Mon amour pour le Japon et Tôkyô

Mon amour pour le Japon et Tôkyô

15 juillet 2012

Nââânde!? Les tribulations d'une japonaise à Paris de Eriko Nakamura



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Le livre "Nââânde!? Les tribulations d'une japonaise à Paris" de Eriko Nakamura raconte les plaisirs mais surtout surtout les désagréments d'une japonaise installée depuis 2000 à Paris. Comme elle le dit dans le prologue "Personne ne fantasme autant sur Paris qu'un Japonais. Et personne n'est plus choqué par Paris qu'un japonais. Le choc est tellement violent que certains de mes compatriotes tombent malades, une maladie étrange que le docteur Hiroaki Ota, médecin aux urgences psychiatriques de l'hôpital Sainte-Anne a identifié comme le "syndrome de Paris"".

Ce livre m'a plus intéressé par ce qu'il révèle du caractère des japonais, des us et coutumes de leur société, que des états d'âme de l'auteur, même si je compatis aux chocs qu'elle a du subir en France. Un livre drôle, léger et qui écorne sévèrement et avec justesse l'image de la ville lumière

Canalblog Livres Naaande01

Canalblog Livres Naaande02

Canalblog Livres Naaande03

Canalblog Livres Naaande04


"Eriko Nakamura vit à Paris depuis dix ans mais chaque jour ou presque, au restaurant, dans le métro, chez le médecin, lors d’un réveillon, d’un mariage, à l’hôtel, chez le boucher, en boîte de nuit ou dans un dîner en ville, elle pousse le même cri : Nââândé !?

Le médecin ? Le « déshabillez-vous » de nos généralistes est une terrible offense pour les Japonais : extrêmement pudiques, ils se font toujours examiner… en blouse.
Le métro ? Mais où sont-ils, les jours de grève ? À Tokyo, quand les conducteurs débrayent, le trafic est… normal.
Les toilettes publiques ? En découvrant le soin qu’ils apportent à ces lieux, on comprend que les nôtres leur paraissent… Nââândé !?

Avec humour, cette Japonaise fait le tour de nos façons d’être en nous expliquant comment cela se passerait chez elle. Pudeur, raffinement et volonté de ne pas se faire remarquer d’un côté. Individualisme, hédonisme et sans-gêne de l’autre. Le choc est nécessairement brutal, et les hallucinations permanentes.

Portrait décapant et inédit de la vie quotidienne à Paris, ces tribulations sont également l’occasion de découvrir, de façon ludique, le Japon au quotidien."

"Eriko Nakamura est une célébrité au Japon. Présentatrice pendant dix ans d'émissions de variété en prime time sur Fuji TV, présentatrice d'une émission sur le sport le plus populaire - le base-ball -, elle est l'une des grandes figures de la télé japonaise. Elle est également connue pour avoir réalisé le rêve de beaucoup de ses compatriotes : vivre en France. Mariée à un Français, mère de deux jeunes enfants, elle partage depuis dix ans sa vie entre Paris et Tokyo. Pour le public japonais, elle est devenue une spécialiste des mœurs françaises, qu'elle décrypte dans des émissions spéciales, des livres ou des conférences.

« Nââândé !? » est son premier ouvrage écrit en français pour un public français." Livre publié aux éditions Nil en 2012


Voici un petit florilège de ce qui m'a amusé ou étonné :
     - "Quand quelque chose se passe mal, un Japonais a toujours tendance à penser que cela vient de lui, que c'est sa faute."

     - "Au Japon il est très rare de recevoir chez soi. Nos appartements sont petits, et puis rentrer dans l'intimité des gens est très délicat."

     - "Et puis il y a une autre chose formidable dans le métro parisien : les hommes ne pelotent pas systématiquement les fesses et les seins des femmes aux heures de pointe..."

     - concernant le métro de Tôkyô "Il y a quelques années, voir quelqu'un manger ou se maquiller dans une rame de métro était impossible. Cela arrive désormais fréquemment."

     - sur les caissières des supérettes "Au japon, elles vous rangent vos courses délicatement comme si vous aviez acheté des oeufs et du cristal."

     - "Au Japon, faire la queue, c'est une manière d'exprimer son respect des autres. A Paris, passer devant son voisin, c'est une manière d'affirmer qu'on est plus malin que lui."

     - "Quant à la viande, considérée comme impure par le bouddhisme et le shintoïsme, elle a longtemps été taboue." "Les mentalités ont évolué à la fin du XIXème siècle quand les japonais se sont mis à attribuer la réussite économique des Occidentaux à leur régime carné."

     - "A Tôkyô, les restaurants de sushis sont petits et les prix... à la tête du client." en clair, les touristes payent le prix fort aussi au Japon dans ces restos!

     - "C'est l'une des hantises des femmes japonaises : être entendues aux toilettes" pour éviter qu'on entende ces bruits corporels (pets, bruit de l'urine contre l'eau...) les compagnies japonaises de wc ont des modèles diffusant une musique d'ambiance pour masquer cela!

     - "Les français aiment griller au soleil et revenir marron de vacances mais les japonais, et surtout les japonaises se doivent, eux, de rester le plus blanc possible." C'est pourquoi il y a beaucoup de femmes au Japon avec des ombrelles et qu'elles consomment des crèmes permettant de blanchir la peau. "La beauté suprême est symbolisée par la geisha à la blancheur parfaite." Le blanc est là-bas aussi synonyme de pureté, hygiène, innocence...

     - les toilettes à la turque étaient très répandues dans le Japon jusque dans les années 90

     - la sexualité est taboue au Japon et on n'y verra jamais de publicité à la télé avec des seins ou fesses pour vendre tout et n'importe quoi.

     - au Japon, si on ne travaille pas le week-end, on reste chez soi en famille mais on ne rend pas visite à ses amis.

     - au Japon, il n'y a pas de sélection à l'entrée des boîtes branchées sur votre look!

     - au Japon les magazines de modes vous imposent presque votre look, vous devez ressembler à vos voisines, porter une sorte d'uniforme alors qu'en France ce sont juste des guides, des idées à piocher pour faire son propre look.


Le chapitre sur les grands magasins et le taxi valent aussi leur pesant d'or, on y voit bien le mépris et la morgue qu'ont ces vendeuses et chauffeurs de taxis parisiens pour leur clientèle alors qu'ils leur témoignent un incroyable respect au Japon. Idem pour les toilettes parisiennes qui ont traumatisé Eriko; nous passerons pudiquement sur la visite chez un médecin qui serait qualifié de dangereux pervers au Japon!


Posté par David Yukio à 15:36 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

15 mai 2012

Le livre des Nô - drames légendaires du vieux Japon (livre français de 1929)



Notes liées dans mon blog : Liste articles poésie, photos, arts, expositions, illustrateurs et autres


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


"Le livre des Nô - Drames légendaires du vieux Japon" de Steinilber-Oberlin et Kuni Matsuo a été publié en France en 1929, chez "L'édition d'art H. Piazza". C'est, à ma connaissance, le plus ancien livre consacré au Nô en français. Il renferme quinze pièces de Nô traduites pour 171 pages.

Canalblog Livres Noh 1929 01

Canalblog Livres Noh 1929 02

Canalblog Livres Noh 1929 03

Le livre commence avec une longue introduction au Nô de 8 pages, avec le vocabulaire et le style du début du 20ème siècle, délicieusement suranné. N'étant pas un spécialiste de ce théâtre, je ne peux pas juger de la qualité de ce texte mais je note qu'un des auteurs est japonais, Kuni Matsuo, et comme il a beaucoup écrit sur le Japon, je présume qu'il connait son sujet.

Canalblog Livres Noh 1929 04

Canalblog Livres Noh 1929 05

Canalblog Livres Noh 1929 06

Canalblog Livres Noh 1929 07

Canalblog Livres Noh 1929 08

Canalblog Livres Noh 1929 09

Canalblog Livres Noh 1929 10

Canalblog Livres Noh 1929 11


"INTRODUCTION
Le Japon a le rare privilège de posséder, en propre, une forme de littérature théâtrale le Nô (mot chinois qui signifie art, d'où ici : représentation d'art).

Certains auteurs ont défini le Nô : un petit opéra. Retenons, pour le seul mérite de sa concision, cette définition approximative. Le lecteur la corrigera au fur & à mesure des explications qui vont suivre & qui préciseront comment cet opéra d'un acte se présente sous un aspect très particulièrement japonais. A se contenter d'une définition générale, il est exact de dire que le Nô est une œuvre scénique, d'expression noble & poétique, dont le sujet est généralement légendaire, historique ou religieux ou extrait de la littérature & dont le but est de charmer, d'émouvoir par le concours de la parole & du chant, des gestes, de la danse & de la musique. C'est une synthèse de tous les arts, exprimant un sujet souvent exquis en lui-même. Aussi les lettrés & les artistes japonais - & parmi eux les plus fins connaisseurs - apprécient-ils les Nô comme d'incomparables délices littéraires & esthétiques.

Un mot sur l'origine légendaire des Nô :
Une déesse apprit aux hommes, dit-on, la danse & la musique, & voici dans quelles circonstances, si l'on en croît le Kojiki, «Le Livre des choses anciennes» (712 de notre ère) : La Déesse du Soleil, irritée des méchancetés de son frère, décida, un jour, de se cacher dans la grotte rocheuse du ciel dont elle mura l'entrée. De ce fait, l'univers tout entier fut plongé dans de profondes ténèbres. Et chacun, on le pense bien, était fort inquiet. Huit cents myriades de dieux se rassemblèrent alors sur les bords de la Voie lactée, pour délibérer des mesures qu'il convenait de prendre, afin de faire cesser cette situation critique. Conformément à leur avis, on essaya bien des ruses pour forcer la Déesse à sortir de sa grotte, mais aucune ne réussit. C'est alors que la gracieuse Déesse Oudzoumé eut l'idée de danser devant la grotte fermée, cependant qu'elle s'accompagnait délicieusement sur une flûte de bambou & que les dieux battaient la mesure en cadence. Son chant & sa musique étaient si beaux que la Déesse du Soleil, charmée, s'avisa de pousser quelque peu le bloc de pierre qui la cachait &, curieuse & ravie, regarda. On n'eut plus de peine, dès lors, à la tirer de sa prison volontaire — & la Lumière reparut sur le monde!

Telle est l'origine légendaire des Nô. En voici maitenant une explication plus positive. D'abord le milieu le Japon est riche de légendes historiques & bouddhiques, riche d'une mythologie prodigieuse. C'est la «Terre des Dieux». Tous les héros de son histoire apparaissent comme des personnages légendaires. Haute civilisation féodale, le vieux Japon est héroïque & poétique. Par leur éducation raffinée, les femmes atteignirent à un degré de perfection & de délicatesse inconnu chez les autres peuples. Le Bouddhisme, philosophie d'une suprême élégance, a appris à tous l'impermanence des choses légères & passagères comme ces nuages vaporeux qui couronnent le Fouji. L'âme japonaise est à la fois stoïque & charmante. Tout Japonais cultivé aime la lune & les fleurs. Le type parfait du Japonais est ce samouraï qui, couvert de blessures après la bataille, & sentant sa fin proche, choisit, pour y mourir, l'ombre d'un prunier en fleurs, sous la lune. Le Japon est la patrie de prédilection des légendes nobles & gracieuses.

Plus directement, le Nô s'explique par la pratique & l'évolution des danses sacrées. La «Terre des Dieux» était aussi celle des danses sacrées (Kagoura), depuis un temps immémorial. Au VIIe siècle, on prit l'habitude d'organiser, chaque année, à l'époque des moissons, des spectacles accompagnés de musique appelés «Danses des rizières» (Denngakou), auxquels prenaient part des personnages religieux. Au XIIIe siècle, peut-être sous l'influence chinoise (de nombreux bonzes accomplissaient alors des voyages en Chine), le caractère théâtral de ces danses s'accentua & des légendes y furent incorporées Au XIVe siècle, l'évolution aboutit au Denngakou no Nô, ce qui signifie littéralement «Danse des rizières artistique». Le Nô était né. Des théâtres de Nô se fondèrent, notamment à Isé, principal lieu de culte de la Déesse du Soleil, puis à Omi, à Tamba, à Nara.

