Mon amour pour le Japon et Tôkyô

Mon amour pour le Japon et Tôkyô

17 mars 2007

Baby, The Stars Shine Bright à Paris



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais


Canalblog BTSSB Boutique04Le magasin parisien

"Baby, The Stars Shine Bright", la marque japonaise de mode qui a créé les vêtements du film Kamikaze girl, a ouvert un magasin à Paris le jeudi 22 février. L'adresse est la suivante :
BABY,THE STARS SHINE BRIGHT
72, Avenue Ledru Rollin
75012 Paris - Métro Ledru Rollin

"Baby The Stars Shine Bright", "Baby" ou "BTSSB" pour les intimes, est le nom d'un magasin japonais de mode créé en 1988 par Akinori Isobe et sa femme Fumiyo. La marque ouvre son premier magasin dans Shibuya, le quartier Tôkyôïte de la jeunesse où trône le fameux magasin 109. "Baby, The Stars Shine Bright"  est spécialisé dans la mode gothic lolita; je vous renvoie vers ce lien wikipédia pour vous faire une meilleure idée de ce genre vestimentaire http://fr.wikipedia.org/wiki/Gothic_Lolita. Pour ceux qui étaient présents au concert de Moon Kana à la Loco le 24 Février 2007, vous avez pu en voir beaucoup, françaises en plus, parmi les spectateurs.

D'après des posts sur des forums spécialisés sur le Japon, le magasin emploie actuellement deux vendeuses japonaises parlant très peu français et anglais, ce qui facilite peu le contact. Les prix sont en outre TRES élevés et il serait moins onéreux de commander sur le site japonais que d'acheter directement en magasin, un comble non?

Enfin bon, après l'ouverture l'été dernier de la boutique Harajuku spécialisée elle aussi dans la mode gothic lolita, ça fait plaisir de voir cette fois une boutique japonaise s'installer directement à Paris.

Le site japonais officiel de la marque http://www.babyssb.co.jp/

Canalblog BTSSB Boutique03
Canalblog BTSSB Boutique02

Canalblog BTSSB Boutique01

Canalblog BTSSB Boutique05Le plan d'accès!

11383364Les vendeuses d'un magasin japonais

CanalBlog BTSSB Gothic And Lolita Bible01
Le magazine Gothic and Lolita Bible avec quelques scans

CanalBlog BTSSB Mode Gothic Lolita01

CanalBlog BTSSB Mode Gothic Lolita02

CanalBlog BTSSB Mode Gothic Lolita03


CanalBlog BTSSB Visual Kei Malice Mizer01Mana, chanteur de Malice Mizer puis de Moi Dix Mois icône de la mouvance Gothic Lolita

Posté par David Yukio à 12:50 - Autres - Permalien [#]

27 février 2007

Concert de Moon Kana, chanteuse gothic lolita à la Loco le 24 Février 2007



Notes liées dans mon blog : Liste articles musiques


Canalblog JPop Kana014
Flyer de sa tournée européenne                        

Samedi 24 Février 2007 la chanteuse japonaise Moon Kana donne son deuxième concert à Paris, à la Loco. Moon Kana est une jeune japonaise de 25 ans née le 26 Janvier 1982 à Tôkyô, icône de la scène gothic lolita . Son premier single "Hebi ichigo" sorti en 2000 est un vrai succès et impose son style vocal et visuel à base de peluches, pandas, lapins. Sa voix très particulière séduit ou agace mais elle ne laisse pas indifférent, tantôt grave et rauque tantôt enfantine rarement fausse mais ça arrive, surtout dans les aigus; c'est un peu pénible à l'oreille mais ça dégage un certain charme.

En tout cas Kana sort du lot des centaines de chanteuses japonaises de JPop au style si interchangeable. Moon Kana a adopté le style "Gothic lolita", on peut même dire que c'est l'icône du mouvement à l'étranger. Elle a créé de nombreux vêtements et apparait régulièrement dans des revues japonaises comme modèle, notamment dans "Gothic And Lolita Bible magazine". Kana a ajouté Moon à son nom pour se donner un nom de scène international mais au Japon elle continue à se faire appeler kana!

Elle a sorti trois albums
1er album: doubutsu-teki ningen
2ème album: kikai-teki ningen
3ème album: Spade

Canalblog JPop Kana0121er maxi single: hebi-ichigo

Canalblog JPop Kana0042ème maxi single: chimame

Canalblog JPop Kana0183ème maxi single: kuuchuu buranko

Canalblog JPop Kana019Son premier concert en France, à Paris, a eu lieu
le dimanche 8 décembre 2006 mais c'était plus un karaoké qu'un vrai concert puisqu'aucun musicien n'était sur scène. En tout cas l'accueil du public français lui a donné envie de revenir.

Donc retour de notre gothic lolita à Paris le 24 Février!

J'arrive devant la salle à 17H30 pour une ouverture à 18H30. Il fait assez beau, pas trop froid donc l'heure se passe calmement à écouter les délires des fans venus en groupe. Ils sont jeunes pour la plupart, de 13 à 20, 22 ans, rarement plus, et bien lookés, c'est agréable à regarder. C'est aussi ce que doivent se dire les touristes car la file d'attente attire rapidement les flashes des badauds. Le plus étonnant est le nombre de filles avec une coiffe genre gouvernante anglaise du 19ème siècle et signe distinctif des gothic lolita japonaise!

Canalblog JPop Kana0061er album: doubutsu-teki ningen

Canalblog JPop Kana0152ème album: kikai-teki ningen

Canalblog JPop Kana0083ème et dernier album Spade, à écouter absolument!!

18H30 on entre dans la salle et là stupeur, une chaîne barre l'entrée de la salle du rez de chaussée! Si si, première fois que je vois ça! Bon, on attend à côté des goodies HORS de prix!!!!! Par exemple des petites peluches à 40 ou 60€00, c'est quand même TRES cher même si elles sont faites à la main!! On descend ensuite au sous-sol car le concert aura lieu dans la petite salle et non pas dans la grande du RDC; tudieu, j'ai attendu pour rien!! On doit être 200, 250 spectateurs, pas plus, ce qui est déjà pas mal il me semble surtout que Kana était totalement inconnue en France il y a encore quelques mois.

Le concert commence vers 19H40 pour finir vers 21H15 soit un peu plus d'une heure et demi de spectacle. Première surprise, les musiciens sont des français et visiblement des métalleux si j'en juge par leurs longs cheveux et costumes noirs! Kana arrive sur scène dans un costume magnifique, un superbe kimono à jupe!!!!! Si si, je l'ai vu, le haut est un haut traditionnel de kimono, d'un beau rouge avec de amples manches et le bas est une petite jupe rouge aussi; effet assuré! Kana entame son tour de chant avec "Hebi Ichigo", son grand tube qui entraîne immédiatement l'adhésion de toute la salle. Moon Kana parlera souvent en français "Merci d'être venu aujourd'hui", "Je suis contente", "Il fait chaud" ... elle fait de gros efforts pour apprendre notre langue, c'est fort sympathique. Son français est hésitant mais avec sa voix timide et fragile elle est craquante :-)

Canalblog JPop Kana0071er album: doubutsu-teki ningen

Canalblog JPop Kana0204ème maxi single: niku

Canalblog JPop Kana021

Canalblog JPop Kana0025ème maxi single: anzen pin

Après quelques chansons Kana se met à se déshabiller sur scène!! Si si, on l'a tous vu, elle se déshabille, enlève le haut ET le bas, nous fait un vrai strip-tease pour se retrouver dans une petite robe légère en rose très pale qui lui va super bien. Elle enchaîne ensuite sur "Papi Chan", une chanson très attendue par le public qui reprend en coeur le refrain et mime avec Kana son signe de reconnaissance, une tête de lapin avec les doigts. Nouveau changement de costume, en coulisse cette fois, et nous admirons un bel ensemble blanc avec une jupe en forme de fleurs à pétales. Kana nous gratifie de deux chansons en français, Lapin et Chocolat puis une en anglais :-) Honnêtement j'ai pas compris les paroles, le bruit des instruments couvre parfois la voix de Kana et les japonais qui chantent en anglais ou français c'est parfois, comment dire, bizarre :-)

Tout le monde aura noté la queue de lapin accrochée à sa belle culotte bouffante, elle nous l'a montrée à plusieurs reprises! Deuxième strip-tease de Kana car elle trouve qu'il fait très chaud; parmi les garçons aussi la température monte, je peux vous l'assurer. Elle se retire ensuite dans les coulisses et reviens pour son rappel en, attention, tenez-vous bien, tenez vous mieux que ça, elle revient habillée en LAPIN!!!!! Ah si, je suis sèrieux, elle est habillée d'un costume géant de lapin blanc, à grandes oreilles!!! Incroyable, j'en suis toujours pas revenu :-) Elle reprends ses chansons fétiches, "Hebi Ichigo" et "Papi Chan" et nous quitte trop vite sur ces deux derniers morceaux.

