Mon amour pour le Japon et Tôkyô

Mon amour pour le Japon et Tôkyô

06 septembre 2019

Ken le survivant et les géants


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles mangas et dessins-animés


Ken le survivant (Hokuto no Ken) est un manga emblématique des années 80. Que ce soit par sa violence ou ses incroyables techniques d'arts martiaux permettant de tuer un adversaire en un coup ou de le faire exploser en milles morceaux, ce chef d'oeuvre de Tetsuo Hara et Buronson est entré au panthéon des bandes dessinées.

Un des aspects les plus marquants de ce manga est que Ken va devoir affronter des adversaires d'une taille démesurée, de véritables géants! C'est étonnant car dans d'autres mangas iconiques comme Dragonball, Saint Seiya ou City Hunter, ce n'est pas le cas (sauf exceptions comme par exemple Docrate dans Saint Seiya).

Ces géants symbolisent le monde qui a surgi après l'apocalypse atomique : brutal, dur, violent, sans ordre ni loi, où seule compte la force brute. Ce monde est inhumain d'où le caractère inhumain justement de ces personnages. Et, pour affronter ces brutes, se dressent des êtres tout aussi inhumains car spécialistes d'arts martiaux meurtriers mais d'une taille normale, comme pour montrer qu'ils représentent une évolution, une certaine normalité, du moins en apparence. 


Petit aparté, dans l'opening (Générique d'ouverture) de l'animé, Ken est face au monstre le plus gigantesque de la série mais on ne le verra JAMAIS, ni dans l'animé ni dans le manga... dommage, Ken l'héritier de la Grande Ourse contre Casimir, ça avait de la gueule :-)
Canalblog Manga Ken Geants Monstre



Les ennemis géants de Ken
Le premier adversaire géant de Ken, Z.

Canalblog Manga Ken Geants Ennemis12


Hearth, un des hommes de Shin.

Canalblog Manga Ken Geants Ennemis11

Une autre brute, utilisant sa force pour voler de la nourriture.
Canalblog Manga Ken Geants Ennemis10

Mad Sergent, le bras droit du Colonel. C'est un béret rouge expert en maniement d'armes blanches. Il est aussi l'instructeur des soldats de l'Armée divine.
Canalblog Manga Ken Geants Ennemis09

Jackal, un des ennemis les plus intelligents et rusés de Ken.
Canalblog Manga Ken Geants Ennemis08

Devil Rebirth est un gigantesque démon enfermé dans la prison de Villainy pour le meurtre de 700 personnes. Il maîtrise une technique d'art martial appelé Rakan Niou Ken et fut libéré par Jackal de sa prison pour tuer Ken.

Canalblog Manga Ken Geants Ennemis07


Kiba-Daiô, le chef et père des membres de la tribus des Kibas.
Canalblog Manga Ken Geants Ennemis05

Madara, le membre des Kibas le plus sauvage, animal et dangereux.
Canalblog Manga Ken Geants Ennemis06

Wiguru, le patron de la prison de Cassandra et de ce fait un subordonnée de Ken-Oh (le roi du poing, Raoh).

Canalblog Manga Ken Geants Ennemis04



Sa technique "La voie de la suprématie mongole"
Canalblog Manga Ken Geants Ennemis03

Buzoli, un des chasseurs de prime collègue de Ein.
Canalblog Manga Ken Geants Ennemis01

Le problème quand on est un géant, c'est qu'on rencontre toujours plus géant que soi et donc plus dangereux.
Canalblog Manga Ken Geants Ennemis02


Le gigantisme dans ce monde
Dans ce monde, ce ne sont pas seulement les ennemis de Ken ou des animaux/objets qui sont hors normes, même les statues des dieux nous font ressentir notre petitesse devant le déchaînement des forces cosmiques (ne pas oublier que les écoles du Hokuto, Nanto et Gento sont régies par les étoiles).

Les frères de Ken ne sont eux même que fourmis face aux dieux.

Canalblog Manga Ken Geants Autres06


Oui, nous ne sommes que des enfants endormis dans la main des dieux et démons, pouvant nous broyer en un instant.
Canalblog Manga Ken Geants Autres08

Il est amusant de voir que, même enfant, Ken devait affronter des adversaires immenses. Toute sa vie il se sera battu contre plus grand que lui.
Canalblog Manga Ken Geants Autres04



Raoh et Kaioh
Ce sont les plus redoutables ennemis de Ken, combinant le gigantisme aux techniques martiales les plus mortelles. Des géants brutaux et intelligents... pas de pire adversaire possible!