La grande époque des Nô fut la fin du XIVe & le XVe siècle : c'est à ce moment que le Nô, spectacle religieux, devint essentiellement aristocratique, & que les familles régnantes en favorisèrent les compositeurs & les acteurs. II fut de mode, parmi les souverains, d'avoir sa troupe spéciale d'acteurs. On dit que certains Shogouns n'hésitèrent pas à jouer eux-mêmes. Les plus célèbres compositeurs & acteurs furent, en tout cas, de famille noble, ce qui suffirait à prouver l'estime où l'on tenait ces spectacles d'élite. Favorisé à son début par le grand Shogoun Yoshimitsu (1358-1394), le Nô triompha, au XVe siècle, sous le règne des Ashikaya. Les deux plus célèbres compositeurs de Nô furent Kouan-Ami Kiyotsougou (1355-1406) et son fils Seami Motokiyo (1373-1455).

Après cette période de gloire, la production des Nô se ralentit, &, à partir du XVIe siècle, on ne peut plus citer aucun auteur de ces sortes d'œuvres littéraires & esthétiques. La famille régnante des Tokugawa (1603-1867) n'en continua pas moins à protéger les acteurs de Nô, & le spectacle de ces œuvres curieuses & délicieuses resta toujours en faveur auprès des Japonais cultivés qui aiment à retrouver en elles, avec le charme des choses disparues, la poésie si belle & si pure du vieux Japon.

Il existe un grand nombre de Nô. Deux cent trente-cinq ont été rassemblés dans le recueil japonais le plus complet, intitulé Yo-Kyokou Tsoughé, d'où nous avons extrait ceux que nous avons jugés les plus beaux ou qui sont les plus célèbres.

Bien qu'il n'y ait pas de règle absolue, la structure habituelle d'un Nô est la suivante : un pèlerin ou un voyageur arrive dans un endroit illustré par une légende ou un fait historique. C'est là un simple prétexte qui va permettre à une personne du pays, à un paysan par exemple, souvent aussi au dieu du lieu, de raconter au pèlerin ou au voyageur la légende locale dans tous ses détails. Les personnages ayant joué un rôle dans cette légende apparaissent aussi fréquemment sous la forme d'esprit ou de fantôme ou réincarnés dans la personne d'un habitant du pays. Le charme de la légende évoquée, la magie des mots, des danses & de la musique feront le plus souvent oublier & compenseront largement l'uniformité de structure.

Les personnages sont toujours en petit nombre de deux à cinq généralement. Comme dans le théâtre antique, il y a un protagoniste, personnage principal qu'on appelle en japonais le Shite (le faisant), & un deutéragoniste appelé le Waki (celui qui est à côté). Les autres acteurs paraissent le plus souvent ne jouer que des rôles complémentaires ou accessoires. Aussi ces derniers sont-ils appelés Tsure (accompagnant). Comme dans le théâtre antique encore, le chœur aide beaucoup à la compréhension de la pièce, soit qu'il décrive le paysage où l’action se passe, soit qu'il explique le sentiment des personnages ou rappelle un fait ancien, soit qu'il converse directement avec les acteurs. A cela d'ailleurs se borne son rôle il ne constitue jamais un groupe déterminé de figurants tels que vieillards, soldats, etc. Il n'est pas acteur & ne se tient pas sur la scène.

Le style des Nô est d'une grande richesse d'expressions.

Du point de vue littéraire, le Nô représente la quintessence de la poésie japonaise. Ce style apparaît surtout comme un défilé d'images brillantes, fugitives, calculées en fonction les unes des autres, de mots d'élite susceptibles de rendre les nuances souvent si légères & subtiles du sujet. On peut dire qu'il existe dans la rhétorique japonaise un art des mots évocateurs de visions que la sensibilité éduquée du spectateur prolonge & élargit. La pratique de ce que nous appelons un peu sèchement les associations d'idées est courante dans la poésie japonaise plus que dans toute autre poésie, & le vocabulaire comporte de nombreux termes auxquels les Japonais attribuent une affinité poétique traditionnelle.

La scène se compose d'une plate-forme de bois ouverte sur trois côtés, fermée au fond par une cloison de planches où, pour tout décor, se dresse traditionnellement l'image d'un pin. A gauche de la plate-forme, se tient le chœur, à droite, l'orchestre simple & naïf, comportant une flûte, deux tambourins & un tambour. Dans la salle, face aux trois côtés ouverts de la scène, sont disposés des bancs. C'est là que se rangent les spectateurs silencieux & rêvant dans la fumée des encens.

Les acteurs sont revêtus de costumes magnifiques. Le plus souvent, comme dans le théâtre antique, ils portent un masque, mais ce n’est pas là une règle absolue ni pour tous les Nô, ni  pour tous les personnages d'un même Nô. Exception faite des masques ayant un caractère qui nous semble bizarre, tel le masque classique du Tengu (génie à long nez) ou d'aspect terrible, tels les masques de démons, beaucoup de ces masques sont de véritables œuvres d'art finement sculptées & d'un réalisme admirable.

La mimique des acteurs est sobre, très étudiée, mais c'est de la danse surtout que le spectateur attend l'expression parfaite du drame. Le plus souvent cette danse est lente. Elle se présente comme une sorte de promenade rythmique aux multiples détours, aux gestes très lents, mesurés. Elle prend pourtant parfois une allure rapide, bondissante, fantastique. Le Nô intitulé Benkei sur le Pont, qu'on lira plus loin, se danse de cette dernière manière.

La mise en scène est extrêmement simplifiée. On n'y fait figurer que les accessoires absolument indispensables. Veut-on représenter la cabane d'une religieuse perdue dans la montagne (La Rencontre à Oara), une barque qui glisse sur les eaux de la rivière (La Dame d'Egughi), un parterre de fleurs ou tout autre élément de décor — nous savons qu'il n'y a pas de décor, mais seulement, dans le fond de la scène, l'image d'un pin — on apporte sur l'estrade de planches ces différents objets, comme de grands jouets. Très souvent, ces éléments mobiles de décor n'ont point les dimensions qu'ont, dans la réalité, les choses qu'ils représentent, & ne sont pas à l'échelle des personnages, ils symbolisent la chose plutôt qu'ils ne la figurent. La sobriété de ces procédés contribue à donner à la représentation d'un Nô un cachet de simplicité pure & naïve il semble que l'artiste metteur en scène, comme l'auteur, veuille rappeler aux spectateurs qu'ils ne sont point devant un spectacle ordinaire, mais en présence d'une forme d'art spéciale & particulièrement épurée. Le Nô est un Mystère.

Assurément, pour bien comprendre un Nô, il faudrait voir, écouter, & non pas seulement lire.

Puisque nous ne pouvons ici produire que des textes, faisons appel, comme dit Seami Motokiyo, au «cœur» du lecteur, à sa sensibilité, à sa sympathie éclairée : il comprendra que les règles classiques de représentation des Nô donnent à l'ambiance où ils se jouent un charme spécial, une sérénité religieuse propice au rappel des légendes du passé qui reviennent, hésitantes & discrètes, comme des fées suaves & un peu oubliées, comme des fantômes, un instant, un instant seulement, et devant un auditoire choisi.

Notre but serait atteint si, dans ces textes, nous avions su garder, avec l'exactitude des dialogues, le rythme, la beauté de la légende, la grâce de cette philosophie bouddhique qui l'imprègne, & selon laquelle notre univers n'est qu'une illusion éphémère, un rêve volatilisé avant le soir, «un monde de rosée»...
ST. O & K. M."


La table des matières avec la liste des pièces de Nô traduites.

Canalblog Livres Noh 1929 12

"TABLE
 
INTRODUCTION .........................................................................................V
LA DAME D'EGUGHI ....................................................................................1
LA RENCONTRE A OHARA ..........................................................................15
LE VlEUX-PlN ET LE PRUNIER-ROSE .............................................................29
LE MIROIR D'ILLUSION ..............................................................................38
LA ROBE DE PLUMES .................................................................................48
LE KINUTA, OU LE BILLOT A BATTRE LES VETEMENTS ...................................56
LA DEESSE DES CRYPTOMERIAS ................................................................67
KAGEKIYO L'IMPETUEUX ............................................................................79
LA PRINCESSE ROSE-TREMIERE .................................................................93
LE CHEVALIER MISERE .............................................................................105
BENKEI SUR LE PONT ...............................................................................124
LES OMBRES SUR LA RIVIERE ...................................................................133
TAKASAGO OU LES DEUX PINS QUI ONT VIEILLI ENSEMBLE .........................143
LA PIERRE DE LA MORT .............................................................................151
L'OREILLER MAGIQUE ................................................................................161"
 

La première page de la première pièce pour vous donner une idée du livre.
Canalblog Livres Noh 1929 13

"LA DAME D'EGUGHI
Egughi était jadis un port important situé sur un affluent du Todo-Gawa, la rivière d'Osaka. Mais cette cité fut célèbre pour d'autres raisons : un ouvrage japonais - le Yujo-ki - nous apprend que les courtisanes y étaient nombreuses et que, montées sur leurs barques, «elles accostaient les bateaux et invitaient à l'oreiller et à la natte», leurs chants mélodieux «flottaient dans le vent sur les eaux», si bien que tous ceux qui passaient par cette cité d'amour y «oubliaient leur foyer».
Le prétexte du drame est une anecdote et une légende. La première se trouve dans un des ouvrages du moine Sagyo (1118-1190), célèbre pour avoir échangé une poésie avec une courtisane d'Egughi, dans les circonstances qu'on verra. La seconde rapporte comment un religieux de grand renom, le Shonin Shokou (910-1007), vit les fantômes de courtisanes trépassées qui reviennent, dit-on, au monde, par les nuits de clair de lune se changer en pures divinités.

PERSONNAGES
LE MOINE. — LE FANTOME DE LA DAME D'EGUGHI. — LES FANTOMES DES COURTISANES. —LE PECHEUR. — LE CHŒUR.

La scène est à Egughi, sur les bords de la rivière.

LE MOINE. — La lune m'est encore une fidèle amie, ma solitude n'est point complète! (Il"


Posté par David Yukio à 22:15 - Livres, revues... - Permalien [#]

08 avril 2012

Cinéma japonais, rétrospective de 1984-1985 à la Cinémathèque Française



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais


De janvier 1984 à avril 1985 était prévu à la Cinémathèque Française de Paris une grande rétrospective sur le cinéma japonais intitulée "Le cinéma japonais de ses origines à nos jours". Celle-ci devait durer un an et demi avec une sélection de 500 films et faisait suite à deux autres rétrospectives, de 1963 et de 1971; celles-ci avaient permis au public français de se familiariser avec ce cinéma de l'autre bout du monde.

Cet évènement, étalé sur quinze mois, était composé de trois parties :
     1)    Histoire du cinéma japonais (janvier à juin 1984)
     2)    Divers aspects du cinéma japonais (juillet à décembre 1984)
     3)    Le cinéma japonais contemporain (janvier à avril 1985)


Malheureusement, d'après ce que j'ai lu sur le net, la troisième partie aurait été annulée pour des problèmes de budget. Je vais quand même vous présenter cet évènement tel qu'il avait été envisagé par les organisateurs.

Pour cette rétrospective de 1984, un catalogue très complet de 144 pages a été édité dont 100 pages techniques présentant les films diffusés.
Canalblog Cinema Retro 1984 01

 

Canalblog Cinema Retro 1984 02
Couverture et quatrième de couverture du catalogue


Canalblog Cinema Retro 1984 03

 

Canalblog Cinema Retro 1984 04

 

Canalblog Cinema Retro 1984 20

TABLE DES MATIÈRES
Avant-propos - Costa-Gavras ----------------------------------------------------- page 3
Introduction - Hiroko Govaers ----------------------------------------------------- page 4
Fiches techniques des films présentés dans la première partie ----------------------- page 7
Ma jeunesse avec le cinéma - Teinosuke Kinugasa ---------------------------------- page 105
« Ames sur la route » et la spécificité du cinéma japonais - Kikuo Yamamoto ---- page 113
A propos de l'adaptation cinématographique des œuvres littéraires - Mansaku Itami -- page 122

Index ---------------------------------------------------------------------------- page 135


Canalblog Cinema Retro 1984 05
La présentation de Costa-Gavras.