Canalblog JPop Kana016
1èr video clip: kokoro no mori

Très bon concert au final de Moon Kana même si elle ne bouge pas très bien sur scène, on peut même dire qu'elle est assez gauche quand elle danse, c'est le seul point à améliorer selon moi car visuellement elle est au Top. Musicalement je vous conseille son dernier album, Spade, pour vous faire une idée de son niveau vocal qui tranche avec le tout venant de la JPop.

Le site officiel http://ref.co.jp/kana/
Site français d'un ou d'une fan http://kananoshiro.site.voila.fr/index.html
Un site en anglais sympa http://www.noodlegumi.net/konomi/kana/


La setlist trouvée sur le site de JAME avec une interview http://www.jmusiceuropa.com/fr/article.php?id=1867
hebi ichigo
kabi
uchiryuufuku
meido
lapin
papichan
shisha
moon wings
kumonodoku
butokai
niku
kuchuburanko
tsuno
toraboruta
chocolat
meigurumi
chimame
momo

     Rappel
lapin
papichan


Canalblog JPop Kana009Kawaiiiiiiii neeeeeeeeeeee!


Partie multimédia ( utiliser Internet Explorer si les lecteurs audio et vidéo n'apparaissent pas )

Son premier tube, Hebi Ichigo, sur Youtube!
http://www.youtube.com/watch?v=4dFPowAFvuE

Chimame très bien aussi :-)
http://www.youtube.com/watch?v=8fT5Vwky9F4

Reinbo Ningen Shiki

Momo Me Ga Haeta Shiki

Maid

Posté par David Yukio à 19:46 - Musique : JPop, JRock, Visual Kei et concerts - Permalien [#]

10 février 2007

Butô, la danse des ténèbres



Notes liées dans mon blog : Liste articles poésie, photos, arts, expositions, illustrateurs et autres


Canalblog Livres Buto02
Le butô : un corps blanc entouré de ténèbres


Le Butô, Butoh ou Ankoku Butoh "Danse des ténèbres", est une danse d'avant-garde inventée par Tatsumi Hijikata dans le Japon underground de 1959. Révolutionnaire, le Butô voulait changer de nombreuses idées esthétiques et conservatrices et bousculer violemment l'establishment. Dans sa forme le butô s'opposait fortement à l'influence occidentale du ballet classique et de la danse moderne rnais aussi aux formes artistiques traditionnelles du Japon comme le Nô ou le Kabuki. Cette danse moderne provoqua un véritable choc, surgissant 14 ans après Hiroshima et Nagasaki, 14 ans après le traumatisme de la défaite de 1945 qui fut vécu comme un cataclysme politique, économique, social et culturel. Cette défaite, la première du Japon dans son histoire, l'a obligé à s'ouvrir en grand au monde occidental mais cela ne se fit pas sans mal, les deux mondes étant trop différents.

Le mouvement de la « danse des ténèbres » préfigurait le soulèvement de la jeunesse japonaise contre les excès de cette influence, surtout américaine, subie pendant plus de 10 ans. Ce soulèvement social révélait un désespoir profond, le peuple japonais se sentait toujours envahi, déraciné, humilié et devait renouer avec ses ancêtres, avec son histoire profonde. Le butô devenait même une protestation contre le modernisme.


[EDIT 29/10/2011]
Des photos de bien meilleure qualité ici : http://medeeenfurie.com/blog/2011/06/05/butoh-danseurs-dans-les-tons-de-lobscurite-dancers-in-shades-of-darkness/

Canalblog Livres Buto0011

Canalblog Livres Buto0012
Grimaces, chamanisme...


La nature du butô tient essentiellement en la personne de Hijikata Tatsumi, créateur du Butô né en 1928 et mort à 58 ans en 1986, et à Kazuo Ôno, cofondateur et grand promoteur de cette nouvelle danse. Les premiers spectacles de Tatsumi Hijikata étaient inspirés par des textes de Genet, Lautréamont, le marquis de Sade... autant dire que le Butô est né dans une odeur de soufre. Ce "théâtre de la révulsion, de la convulsion, de la répulsion", que tourmentent "des corps recroquevillés, larvaires, tordus, électriques, immobiles" selon les mots de jean Baudrillard, aura été le révélateur d'une société japonaise en pleine mutation.

La première pièce de Butô s'appelle Kinjiki "Abstinence" par Tatsumi Hijikata d'après la nouvelle de Yukio Mishima. La pièce parlait du tabou de l'homosexualité et se terminait par l'accouplement sur scène de Yoshito Ôno ( le fils de Kazuo Öno ) avec un poulet vivant avant son égorgement! La pièce outragea le public à un point tel qu'elle provoqua le bannissement de Hijikata du festival où fut joué Kinjiki, faisant de lui un paria et un iconoclaste. Hijikata développa ensuite un language poétique et surréaliste appelé butoh-fu ( fu signifiant "mot" en japonais ) pour aider les danseurs à se transformer lors de leur prestation en empruntant ce vocabulaire composé de gestes et expressions types.

Canalblog Livres Buto08 Hijikata02

Canalblog Livres Buto 17

Canalblog Livres Buto07 Hijikata01Hijikata Tatsumi, le créateur du Butô!

Canalblog Livres Buto09 Ono01
Kazuo Ôno, le grand promoteur du Butô

En quarante ans le butô révolutionnaire, dadaïste, marginal, s’est diversifié et a acquis une certaine reconnaissance à l'étranger avec notamment Carlotta Ikeda et Sankai Juku. Le statut du Butô est donc maintenant ambigüe car s'il est reconnu à l'étranger, cela fait plus de 20 ans que Sankai Juku joue à Paris, il reste confidentiel au Japon et mal connu. Le butô n'échappa pas à un certain effet de mode de la part des européens et américains; aujourd'hui encore le japon fascine même s'il est difficile pour nous autres français de comprendre ce qui fonde ce pays. Dans les années 80 on assista à l'apparition du post-butô dans lequel les mouvements, résolument contemporains, expriment une révolte nouvelle.

Canalblog Livres Buto Sankai Juku02

Canalblog Livres Buto0013
Homme et femme, seuls dans l'univers!

Le Butô, de Bu "la danse" et de To "fouler le sol" permet de communiquer avec la terre, les ténèbres, les forces cachées qui nous entourent, résidentes d'un univers parallèlle, tapies dans les profondeurs de la nuit. C’est un appel aux forces de l’au-delà. Il dévoile le caché, la mémoire ancestrale, ce qu'on appelle l'archéomémoire. C’est une danse qui relie la Mort à la Vie, un passage perpétuel du Néant à la Vie et de la Vie au Néant. La métamorphose de ces états est retranscrite par une lenteur extrême des mouvements, un dépouillement total de la Forme pour arriver à l’Etre profond. On dit souvent que le Butô, c’est frapper ou griffer le sol du pied pour en faire jaillir les esprits, sortis de la Terre-mère, grande enfouisseuse de nos ancêtres. Les mots qui peuvent définir le Butô : transe, lucidité, folie blanche, extase, gros plans de visages grimaçants, postures grotesques, corps blanchis, collection de difformités exotiques et inquiétantes.