La différence de taille entre Juza et Raoh est incroyable.
Canalblog Manga Ken Geants Raoh Kaioh01

Même adulte, Ken n'est qu'un gamin dans les bras de Raoh.
Canalblog Manga Ken Geants Raoh Kaioh02

Raoh, le Hokuto qui écrase tout le monde de par sa stature.
Canalblog Manga Ken Geants Raoh Kaioh03

Raoh, dominant de toute sa taille son père adoptif avant de le tuer.
Canalblog Manga Ken Geants Raoh Kaioh04

Et pourtant même lui, Raoh, le maître du monde, peut rencontrer plus gigantesque que lui; mais pas plus meurtrier!

Canalblog Manga Ken Geants Raoh Kaioh05


Canalblog Manga Ken Geants Raoh Kaioh09

Raoh face à Julia, son unique amour. Quel aspect terrifiant.
Canalblog Manga Ken Geants Raoh Kaioh10

Néanmoins, même si au début Raoh n'était qu'une brute plus ou moins sans cervelle, au fil des tomes du manga il passe à un autre statut, celui de conquérant apportant ordre et paix dans ses territoires. Cette illustration le montre bien, Raoh y a la majesté d'un roi.
Canalblog Manga Ken Geants Raoh Kaioh06

Raoh a un frère aîné, Kaioh, tout aussi massif que lui. Ken et Lynn ne sont que des nabots face à lui.
Canalblog Manga Ken Geants Raoh Kaioh07 

Canalblog Manga Ken Geants Raoh Kaioh08

 


Les ennemis non géants
Certains adversaires de Ken ne souffrent pas de ce gigantisme. Ce ne sont pas des brutes sans cervelle mais des maîtres des arts martiaux et de ce  fait des égaux de Ken, c'est pourquoi ils ont une taille normale. Ils ont en effet dépassé le stade d'utiliser la seule force brute pour se faire obéir (exception faite de Raoh et Kenoh mais eux sont complètement à part). 

Souther, un des maîtres du Nanto.
Canalblog Manga Ken Geants Ennemis Autres01

Le colonel, chef suprême de l'Armée Divine.
Canalblog Manga Ken Geants Ennemis Autres02

Falco, de l'ordre du Gento.
Canalblog Manga Ken Geants Ennemis Autres03

 

Autres cas de gigantisme
Dans le manga il n'y a pas que les hommes qui peuvent être atteints de gigantisme, les animaux et les objets sont aussi concernés.

Kokuô, le cheval de Raoh.
Canalblog Manga Ken Geants Autres02

Le tigre gigantesque dont la mort décida quel sera l'héritier de la Grande Ourse.
Canalblog Manga Ken Geants Autres05

Un taureau géant; excellent adversaire pour tester sa force.
Canalblog Manga Ken Geants Autres07

La forteresse de Raoh, incroyablement immense.
Canalblog Manga Ken Geants Autres01

Même les armes sont disproportionnées dans ce monde.
Canalblog Manga Ken Geants Autres03

 

Posté par David Yukio à 09:42 - Mangas et dessins animés - Permalien [#]

05 août 2019

Rokudenashi Blues (Racailles Blues) - manga de baston!!!!!


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".



Notes liées dans mon blog : Liste articles mangas et dessins-animés


Rokudenashi Blues en japonais (ろくでなし BLUES), Racaille Blues en français, est un manga de Masanori Morita. C'est l'histoire de lycéens plus ou moins paumés, cancres, qui ne pensent qu'à une chose : la baston, la baston, la baston :-)

Soit ils se battent entre eux pour savoir qui est le plus fort du lycée, soit ils se battent contre les chefs des bandes des autres lycées de Tôkyô à cause de défis ou provocations venant de part et d'autre, de respect du territoire etc etc.

Et le héros, qui est-il? Il s'appelle Maeda TAISON, en hommage au boxeur Myke TYSON. Il a seize ans au début du manga, c'est un passionné de boxe et des combats de rue. Stupide, il fonce sans réfléchir dans les pires embrouilles mais il a aussi un coeur énorme et est très sensible dans ses relations amoureuses; un bad boy de romance :-)

L'intérêt principal de cette bd réside dans ses combats : nombreux, très dynamiques, parfois dramatiques ou ridicules, c'est de loin le morceau de bravoure de cette oeuvre, surtout que les chefs des bandes ont tous une personnalité bien plus complexe qu'on ne le pense de prime abord, y compris pour Maeda.