"Henri Langlois avait présenté en 1963 le premier grand panorama - Initiation au cinéma japonais. En 1971, il organisa une rétrospective à l'occasion du 75ème anniversaire de la cinématographie japonaise, avec 150 films. Quinze ans après les Anglo-Saxons, les Français purent découvrir Ozu. Le public français va donc se sensibiliser au cinéma japonais, et s'intéresser à ces œuvres qui viennent presque d'une autre galaxie. Ainsi arriveront, maintenant, le grand succès et la grande audience qui accueilleront des films comme « Dersou Ouzala », « L'Empire des sens », « Kagemusha », « Furyo » ou « La Ballade de Narayama ».

Les auteurs, les cinéphiles japonais et occidentaux, eux, ne s'étaient jamais perdus de vue. Langlois écrivait en 1963 : « ... il existe des liens secrets entre nos cinémas, celui de l'Occident et celui du Japon. Et, si l'école japonaise a pu directement être influencée par le cinéma occidental, et particulièrement l'américain, ou l'école soviétique et le néo-réalisme italien, si elle a été sensible à l'art de Feyder, notre cinéma, par des voies détournées, s'est trouvé, lui, marqué par le Japon à certains tournants essentiels ». Les cinéastes japonais, sans cesse à la recherche de nouvelles possibilités d'expression, réussissent depuis le début de leur histoire un pari passionnant : maintenir l'accord entre l'invention et la tradition.

Dans les mois à venir, la projection organisée par la Cinémathèque de 500 films va faire apparaître en pleine lumière cette constante sans faille. A l'évidence, le panorama 84 est le plus complet jamais présenté. Mais il a aussi une ambition moins apparente, mais aussi forte : établir des échelles, des correspondances chronologiques. Intérieures, d'abord, en montrant ce que faisaient Mizoguchi, ou Ozu, l'année où Kurosawa tournait « Rashomon », ce que tous les trois réalisaient l'année où Kinoshita tournait « Carmen revient au pays natal », et, enfin, en donnant ainsi un instrument qui permet de pratiquer des correspondances rationnelles et commodes entre le cinéma japonais et le reste du monde, en quelque sorte d'avoir une « pierre de Rosette » qui permette de sauter aisément d'une civilisation à une autre, d'un art à un autre, et de dégager lentement, et sûrement, l'image ou le visage d'un moyen d'expression universel.

Cet immense travail n'a pu être organisé qu'avec l'aide et l'appui de l'Ambassade du Japon, de la Fondation du Japon, de la Japan Film Library Council et de Mme Kawakita, la coordination et la recherche des films avec Hiroko Govaers.

Nous les assurons de notre gratitude et nous sommes fiers de permettre à la Cinémathèque Française de présenter le cinéma japonais.

Costa-Gavras
Président du conseil
de la Cinémathèque Française"

Canalblog Cinema Retro 1984 06
Présentation de la rétrospective avec ses trois parties.

"INTRODUCTION

II est nécessaire, voire même indispensable, de saisir un cinéma national dans son intégralité. Retracer l'historique du cinéma japonais et avoir une vision panoramique sur une période, un auteur, un thème, a pour but d'enrichir la connaissance, l'appréciation et le jugement sur ce cinéma.

Les différentes manifestations que nous avons organisées ces dernières années à la Cinémathèque Française, les différents hommages rendus à des cinéastes, les programmes thématiques (comme « L'Histoire du Japon à travers le cinéma », « La Famille japonaise à l'écran », « La Femme japonaise ») ou bien les chefs-d'œuvre inconnus du cinéma japonais, ont tenté de compléter des lacunes sur les connaissances historiques du cinéma japonais et ont, certes, contribué à une meilleure connaissance de celui-ci.

Mais, maintenant, il est grand temps de présenter l'ensemble du cinéma japonais de ses origines à nos jours, un peu comme une synthèse de ce que nous avons fait jusqu'à aujourd'hui. Pour une telle synthèse, un nombre de 500 films était nécessaire. Le cinéma japonais, ce n'est pas seulement Mizoguchi, Kurosawa, Ozu, Oshima et Imamura. Il regroupe beaucoup d'autres cinéastes. Le cinéma, c'est aussi le reflet d'une période.

Ce cycle sera présenté en trois parties :
     1)    Histoire du cinéma japonais.
     2)    Divers aspects du cinéma japonais.
     3)    Le cinéma japonais contemporain.

Dans la première partie, sera présentée une sélection de 180 films par ordre chronologique pour retracer l'histoire du cinéma japonais.

Dans la deuxième partie, le public pourra comparer les œuvres d'un même auteur, les films autour d'un même thème ou d'un même genre et découvrira les qualités d'un acteur ou d'un technicien.

Dans la troisième partie, nous tenterons de montrer l'état actuel du cinéma japonais par des films produits durant ces 15 dernières années.

Nous concevons ce catalogue comme un outil de travail. Il comprend les renseignements de base (fiche technique et synopsis) sur les 180 films présentés dans la première partie de la manifestation, et trois textes, extraits d'ouvrages publiés en langue japonaise. Quoique fragmentaires (à cause du manque de place), ces textes donneront aux critiques l'accès au travail de leurs collègues japonais et nous espérons que, plus tard, dans le do¬maine de l'édition, beaucoup d'ouvrages écrits (au Japon) auront la chance d'être traduits et publiés sous forme de livres.

Hiroko Govaers"

Chaque film de la première partie a droit dans ce catalogue à une présentation technique détaillée. Sur la page de gauche on a des photos des films et sur la page de droite la fiche de ces films.

Canalblog Cinema Retro 1984 08

 

Canalblog Cinema Retro 1984 09

 
Au cas où les photos ci-dessus seraient trop mal redimensionnées par Canalblog et deviennent illisibles, voici un agrandissement.

Canalblog Cinema Retro 1984 10

 

Canalblog Cinema Retro 1984 11
Celle ci-dessous concerne les plus anciens films diffusés; le premier date de 1908.

Canalblog Cinema Retro 1984 07


1908    TAIKO-KI JUDANME (CHRONIQUE DE TAIKO, DIXIEME TABLEAU - RECORD OF TAIKO)
Auteur inconnu.
Prod. : M. Pathé.    (16' muet - noir el blanc)
Avec : Sakiji ICHIKAWA, Kasen NAKAMURA.
Une pièce de Kabuki qui décrit, en 13 tableaux, la révolte et la fin de Mitsuhide Akechi contre Nobunaga Oda au 16e siècle. Le film décrit la scène d'Amagasaki, la scène la plus jouée au théâtre, où la mère et la femme de Mitsuhide déplorent leur sort. Son fils meurt après un combat et la mère meurt par l'épée de Mitsuhide qui la transperce, pensant qu'elle est l'ennemi qu'il cherche. Mitsuhide pleure sur cette double tragédie.

1916    SENDAI HAGI (HAGI, FLEURS DE BUSHIDO - HAGI, FLOWERS OF BUSHIDO)
Auteur inconnu.    (5' muet - noir et blanc)
Avec : Kasen NAKAMURA.
Une pièce de Kabuki en 9 tableaux. Le film décrit le 6e tableau, « le tableau du palais ». Pour sauver (le prince héritier du clan Date, la servante Masaoka laisse mourir son propre enfant empoisonné. Par ce sacrifice, le complot est révélé et le clan Date est sauvé.
Ce film, comme TAIKOKI JUDANME, montre le jeu des Onnagata, rôles de femmes joués par des acteurs hommes, interprété ici par Kasen NAKAMURA, célèbre acteur de kabuki et de shimpa au début du siècle.

1917    FUTARI SHIZUKA (LES DEUX SHIZUKA - TWO SHIZUKA)
de:      Tadashi OGUCHI.
Prod. : NIKKATSU.    (95' muet - noir et blanc)
La geisha Namiji a eu un enfant de son amant Teruo Shibuya qui est fiancé à Mieko. L'oncle de Teruo supplie Namiji de se retirer. Bientôt, les fiancés se marient. Namiji en est malade et son enfant est justement adopté par le jeune couple. Namiji, rétablie, languit de revoir son enfant et ne peut s'empêcher de rendre visite à Teruo. Mieko essaie de la raisonner pour le bonheur de l'enfant. Teruo souffre entre ces deux amours et décide de s'exiler dans une île du nord.

1921    GOKETSU JIRAIYA (JIRAIYA, HEROS SACRE - SACRED HERO, JIRAIYA)
de:      Sliozo MAKINO.
Sc. : Shozo MAKINO. - Prod. : NIKKATSU.    (30' muet - noir et blanc)
Avec : Matsunosuke ONOE, Shoen KATAOKA, Chosei KATAOKA, Kijaku OTANI, Suminojo ICHIKAWA.
Basé sur un ancien conte chinois devenu célèbre à l'ère Edo, sous forme de bande dessinée, le film montre les aventures el exploits de Jiraiya, qui a la capacité d'apparaître ou de disparaître, de former des jets d'eau pour se protéger et, si besoin est, de se transformer ou de changer ses ennemis en crapaud, serpent ou chenille.

1921    ROJO NO REIKON (AMES SUR LA ROUTE - SOULS ON THE ROAD)
de:      Minoru MURATA.
Supervision : Kaoru OSANAI. - Sc.  ; Kiyohiko USHIHARA. - Im. : Bunjiro MIZUTANI, Hamataro ODA. -Déc. : Saburo MIZOGUCHI. - Eclair. : Yasujiro SHIMAZU. - Prod. : SHOCHIKU KINMA KENKYUJO.
(105' muet - noir et blanc)
Avec : Kaoru OSANAI, Koreya TOGO (Denmei SUZUKI), Haruko SAWAMURA, Yuriko HANABUSA, Mikiko HISA-
MATSU, Sotaro OKADA, Ryuko DATE.
Deux histoires s'entremêlent ; l'une traite d'un fils, parti dans le but de devenir violoniste malgré l'opposition de son père, et qui, maintenant, veut retourner sous le toit familial mais sans argent et avec femme et fille. Ils arrivent à la résidence paternelle mais ne sont pas admis à l'intérieur. L'autre histoire raconte l'errance de deux hommes, récemment relâchés de prison et qui arrivent dans le même village. Pendant le réveillon de Noël, ces derniers tentent de forcer l'entrée de la résidence et sont arrêtés par un vieux gardien mais pardonnés, ils redécouvrent la bonté humaine. Finalement, le fils se heurte à son père qui le chasse; sa petite fille est morte de froid et de faim entre-temps.


Voici maintenant l'index de tous les films présentés; d'abord sous forme de scans du catalogue puis sous forme traitement de texte.
Je mets en gras ce qui me semble important, à savoir que certains films diffusés (fantastiques, érotiques...) ne sont pas dans cet index que je croyais exhaustif et que certains prévus pourraient très bien ne pas avoir été présentés (ceux avec un astérisque).

Canalblog Cinema Retro 1984 12

"INDEX

L'index qui suit comporte les titres des films qui seront présentés dans le cycle « Le cinéma japonais - de ses origines à nos jours ». Les films sont classés par ordre alphabétique de réalisateurs, puis en ordre chronologique de réalisation.

Dans la colonne de droite, le chiffre 1 signifie que le film sera présenté en 1ère partie, 2 en 2e partie, etc.
Les films accompagnés d'un astérisque sont sous réserve, au moment où nous mettons ce texte sous presse.

Pour un certain nombre de réalisateurs, tels que Kurosawa, Mizoguchi, Gosho, Itarni, Shimizu, Yamanaka, Oshima, Imamura, Hanî, Teshigahara, Terayama, etc., cet index constitue une filmographie sélective ou bien une filmographie (presque) complète, du moins en ce qui concerne les copies existantes de nos jours.