Canalblog Livres Buto 14

Canalblog Livres Buto 16
Sankai Juku, la compagnie la plus connue à l'étranger

Le Butô utilise un langage corporel minimaliste dégagé des codes gestuels, des implications socioculturelles et politiques traditionnels. Il s’oppose en outre à un certain jeu psychologique de l’acteur. C'était à l'époque un nouveau style de danse, primaire, dénué d'artifice, la vie concentrée dans une forme nouvelle. Pas de costume, pas de décor ou réduit au minimum, la seule "extravagance" est le corps quasi-nu peint en blanc ou gris façon cendres et le crane rasé. Le butô célèbre les rites de la vie : la naissance, la passion amoureuse, la douleur, la mort, l'absence, le désespoir. Mélange de danse, de théâtre, de pantomime, d'improvisation, c'est la quête des abysses, des abîmes plus que des cimes qui semble plutôt être le lot de la danse européenne. Le butô cotoie l’érotisme, l’androgynie; il retourne aux anciens rites shintos et frôle le chamanisme; il expose sans vergogne des corps à nu, de façon crue et n’est pas exempt d’une certaine sauvagerie, d'un retour aux forces fondamentales. Le corps est à la fois humain, animal, végétal, minéral, en constante transformation, naissant, se développant sous nos yeux, grandissant et, bien sur, mourant après avoir effectué son voyage intèrieur. Le butô est aussi l'expression de la nostalgie de la fusion terminée de l'homme et de la nature, du féminin et du masculin, de cette nostalgie dont on se souvient et qui fait souffrir.

La lenteur du geste permet toutes les interprétations, c'est ce qui m'a le plus fasciné dans les spectacles que j'ai pu voir. Voir Sankai Juku c'est immédiatement plonger dans leur univers, celui des espaces cosmiques, on est hors du monde, on assiste à la naissance d'un univers, à la découverte par des hommes de l'espace qui les entoure, de leur existence propre... Et cette lenteur dans les gestes, ce calme, cette découverte des gestes élémentaires par les danseurs sous nos yeux, tout celà provoqua en moi un choc culturel semblable à ma première pièce de Nô.


Canalblog Livres Buto0015
Sankai Juku

Canalblog Livres Buto 10 Ikeda01
Carlotta Ikeda

Ma première rencontre avec le Butô remonte au 07 mars 1997 à la Maison des cultures du monde, dans le cadre du festival de l'imaginaire avec un spectacle appelé "Danse post-butô". Le 17 juin 1998 c'est Carlotta Ikeda que je découvre, avec son spectacle "Waiting" au théâtre de la bastille. Spectacle revu le 21 novembre 1999, dans le même théâtre suivi le 26 du spectacle "Haru no saiten". Le 20 janvier 2007 je l'ai admirée à nouveau avec plaisir au théâtre Sylvia Montfort dans les spectacles "Zarathoustra variations" et "Faits d'hiver". La troupe mondialement connue, Sankai Juku, je l'ai admirée le 22 décembre 1998 au théâtre de la Ville de Paris. Ce fut un tel choc que je les ai revus le 26, soit 4 jours plus tard, ainsi que le 15 mars 2000 pour le spectacle "Unetsu". A noter le festival de butô annuel de l'espace Bertin Poiré, dans le centre de Paris.

Canalblog Livres Buto01
Recueil japonais de photos des différentes compagnies de danseurs

Canalblog Livres Buto 02
Livre français sur le Butô, à réserver aux danseurs car les thèmes abordés sont très techniques

Canalblog Livres Buto Sankai Juku01
Recueil français de photos sur Sankai Juku

Canalblog Livres Buto Carlotta Ikeda
Recueil français de photos sur Carlotta Ikeda


Partie multimédia

Un extrait d'un spectacle de Sankai Juku sur Youtube
http://www.youtube.com/watch?v=3UuwLjlpR-c

Lien vers wikipedia France http://fr.wikipedia.org/wiki/Buto


Posté par David Yukio à 21:30 - Danse, théâtre - Permalien [#]

24 janvier 2007

La mairie de Tôkyô, le château fort de la capitale japonaise!



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".

 

Canalblog Mairie De Tokyo025

Canalblog Mairie De Tokyo017

LE symbole de la capitale japonaise, encore plus que la Tour de Tôkyô, qui ressemble vraiment trop à la Tour Eiffel, c'est le siège du Gouvernement Métropolitain, le Tôkyô Metropolitan Government Building 東京都庁舎, Tôkyô-to Chôsha, ou Tôkyô City Hall, voir même Tochô 都庁 de son petit nom affectueux. Ce building, dominant le quartier de Shinjuku de ses deux tours, renferme le gouvernement de la région de Tôkyô. La traduction de Mairie de Tōkyō est souvent utilisée, même si la zone gouvernée par cette "mairie", à savoir la Préfecture de Tōkyō, ne se limite pas à la seule capitale niponne mais englobe les 23 districts connus comme Tôkyô et également les autres villes et villages qui forment l'entité administrative de Tôkyô. Elle est située dans le quartier de Nishi-shinjuku ( Shinjuku Ouest ) et c'est un site touristique de première importance, à voir absolument!!

Addresse : 2-8-1, Nishishinjuku, Shinjuku-ku, Tokyo 163-8001 Japan
Accueil téléphonique : 03-5321-1111


Tout commence en 1986 quand Kenzo Tange 丹下健三 1913-2005 remporte le concours d'architecture pour la construction du nouvel hôtel de ville de Tôkyô. Pour l'anecdote, il remplace celui qu'il avait lui même construit en 1957 dans le quartier de Marunouchi.

Canalblog Mairie De Tokyo003
Kenzo Tange

La municipalité voulait que le batiment symbolise l'autonomie et la culture tokyoïtes, d'où cet aspect si imposant, presque martial. Déplacer la mairie à Shinjuku permettait également de contrebalancer le poids économique gigantesque de Ginza, quartier des sièges des banques et compagnies d'assurance et de rétablir un certain équilibre dans les centres d'activité de la ville.
Le bâtiment, commencé en avril 1988 et achevé en mars 1991, était à l'époque le plus haut de la ville ( 243 mètres ). Vous avez noté? Durée de la construction : 3 ans seulement pour un immeuble aussi imposant!!!!! Le prix total de ce joyau s'est élevé à 157 milliards de yens d'argent public, un milliard de dollars de l'époque, d'où son surnom pas gentil de "Tax tower". Les matériaux utilisés sont l'acier, le granit, l'aluminium et le building a été conçu selon une technologie anti-sismique qui devrait permettre de résister à un tremblement de terre similaire à celui de 1923. 3,000 personnes travaillent dans les 400,000 mètres carrés de l'ensemble.

Le bâtiment se compose d'un complexe de trois structures qui occupe tout un bloc de la ville. Le plus connu des trois étant le "Tokyo City Hall, Tower I" avec ses tours jumelles mais un complexe de trois autres tours, plus petites, font partie intégrante de la mairie de Tôkyô ainsi qu'un batiment plus petit joignant les deux autres et délimitant une gigantesque place où plus de 6000 personnes peuvent se réunir. Après sa construction, le gouvernement de la ville déménagea de l'ancienne mairie, sise à Marunouchi, jusqu'à Shinjuku. A son ancien emplacement a été construit le nouveau centre de conférences international.

Canalblog Mairie De Tokyo002Carte des trois bâtiments

Canalblog Mairie De Tokyo011La mairie par rapport aux autres buildings de Shinjuku

Les immeubles du Tôkyô Metropolitan Government Building sont donc :
"Tokyo City Hall, Tower I" ou "Main Buildings N°1" ( les 2 tours ) : 243 mètres de haut, 51 étages dont 48 au dessus du sol et 3 en sous-sol. Le batiment central, composé de deux tours, a l'aspect d'un château fort, d'une forteresse massive à l'aspect réfrigérant et austère diront certains. A propos, il parait que sa forme est un hommage à Notre dame de Paris ainsi qu'aux cathédrales gothiques et maintenant, plus je la regarde plus j'y vois une ressemblance troublante. L'aspect extèrieur de la tour, grise, métallique, froide, avec des lignes s'entrecroisant ressemble à un circuit électronique voir un microprocesseur, on aime ou on aime pas, mais ce batiment ne laisse pas indifférent. Les deux tours naissent à partir du 33ème étage, chacune a une plateforme d'observation au 45ème étage ( à 202 mètres ) dont l'accès est libre et gratuit.