Voici quelques images des bagarreurs et affrontements de Rokudenashi Blues.

Le héros, Maeda TAISON. En général soit il fait la gueule soit il a un regard de tueur mais il sourit très rarement.
Canalblog Manga Rokudenashi Blues06

Canalblog Manga Rokudenashi Blues12


Maeda et ses potes
Canalblog Manga Rokudenashi Blues02

Canalblog Manga Rokudenashi Blues11

Canalblog Manga Rokudenashi Blues05


Les combats, dynamiques, ultra violents mais presque toujours à mains nues; voyous mais avec un code de l'honneur. Parfois les combats se font sur un ring de boxe mais en général c'est dans la rue.
Canalblog Manga Rokudenashi Blues13

Canalblog Manga Rokudenashi Blues07

Canalblog Manga Rokudenashi Blues01

Canalblog Manga Rokudenashi Blues03

Canalblog Manga Rokudenashi Blues04

Canalblog Manga Rokudenashi Blues09

Canalblog Manga Rokudenashi Blues10

Canalblog Manga Rokudenashi Blues15

Canalblog Manga Rokudenashi Blues16


Canalblog Manga Rokudenashi Blues17

Canalblog Manga Rokudenashi Blues14


Le combat ne se termine que lorsque son adversaire git à terre, en général inconscient.Canalblog Manga Rokudenashi Blues08

 

Posté par David Yukio à 17:26 - Mangas et dessins animés - Permalien [#]

15 juillet 2019

Ryōunkaku, la tour de Tôkyô d'Asakusa détruite par le grand tremblement de terre du Kantô de 1923



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".

Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 


Le texte qui suit provient de Wikipédia, avec quelques allégements.

Le Ryōunkaku (凌雲閣 - Tour surpassant les nuages) est le premier gratte-ciel japonais de style occidental. C'était une tour de presque 69 m, faite de briques rouges sur une structure en bois dans un style néo-renaissance. Construit en 1890 dans le quartier d'Asakusa, il fut détruit lors du séisme de 1923 de Kantō; celui-ci détruisit les étages supérieurs et endommagea si gravement le reste qu'il dut être démoli. 

C'était l'attraction touristique la plus populaire de la ville et servait de vitrine aux nouvelles technologies, comme l'installation du premier ascenseur électrique du japon. Après son ouverture en 1890, le Ryōunkaku devint rapidement un symbole et un point de repère d'Asakusa.

Du premier au sixième étage se trouvaient pas moins de 46 magasins qui vendaient des marchandises du monde entier. Le septième étage était occupé par un bar-restaurant et des expositions d'art avaient lieu au huitième. Les neuvième, dixième et onzième étaient occupés par des terrasses panoramiques. Elles permettaient de voir tout Tokyo et même, par temps clair, le mont Fuji.

Aujourd'hui, une réplique du Ryōunkaku se trouve au musée d'Edo-Tokyo.


La tour du temps de sa splendeur, sujet de bien des illustrations.
Canalblog Ryounkaku Tour Asakusa05


Canalblog Ryounkaku Tour Asakusa01

Canalblog Ryounkaku Tour Asakusa06

La maquette dans le musée Edo-Tôkyô.
Canalblog Ryounkaku Tour Asakusa10

C'est un modèle réduit bien sur mais qui doit faire au moins 5, sinon 6 mètres de haut.
Canalblog Ryounkaku Tour Asakusa09


Quelques vieilles photos de la tour, montrant le Tôkyô d'avant 1923.
Canalblog Ryounkaku Tour Asakusa02

Canalblog Ryounkaku Tour Asakusa03


Et puis survint le terrible tremblement de terre de 1923 qui ravagea la région du Kantô.
La tour ne s'est pas complètement effondré mais il a fallu la démolir, elle était devenue trop dangereuse.
Canalblog Ryounkaku Tour Asakusa07

Canalblog Ryounkaku Tour Asakusa08

Canalblog Ryounkaku Tour Asakusa11

Canalblog Ryounkaku Tour Asakusa04

 

 

Posté par David Yukio à 17:43 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

09 juin 2019

Shigurui, manga de samouraïs aux corps torturés


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles mangas et dessins-animés


Shigurui est un manga de Takayuki Yamaguchi, publié chez Panini.