Par contre, ne figurent pas ici les dessins animés, les films expérimentaux, les courts métrages, beaucoup de films fantastiques, érotiques et documentaires. Des recherches et des études pour la programmation de la 2e et de la 3e partie étant toujours en cours, les organisateurs se réservent le droit de modifier la liste et souhaitent pouvoir compléter pour le mieux le programme qui sera présenté dans les mois à venir."


La liste de tous les films : 14 colonnes sur 7 pages!

Canalblog Cinema Retro 1984 13

Canalblog Cinema Retro 1984 14

Canalblog Cinema Retro 1984 15

Canalblog Cinema Retro 1984 16

Canalblog Cinema Retro 1984 17

Canalblog Cinema Retro 1984 18

Canalblog Cinema Retro 1984 19


Voici la version obtenue avec un OCR (logiciel de reconnaissance optique de caractères).

REALISATEURS INCONNUS
1908     Taiko-ki jyudanme (Chronique de Taiko, 10e tableau) - 1
1916     Sendaihagi (Hagi, fleurs de Bushido) - 1

DIVERS
Vers 1936     Okochi kengeki -shu (Extraits des films d'arts martiaux de l'acteur Okochi - 1 
Vers 1957     Nippon eiga-shi (L'Histoire du cinéma japonais) - 1

ABE Yutaka (1895 - 1977)
1938     Taiyo no ko (Les Enfants du soleil) - 1
1950     Sasameyuki (Les Quatre sœurs) - 2

FUJITA Toshiya (1932 - 1978)
1978     Kaerazaru kawa (La Rivière sans retour) - 3

FUKASAKU Kinji (1930 - )
1961     Hakuchu no buraikan (Les Gangsters en plein jour) - 1
1963     Gang doniei (Les Gangsters associés) - 2
1968     Kuro tokage (Le Lézard noir) - 2
1972     Gunki hatameku motoni (Sous les drapeaux du soleil levant) - 3
1975     Jingi no hakaba (Le Cimetière de la morale) - 3
1978     Yagyu ichi-zoku no inbo (Les Samouraïs du Shogun/Le Complot du clan Yagyu) - 3
1980     Fukkatsu no ni (Virus) - 3
1982     Kamata koshinkyoku (La Marche de Kamata) - 3

FURUHATA Yasuo (1934 - )
1981     Eki (La Station) - 3

GOSHA Hideo (1929 - )
1969     Hito kiri * - 2
1982     Kiryuin Hanako no shogai (Onimasa) - 3

GOSHO Heinosuke (1902-1981)
1931     Madamu to nyobo (Mon amie et mon épouse) - 1
1933     Aibu (L'Amour) - 1
            Hanayome no negoto (La Mariée parle dans son sommeil) - 1
            Izu no odoriko (Les Danseuses d'Izu) - 2
1935     Hanamuko no negoto (Le Marié parle dans son sommeil) - 1
            Jinsei no onimotsu (Le Fardeau de la vie) - 1
1936     Oboroyo no onna (La Femme de la brume) - 1 
1947     Ima hitotabino (Encore une fois) - 1
1953     Entotsu no mieru basho (Là où on voit les quatre cheminées) - 1
1954     Osaka no yado (Une auberge à Osaka) - 1
1955     Take kurabe (Croissance) - 2
1957     Banka* - 2
            Kiiroi karasu (Le Corbeau jaune) - 2
1958     Hotarubi (Les Lucioles) - 2
            Ari no machi no Maria (Maria, du quartier des fourmis) - 2
1966     Kaachan to juichi-nin no kodomo (Maman et ses onze enfants) - 2
1967     Utage (Le Banquet) - 1

HANI Susumu (1928- )
            Un programme de courts-métrages documentaires - 2
1960     Furyo shonen (Les Mauvais garçons) - 1
1963     Kanojo to kare (Elle et lui) - 1
1965     Bwana toshi no uta (Bwana toshi) - 2
1966     Andes no hanayome (La Fiancée des Andes) - 2
1968     Hatsukoi jigoku-hen (Premier amour version infernale) - 2
1971     Yosei no uta (Mio) - 3
1972     Gozenchu no jikanwari (L'Horaire de la matinée) - 3
1982     Yogen (Prophétie) - 2
1983     Rekishi (L'Histoire) - 2

HARA Kazuo (1945-
1974     Kyokushiteki eros koiuta 1974 (Mon Eros très privé) - 3

HASEGAWA Kazuhiko (1946- )
1976     Seishun no satsujinsha (Le Meurtrier de la jeunesse) - 3
1979     Taiyo o nusunda otoko (L'Homme qui a volé le soleil) - 3

HIDARI Sachiko (1930- )
1977     Toi ippon no michi (Le Chemin lointain) - 3

HIGASHI Yoichi (1934- )
1971     Yasashii nihonjin (Japonais gentil) - 3
1978     Third (Ville de septembre) - 3
1979     Mou hoozue wa tsukanai (Plus jamais de vie facile) - 3

HONDA Ishiro (1911- )
1958     Bijo to ekitai ningen (H-man) - 2
1967     King Kong no gyakushu (King Kong s'échappe) - 2

HORIKAWA Hiromichi (1916- )
1957     Onna goroshi abura jigoku (Le Fils prodigue) - 2
1960     Kuroi gashu (Le Carnet noir) - 2

ICHIKAWA Kon (1915- )
1953     Pusan (Monsieur Poo) - 1
1954     Okuman choja (Le Milliardaire) - 2
1955     Kokoro (Le Cœur) - 2
1956     Burma no tategoto (La Harpe de Birmanie) - 1
            Shokei no heya (Chambre de punition) - 2
1957     Man'in densha (Le Train bondé) - 1
1958     Tohoku no jinmu-tachi (Les Hommes du Nord) - 2
            Enjo (Le Brasier) - 2
1959     Kagi (L'Etrange obsession) - 2
            Nobi (Feux dans la plaine) - 2
1960     Bonchi (Le Fils à papa) - 2
            Ototo (Mon frère cadet) - 1
1961     Hakai (Serment rompu) - 2
            Kuroi junin no onna (Dix femmes en noir) - 2
1962     Watashi wa nisai (J'ai deux ans) - 2
1963     Yukinojo henge (La Revanche d'un acteur) - 2
1965     Tokyo Olympic (Tokyo Olympiades) - 2
1968     Seishun (La Jeunesse) - 2
1973     Matatabi (Errances) - 3
1983     Sasameyuki (Les Quatre sœurs) - 3

IEKI Miyoji (1911-1976)
1957     Ibo kyodai (Les Demi-frères) - 1
1964     Robo no ishi (Des pierres sur le chemin) - 1

IKEDA Tomiyasu (1892-1968)
1927     Sonno joi (Respect à l'Empereur) - 1

IEKHIRO Kazuo (1929- )
1966     Gan (L'Oie sauvage)* - 2

IMAI Tadashi (1912- )
1951     Dokkoi ikiteru (Nous sommes vivants) - 1
1953     Nigorie * - 2
1956     Mahiru no ankoku (Ombres en plein jour) - 1
1958     Kiku to Isamu (Kiku et Isamu) - 1
            Yoru no tsuzumi (Les Tambours de la nuit) - 2
1963     Bushido zankoku monogatari (Contes cruels de Bushido)* - 2
1967     Sato-gashi ga kowareru toki (Quand le gâteau de sucre s'effondre) - 2
1971     En toiu onna (Une femme nommée En) - 3
1972     Aa, koe naki tomo (Et tous ces camarades sans voix) - 3
1974     Kobayashi Takiji (Takiji Kobayashi) * - 3
1976     Ani inioto (Frère aîné, sœur cadette / Ino et Mon) - 3

IMAMURA Shohei (1926- )
1959     Nian-chan (Mon grand frère) - 1
1961     Buta to gunkan (Cochons et cuirassés) - 1
1963     Nippon konchu-ki (La Femme insecte) - 2
1964     Akai satsui (Désir meurtrier) - 1
1966     Jinrui-gaku nyumon (Le Pornographe) - 2
1967     Ningen johatsu (L'Evaporation de l'homme) - 2
1968     Kamigami no fukaki yokubo (Profonds désirs des dieux) - 1
1970     Nippon sengo-shi madame omboro no seikatsu (L'Histoire du Japon d'après-guerre racontée par une hôtesse de bar) - 3
1971     Mikikanhei o otte (En suivant ces soldats qui ne sont pas revenus) - 3
1973     Karayuki-san (Des dames qui vont au loin) - 3
            Muhomatsu kokyo e kaeru (Le Retour de Muhomatsu) - 3
1979     Fukushu suru wa ware ni ari (La Vengeance est à moi) - 3
1981     Ei ja naika (Eijanaika) - 3
1983     Narayama-bushi ko (La Ballade de Narayama) - 3


INAGAKI Hiroshi (1905-1980)
1928     Horo-zanmai (Le Joueur-vagabond) - 1
1941     Edo saigo no hi (Les Derniers jours d'Edo) - 1
1943     Muhomatsu no issho (Le Pousse-pousse) - 2
1958     Muhomatsu ni issho (Le Pousse-pousse)* - 2
1962     Chushingura (Quarante-sept ronins) - 2
            Doburoku no Tatsu (Tatsu)* - 2
1969     Furin kazan (Tempête sur un volcan) - 2

INOUE Umetsugu (1923- )
1963     Dai-san no Kagemusha (Le Troisième Kagemusha)* - 2

ISHIDA Tamizo (1901-1972)
1938     Hana Chirinu (Les Fleurs tombées) - 1

ISHI Teruo (1924- )
1962     Koi to taiyo to gang (L'Amour, le soleil et les gangsters) - 2
1968     Tokugawa onna keibatsu-shi (Des femmes criminelles) - 2
1969     Tokugawa irezumi-shi/seme jigoku (Chronique judiciaire : l'enfer des tortures) - 2

ITAMI Mansaku (1900-1946)
1936     Akanishi Kakita (Kakita Akanishi) - 1

ITO Daisuke (1898-1981)
1948     Osho (Le Maître d'échecs) - 1
1954     Shunkin Monogatari (L'Histoire de Shunkin/Okoto et Sasuke)* - 2
1961     Hangyaku-ji (Le Conspirateur) - 2

ITO Shunya (1937- )
1982     Yukai hodo (Enlèvement et reporters) - 3

JISSOJI Akio (1937- )
1970     Mujo (Ephémère est la vie) - 2
1974     Asaki yume mishi (La Vie d'une courtisane)* - 3
1977     Utamaro* - 3

KANAI Katsu (1936- )
1973     Okoku (Le Royaume)* - 3

KATO Tai (1916- )
1973     Nihon kyoka-den* - 3

KAWASHIMA Yuzo (1918-1963)
1957     Bakumatsu taiyo-den (Chronique du soleil à la fin de l'ère Edo) - 1
1961     Kaei (L'Ombre d'une fleur) - 2
            Onna wa nido umareru (La Femme naît deux fois) - 2
1962     Shitoyakana kemono (La Bête élégante) - 2
            Gan no tera (Le Temple des oies sauvages) - 2

KIMURA Sotoji (1903- )
1936     Ani imoto (Frère aîné, sœur cadette) - 1
1939     Yosuko Kantai (La Flotte navale sur le Yang-Tse) - 2

KINOSHITA Keisuke (1912- )
1943     Hanasaku minâto (Le Port en fleurs) - 1
1944     Rikugun (L'Armée) - 1
1946     Osone-ke no asa (Le Matin de la famille Osone) - 1
1951     Carmen kokyo ni kaeru (Carmen revient au pays natal) - 1
1953     Nihon no higeki (La Tragédie du Japon) - 1
1954     Nijushi no hitomi (Vingt-quatre prunelles) - 1
1955     Nogiku no gotoki kimi nariki (Comme une fleur des champs) - 2
1957     Yorokobi mo kanashimi mo ikutoshitsuki (Chronique d'un couple avec joie et tristesse) - 2
1958     Narayama bushiko (La Ballade de Narayama) - 2
1959     Kazabana (Rafale de neige) - 1
1960     Fuefukigawa (La Rivière Fuefuki) - 2
1967     Natsukashiki fue ya taiko (Flûtes et tambours) - 2
1979     Shodo satsujin - musuko yo (Meurtres en série/mon enfant, mon enfant) - 3