Ces observatoires permettent de découvrir de très belles vues d'ensemble des environs de Tōkyō et aussi du
Mont Fuji, visible par temps clair. Ces observatoires jumeaux ont la même dimension : 1000 mètres carrés de surface, 18,4 mètres de haut et un diamètre de 18 mètres. Les ascenseurs y conduisant vont à 240 mètres par minute, soit 55 secondes seulement pour parcourir 45 étages! Pour

Canalblog Mairie De Tokyo016
les courageux, sportifs et inconscients, vous pouvez emprunter les 1096 marches allant du troisième sous-sol jusqu'au 45ème étage.                      

Canalblog Mairie De Tokyo015                                       
       

Canalblog Mairie De Tokyo014
Vous remarquerez les couleurs diférentes selon les livres ( les deux premières photos ) et la réalité ( les deux photos suivantes prises en 1997 par mes soins )

"Tokyo City Hall, Tower II" ou "Main Buildings N°2" ( les 3 petites tours ) : 163 mètres, 37 étages dont 34 au dessus du sol et 3 en sous-sol.

Canalblog Mairie De Tokyo013

"The Metropolitan Assembly building" ou "Metropolitan Assembly Hall" ou "Assembly Hall" : bâtiment rectangulaire, hauteur 41 mètres, 8 étages dont 7 au dessus du sol et un en sous-sol.

9937723

Canalblog Mairie De Tokyo001

A une époque une illumination des tours avait lieu le premier samedi et premier dimanche de chaque mois.
Canalblog Mairie De Tokyo007

Canalblog Mairie De Tokyo008

Canalblog Mairie De Tokyo006Joli non?

Quelques photos de la mairie de Tôkyô dans son environnement
Canalblog Mairie De Tokyo004

Canalblog Mairie De Tokyo005Sympa Google earth :-)

Canalblog Mairie De Tokyo009

Canalblog Mairie De Tokyo022

Canalblog Mairie De Tokyo024
Shinjuku, Tôkyô, le mont Fuji! Superbes photos.

Canalblog Mairie De Tokyo018

Canalblog Mairie De Tokyo019

Canalblog Mairie De Tokyo023

Le dépliant de l'observatoire de la mairie

Canalblog Mairie De Tokyo020

Canalblog Mairie De Tokyo021

Partie multimédia

Une vidéo sur Youtube :-)
http://www.youtube.com/watch?v=XMeH7p2OESM



MISE A JOUR 2010

En avril j'ai passé 22 jours à Tôkyô, et, bien, sur, j'ai pris des photos de cette tour impressionnante!


Canalblog Mairie De Tokyo038

Canalblog Mairie De Tokyo027

Canalblog Mairie De Tokyo028

Canalblog Mairie De Tokyo029

Canalblog Mairie De Tokyo033

Canalblog Mairie De Tokyo030


Canalblog Mairie De Tokyo031

Canalblog Mairie De Tokyo032La mairie de Tôkyô vue depuis l'observatoire d'autres tours de Shinjuku

Canalblog Mairie De Tokyo035


Canalblog Mairie De Tokyo034

Canalblog Mairie De Tokyo036

Canalblog Mairie De Tokyo037Une des plus belles vues de Tôkyô by night que je connaisse :-)


Posté par David Yukio à 21:32 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

14 janvier 2007

Costumes précieux du Kabuki



Notes liées dans mon blog : Liste articles poésie, photos, arts, expositions, illustrateurs et autres


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Canalblog Expo Costumes Précieux Du Kabuki Affiche01

Canalblog Expo Costumes Précieux Du Kabuki Affiche02


A l'espace des Arts Mitsukoshi Etoile se tient une superbe exposition de kimonos de Kabuki intitulée "Costumes précieux du Kabuki - Le chemin des Fleurs dans le théâtre japonais".
Lieu : Espace des Arts Mitsukoshi Etoile 3 rue de Tilsitt 75008 Paris
Date : 12 Décembre 2006 - 17 Février 2007
Horaires : ouvert du mardi au samedi de 14H00 à 18H00
Tarif : 3 euros.

Les grands magasins Mitsukoshi, de 1907 à 1952, ont acquis un patrimoine précieux d'environ 350 costumes de Kabuki, couvrant la première partie de l'ère Showa ( 1926 - 1989 ). Pour cette exposition, 45 costumes sont présentés à Paris pour montrer l'exceptionnelle qualité de ces costumes, que ce soit par l'originalité de leurs motifs, le choix des couleurs...

Une exposition à voir absolument pour les amoureux du Japon mais aussi des beaux costumes.

Canalblog Expo Costumes Précieux Du Kabuki 20060113 005

Canalblog Expo Costumes Précieux Du Kabuki 20060113 008

Canalblog Expo Costumes Précieux Du Kabuki 20060113 011

Canalblog Expo Costumes Précieux Du Kabuki 20060113 013

Canalblog Expo Costumes Précieux Du Kabuki 20060113 031

Canalblog Expo Costumes Précieux Du Kabuki 20060113 032

Canalblog Expo Costumes Précieux Du Kabuki 20060113 033


Partie multimédia

Un extrait de pièce de Kabuki sur Youtube!
http://www.youtube.com/watch?v=YGmOXXY72K4


Posté par David Yukio à 17:44 - Danse, théâtre - Permalien [#]

10 janvier 2007

Quinault, la forêt originelle?



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles poésie, photos, arts, expositions, illustrateurs et autres


Canalblog Livres Quinault01

                                    
A l'ouest de Seattle, dans l'état de Washington, USA, se trouve le parc national olympique. En son sein demeurent deux véritables forêts tropicales américaines, connues par les amérindiens sous les noms de Hoh et Quinault et comme les "vallées des géants des forêts tropicales". Ce surnom est du au fait que leur taux de précipitation annuel exceptionnel crée un climat très humide favorisant le développement des arbres jusqu'à donner naissance à de véritables géants.

Forêt primitive, originelle, celle des premiers hommes, vierge de toute souillure humaine, les arbres sont silencieux, majestueux, le tronc et les racines recouverts de mousse. Un superbe vert foncé domine les photos, du ciel au sol, de façon uniforme.

Le photographe japonais Yoshihiko Ueda a pris nombre de photos de cet endroit paradisiaque à la fin de l'été 1990 et en 1991. Malheureusement seulement une petite sélection est dans le livre Quinault. L'esprit de la forêt est omniprésent dans ces photos magnifiques, comment ne pas penser à la religion animiste en les regardant, religion qui dit qu'en chaque objet et animal se trouve une âme? Ces arbres, cette forêt, ne sont pas de simples végétaux, il s'en dégage quelque chose de fort, de puissant, quand on les observe, qui plonge profondément en moi, qui me fait penser à des émerveillements d'enfance devant un beau spectacle vu pour la première fois. Impression aussi qu'on est aspiré par cet inconnu plein de promesses de repos.

Ce livre est magique, on se sent tellement plus en paix après avoir parcouru ses pages.

Canalblog Livres Quinault02


Publication en 2003 chez Seigensha
26cm x 36cm, 80 pages
Seulement 39 photos, en simple ou double page mais dieu quelles sont belles! Superbe qualité des reproductions, les photos ont été prises en 8x10, très belle définition et piqué.
Prix : 90€00 chez Junku! C'est hors de prix, comme tout import japonais en France qui se revend le double de son prix japonais mais c'est un livre qui vous marque, une référence!!!!!

Assurément un voyage de toute beauté pour qui saura prendre le temps d'ouvrir cette fenêtre sur un autre monde.

Le site US du parc pour ceux qui voudraient y voyager http://www.quinaultrainforest.com/


Posté par David Yukio à 22:33 - Livres, revues... - Permalien [#]

21 décembre 2006

Densha otoko - LE jdrama de 2005!