Voici sa présentation sur le site de Nautiljon : https://www.nautiljon.com/mangas/shigurui.html
" An six de l'ère Kan'ei au château Sunpu. Un tournoi opposant des samouraïs aux techniques impressionnantes est organisé par l'atroce Tadanaga Tokugawa. L'un des duels voit se confronter Fujiki Gennosuke, amputé de son bras gauche, et Irako Seigen, dépourvu de la vue, deux des meilleurs combattants du Japon se vouant une haine réciproque. Alors que leur combat est sur le point de s'entamer, Shigurui revient sur leur rencontre au dojo Kogan sept ans auparavant, où leur lutte pour devenir l'héritier de la technique secrète fit rage."

Le style des dessins peut heurter, avec tous ces muscles saillants, ces chairs torturées, cette anatomie maltraitée mais c'est aussi une des forces de cette oeuvre. Le mangaka a visiblement pris plaisir à multiplier de façon quasi sadique les tragédies qui traumatisent les corps puisque ses deux protagonistes sont deux samouraïs, l'un aveugle et l'autre manchot. Quant au maître de ces deux guerriers, il est à moitié fou et sadique mais dispose d'une technique secrète permettant d'atteindre ses ennemis à une distance impossible.

Comme on peut le voir, le combat se fera jusqu'à ce que mort s'ensuive pour les deux, même si les tripes sortent des corps.
Canalblog Manga Shigurui010

Même l'amour n'échappe pas à cette violence.Canalblog Manga Shigurui009


L'auteur multiplie aussi les dessins avec des dragons et tigres symboliques.Canalblog Manga Shigurui013


Canalblog Manga Shigurui004

Le maître du dojo, fou mais quasi invincible.Canalblog Manga Shigurui006


Canalblog Manga Shigurui002

Les deux personnages principaux, l'un aveugle, l'autre manchot.Canalblog Manga Shigurui018

Canalblog Manga Shigurui014

Canalblog Manga Shigurui001

Canalblog Manga Shigurui003


Les combats sont extrêmement violents, allant jusqu'à déchirer en deux les corps , défigurer les combattants ou les décapiter.
Canalblog Manga Shigurui017 

Canalblog Manga Shigurui015

 Canalblog Manga Shigurui007

Canalblog Manga Shigurui019

Canalblog Manga Shigurui005 
Certains adversaires sont de véritables titans.

Canalblog Manga Shigurui008


Canalblog Manga Shigurui012

Ah, enfin un peu de paix. 
Canalblog Manga Shigurui011

Et non, perdu!
Canalblog Manga Shigurui016

 

Posté par David Yukio à 18:15 - Mangas et dessins animés - Permalien [#]

11 mai 2019

Eye patch : les pansements sur l’œil des japonaises




Notes liées dans mon blog : Liste articles sexe


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".



Au détour d'une série animé japonaise, vous croiserez certainement un personnage, une fille en général, avec un cache-oeil, genre bandeau de pirate. A priori cela est pour soigner une infection mais, ces dernières décennies, cet accessoire est plutôt devenu un support fétichiste pour otakus.

On distingue effectivement deux cas, le port du bandeau en tant que traitement médical et le port en tant qu'objet décoratif ou de beauté. Dans les animes et même la mode, c'est ce denier qui s'est imposé.

A l'origine, le bandeau noir des pirates, comme Albator (Captain Herlock).
Canalblog Cache Oeil04 Anime Albator

Et son usage classique, le masque blanc, en cas d'infection occulaire.
Canalblog Cache Oeil12

Mais, au fil du temps, cet objet a envahi l'animation, comme ici avec Asuka et Rei de Neon Genesis Evangelion, conférant soit un côté jeune fille en détresse qui a besoin d'être protégée (Rei) ou au contraire une femme forte, limite dangereuse (Asuka).
Canalblog Cache Oeil07 Anime Evangelion


Canalblog Cache Oeil05 Anime Evangelion


Un autre personnage d'anime.
Canalblog Cache Oeil01 Anime

Ce bandeau s'est même invité dans le monde de la mode, japonaise et internationale, avec des formes plus ou moins complexes.Canalblog Cache Oeil02

Canalblog Cache Oeil03

Canalblog Cache Oeil08

Canalblog Cache Oeil09

Idem pour le cinéma, avec Elle Driver dans Kill Bill de Quentin tarantino.
Canalblog Cache Oeil14

