore son deuxième ouvrage de référence sur le sexe japonais intitulé "Dictionnaire de l'amour et du plaisir au Japon". Agnès continue donc à tracer son sillon d'experte du sexe japonais, unanimement reconnue par la presse française comme la spécialiste numéro 1 de ce sujet.

Le Japon est un pays surprenant qui ne cesse de m'étonner par la multitude et la complexité de ses pratiques sexuelles, d'un raffinement rarement atteint dans nos pays occidentaux où on préfère plutôt le cul à l'érotisme. Vous allez découvrir que toute pratique sexuelle, même la plus mineure ou underground, a son petit nom au Japon. Le livre se présente donc comme un dictionnaire comportant 400 mots clés expliqués en général sur deux pages, agrémentées d'illustrations très riches puisées à de multiples sources. Pour ceux qui n'auraient pas le courage de tout lire (ce serait vraiment dommage), vous pouvez acheter ce livre uniquement pour les dessins tant ils sont variés et riches d'enseignement.

Voici quelques exemples d'entrées : Voyeurisme, Kimono, Liens, Bandelettes, Positions sexuelles, Prostitution, Beauté, Déshabillage... je ne les noterai pas tous ici puisqu'il y en a 400 mais chacun y trouvera son compte!

C'est un ouvrage INDISPENSABLE pour tout amoureux du Japon et il se doit de trôner dans votre bibliothèque.


J'insiste sur un point : certaines illustrations sont violentes et pourraient choquer un public non averti. N'oubliez pas que le Japon est un pays bouddhiste et shintoïste et par là n'a pas les mêmes tabous que les chrétiens.


Vous pouvez lire mon post sur son premier ouvrage ici "L'imaginaire érotique au Japon".


Présentation du livre (quatrième de couverture)

Qu'il s'agisse de désigner "l'amour yeux dans les yeux", avec des pupilles miroitantes d'étoiles, ou les techniques sexuelles des hôtesses qui travaillent dans les clubs, les japonais ont toujours un mot pour le dire. Chaque pratique - aussi élaborée soit-elle - porte un nom, comme dans les arts martiaux. Il ne se passe pas de mois sans que des réalisateurs de vidéo créent des néologismes pour désigner de nouvelles façons d'aimer...

Mais derrière le bouillonnement apparent de la nouveauté, on retrouve toujours les mêmes mécanismes à l'œuvre : au Japon, le désir se cristallise sur de singuliers détails, dont le charme ressuscite une poésie souvent très ancienne. Dans ce pays obsédé par l'émotion, une logique particulière préside aux jeux de l'amour. Il existe même des mots pour en mesurer le degré de poignance : on parle de la "pureté émotionnelle" ou de la "beauté émotionnelle" en utilisant des termes qui servent d'habitude à juger les œuvres d'art...

À travers 400 mots-clés, il s'agit ici de cerner la pensée japonaise et sa culture érotique, une culture qui dépasse largement le cadre de la sexualité, témoignant à la fois du tourbillon créatif du Japon contemporain et de son enracinement dans une tradition spirituelle millénaire.



Sommaire
Corps : comme un rocher
Beauté : tristesse et secret
Fantastique : éloge de l'ombre
L'amour : du premier baiser au dernier adieu
La sexualité : vagin-pieuvre, visage d'orage et pénis cosmique
L'industrie du sexe : l'imagination au pouvoir



Biographie de l'auteur (quatrième de couverture)

Journaliste à Libération, spécialisée dans les contre-cultures, le Japon et l'art déviant, Agnès Giard est aussi l'auteur des livres Le sexe bizarre (Le Cherche Midi, 2004) et L'Imaginaire érotique au Japon (Albin Michel, 2006). Ses reportages sur le Japon sont publiés depuis plus de dix ans dans toute la presse française (Marie-Claire, L'Écho des Savanes, Elle, Technikart, Biba, OS...). Elle est correspondante depuis 8 ans du mensuel japonais SM&Sniper, auxquels collaborent des artistes prestigieux comme Nobuyoshi Araki. Elle a publié son tout premier livre au Japon : Fetish mode (Éditions Wailea,Tokyo, 2003).


Broché: 355 pages
Editeur : Drugstore (Novembre 2008)
Langue : Français
ISBN: 9782356260871

Dimensions (en cm): 19 x 24.5
Prix : 35€00


Posté par David Yukio à 11:42 - Livres, revues... - Permalien [#]

01 janvier 2009

Amazon.co.jp : frais de douane excessifs



Notes liées dans mon blog : Liste articles musiques


J'ai commandé il y a peu chez Amazon.co.jp deux DVD de JPop, introuvables en France, et voici combien celà m'a couté :
DVD 01 : 45€
DVD 02 : 45€
Frais de port par FEDEX : 30€
Frais de douane
par FEDEX : 40€

160€00 pour deux DVD mais là où c'est scandaleux c'est FEDEX qui a rajouté 30€ EN PLUS pour des frais de port et 40€ pour des frais de douane!!!!!