Notes liées dans mon blog : Liste articles dramas

 

canalblog Drama Densha Otoko027
Un couple a priori mal assorti
                                       

Densha Otoko ( 電車男 traduction : "l'homme du train" )

Il était une fois un petit otaku de 23 ans, Yamada Tsuyoshi, qui, le soir venu, revenait d'Akihabara où il avait passé la journée avec ses compères otakus. Dans le train il vit une jeune femme, belle comme une princesse, se faisant importuner par un immonde ivrogne au langage de charretier. Après une longue hésitation, paralysé par sa couardise, essayant de faire celui qui ne voyait rien comme les autres passagers, il prit son courage à deux mains puis un coup sur le nez par le vieil ivrogne et une belle humiliation quand un preux chevalier, masqué en salaryman, lui vola la vedette en se débarrassant du vieux cochon. La jeune femme, Saori, fut néanmoins touchée par son courage, sa gentillesse et prit son adresse pour lui faire parvenir un cadeau de remerciement.

canalblog Drama Densha Otoko019La belle inconnue, qui va se faire agresser dans le train

canalblog Drama Densha Otoko004


canalblog Drama Densha Otoko005L'ivrogne qui va tout déclencher

canalblog Drama Densha Otoko026
Fou de joie suite à cette rencontre vécue comme l'Evènement de sa vie, le petit otaku Yamada s'empressa de raconter sa bonne aventure sur le forum de discussion "Aladdin Channel" réservé aux célibataires. Les évènement allaient pourtant prendre une tournure inattendue puisque Saori la belle lui envoya effectivement un cadeau, à avoir de luxueuses tasses Hermès. Il surnomma donc Hermès cette femme si intimidante par sa classe et sa beauté. Le petit otaku remarqua que sur le paquet était marqué le numéro de portable de la belle inconnue... Que faire? Le destin avait enfin daigné regarder Yamada, il lui avait donné un signe, dorénavant son avenir était entre ses mains! Après moultes hésitations et des encouragements venant des membres du forum, le petit otaku, tremblant et bégayant de trac, décida d'appeler sa princesse pour lui proposer une rencontre. Par miracle celle-ci accepta et ce fut le début des aventures de nos deux héros.

canalblog Drama Densha Otoko021Yamada au téléphone avec Saori : bégaiements à foison!

Yamada détaillera leurs rendez-vous successifs sur le forum, confiera à tous ses peurs, ses espoirs, ses doutes sur comment se comporter avec une femme, s'habiller correctement... les internautes du forum, hommes en majorité mais aussi quelques femmes, lui prodigueront des conseils pour conquérir le cœur de sa belle au bois dormant malgré d'évidentes différences de personnalité et de style de vie.


canalblog Drama Densha Otoko052Le père de Yamada lui envoie des décharges électriques s'il se trompe dans le choix des couverts : il a invité Saori dans un restaurant haut de gamme et commence à paniquer!!

Bien sur il y aura des hauts et des bas, des mensonges ( celui sur le surf aurait pu être fatal à leur amour naissant ), des ennemis qui ne reculeront devant rien pour dérober le coeur de Saori et écraser le petit otaku, un agresseur fantasmant sur Saori sera même prêt à l'attaquer... La confiance accordée par Saori à Yamada sera mise à rudes épreuves. Yamada aura tellement peur que l'élue de son coeur ne découvre la terrible vérité sur lui qu'il essaiera même de ne plus être un otaku, de se désotakukiser en somme mais ce sera au dessus de ses forces.

canalblog Drama Densha Otoko033Première étape pour apprendre le surf : le skate board!

Les six photos suivantes présentent une scène très importantes dans la série : Saori découvre que Yamada est un Otaku. Il lui
a en outre menti disant qu'il avait du travail ce jour là alors qu'il voulait aller au Comiket avec ses amis. Suite à la perte du ticket d'entrée, ils doivent vendre leurs productions ( dessins, fanzine ) à l'extèrieur du batiment et c'est là que Saori va découvrir qui est vraiment Yamada!!
canalblog Drama Densha Otoko039

canalblog Drama Densha Otoko040

canalblog Drama Densha Otoko041

canalblog Drama Densha Otoko042

canalblog Drama Densha Otoko043

canalblog Drama Densha Otoko044


Les personnages

Tsuyoshi Yamada (剛司 山田)

Le héros! Jeune homme de 23 ans, chétif, froussard, renfermé sur lui même, méprisé par sa soeur qui lui interdit d'apparaître en sa présence, brimé par son patron et ses collègues de bureau, il mène une vie morne avec comme seul rayon de soleil son univers d'animes, de mangas et de figurines qui encombrent sa chambre.
canalblog Drama Densha Otoko054Yamada, au début de la série

canalblog Drama Densha Otoko015Comment survivre et respirer dans un environnement aussi concurrentiel?

canalblog Drama Densha Otoko020L'univers d'un otaku avec ses figurines par dizaines

canalblog Drama Densha Otoko014L'héroïne de Yamada! Elle au moins elle lui sourit

canalblog Drama Densha Otoko023Sans ses lunettes et mieux coiffé, Yamada fait plus présentable, non?

Vous l'avez compris, notre homme est un OTAKU, ce qui est le comble de la malchance pour qui veut s'insérer socialement!!!!! Il a 23 ans dans la série, sa famille oubliera même de le lui souhaiter, c'est dire s'il compte peu pour elle. Il vit avec son père, sa soeur, quant à sa mère elle mène une carrière professionnelle si active qu'elle ne rentre qu'une ou deux fois par mois à la maison. Ses deux seuls amis sont encore plus otaku que lui, fan d'une série animée où une belle guerrière intersidérale défends la Terre de méchants pas beaux envahisseurs!

canalblog Drama Densha Otoko049Va t-il définitivement renoncer à ses passions pour plaire à Saori?
Le dilemne sera cruel.

canalblog Drama Densha Otoko045Yamada, désespéré, picole pour oublier ses problèmes alors que son père essaye le soutien-gorge de sa fille :-((

canalblog Drama Densha Otoko008La famille Yamada au grand complet! ca n'arrivera qu'une fois dans la série.


Saori Aoyama (沙織 青山) ( Hermès )

L'héroïne de notre histoire, belle comme le jour, distinguée, raffinée, elle a pourtant beaucoup souffert des mensonges des hommes et ne supporte pas qu'on trahisse sa confiance. A noter sa haute taille, qui la rends encore plus intimidante. Elle vit avec sa mère dans une maison à l’occidentale. Ses parents sont divorcés, son frère ne parle plus à leur mère... bref encore une famille décomposée pour faire pleurer les chaumières japonaises.
canalblog Drama Densha Otoko057La belle Saori.

canalblog Drama Densha Otoko048Ses deux amies, célibataires désespérées

canalblog Drama Densha Otoko051Sa mère

canalblog Drama Densha Otoko050Saori, dans la chambre de Yamada!! Totalement impensable quelques semaines auparavant.

Les amis de Yamada
Yamada a deux amis, ni plus, ni moins, deux otakus partageant avec lui une même passion pour une série animée. Ils sont caricaturés à l'extrème sous la forme de grands bétas niais à souhait.
canalblog Drama Densha Otoko003Trois otakus, à Akihabara

canalblog Drama Densha Otoko034Alors là ils font fort! Yamada s'essaye au surf tandis que ses amis dévorent des yeux le dernier épisode de leur série fétiche

canalblog Drama Densha Otoko035

canalblog Drama Densha Otoko036Saori a invité Yamada a un repas avec ses deux amies célibataires. Il a, bien sur, invité ses deux seuls amis et ça se passe très mal, au point qu'une d'entre elles manque de se faire étrangler par sa copine!

Le patron de Yamada
Yamada travaille dans une société de placement de personnel et son job consiste à trouver du travail à ses employés dans des entreprises. Son patron est autoritaire, méprisant et ne manque pas une occasion pour  l'humilier.
canalblog Drama Densha Otoko038Plus vache c'est dur!

Une employée gérée par Yamada
Alors celle-là c'est la peste finie, une garce pas possible qui ne reste pas plus de quelques jours dans ses entreprises car elle couche systématiquement avec son chef et, suite aux ragots, préfère après celà changer de société. Elle aussi prends un malin plaisir à maltraiter Yamada mais comment lui en vouloir, il ne se respecte pas alors personne ne le respecte!
canalblog Drama Densha Otoko016Yamada va souffrir avec elle!