Vous connaissez la règle 34 d'Internet? Elle stipule que si quelque chose existe dans la vraie vie alors son équivalent pornographique existe aussi sur Internet. Un des sous-genres du SM est consacré au monde médical, avec les fantasmes sur les infirmières et médecins et, dans ce sous-genre, on trouve celui des femmes dans le plâtre, comme le montre ce livre disponible en français, "Femmes de plâtre" de Romain Slocombe.
Canalblog Cache Oeil06


Et en voici un , japonais, avec quatre magnifiques jeunes femmes dotées d'un "sensuel" bandeau sur l'oeil.Canalblog Cache Oeil13

Pour ceux qui souhaiteraient en utiliser en mode cosplay, le mot clé est "Eye patch". On en trouve facilement sur le net, comme le montrent ces captures écrans.
Canalblog Cache Oeil10

Canalblog Cache Oeil11

Du plus simple au plus beau, cet accessoire de mode a acquis ses lettres de noblesse, même hors de la japanime.

Canalblog Cache Oeil16

Canalblog Cache Oeil15

 

Posté par David Yukio à 10:56 - Sexe - Permalien [#]

05 avril 2019

Rétrospective Nagisa Oshima 1997



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais



Dans le cadre de l'année du Japon en France en 1997, il fut organisé du 19/11/1997 au 16/12/1997 à Paris la Villette, une rétrospective du cinéaste Nagisa Oshima.

Voici le programme détaillé :-)

Canalblog Cinema Convention Cinema Oshima 1997

Posté par David Yukio à 19:04 - Cinéma japonais - Permalien [#]

14 mars 2019

Setsuko HARA (1920 - 2015), la muse de OZU



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".

Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais


La très grande actrice japonaise Setsuko HARA, la muse de Ozu (et peut-être plus), est décédée en septembre 2015.

Elle était l'éternelle jeune fille à marier, la femme veuve d'un militaire tué lors de la seconde guerre mondiale, une mère élevant seule sa fille mais, plus que tout, elle restera la belle fille de Chishû RYÛ dans le chef d'oeuvre de Ozu : Voyage à Tôkyô.

Canalblog Cinema Setsuko Hara Mort01

Canalblog Cinema Setsuko Hara Mort02

Canalblog Cinema Setsuko Hara Mort03


D'autres articles ici :

 

Posté par David Yukio à 14:38 - Cinéma japonais - Permalien [#]

03 février 2019

Thèse de Doctorat "Histoire du cinéma japonais en France des années 50 à 80"



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais



Sur Internet on tombe parfois, au détour d'un forum, d'une recherche Google, sur un travail exceptionnel voir unique : dossier, interview, magazine oublié, fanart... Mais là ce fut carrément une thèse de doctorat, consacrée à l'histoire du cinéma japonais en France des années 50 à 80. 

Vu mon niveau d'amateur, je ne me permettrais pas de critiquer le travail effectué, j'en serais bien incapable. Travail pointu, exigeant, rempli d'infos remontant à ces décennies pionnières, il montre bien comment le cinéma japonais était perçu en France alors.

Cette thèse de doctorat, immense, ne serait-ce que pour son épaisseur (547 pages), a été soutenue fin 2009 par Nolwenn LE MINEZ à l'université de Metz. Voici son lien, en libre accès sur le web : http://docnum.univ-lorraine.fr/public/UPV-M/Theses/2009/Le.Minez.Nolwenn.LMZ0916.pdf

Pour être plus précis : 422 pages pour le texte proprement dit et 150 pages d'annexe avec des pages et des pages de tableaux et de listes de films. 
A noter celui incroyable, des pages 67 à 84, intitulé "Films asiatiques triés par date de distribution en France (Source : Le Film français)" diffusés en France de 1951 à 1980, et ce sans se limiter au cinéma japonais. 
Puis d'autres tableaux et listes sur la programmation dans divers festivals, à la Cinémathèque... passionnant à lire!

Dernier point : la bibliographie très riche, permettant à tout amateur voulant en savoir plus d'acheter ceux-ci sur Internet, sur les sites comme Rakuten, Ebay... pour revivre ce moment où le Japon, avant ses animes en 1978 avec Goldorak, commençait à percer sur la scène culturelle française (si on excepte le mouvement du Japonisme du 19ème siècle).