KINOSHITA Ryo (1931- )
1965     Nikutai no gakko (L'Ecole du sexe) - 2

KINUGASA Teinosuke (1896-1982)
1926     Kurutta ichppeiji (Une page folle) - 1
1928     Jujiro (Le Carrefour) - 1
1935     Yukinojo henge (La Revanche d'un acteur) - 2
1946     Aru yo no tonosama (Seigneur d'une nuit) - 1
1947     Joyu (L'Actrice) - 2
1952     Daibutsu kaigen (La Légende du Grand Bouddha) - 1
1953     Jigoku-mon (Les Portes de l'enfer) - 1
1955     Kawa no aru shitamachi no hanashi (Les Bas-quartiers près de la rivière) - 2
            Yushima no shiraume (Prunier en fleurs) - 2
1957     Naruto hicho (Carnets secrets du détroit de Naruto) - 2
            Ukifune (Ukifune / Le Roman de Genji)* - 2
1958     Shirasagi (Le Héron blanc) - 2
            Osaka no onna (Une femme d'Osaka)* - 2
1959     Joen (Flamme de la passion) - 2
            Kagero ezu* - 2
1960     Uta andon (Les Lanternes) - 1
1961     Midaregami* - 2
            Okoto to Sasuke (Okoto et Sasuke) - 2

KOBAYASHI Masaki (1916- )
1959- 1961     Ningen no joken (La Condition de l'homme) en trois parties - 2
1962     Karamiai (L'Héritage) - 2
            Seppuku (Harakiri) - 1
1964     Kaidan (Kwaidan) - 1
1967     Joi-uchi (Rébellion) - 1
1968     Nippon no seishun (Pavane pour un homme épuisé) - 2
1971     Inochi bo ni furou (L'Auberge du mal) - 3
1975     Kaseki - 3
1983     Tokyo saiban (Le Tribunal de Tokyo)* - 3

KOISHI Eiichi (1904-1982)
1928     Kaito Shamimaro (Shamimaro, voleur-fantôme) — première partie de Nippon - 1

KUDO Eiichi (1929- )
1963     Jusan-nin no shikyaku (Treize assassins) - 1
1982     Yaju deka (Le Flic bestial) - 3

KUMAGAI Hisatora (1904- )
1938     Abe ichizoku (Le Clan Abe) - 1

KUMAI Kei (1930- )
1965     Nihon retto (Archipels du Japon) - 1
1970     Chi no mure (Troupeaux sur la terre) - 3
1972     Shinobu kawa (La Rivière Shinobu) - 3
1974     Sandakan hachiban shokan (Sandakan - maison n° 8)* - 3
1976     Ogin-sama (Mademoiselle Ogin) - 3

KUMASHIRO Tatsumi (1927- )
1974     Akasen tamanoi nukeraremasu (Rue de la joie) - 3
1983     Modorigawa (Appassionata) - 3

KURAHARA Koreyoshi (1927- )
1964     Shuen (Flammes de dévotion) - 1
1966     Ai to shi no kiroku (Cœur de Hiroshima) - 2
1967     Ai no kawaki (Soif d'amour) - 2

KUROKI Kazuo (1930- )
1966     Tobenai chinmoku (Le Silence n'a pas d'ailes)* - 2
1969     Cuba no koibito (Mon amour de Cuba) - 2
1970     Nihon no Akuryo (L'Esprit malin du Japon) - 3
1974     Ryoma ansatsu (L'Assassinat de Ryoma) - 3
1975     Matsuri no junbi (En attendant la fête) - 3
1978     Genshiryoku senso (La Guerre atomique/ L'Amour perdu) - 3

KUROSAWA Akira (1910- )
1943     Sugata Sanshiro (La Légende du grand judo) - 1
1944     Ichiban utsukushiko (Le Plus beau) - 2
1945     Zoku sugata Sanshiro (La Légende du grand judo II) - 2
            Tora no o o fumu otokotachi (Les Hommes qui marchent sur la queue du tigre) - 1
1946     Waga seishun ni kui nashi (Rien à regretter de ma jeunesse) - 1
1947     Subarashiki nichiyobi (Un merveilleux dimanche) - 2
1948     Yoidore Tenshi (L'Ange ivre) - 1
1949     Shizukanaru ketto (Le Duel silencieux) - 2
            Norainu (Chien enragé) - 2
1950     Shubun (Scandale) - 1
            Rashomon - 1
1951     Hakuchi (L'Idiot) - 2
1952     Ikiru (Vivre) - 1
1954     Shichi-nin no samurai (Les Sept samouraïs) - 1
1955     Ikimono no kiroku (Vivre dans la peur) - 2
1957     Kumonosu-jo (Le Château de l'araignée) - 2
            Donzoko (Les Bas-Fonds) - 2
1958     Kakushitoride no san akunin (La Forteresse cachée) - 1
1960     Warui yatsu hodo yoku nemuru (Les Salauds se portent bien) - 2
1961     Yojimbo (Yojimbo) - 1
1962     Tsubaki Sanjuro (Sanjuro) - 2
1963     Tengoku to jigoku (Entre le ciel et l'enfer) - 2
1965     Akahige (Barberousse) - 1
1970     Dodeskaden (Dodescaden) - 3
1975     Derusu Uzara (Dersou Ouzala) - 3
1980     Kagemusha - 3

MAEDA Yoichi (1934- )
1980     Kamisama no kureta akanbo (Le Bébé que le dieu m'a donné) - 3

MAKINO Masahiro (1908- )
1953     Tange Sazen (Sazen Tange) - 1

MAKINO Shozo (1878-1929)
1921     Goketsu Jiraiya (Jiraiya, héros sacré) - 1
1928     Jitsuroku chushingura (Les Quarante-sept ronins) - 1

MASUMURA Yasuzo (1924- )
1957     Danryu (Le Courant chaud) - 1
1958     Kyojin to gangu (Le Géant et le jouet) - 1
1960     Ashi ni sawatta onna (La Femme qui a touché mon pied) - 2
            Karakkaze yaro - 2
1961     Koshoku ichidai otoko* - 2
            Tsuma wa kokuhakusuru (Une épouse se confesse) - 2
1962     Onna no issho (Une vie de femme)* - 2
1964     Kuro no chotokkyu (Superexpress noir) - 2
1966     Akai tenshi (L'Ange rouge) - 2
1967     Chijin no ai (La Chatte japonaise) - 2
            Hanaoka Seishu no tsuma (L'Epouse de Seishu Hanaoka) - 2
1968     Tsumiki no hako (La Boîte de cubes)* - 2
1969     Jotai (Corps féminins) - 2
            Senba zuru (Nuée d'oiseaux blancs) - 2
            Moju (La Bête aveugle) - 2
1976     Daichi no komori uta (La Berceuse de la terre)* - 3
1978     Sonezaki shinju (Double suicide à Sonezaki) - 3

MATSUMOTO Toshio (1932- )
1967     Haha tachi (Les Mères) - 2
1969     Bara no soretsu (Les Funérailles en rosé) - 1
1971     Shura (Pandemonium) - 2
-           Un programme de courts métrages - 3

MATSUYAMA Zenzo (1925- )
1961     Na mo naku mazushiku utsukushiku (Le Bonheur est en nous) - 1
1964     Ware hitotsubu no mugi naredo (Peut-on vivre ainsi ?) - 2
1967     Chichi to ko (Le Père et le fils) - 2
1981     Noriko wa, ima (Noriko, vous connaissez ?) - 3

MISUMI Kenji (1921-1975)
1959     Yotsuya kaidan (Contes fantastiques de Yotsuya) - 2
1960     Shirakoya Komako (Komako de la maison Shirako)* - 2
            Senhime goten (Le Palais de la princesse Sen)* - 2
1961     Shaka(Bouddha) - 1
1962     Onna keizu (La Lignée d'une femme) - 2
            Zatoichi monogatari (L'Histoire de Zatoichi - samouraï aveugle) - 1
1963     Jokei kazoku (Le Troisième mur)* - 2
1964     Nemuri Kyoshiro shobu (Le Combat de Kyoshiro Nemuri) - 2
1965     Muhomatsu no issho (Le Pousse-pousse) - 2
1967     Yuki no mosho (Le Brassard noir de la neige)* - 2
            Zatoichi chikemuri kaido (Zatoichi - sur la route de fumée et de sang) - 2
1968     Zatoichi kenka daiko (Zatoichi - les tambours du combat) - 2

MIYAGI Mariko (1929- )
1974     Nemu no ki no uta (La Ballade de l'arbre de soie) - 3
1977     Nemu no ki no uta ga kikoeru (Mariko - Maman) - 3

MIZOGUCHI Kenji (1898-1956)
1929     Tokyo koshin-kyoku (La Marche de Tokyo) - 1
1933     Taki no shiraito (Le Fil blanc de la cascade) - 1
1964     Orizuru osen (Osen aux cigognes) - 2
            Maria no Oyuki (Oyuki, la vierge) - 2
            Gubijinso (Le Coquelicot) - 1
1965     Nanivva élégie (L'Elégie d'Osaka) - 1
            Gion no shimai (Les Sœurs de Gion) - 1
1939     Zangiku monogatari (Le Conte des chrysanthèmes tardifs) - 1
1954     Genroku chushingura I (Les Quarante-sept ronins) - 2
1955     Genroku chushingura II (Les Quarante-sept ronins) - 2
1965     Miyamoto Musashi (Musashi Miyamoto) - 2
1966     Meito Bijomaru (L'Epée Bijomaru) - 1
1967     Josei no shori (La Victoire des femmes) - 1
1968     Utamaro o meguru gonin no onna (Cinq femmes autour d'Utamaro) - 1
            Joyu Sumako no koi (L'Amour de l'actrice Sumako) - 2
1969     Yoru no onna-tachi (Les Femmes de la nuit) - 1
1970     Waga koi wa moenu (Flamme de mon amour) - 1
1971     Yuki fujin ezu (Le Destin de Madame Yuki) - 1
1972     Oyu-sama (Miss Oyu) - 2
            Musashino fujin (La Dame de Musashino) - 2
1973     Saikaku ichidai onna (La Vie d'Oharu, femme galante) - 1
1974     Ugetsu monogatari (Les Contes de la lune vague après la pluie) - 1
            Gion bayashi (La Fête à Gion / Les Musiciens de Gion) - 2
1962     Sansho Dayu (L'Intendant Sansho) - 2
            Uwasa no onna (La femme dont on parle) - 1
            Chikamatsu monogatari (Les Amants crucifiés) - 2
1963     Yokihi (L'Impératrice Yang Kwei Fei) - 1
            Shin heike monogatari (Le Héros sacrilège) - 2
1964     Akasen chitai (La Rue de la Honte) - 1

MIZUHO Shunkai (1911- )
1963     Hana no Kodokan (Kodokan, salle de judo en fleurs)* - 2

MORI Kazuo (1911- )
1955     Tojuro no koi (L'Amour de Tojuro)* - 2
1957     Shujaku-mon (La Porte Shujaku)* - 2
1959     Hakuo-ki* - 2
            Jirocho Fuji* - 2
            Wakaki hi no Nobunaga (Nobunaga dans sa jeunesse)* - 2
1960     Zoku : Jirocho Fuji* - 2
1961     Shin Genji monogatari (Le Nouveau roman de Genji)* - 2
1969     Kanto onna akumyo* - 2
            Oiwa no borei (Contes fantastiques de Yotsuya : le fantôme d'Oiwa)* - 2
1971     Wakaki ni no kodokan (Kodokan - salle de judo de ma jeunesse)* - 3

MORI Kola (1938- )
1967     Kawa ano uragiri ga omoku (Rivière, poème de la colère) - 2

MORITANI Shiro (1931- )
1969     Dankon (La Plaie de la balle) - 1
1973     Nippon chinbotsu (La Submersion du Japon) - 3
1977     Hakkoda-san* - 3