Résultat mes deux DVD me sont revenus à 160€!
JE REPETE : 160€ POUR DEUX DVD!


Maintenant je ne commanderai plus jamais chez Amazon Japon car non seulement ils sont TRES chers mais en plus ils utilisent FEDEX pour les envois à l'étranger. Ils feraient mieux de simplement faire un chronopost international qui lui ne m'a jamais rien coûté en frais de douane, quand je passe des commandes sur un site comme jungle-scs.co.jp ou bien Yesasia...

Pour ceux qui veulent plus d'infos, voici un lien vers un excellent forum traitant du même sujet :
http://www.forumjapon.com/forum/viewtopic.php?t=16334&postdays=0&postorder=asc&start=0

Bref, une très mauvaise expérience, dommage car ils ont un choix très vaste de DVD, CD, films mais leur politique tarifaire est excessive.

 

Posté par David Yukio à 10:29 - Musique : JPop, JRock, Visual Kei et concerts - Permalien [#]

13 décembre 2008

Grains de sable, film avec Ayumi Hamasaki


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais


CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki023

 

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki024


Une nouvelle édition du DVD, datant de 2010, à privilégier car l'image et le son ont été remasterisés
CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki025

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki026

Grains de sable (Nagisa no Shindobaddo) est un film japonais réalisé en 1995 par Ryosuke Hashiguchi avec la jeune Ayumi Hamasaki, âgée de seulement 17 ans (c'est le seul film avec Ayumi Hamasaki distribué en France et disponible en DVD). L'histoire tient en quelques mots : Ito, jeune lycéen, est amoureux de son ami Yoshida qui lui balance plutôt entre Shimizu, une élève modèle, et Aihara, nana asociale jouée par Ayumi Hamasaki. Le film dure deux heures, raconte la vie de tous les jours de ces adolescents, leurs premiers émois amoureux, leur difficulté à communiquer, les rivalités entre personnes... sur un ton léger, tout en finesse, sans pathos ni vulgarité

La bonne surprise de ce film est justement Ayumi Hamasaki qui a un excellent jeu d'acteur, se débrouille plus que bien dans un rôle exigeant, celui d'une élève en marge de ses camarades, au caractère apparemment de petite peste mais qui cache un lourd secret. Ne vous y trompez pas, elle n'occupe pas un simple second role mais partage le premier avec Ito. Elle est d'ailleurs à l'origine du dénouement d'une situation qui devenait de plus en plus complexe entre Ito, Yoshida et SHimizu. On regrette juste qu'elle n'ait pas plus de scènes tant elle est naturelle dans son jeu.

Avant d'être la chanteuse de JPop Number One au Japon, la nouvelle Queen of JPop après Namie Amuro, Ayumi fut en effet actrice dans des films et dramas avant d'abandonner cette carrière pour sa consacrer à la musique. Dommage diront certains car je suis intimement convaincu qu'elle avait un vrai avenir dans ce métier. Toutefois je vous préviens, vous aurez du mal à la reconnaître physiquement car entre ce film et 2008 se sont écoulées 13 années et il y a eu beaucoup d'opérations de chirurgie esthétique au compteur.

La mauvaise est la qualité du transfert du film avec une image ne faisant pas honneur à la technologie DVD. L'image est souvent granuleuse, avec des tâches ou griffures, des sous-titres blancs sur fond blanc (et donc illisibles), des couleurs délavées... bref il faut s'accrocher pour arriver au bout de ce film qui aurait mérité un meilleur traitement.


Les personnages

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki001

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki005Un trio d'amis que les nanas vont séparer

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki021Ito, de plus en plus attiré par les garçons et surtout par son ami Yoshida

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki022
Yoshida, le pivot du groupe, le mec bien sous tous rapports

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki003


CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki004
Aihara, jouée par Ayumi Hamasaki, 17 ans, avec un visage bien différent de celui actuel

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki002


CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki019
Shimizu, élève modèle, amoureuse de Yoshida... trop gentille


Quelques scènes du film
CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki007


CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki008
Yoshida, réprimandant Aihara, pas assez attentive en cours de musique :-)

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki009
Ito, sur le point d'avouer son amour à Yoshida

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki006
La classe de nos héros, dans ce monde de l'adolescence où tout semblait si simple

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki010


CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki011


CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki012

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki013


CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki014Une sortie entre amis, où Aihara laisse enfin exprimer ses sentiments

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki015

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki016

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki017Yoshida défendant Aihara, suspectée d'avoir volé un sac.
Ce geste heurte sa copine officielle qui comprend que Yoshida s'éloigne d'elle!

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki018

CanalBlog Cinema Grains De Sable Ayumi Hamasaki020
Aihara, à la fin du film... le drame se dénoue, dans les larmes et la prise de conscience que l'enfance est finie.


Posté par David Yukio à 15:42 - Cinéma japonais - Permalien [#]