La thèse
UNIVERSITE Paul Verlaine - METZ
UFR Sciences Humaines et Arts
Ecole doctorale Perspectives interculturelles : écrits, médias, espaces, sociétés (PIEMES)
Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S)

Thèse pour obtenir le grade de DOCTEUR EN ETUDES CINEMATOGRAPHIQUES
Soutenue le 23 octobre 2009

Histoire du cinéma asiatique en France (1950 ± 1980 )

Présentée et soutenue publiquement par Nolwenn LE MINEZ
Dirigée par Fabrice MONTEBELLO


Contacts : ddoc-theses-contact@univ-lorraine.fr



Sommaire de la partie Centrale

Canalblog Cinema These Sommaire01

Canalblog Cinema These Sommaire02


Sommaire des annexes

Canalblog Cinema These Sommaire Annexes01

Un extrait du tableau listant les films asiatiques diffusés en France de 1950 à 1980; un travail exceptionnel!
Canalblog Cinema These Tableau01


Posté par David Yukio à 22:37 - Cinéma japonais - Permalien [#]

06 janvier 2019

Cycle CinéManga de 1995



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles mangas et dessins-animés


Le cycle CinéManga fut, mi-1995, un festival parisien proposant une sélection de longs métrages d'animation japonaise, et ce en VOSTFR :-) A l'initiative de la société Kaze, Cinémanga débuta donc mi-1995 en plein coeur de Paris avec l'inauguration de l'UGC CinéCité des Halles, avant de migrer vers plusieurs villes françaises.

Les films projetés furent : "Arion", "Conan le fils du futur", "Galaxy Express 999", "Grey", "Macross - te rappelles-tu de l'amour ?", "Ranma 1/2 Special" et "Les Héros de la Galaxie". Ce fut peut-être la première fois qu'à Paris fut organisé un festival entièrement dédié aux animés japonais.

Voici ce qu'en disait l'Express du 21/09/1995 : "6 000 spectateurs conquis par le cycle Cinémanga proposé par Kaze à l'UGC Ciné Cité Les Halles, à Paris. Ni tout-sexe ni tout-violence, ces 8 films d'animation japonais inédits dans l'Hexagone entament un tour de France. Ils sont depuis le 20 septembre à Lille, puis iront à Bordeaux, Lyon, Marseille, etc."

Pour rappel, on est encore en 1995 dans une époque de dénigrement systématique de la japanime (voir le qualificatif tout-sexe ci-dessus), avec encore très très peu de mangas traduits malgrès une offre riche et variée sur les chaînes de télévision. Néanmoins, grâce à la bombe Akira, au cinéma et en BD, nous commencions à sortir de ces âges obscurantistes et CinéManga a bien oeuvré pour cela.

Canalblog Anime Cinemanga 1995 01

Canalblog Anime Cinemanga 1995 02




Posté par David Yukio à 18:17 - Mangas et dessins animés - Permalien [#]

15 décembre 2018

Festival "Les Samouraïs à Paris", Novembre 1996



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais



"Les samouraïs à Paris" fut un festival de cinéma, organisé du 13 au 26 novembre 1996, à l'UGC Ciné Cité Les Halles dans le cadre d'une manifestation plus large, le "Festival d'Automne à Paris". Il s'agissait d'une rétrospective consacrée à trois cinéastes asiatiques : Takeshi KITANO, Kirk WONG et John WOO; vous avez noté, un seul japonais dans le trio, alors pourquoi ce titre de samouraïs? Je ne sais pas :-(

Vous trouverez ici, en PDF, la présentation de cet évènement : https://www.festival-automne.com/uploads/Publish/archive_pdf/FAP_1996_SCI.pdf

A noter que le 13 Novembre 1996, Takeshi Kitano s'était déplacé à Paris spécialement pour cette rétrospective. Il était tout auréolé du succès de son film Sonatine et d'un retour d'engouement pour le cinéma japonais depuis la vague Ozu, Naruse, Kurosawa des années 60. Il avait eu en 1994 un grave accident de moto, lui ayant laissé le visage partiellement paralysé et c'était émouvant de le voir, à quelques mètres de moi, avec ses tics faciaux et son visage plein d'énergie.


Voici l'affiche, avec Takeshi Kitano, mélangeant comme à son habitude, rire, tragédie et violence.Cinema Les samourais à Paris 1996 01

Et le programme :-)Cinema Les samourais à Paris 1996 02

 

Posté par David Yukio à 11:28 - Cinéma japonais - Permalien [#]