MURATA Minoru (1894-1937)
1921     Rojo no reikon (Ames sur la route) - 1

NAKAGAWA Nobuo (1905- )
1958     Borei kaibyo yashiki (Le Chat fantôme) - 2
1982     Ikiteiru Koheiji (Koheiji, bien vivant) - 3

NAKAHIRA Ko (1926-1978)
1956     Kurutta kajitsu (Passions juvéniles) - 1
1971     Yami no naka no chimimoryo (Chimimoryo) - 2

NAKAMURA Noboru (1913-1981)
1963     Koto (Kyoto, ancienne capitale) - 2
1966     Ki no kawa (La Rivière Kii) - 2
1967     Chieko-sho (Portrait de Chieko) - 2

NARUSE Mikio (1905-1969)
1931     Koshiben Ganbare (Bon courage, larbin !) - 1
1933     Kimi to wakarete (Après notre séparation) - 1
            Yogoto no yume (Rêves de chaque nuit) - 1
1934     Kagirinaki hodo (La Rue sans fin) - 1
1935     Otome gokoro sannin shimai (Trois sœurs au cœur pur) - 1
            Tsuma yo bara no yoni (Ma femme, sois comme une rose !) - 1
1938     Tsuruhachi Tsurujiro (Tsuruhachi et Tsurujiro) - 1
1939     Hataraku ikka (Toute la famille travaille) - 1
1941     Hitleko no shashosan (Hideko, receveuse d'autobus) - 2
1951     Meshi (Le Repas) - 1
1952     Okasan (La Mère) - 1
            Inazuma (L'Eclair) - 1
1953     Ani imoto (Frère aîné, sœur cadette) - 1
            Tsuma (Ma femme) - 2
            Fufu (Un couple) - 2
1954     Yama no oto (Le Grondement de la montagne) - 1
            Bangiku (Les Derniers chrysanthèmes) - 1
1955     Ukigunio (Nuages flottants) - 2
1956     Nagareru (Au gré du courant) - 1
1958     Iwashi gumo (Nuages d'été) - 1
1959     Kotan no kuchibue (Le Sifflet de Kotan) - 2
1960     Onna ga kaidan o agaru toki (Quand une femme monte l'escalier) - 1
1962     Horoki (Chronique de mon vagabondage) - 1
1964     Midareru (Tourments) - 1
1966     Onna no naka ni iru tanin (L'étranger à l'intérieur d'une femme) - 2
            Hikinige (Délit de fuite) - 2
1967     Midare gumo (Nuages épars) - 2

NARUSHIMA Toichiro (1925- )
1973     Seigen-ki (Le Temps et la mémoire) - 3

NEGISHI Kichitaro (1950- )
1981     Enrai (Tonnerre lointain) - 3

NISHIKAWA Katsumi (1918- )
1977     Kiri no hâta (L'Etendard des brumes) - 3

NOMURA Hiromasa (1905-1979)
1956     Gion no shimai (Les Sœurs de Gion)* - 2

NOMURA Yoshitaro (1919- )
1957     Harikomi (Le Guet-apens)* - 2
1961     Zéro no shoten (Le Foyer zéro)* - 2
1970     Kage no kurunia (L'Ombre d'une roue) - 3
1974     Suna no utsuwa (Le Vaisseau de sable) - 3

OBA Hidéo (1910- )
1950     Kikyo (Retour au pays) - 1
1961     Onna mai (La Danse d'une femme)* - 2

OBAYASHI Nobuhiko (1938- )
1982     Tenkosei (Adieu à moi) - 3

OGAWA Shinsuke (1935- )
1975     Dokkoi ningen-bushi (Ballade de la bête humaine) - collectif - 3

OGUCHI Tadashi (1883-?)
1917     Futari Shizuka (Les Deux Shizuka) - 1

OGURI Kohei (1946- )
1981     Doro no kawa (La Rivière de boue) - 3

OKAMATO Kihachi (1924- )
1963     Eburiman-shi no yugana seikatsu (La Vie élégante de M. Everyman) - 1
1967     Nihon no ichiban naigai ni (Le Jour le plus long au Japon)* - 2
1968     Kiru (Kill) - 2
            Nikudan (La Torpille humaine) - 2
1981     Chikagoro nazeka charleston (Pourquoi charleston maintenant ?) - 3

OMORI Kazuki (1952- )
1978     Orange road kyuko (Orange road express) - 3
1980     Hippocrates-tachi (Hippocrates) - 3

OSHIMA Nagisa (1932- )
1959     Ai to kibo no machi (Le Quartier de l'amour et de l'espoir) - 1
1960     Seishun zankoku monogatari (Contes cruels de la jeunesse) - 2
            Taiyo no hakaba (La Tombe du soleil) - 2
            Nihon no yoru to kiri (Nuit et brouillard au Japon) - 1
1961     Shiiku (Une bête à nourrir) - 1
1962     Amakusa Shiro tokisada (Histoire de Shiro Amakusa, le révolté) - 2
1965     Etsuraku (Les Plaisirs de la chair) - 2
            Yunbogi no nikki (Le Journal de Yunbogi)
1966     Hakuchu no torima (L'Obsédé en plein jour) - 1
1967     Ninja bugeicho (Ninja) - 2
1968     Koshikei (La Pendaison) - 1
            Kaettekita yopparai (Le Retour des trois saoûlards) - 2
1969     Shinjuku dorobo nikki (Journal d'un voleur de Shinjuku) - 1
1970     Shonen (Le Petit garçon) - 3
            Tokyo senso sengo hiwa (II est mort après la guerre) - 3
1971     Gishiki (La Cérémonie) - 3
1972     Natsu no imoto (Une petite sœur pour l'été) - 3
1976     Ai no corrida (L'Empire des sens) - 3
1978     Ai no borei (L'Empire de la passion) - 3
1983     Senjo no Merry Christmas (Merry Christmas M. Lawrence/Furyo) - 3

OZU Yasujiro (1903-1963)
1929     Wakaki hi (Jours de jeunesse) - 1
1930     Hogarakani ayume (Marchez joyeusement) - 2
            Rakudai wa shitakeredo (J'ai été recalé, mais...) - 1
            Sono yo no tsuma (L'Epouse de la nuit) - 1
1931     Shukujo to hige (La Dame et les barbes) - 2
            Tokyo no gassho (Le Chœur de Tokyo) - 1
1932     Umaretewa mitakeredo (Et pourtant nous sommes nés/ Gosses de Tokyo) - 1
            Seishun no yume ima izuko (Où sont les rêves de jeunesse ?) - 2
1933     Hijosen no onna (Femmes au combat) - 2
            Dekigokoro (Cœur capricieux) - 2
            Tokyo no onna (Femme de Tokyo) - 2
1934     Ukikusa monogatari (Histoire d'un acteur ambulant) - 2
            Haha o kowazuya (Une mère devrait être aimée) - 2
1935     Tokyo no yado (Une auberge à Tokyo) - 1
1936     Hitori musuko (Le Fils unique) - 1
1937     Shukujo wa nani o wasuretaka (Qu'est-ce que la dame a oublié ?) - 2
1941     Toda-ke no kyodai (Les Frères et sœurs Toda) - 2
1942     Chichi ariki (II était un père) - 1
1947     Nagaya shinshi-roku (Récit d'un propriétaire/ Le Who's who des requins) - 1
1948     Kaze no naka no mendori (Une poule dans le vent) - 1
1949     Banshun (Printemps tardif) - 1
1950     Munakata shimai (Les Sœurs Munakata) - 2
1951     Bakushu (Début d'été) - 2
1952     Ochazuke no aji (Le Goût du riz au thé vert) - 1
1953     Tokyo monogatari (Voyage à Tokyo/Conte de Tokyo) - 1
1956     Soshun (Printemps précoce) - 1
1957     Tokyo boshoku (Crépuscule à Tokyo) - 1
1958     Higanbana (Fleur d'équinoxe) - 2
1959     Ukikusa (Herbes flottantes) - 2
            Ohayo (Bonjour !) - 1
1960     Akibiyori (Fin d'automne) - 2
1961     Kohayagawa-ke no aki (L'Automne de la famille Kohayagawa/Dernier caprice) - 1
1962     Sanma no aji (Le Goût du saké) - 1

SAITO Koichi (1929- )
1967     Sasayaki no Jo (Jo qui chuchote) - 1
1972     Yakusoku (Le Rendez-Vous) - 3
            Tabi no omosa (Voyage solitaire) - 3
1973     Tshugaru jongara-bushi (Jongara) - 3
1975     Saikai (Une nouvelle rencontre) - 3

SEKIGAWA Hideo (1908-1977)
1953     Hiroshima (Hiroshima) - 2
1965     Himo (Le Mac) - 2

SATO Junya (1932- )
1975     Shinkan-sen daibakuha (Superexpress 109) - 3
1982     Mikan no taikyoku (Les Maîtres de Go) - 3

SAWAI Shinichiro (1938- )
1981     Nogiku no haka (Le Chrysanthème sauvage) - 3

SHIBUYA Minoru (1907- )
1952     Honjitsu kyushin (Aujourd'hui, pas de consultation) - 1
1957     Kichigai buraku (Le Quartier des fous) - 2
1965     Daikon to ninjin (Radis et carottes) - 2

SHIMA Koji (1901- )
1954     Konjiki yasha (Le Démon de l'or)* - 2
1956     Shin Heike monogatari - Shizuka to Yoshitsune (L'Histoire de Heike - Shizuka et Yoshitsune)* - 2
            Zangiku monogatari (Contes des chrysanthèmes tardifs)* 2

SHIMAZU Yasujiro (1897-1945)
1934     Tonari no Yae-chan (Ma petite voisine, Yae) - 1
1935     O-Koto to Sasuke (Okoto et Sasuke) - 1
1939     Ani to sono imoto (Le Frère aîné et sa sœur cadette) - 1

SHIMIZU Hiroshi (1903-1966)
1936     Arigatosan (Monsieur merci) - 2
1937     Kaze no naka no kodomo (Les Enfants dans le vent) - 1
            Hanagata senshu (L'Athlète vedette) - 2
1939     Kodomo no shiki (Les Quatre saisons des enfants) - 1
1948     Hachi no su no kodomotachi (Les Enfants du nid d'abeilles) - 1
1957     Odoriko (Une danseuse)* - 2

SHINDO Kaneto (1912- )
1952     Genbaku no ko (Les Enfants d'Hiroshima) - 2
1958     Kanashimi wa onna dakeni (La Tristesse est aux femmes) - 1
1960     Hadaka no shima (L'Ile nue) - 1
1964     Onibaba (Onibaba) - 2
1968     Yabu no naka no kuroneko (Kuroneko)* - 2
1972     Kokpro (Le Cœur) - 3
1975     Aru eiga kantoku no shogai/ Mizoguchi Kenji no kiroku (Kenji Mizoguchi, ou la vie d'un cinéaste) - 3
1977     Chikuzan hitori tabi (Chikuzan, baladin aveugle) - 3

SHINODA Masahiro (1931- )
1960     Kawaita mizuumi (Le Lac desséché) - 1
1961     Waga koi no tabiji (L'Itinéraire de mon amour) - 2
            Yuhi ni akai ore no kao (Mon visage embrasé au soleil couchant) - 2
1962     Namida o, shishi no tategami ni (Les Larmes sur la crinière du lion) - 2
1964     Kawaita hana (La Fleur pâle) - 2
            Ansatsu (L'Assassinat)* - 2
1965     Utsukushisa to kanashimi to (De la beauté et de la tristesse) - 2
1969     Shinju ten no Amijima (Double suicide à Amijima) - 1
1970     Chinmoku (Le Silence) - 3
1974     Himiko - 3
1977     Hanare goze Orin (Orin, la proscrite/ Les Chemins de la liberté) - 3

SOMAI Shinji (1948- )
1980     Tonda couple (Terrible couple) - 3

SUZUKI Seijun (1923- )
1963     Yaju no seishun (La Jeunesse sauvage) - 2
1965     Shunpu-den (Femme soldat)* - 2
1966     Kenka elegy (Elégie pour une querelle) - 1
1967     Koroshi no rakuin (Le Signe d'un tueur) - 2
1980     Zigeunerweisen - 3
1981     Kagero-za* - 3