Le méchant
L'ENNEMI de Yamada, celui qui ne rêve que de l'éliminer pour conquérir le coeur de Saori. Il est riche, propriétaire d'un bar et c'est un ami de Saori. Simplement cette amitié s'est transformé en amour et il n'aura de cesse de mettre des batons dans les roues de Yamada pour lui ravir Saori.
canalblog Drama Densha Otoko037


Les otakus du forum des célibataires
canalblog Drama Densha Otoko022Joli tableau des otakus qui viendront aider Yamada.

Voici pour vous une brochette des plus beaux exemplaires!!

canalblog Drama Densha Otoko056

canalblog Drama Densha Otoko009

canalblog Drama Densha Otoko010

canalblog Drama Densha Otoko011

canalblog Drama Densha Otoko024

canalblog Drama Densha Otoko028

canalblog Drama Densha Otoko029

canalblog Drama Densha Otoko031

canalblog Drama Densha Otoko046

canalblog Drama Densha Otoko047


Analyses, critiques
Pour l'anecdote Densha Otoko a débuté comme une discusion sur le site 2channel, supposément une histoire vraie. Cette histoire fut ensuite adaptée en roman, en manga, en long-métrage (sorti en juin 2005) puis en une sérié télé ( juillet 2005 -septembre 2005 ) sur la chaîne Fuji TV. Comme les producteurs, certaines personnes attestent de la véracité de cette histoire et prétendent être entrés en contact avec le vrai Densha Otoko. Toutefois, rien ne prouve que l'histoire soit entièrement vraie.
canalblog Drama Densha Otoko006Un exemple du surjeux des acteurs. A la longue on s'y fait :-)

Les otakus ne sont plus maintenant au Japon des bêtes curieuses que l'on regarde bizarrement, ils constituent une communauté à part entière. La série télévisée montre d'ailleurs un grand nombre d'internautes, de tout âge, sexe, centre d'intérets. Les otakus ont un fort pouvoir d'achat puisqu'ils dépensent tout leur argent pour assouvir leur passion, ils sont donc une cible rêvée pour les médias et entreprises. Ce drama en est l'exemple même puiqu'il réhabilite les otakus en mettant en exergue leurs qualités supposées : coeur pur, coopératifs, gentils, pas agressifs, honnêtes...

canalblog Drama Densha Otoko055La puissance d'internet, qui relie le monde entier en un seul clic

Trois exemples de la vie d'un otaku
canalblog Drama Densha Otoko002

canalblog Drama Densha Otoko025

canalblog Drama Densha Otoko030
La série s’est imposée comme LE drama pour les occidentaux. Les acteurs surjouent, les personnages sont caricaturaux, les situations attendues, les dénouements sans surprises mais on se laisse prendre au jeu malgrè les invraisemblances. La série est lente si on compare à H2 ou GTO mais elle se laisse regarder. Ceux qui aiment Tôkyô verront de beaux plans de la ville, surtout d'Akihabara.

canalblog Drama Densha Otoko018Akihabara, le paradis des otakus!!

Nouvelle série 2006
http://gochiso-sama-fansub.over-blog.com/article-4771504-6.html

LA team qui propose des fichiers .torrent en VOSTFR!!!!!
http://gochiso-sama-fansub.over-blog.com/



Autres

Liste des épisodes et des noms repris sur le site Wikipédia à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Densha_otoko


Episodes

01 : 100万人が見守った恋の行方 / Un amour regardé par plus d'un million de personnes

02 : 初デートへ向け大変身 / Je ne suis pas prêt pour mon 1er rendez-vous

03 : 初デートに大ピンチ!! / Crise pour le 1er grand rendez-vous !!

04 : 夏!サーフィン大特訓 / C'est l'été! Grands cours de surf accélérés!

05 : ストーカー撃退大作戦 / La grande stratégie anti-voyeur !

06 : 告白は波乱の幕開け! / Une confession est le début de tout tes ennuis !

07 : 脱オタク!!涙の誕生日 / L'otaku c'est fini ! L'anniversaire des larmes.

08 : 復活!!涙のオタク激白 / Je revis! Fini les larmes d'otaku.

09 : 最終決戦は悲劇の予感 / Pressentiment de stratégie pour la dernière bataille

10 : 最終章!奇跡の大逆転 / Dernier chapitre ! Grande inversion de miracle

11 : 史上最大の告白!!涙の卒業式 / La plus grande confession de l'histoire! La cérémonie de
remise des diplômes des larmes


Acteurs
Saori Aoyama (沙織 青山) - Misaki Itō (美咲 伊東)

Tsuyoshi Yamada (剛司 山田) - Atsushi Itō (淳史 伊藤)

Misuzu Jinkama (美鈴 陣釜) - Miho Shiraishi (美帆 白石)

Kaho Sawazaki (果歩 沢崎) - Eriko Sato (江梨子 佐藤)

Yūko Mizuki (裕子 観月) - Misa Sudo (理彩 須藤)

Keisuke Aoyama (啓介 青山) - Mokomichi Hayami (もこみち 速水)

Aoi Yamada (葵 山田) - Maki Horikita (真希 堀北)

Karin Takeda (花梨 武田) - Saori Koide (早織 小出)

Kazuya Sakurai (和哉 桜井) - Kosuke Toyohara (功補 豊原)

Yuki Aoyama (由紀 青山) - Kumiko Akiyoshi (久美子 秋吉)

Ryoko - Chizu Sakurai

Munetaka Minamoto - Shun Oguri


canalblog Drama Densha Otoko012

canalblog Drama Densha Otoko013Le message de la série? Otakus, quittez votre monde virtuel et sortez dehors, dans le vrai monde?



Posté par David Yukio à 12:56 - Dramas, Sentai ( séries télés live ) - Permalien [#]

09 décembre 2006

Hiroshi Nonami, photographe de la beauté féminine



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles poésie, photos, arts, expositions, illustrateurs et autres




Canalblog Livres Hiroshi Nonami Abyss01
Abyss Edition française 1996

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Eureka01
Eureka édition japonaise 1995


Hiroshi Nonami est un photographe que j'apprécie énormément, que ce soit pour la beauté de ses photos, la pureté qui se dégage de ses modèles mais aussi pour avoir su créer un univers esthétique qui lui est propre. Ses photos, par la couleur des visages, leur luminosité, nous donnent une idée de l'innaccessible, de ce que nous ne pouvons qu'approcher, contempler, sans jamais arriver à toucher cet absolu. Ses photos sont pour moi comme une fenêtre sur un autre monde, un médium qui me fait entrer dans un univers parallèle et qui me donne envie de m'améliorer pour essayer d'être à la hauteur de ces personnages.

Voici un texte de Valérie Aubin et Jacky Goupille tiré du livre Abyss, publié aux Editions vent d'ouest.
"Iroshi Nonami n'est pas un photographe comme les autres. II fait partie de ces artistes qui transforment la réalité, qui lui donnent une dimension onirique et mystérieuse, une irréalité que l'on aimerait tant croire vraisemblable. Hiroshi est un faiseur d'univers. En regardant le monde à travers son objectif magique, la nature prend une dimension nouvelle. Son imagination fertile invente des images où tout est mythique. II recrée un monde merveilleux où le tangible s'envole pour flirter avec le fabuleux. II réinvente des teintes, il bouscule les formes, il défie l'équilibre pour concevoir la femme telle qu'il l'idéalise. Dès lors, il frôle le divin.

Sous nos yeux défilent une multitude de figures féminines sublimées, à la plastique parfaite, à mi-chemin entre la femme et l'animal, et par le biais desquelles nous plongeons dans le mythe. Chacune d'entre elles nous renvoie à un ailleurs, un endroit lointain et insondable. Ecailles, coquillages, perles, branchies, fucus, algues, ronds dans l'eau, auxquels elles se voient associées, sont autant d'indices qui restituent immanquablement les zones obscures et profondes des océans. Imaginées par un photographe soucieux de fabriquer des images intemporelles, ces créatures qui surgissent des fonds marins font également penser aux déesses chimériques des grands illustrateurs fantastiques.