TAHARA Soichiro (1934- )
1971     Arakajime ushinawareta koibitotachi yo (Mes amours perdues d'avance) - 3

TAKABAYASHI Yoichi (1931- )
1973     Gazi zoshi (L'Eau était si claire)* - 3
1975     Honjin satsujin jiken (Meurtre à huis clos) - 3
1976     Kinkakuji (Le Pavillon d'or)* - 3
1979     The woman - 3
1982     Sekka tomurai zashi (Irezumi, esprit de tatouage/ La Femme tatouée) - 3

TANAKA Kinuyo (1909-1977)
1955     Tsuki wa noborinu (La Lune s'est levée) - 2
1962     Ogin-sama (Mademoiselle Ogin) - 2

TANAKA Noboru (1937- )
1975     Jitsuroku Abe Sada (Chronique de l'affaire Sada Abe) - 3

TANAKA Shigeo (1907- )
1957     Nagasugita haru (Le Printemps trop long) - 2
1958     Akasen no hi wa kiezu (La lumière ne s'éteint pas aux quartiers de la joie)* - 2

TANAKA Tokuzo (1925- )
1968     Kaidan Yuki-joro (Contes fantastiques de la femme de neige)* - 2
1969     Kaibyo-den (Contes du chat fantôme)* - 2

TANIGUCHI Senkichi (1912- )
1947     Ginrei no hâte (Au-delà du col enneigé) - 1
1950     Akatsuki no dasso (L'Evasion à l'aube) - 2

TASAKA Tomotaka (1902-1974)
1928     Ai no niachi (La Ville de l'amour) - 1
1937     Gonin no sekkohei (Les Cinq Eclaireurs) - 1
1938     Robo no ishi (Des pierres sur le chemin) - 2
1939     Bakuon (Bruits d'avion) - 2
            Tsuchi to heitai (Terre et soldats)* - 2
1955     Jochukko (L'Enfant favori de la bonne) - 2
1963     Goban-cho yugiriro (Pavillon dans le brouillard du soir) - 2
1966     Umi no koto (Le Lac des larmes) - 2

TERAYAMA Shuji (1935-1983)
1970     Tomato kechap kotei (L'Empereur Tomatoketchup) - 3
1971     Sho o suteyo machi e deyo (Jetons les livres, sortons dans la rue) - 3
1974     Denen ni shisu (Cache-Cache pastoral) - 3
1977     Boxer (Le Boxeur) - 3
1981     Shanghai ijin shokan (Les Fruits de la passion) - 3
            —     Programmes de courts métrages

TESHIGAWARA Hiroshi (1927- )
1960     José Torres I (José Torres 1e partie) - 2
1962     Otoshiana (Le Traquenard) - 1
1964     Suna no onna (La Femme de sable) - 2
1965     José Torres II (José Torres 2e partie) - 2
1966     Tanin no kao (Visage d'un autre) - 2
1968     Moetsukita chizu (L'Homme sans carte/ Le Plan déchiqueté)* - 2
1972     Summer soldiers - 3

TOMIMOTO Sokichi (1927- )
1966     Nogiku no gotoki kimi nariki (Comme une fleur des champs)* - 2

TOYODA Shiro (1906-1977)
1953     Gan (L'Oie sauvage)* - 2
1955     Meoto zenzai (La Relation matrimoniale) - 1
1957     Yukiguni (Pays de neige)* - 2
1964     Amai ase (Sueur douce) - 1
1965     Yotsuya kaidan (Fantômes japonais/ Contes fantastiques de Yotsuya) - 2
1973     Kokotsu no hito (Les Années du crépuscule) - 3

TSUCHIMOTO Noriaki (1928- )
1969     Partisan zenshi (La Préhistoire des partisans) - 2
1971     Minamata - kanjasan no sekai (Minamata) - 2
1975     Shiranui-kai (La Mer de Minamata) - 2
1981     Minamata no zu (Iri et Toshi vont à Minamata) - 2

TSUJI Kichiro (1892-1945)
1929     Kutsukake Tokijiro (Tokijiro Kutsukake) - 1

TSUKIYAMA Kokichi (1885-1962)
1922     Shibukawa Bangoro (Bangoro Shibukawa) - 1

UCHIDA Tomu (1898-1970)
1939     Tsuchi (La Terre) - 1
1955     Chiyari Fuji (Le Fuji et la lance ensanglantée) - 1
            Tasogare sakaba (Le Bistrot du crépuscule) - 2
1960     Hana no yoshiwara hyakunin-giri (Tueries à Yoshiwara) - 1
1961     Miyamoto Musashi (Musashi Miyamoto) - 2
1964     Kiga kaikyo (Le Détroit de la faim) - 2
1971     Shinken shobu (Duel à mort) - 3

URAYAMA Kiriro (1930- )
1969     Watashi ga suteta onna (La Femme que j'ai abandonnée) - 1

USHIHARA Kiyohiko (1897- )
1929     Daitokai - Rodo-hen (Une grande ville/ Version des travailleurs) - la deuxième partie de Nippon —    1

WATANABE Kunio (1898-1981)
1958     Chushingura (Quarante-sept ronins)* - 2
1960     Futari no Musashi (Les Deux Musashi)* - 2

YAMADA Tatsuo (1922- )
1979     Jigoku no mushi (Les Insectes de l'enfer) - 3

YAMADA Yoji (1931- )
1963     Shitamachi no taiyo (Le Soleil du bas-quartier) - 1
1964     Baka marudashi (Bête comme tu es) - 2
1968     Fukeba tobuyona otoko daga (Léger comme un coup de vent) - 2
1969     Otoko wa tsurai yo (Tora-san, c'est dur d'être un homme) - 1
1970     Kazoku (Une famille - où vient tard le printemps) - 3
1972     Otoko wa tsurai yo - Shibamata bojo (Tora-san, la nostalgie de Shibamata) - 3
1973     Otoko wa tsurai yo - Torajiro wasurenagusa (Tora-san, une herbe d'amour)* - 3
1982     Otoko wa tsurai yo - Torajiro ajisai no koi (Torajiro, un amour d'hortensia) - 3

YAMAMOTO Kajiro (1902-1973)
1938     Tsuzurikata kyoshitsu (La Classe de composition) - 1
            Tojuro no koi (L'Amour de Tojuro) - 2
1941     Uma (Un cheval) - 1

YAMAMOTO Satsuo (1910-1983)
1954     Taiyo no nai machi (Le Quartier sans soleil) - 1
1955     Ukikusa nikki (Le Journal des acteurs ambulants) - 1
1959     Niguruma no uta (Le Chant du chariot) - 2
1965     Spy (L'Espion) - 2
1966     Shiroi kyoto (La Tour blanche) - 2
1975     Kinkanshoku (L'Eclipsé annuaire) - 3
1979     Aa Nomugi toge (Le Col Nomugi/ Vivre dans la joie) - 3

YAMAMURA Nobuki (1949- )
1978     Tokyo kuromu sabaku (Vivre en Tokyochrome) - 3

YAMAMURA So (1910-1983)
1953     Kanikosen (Les Bateaux de l'enfer) - 1

YAMANAKA Sadao (1909-1938)
1935     Hyakuman-ryo no tsubo (Un pot d'un million de ryo) - 1
1937     Ninjo kami fusen (Pauvres humains et ballons de papier) - 1

YAMANOUCHI Tetsuya (1934- )
1968     Gion matsuri (Fête de Gion) - 2

YAMAZAKI Toko (1903- )
1928     Fuunjo-shi (Le Château sous le vent et les nuages) - 1

YANAGIMACHI Mitsuo (1945- )
1976     Black empereur - 3
1979     Jukyu-sai no chizu (Le Plan de ses 19 ans) - 3
1982     Saraba itoshiki daichi (Adieu, ma grande terre) - 3

YOKOYAMA Hiroto (1948- )
1980     Jun - 3

YOSHIDA Yoshishige (1933- )
1962     Akitsu onsen (La Station thermale d'Akitsu) - 1
1963     Arashi o yobu juhachi-nin (18 jeunes gens à l'appel de la tempête) - 1
1964     Nihon dasshutsu (L'Evasion du Japon) - 2
1965     Mizu de kakareta monogatari (Histoire écrite de l'eau)* - 2
1967     Joen (Flammes de la passion) - 2
1969     Eros + Gyakusatsu (Eros + Massacre) - 1
1970     Rengoku eroika (Purgatoire héroïque) - 3
1971     Kokuhakuteki joyu ron (Aveux, théories, actrices) - 3
1973     Kaigenrei (Coup d'Etat) - 3

YOSHIMURA Kozaburo (1911- )
1947     Anjo-ke no butokai (Le Bal de la famille Anjo) - 1
1951     Genji monogatari (Le Roman de Genji) - 2
1952     Nishijin no shimai (Les Sœurs de Nishijin) - 2
1956     Yoru no kawa (Fleuve de la nuit) - 1
            Shiju-hassai no teiko (Le Démon de midi) - 2
1957     Osaka monogatari (Histoire d'Osaka) - 2
            Yoru no cho (Les Papillons de la nuit) - 2
1961     Konki (L'Age du mariage)* - 2
            Onna no kunsho (Médaille pour une femme) - 2
1963     Echizen take ningyo (La Poupée brisée) - 2
1974     Ranru no hâta (Debout ! les damnés de la terre)* - 3


Posté par David Yukio à 11:22 - Cinéma japonais - Permalien [#]

18 mars 2012

Trois livres sur les différences entre japonais et occidentaux



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".

Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais


Voici trois livres consacrés aux différences entre les japonais et les occidentaux; le plus ancien date d'il y a près de 500 ans!


CanalBlog Livres Differences03

CanalBlog Livres Differences04
"Européens et japonais, traité sur les contradictions et différences de moeurs" du R.P. Luis Frois chez Chandeigne. Publication en 1585, 96 pages.

La quatrième de couverture "En 1543, les Portugais sont les premiers Européens à découvrir le Japon, où ils nouent aussitôt des liens commerciaux. François Xavier y implante dès 1549 une mission jésuite. En 1597, commencent les premières persécutions. Le "siècle chrétien" s'achève tragiquement dans les années 1640-1650 : le pays se referme alors sur lui-même, et interdit son territoire à toute présence étrangère jusqu'en 1868. Le père jésuite Luís Fróis, qui résida plus de trente ans dans l'archipel nippon, fait en 1585 une description comparative des mœurs japonaises et européennes. Série d'instantanés qui décrivent les principaux aspects de la vie quotidienne, ce texte est aussi extraordinairement moderne, presque oulipien. Souvent très drôle, il développe un discours imprévu sur nous et les autres, tout au long de notations regroupées en chapitres sur les hommes, les femmes, les chevaux, les enfants, la religion, les armes, les maladies, la musique, les navires, etc."


C'est un livre assez sec, répertoriant à la façon d'entomologistes les différences entre les deux peuples. C'est intéressant, parfois étonnant mais beaucoup de remarques sont aujourd'hui dépassées ou incompréhensibles tellement notre monde a évolué depuis un demi millénaire. A lire cependant pour son intérêt historique et cela concerne aussi bien le Japon que l'Europe car ce livre nous dévoile aussi ce qu'étaient les us et coutumes européens de cette époque.

Voici quelques exemples :
 - en Europe, l'honneur et le bien suprême des jeunes femmes sont la pudeur et le cloître inviolé de leur pureté; les femmes du Japon ne font aucun cas de la pureté virginale, et la perdre ne les déshonore ni ne les empêche de se marier.
 - nous tenons pour folle ou éhontée une femme qui marcherait pieds nus; les japonaises, de haute ou basse condition, vont ainsi la plupart du temps.
 - en Europe les hommes vont devant et les femmes derrière; au Japon, les hommes vont derrière et les femmes devant.
 - chez nous, la trahison est rare et très blâmable; au Japon, c'est quelque chose de si courant qu'on ne s'en étonne presque jamais.
 - les gentilshommes en Europe dorment la nuit et se divertissent le jour; au Japon, les nobles dorment pendant la journée et la nuit font leurs fêtes et réjouissances.
 - nous considérons comme renégat et apostat celui qui renie sa croyance; au Japon, il n'est nullement infamant de changer de secte autant de fois qu'on le veut.