Parfois inquiétantes, parfois rassurantes rnais toujours énigmatiques, ces divinités de la mer sont éternellement bercées par le mouvement des vagues. Sirènes à la beauté ensorcelante, elles traversent sans répit des eaux qui reflètent ou renvoient leur image. Des eaux qui sont à l'image de leur âme, tour à tour calmes, cristallines, troubles, glacées, transparentes. Elles vous fixent, vous fascinent, attirent votre attention par leur attitude imposante qui provient de cette volonté du photographe de souligner l'énergie, le pouvoir, la vivacité mystèrieuse qui animent chacun de ses modèles : "Je veux qu'il se dégage une dimension spatiale, insiste Hiroshi. C'est pour cette raison que mes modèles ont un air inexpressif. Effacer la raison et le sentiment révèle mieux la présence." Mais trés vite vous pressentez que ces apparitions chimériques aux allures d'hyppocampes sont prêtes à disparaitre à tout instant, à la moindre ondulation aquatique."


Voici un aperçu de son travail avec les livres Abyss et Eureka.

Des photos en meilleure qualité ici http://medeeenfurie.com/blog/2012/04/23/hiroshi-nonami-et-ses-portraits-de-femmes-revees/


ABYSS

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Abyss02

 

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Abyss03

 

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Abyss04

 

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Abyss05



EUREKA

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Eureka02

 

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Eureka03

 

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Eureka04

 

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Eureka05

 

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Eureka06

 

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Eureka07

 

Canalblog Livres Hiroshi Nonami Eureka08



Posté par David Yukio à 17:21 - Arts, illustrateurs - Permalien [#]

02 décembre 2006

Manga Café - Boutique Harajuku à Paris



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais

Cette année se sont ouvertes à Paris deux boutique liées au Japon dont je tiens absolument à vous parler et qui montrent bien la vigueur des fans français envers tout ce qui vient de ce pays.


Manga Café

11 Bis rue Des Carmes 75005 Paris
Métro Maubert Mutualité, ligne 10
Tél: 01 43 26 50 04
http://www.mangacafe.fr/

Canalblog Manga Café01

Canalblog Manga Café03J'aime beaucoup cette photo, avec les mangas comme seule lumière dans un décor de grisaille :-)

Canalblog Manga Café04Des milliers de mangas!!!!!


En été 2006 le premier Manga café français est inauguré dans le centre de Paris, près de la Sorbonne.

Voici les informations trouvées sur leur
site web.
"Le 1er Manga café, appelé « manga kissa »,  fonctionne depuis 1979. A l'origine il s'agit d'un coffee shop, dans le quartier étudiant de Nagoya. Le succès est au rendez-vous et le concept se développe puisque aujourd'hui on compte plus de 3000 magasins au Japon. Il s'agit d'un lieu de détente et de relaxation dans lequel est mis à disposition, gratuitement, une grande bibliothèque de mangas en échange d'un forfait horaire. Le manque de place des intérieurs japonais fait que les japonais trouvent dans le manga kissa le lieu idéal pour un moment de tranquillité et de détente.

La France est aujourd'hui le 2ème pays au monde consommateur de mangas avec 10 millions de ventes en 2005. Devant l'augmentation rapide ces dernières années du nombre de mangas publiés ( 100 par mois en 2006 !! ) mais aussi de leur prix, il devient difficile de suivre toutes les séries souhaitées. La seule solution est souvent de les lire en cachette dans les allées des grands magasins.
Le Manga Café parisien reprend dans les grandes lignes le modèle japonais en s'adaptant à notre culture occidentale. En effet dans le Manga Café sont mis à disposition, à volonté, mangas, boissons, Internet et jeux vidéos. La bibliothèque de mangas est la plus grande et la plus complète existante en France, Elle est constituée de toutes les séries jamais traduites en Français. On peut donc y trouver, à coté des dernières nouveautées, les séries les plus rares et jamais rééditées. Dès l'ouverture la bibliothèque est constituée de plus de 8000 livres dont la totalité des 3500 titres sortis en France auxquelles se rajoutent toutes les nouveautées dès le jour de leur sortie. Le café fait 110 m2, 55 places assises."

Saluons donc l'excellente initiative de son fondateur Ben Kordova et de sa famille pour l'ouverture de ce lieu destiné aux fans de mangas.

Tarifs
Première demie heure : 3€
Première heure creuse : 3€
Première heure pleine : 3€


Harajuku

17 rue Lagrange, 75005 Paris
Métro Maubert Mutualité, ligne 10

Canalblog Boutique Harajuku04

Canalblog Boutique Harajuku01

Canalblog Boutique Harajuku03

Vendredi 1er Décembre 2006 est ouverte la Boutique Harajuku, consacrée à la mode et à l’univers visual kei et Gothic Lolita. A noter qu'elle se trouve à même pas 100 mètres du Manga Café.

Harajuku comprend des vêtements et accessoires Visual Kei, punk, gothic Lolita, sweet Lolita ainsi que des goodies ( Hello Kitty, Jrock ) et des bijoux ( Vivienne Westwood, Alice Nine, Putumayo, Necrocomance... ) et de véritables vêtements Japonais de marques connues et reconnues tels que :
Moi-même-Moitié
H Naoto
Blood
Aliceauaa
Putumayo
Metamorphose
Atelier Boz
Black Peace now
Jeff dark art
Mar Jour
bien sur les prix sont en rapport surtout qu'il s'agit de vêtements neufs directement importés du Japon... Petite remarque, ce sont surtout des vêtements pour filles qui sont en vente : robes, jupes, pantalons... en revanche je n'ai vu aucune chaussures. En résumé c'est l'endroit idéal pour ressembler aux gothic lolitas japonaises. La boutique est petite ce qui crée une ambiance intimiste, la vendeuse et le vendeur approchent la trentaine et semblent bien connaître ce milieu. Ceux qui fréquentent les boutiques gothic ne seront pas dépaysés.



Posté par David Yukio à 20:22 - Autres - Permalien [#]

25 novembre 2006

Le sexe au Japon! Deux livres de référence



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 
Notes liées dans mon blog : Liste articles sexe


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Ces dernières semaines sont sortis deux livres, en français, dont je tiens absolument à vous parler. Les deux traitent de la sexualité au Japon, tendance sexe cru plus que fleur bleue, et dévoilent un coin de ce Japon qu'il est bien difficile pour un occidental de comprendre ou même de cotoyer. Je m'étonne même qu'aucun ouvrage sur ce sujet ne soit sorti plus tôt, le sexe ayant toujours fait vendre, surtout en France. En tout cas ces livres sont de qualité, vous pouvez les acheter les yeux fermés.

Canalblog Livres Pink Box Recto

Canalblog Livres Pink Box Verso


PINK BOX de Joan Sinclair


"Pink Box" est un recueil de photos prises dans les clubs érotiques japonais, principalement à Tôkyô, dans le Kabuki Cho le quartier chaud de Shinjuku. Ce quartier couvre actuellement 2.5 km2 avec 5 000 établissements voués à l'industrie du sexe, appelée fuzoku. Rien de pornographique dans cet ouvrage, surtout composé de portraits et d'intèrieurs de clubs, c'est au contraire l'occasion unique de visiter ces clubs et rencontrer les personnes qui y travaillent ( clients, prostituées, rabatteurs... ).

Ce privilège est d'autant plus rare que nombre sont interdits aux étrangers, il parait qu'ils ne connaissent pas ou me respectent pas les règles très strictes qui les régissent. Dans ces endroits les japonais, surtout des hommes mais pas seulement, peuvent vivre tous leurs fantasmes. Pour celà ils peuvent s'immerger dans des décors reconstituant minutieusement un cadre quotidien tels qu'une rame de métro, un bureau voir une école... et enfin pouvoir se lâcher, extèrioriser leurs désirs, loin du carcan d'une société qui réfrène toute manifestation d'émotion. Le fantasme de l'écolière avec son costume est bien évidemment proposé même si les entraineuses sexy ont plus l'âge d'étudiantes ayant redoublé de nombreuses fois.

Ce reportage photographique contient aussi beaucoup d'informations, on notera l'introduction de 20 pages retraçant l'histoire du commerce du sexe au Japon, ce que recherchent les clients, la législation actuellement en vigueur sur la prostitution, les moyens de la contourner... Ensuite chaque type d'endroit est introduit par une page de texte puis des photos.


Sommaire
clubs à entraineuses
clubs à entraineurs
théâtres nus
pubs de contact et salons roses
soaplands
peep-shows
fashion health
hôtel health
clubs d'images
bar d'évènements
cafés pour couples
autres activités roses
et on termine en beauté par un dictionnaire / glossaire de 4 pages où j'ai ainsi appris que "bero bero" voulait dire "Léchage agressif"!!


Présentation sur le site d'Amazon
"Avec Pink Box, la photographe Joan Sinclair est entrée dans un monde singulier et dérangeant, celui des sex-clubs japonais, où tous les fantasmes, même les plus invraisemblables ont droit de cité. Pour la satisfaction et le plaisir de la clientèle de ces clubs très privés, des numéros éclectiques se déroulent dans les atmosphères colorées de salles de jeux pour adultes ou dans un ascenseur aux vitres transparentes propres à satisfaire les voyeurs. Hautes en couleurs, drôles et fascinantes, les photographies de Joan Sinclair rendent compte d'un univers interdit aux occidentaux, et caractéristique de la culture japonaise contemporaine."

Biographie de l'auteur
"Durant les deux années qu'elle a passé à Tokyo, Joan Sinclair a souvent entendu parler de ces sex-clubs japonais aux sols en miroirs et aux décors fantaisistes. En 2004, elle part avec son appareil photo vivre au Japon pendant un an. Dès son arrivée à Tokyo, elle se lie d'amitié avec certains responsables et employés de sex-clubs pour ensuite devenir photographe pour Soapland magazine, un mensuel pornographique. C'est ce qui l'a conduite au travail photographique présenté dans ce livre."

Broché : 191 pages
Editeur : Editions de la Martinière (28 Sep 2006)
Langue : Français
ISBN: 2732434930
Dimensions (en cm) : 22 x 25
29€00


Canalblog Livres L Imaginaire Erotique Au Japon Recto

Canalblog Livres L Imaginaire Erotique Au Japon Verso


L'IMAGINAIRE EROTIQUE AU JAPON d'Agnès Giard


ATTENTION : ouvrage de référence sur le sexe japonais!!

Ce livre est beaucoup plus foisonnant que le premier et nous plonge immédiatement dans un univers extrèmement riche et varié mais aussi déroutant voir incompréhensible malgré les longues explications d'Agnès Giard. Tous ceux qui aiment le Japon, qu'ils soient passionnés, otakus, simples curieux, hentais mais aussi artistes trouveront ici leur bonheur car ce livre est très richement illustré ( peintures, photos, mangas x ... ) et l'auteur maîtrise son sujet; attention cependant à certains dessins et photos très violents et qui peuvent mettre mal à l'aise. Dans ce livre sont traités des sujets aussi variés que le lolita complex ( appelé aussi lolicon complex ), le bukkake, les monstres à tentacules, les love hotels, les gothic lolita, le cosplay, les maid café, le fundoshi, l'enjo kosai, le bondage, le SM, les poupées grandeur nature mais aussi la tendance au travestissement dans le visual rock ou visual kei... Impossible de tout citer, c'est effarant de richesse, d'inventions mais aussi de vices car tous les fantasmes ne sont pas très sains, impossible d'oublier la partie consacrée aux vidéos de seppuku - harakiri et à la nécrophilie.

Présentation du livre ( quatrième de couverture )
"Au Japon, les fantasmes érotiques et les apparences fluctuent, dans une culture qui depuis des millénaires valorise la notion d'impermanence. Au Japon, l'identité des êtres est transitoire, le plaisir est fugace, la logique est floue, le réel est virtuel, la beauté est mortelle... par essence? Quant au sexe, forcément, il est protéiforme, polymorphe et pervers. Il s'est imprégné de cette tradition qui prête à chaque chose une âme : homme, femme, papillon, pierre ou fleur, tout dans ce monde japonais (bouddhiste et shinto) participe d'une universelle propension à faire l'amour de toutes les façons possibles. C'est à dire plus avec le cerveau qu'avec les organes génitaux. Il ne semble y avoir aucune barrière aux fantaisies érotiques dans ce pays qui ne connaît pas le système binaire, qui n'oppose pas l'homme à la femme, ni le mal au bien."

Biographie de l'auteur
Agnès Giard est une journaliste spécialisée dans les contre-cultures, le Japon et l'art déviant, auteur du livre "Le sexe bizarre" (édition Cherche-Midi) et travaille à Marie-Claire, Playboy ou l'Echo des Savanes. Elle a fait ses débuts dans les magazines de japanime en France en 1993. Ses reportages sur le Japon sont publiés depuis plus de dix ans dans toute la presse française (Elle, Technikart, Glamour, Biba, DS...), Agnès Giard travaille également pour la presse japonaise : elle est correspondante depuis six ans de la revue mensuelle SM Sniper, à laquelle collaborent des artistes aussi prestigieux que Nobuyoshi Araki. Elle a publié son premier livre, Fetish mode, aux éditions Wailea, Tôkyô.


Sommaire

L'amour des culottes
La culture de la honte
L'eau et les tentacules
Histoire de revenants
La violence
Les poupées
Travestissements et métamorphoses
La crise de la masculinité
La révolution des filles
L'industrie du sexe
Les jouets pour adultes


Avis de la FNAC, très intéressant
"Le sexe étant aujourd'hui plus important que l'âme, rendons lui un peu de son esprit à l'occasion de la parution de l'impressionnant, beau, exhaustif, précis, cultivé, allumé, en couleur livre d'Agnès Viard, journaliste spécialisée dans les contre-cultures, et sobrement intitulé "L'imaginaire érotique au Japon". Un ouvrage suffisamment dense pour qu'on l'éprouve comme une expérience érotique en soi, tout au long de quelque trois cents pages illustrées par les plus grands artistes contemporains nippons dans un vertige de propositions et de figures parfois proches de l'hallucination (à cet égard, une mention particulière aux photographies en noir et blanc de Ken-Ichi Murata, qui creuse les rapports entre la femme et les tentacules de plastique s'évadant d'anus offerts et de vulves pétrifiées)...

Ceci étant dit, on ne réduira pas cet ouvrage à une compilation de fantasmes incarnés dans des pratiques culturelles et artistiques délirantes (pour notre oeil européen du moins). Non, il faudrait plutôt le situer à mi-chemin entre le beau livre et l'essai ethno-érotique sur le Japon contemporain, véritable héros underground de ces pages et, cela transpire de part en part, intarissable source de fascination et d'affection pour l'auteur. De l'amour des petites culottes usagées vendues en distributeur automatique au culte des poupées maléfiques qui disent le sexe de la mort, des vidéos érotiques de seppuku à la question sociétale des strip-teases, de l'angoisse nationale de la castration à l'inflation des gadgets sexuels tel que le sexe jetable à déflorer, de la presse transgressive kitsch pour lycéennes aux bars à fellation, au Japon l'imaginaire érotique ne connaît pas de limite. De quoi faire rougir le pays du divin marquis."

Broché: 332 pages
Editeur : Albin Michel (1 novembre 2006)
Langue : Français
ISBN: 2226166769
Dimensions (en cm): 19 x 24.5
35€00


On aura vite compris que ces deux livres se focalisent surtout sur le sexe, les fantasmes et que tout ce qui est érotisme, romance est à vite oublier tant on s'en prend plein les yeux. Esprits pudibonds et pusillanimes, passez votre chemin ou encourez le risque d'être happés et marqués à jamais par un univers perturbant. Vous croyez que je plaisante? Une fois que vous aurez vu des visages déformés par des pinces dans les narines et que vous saurez ce qu'est un bukkake, on en reparlera.


Posté par David Yukio à 09:24 - Livres, revues... - Permalien [#]