CanalBlog Livres Differences01

CanalBlog Livres Differences02
"Au Japon ceux qui s'aiment ne disent pas je t'aime" de Eléna Janvier chez Arléa. Publication en 2012, 126 pages.

La quatrième de couverture "Au Japon, ceux qui s'aiment ne disent pas " je t'aime ", mais "il y a de l'amour", comme on dirait qu'il neige ou qu'il fait jour. Tandis qu'en France c'est un franc plaisir de dire "non", c'est presque impossible au Japon. On préfère grimacer à la place : "muzukashii... (c'est difficile...)", qui veut dire exactement la même chose. Singulier aller-retour entre le Japon et la France, ce livre s'attache, sous forme d'abécédaire, à décrire avec légèreté les mille et une différences de nos civilisations. Des petits détails du quotidien à l'univers plus intime des sentiments, il donne une clé inattendue pour déchiffrer les mystères japonais et comprendre, non sans humour, nos façons de vivre et d'aimer."


Ce livre est plus agréable à lire que celui de Luis Frois, plus drôle, plus poétique aussi, beaucoup plus humain et chaleureux... on est ici dans le domaine des sentiments, de l'âme, de la vie quoi :-) Il est aussi bien plus proche de nous puisqu'il a été écrit en 2012!

Voici quelques exemples :
 - au Japon, le fin du fin n'est pas de soigner les apparences mais ce qui n'apparait pas. Un kimono sobre, voire insignifiant, doublé d'une soie rare.
 - s'embrasser sur les bancs publics ici est un délit (incitation à la débauche). En France, c'est juste une chanson.
 - tout est plus doux au Japon. Même les éponges à récurer.
 - au Japon, on se gargarise après s'être brossé les dents. On ne sait pas très bien si c'est par hygiène ou parce que c'est rigolo.
 - au Japon, il y a des réunions pour préparer des réunions.
 - dans une conversation japonaise, on acquiesce souvent, ça ne veut pas dire qu'on est d'accord, ça veut dire qu'on écoute.
 - dans les piscines japonaises, les vestiaires sont collectifs et les douches individuelles. En France, c'est le contraire.
 - on lit sans complexe des mangas érotiques dans les trains japonais.

CanalBlog Livres Differences05

CanalBlog Livres Differences06
La quatrième de couverture "Pour le Français amené à être en contact avec le Japon et les Japonais, la vie quotidienne japonaise est une source permanente de surprise, de mystère, voire de confusion. Comprendre et accepter le fonctionnement japonais consiste à entrer dans un monde dont les codes, les schémas de pensée, les habitudes, la gestion de l'espace ou les relations humaines sont radicalement différents des nôtres. Cette manière proprement japonaise de vivre, d'interagir ou de se positionner socialement est l'objet de la lecture comparée France/Japon menée par Jean-Luc Azra dans cet essai. L'auteur, qui vit au Japon depuis plus de quinze ans, met en évidence les structures profondes dissimulées derrière l'ordinaire et pointe du doigt les mécanismes à l'oeuvre dans la famille, l'entreprise, l'école, les croyances, les relations amoureuses, la communication, les problèmes de société, etc.

Les Japonais sont-ils différents? utilise une méthode d'étude hybride combinant témoignages, sociologie et anthropologie, convoquant tout autant les registres du vécu e du scientifique. Son écriture simple et son organisation en fiches s'adressent tant aux amateurs qu'aux spécialistes de la culture japonaise, aux étudiants ou aux enseignants. Il s'impose naturellement comme le livre à consulter avant de voyager ou de s'installer sur l'archipel, ainsi qu'à celles et ceux qui sont amenés à vivre ou travailler avec des Japonais."


Objet de beaucoup de phantasmes pour les amoureux de Japon et de questions sans nombre, la société japonaise est bien moins hermétique et incompréhensible si on vous expose les clefs qui structurent cette société. Par chance, il existe enfin un livre clair, synthétique et passionnant à lire sur ce sujet, c'est "Les japonais sont-ils différents - 62 clefs pour comprendre le Japon ordinaire" de Jean-Luc Azra chez Connaissances et savoirs, publié en 2011 avec 192 pages.

Ce livre se compose de 62 fiches, abordant aussi bien la société, l'école, la famille, les religions... avec des explications concises et, cerise sur le gâteau, des dessins résumant très bien les concepts exposés. Si vous ne devez en lire qu'un seul, c'est celui là!!!!!


La table des matières

CanalBlog Livres Differences07

CanalBlog Livres Differences08

CanalBlog Livres Differences09
Voici pour vous donner envie de lire cet excellent livre deux exemples : "La société verticale" qui est selon l'auteur le concept le plus fondamental pour appréhender la société japonaise et "Au-dessus et au-dessous", autre concept de base de ce pays.

CanalBlog Livres Differences10

CanalBlog Livres Differences11

CanalBlog Livres Differences12

CanalBlog Livres Differences13


 

Posté par David Yukio à 19:56 - Livres, revues... - Permalien [#]

17 avril 2011

Otacool, recueils de photos de chambres d'otakus et de cosplayeurs



Notes liées dans mon blog : Liste articles mangas et dessins-animés


Otacool (Worldwide otaku rooms) et Otacool 2 (worldwide cosplayers) sont deux recueils de photos de Danny Choo. Ce gars est un otaku bien connu de la communauté internationale, résidant à Tôkyô depuis des années et tenant le site web http://www.dannychoo.com/.

Il a publié en 2009 le premier livre Otacool (contraction de Otaku + Cool) composé de plusieurs centaines de photos de chambres des otakus du monde entier. Tous les types de collection y sont représentés, que ce soit les figurines, les mecchas, les animés... C'est impressionnant de voir comment certaines personnes peuvent vivre à fond leur passion et à quel point celle-ci peut dévorer votre espace vital.

En 2010 il a remis ça mais cette fois avec des photos de cosplayeurs et cosplayeuses, toujours venant de tous les pays.

Chaque livre fait 130 pages et, pour chaque personne, on précise son âge, sa nationalité, quels sont les thèmes de sa collection et son ancienneté.

Canalblog Livres Otacool01 01

Canalblog Livres Otacool01 02

Canalblog Livres Otacool01 03

Canalblog Livres Otacool01 04
Danny Choo himself!

Canalblog Livres Otacool01 05

Canalblog Livres Otacool01 06
Un fan de Star wars

Canalblog Livres Otacool01 07

Canalblog Livres Otacool01 08

Canalblog Livres Otacool01 09

Canalblog Livres Otacool01 10

Canalblog Livres Otacool01 11

Canalblog Livres Otacool01 12


Le deuxième livre, dédié au cosplay!

Canalblog Livres Otacool02 01

Canalblog Livres Otacool02 02

Canalblog Livres Otacool02 03

Canalblog Livres Otacool02 04

Canalblog Livres Otacool02 05

Canalblog Livres Otacool02 06

Canalblog Livres Otacool02 07

Canalblog Livres Otacool02 08

Posté par David Yukio à 12:37 - Livres, revues... - Permalien [#]

16 janvier 2011

La télé : un destin animé



Notes liées dans mon blog : Liste articles mangas et dessins-animés


CanalBlog Livres Télé Destin Animé01

CanalBlog Livres Télé Destin Animé02


Le livre "La télé : un destin animé" de Pierre
Faviez est un livre de 165 pages, publié fin 2010 par la "Société des écrivains".

Quatrième de couverture "En quelque trente ans, le public jeunesse a vu se développer pour lui une offre de programmes de plus en plus étoffée, spécialisée et segmentée. Une histoire qui débute avec Caliméro, qui culmine avec Dorothée et la vague de l'animation japonaise, qui se poursuit avec l'apparition de nouveaux diffuseurs sur câble et satellite. Une histoire mouvementée, pas si sereine que l'on pourrait le supposer, faite de concurrence, de critiques, d'audaces et de déconfitures, que Pierre Faviez retrace à travers un ouvrage qui ne manquera pas de toucher ceux qui ont gardé la nostalgie des mercredis devant leur poste de télé, mais aussi ceux qui aiment pénétrer dans les coulisses des chaînes, là où la lutte pour l'audience se fait âpre.

Quels ont été les dessins animés phares de la jeunesse? Pourquoi les productions nippones ont-elles connu un désamour de plus en plus fort, pour mieux revenir sur le devant de la scène? Quels sont les grands pôles de productions de programmes destinés aux jeunes? De Goldorak à Pokemon, en passant par l'apparition tonitruante des premières sitcoms françaises et la disparition de La Cinq, des dessins animés tombés dans les oubliettes de la télé à ceux qui continuent à soulever l'enthousiasme toutes générations confondues, une réjouissante immersion dans le monde  - sucré et cruel  - de la programmation jeunesse!
"


Voici des éléments de sa biographie trouvés sur internet "Pierre Faviez est né en 1970, il débute sa carrière comme chroniqueur à l'antenne de Fréquence Cartoon sur la radio FPP et en 1994 dans le monde de l'animation japonaise comme chroniqueur chez Animeland et Yoko... Le 24 décembre 1998, c'est à lui qu'on doit la soirée "Génération Albator" sur France 3. Cette émission de cinq numéros est consacrée à l'animation japonaise et dédiée aux nostalgiques de Récré A2 et du Club Dorothée.
En avril 2000, il rejoint AB Groupe pour assumer fin 2000 la responsabilité éditoriale de la chaîne Mangas. Au début des années 2000, il a également co-signé avec Rui Pascoal une série d'articles sur l'évolution des émissions et chaînes jeunesse pour la revue AnimeLand. Il est actuellement Responsable Editorial de la chaîne Mangas"

C'est donc quelqu'un qui connait très bien le milieu dont il parle et qui est crédible dans ce qu'il décrit!


Sommaire
Préface

Partie 1 Les émissions jeunesse
Prologue Avant Goldorak
Chapitre 1 De Goldorak à Dragonball
Chapitre 2 Les années Club Dorothée / La Cinq

Chapitre 3 Hélène et les sitcoms
Chapitre 4 Bouge avec le Sat!
Chapitre 5 La japanime de retour
Chapitre 6 Et après

Partie 2 Les chaînes jeunesse
Introduction
Canal J
Mangas / AB Cartoons
Télétoon
Disney XD
Disney Channel
Cartoon Network


Mon avis est assez partagé sur ce livre. Tout d'abord nous parcourons sur cent pages et près de quarante ans, année par année, l'histoire des dessins animés japonais diffusés en France sur les chaînes hertziennes, du câble et du satellite. On y apprend énormément de choses, souvent peu connues des non spécialistes, surtout pour les années 70. Par exemple que c'est Oum le dauphin blanc, coproduction franco-japonaise, qui est le premier dessin animé nippon à arriver sur nos écrans, en 1971, soit sept ans avant Goldorak. En 1972 c'est Caliméro qui débarque chez nous et e
n 1973 c'est au tour de Barbapapa. Au passage Pierre nous rappelle que c'est en 1972 que le jour de repos des enfants bascule du jeudi au mercredi. On va continuer comme ça sur plus de cent pages, avec parfois des anecdotes amusantes sur la création de telle série, son arrivée en France.

On poursuit ensuite sur cinquante pages avec les chaînes historiques de l'animation japonaise en France. C'est pour moi la partie la moins intéressante du livre puisque je n'ai jamais été abonné à ces chaînes, ainsi que nombre de français. C'est intéressant mais moins que la première partie.

Le tout est très bien documenté, se veut exhaustif, mais, comment, dire, c'est plus une énumération de dates, de titres de séries, d'émissions télé mais sans une analyse plus profonde englobant l'histoire des animés à la télé. Certes il y a des pages passionnantes sur la façon dont se sont imposées les sitcoms d'AB Production, sur l'amour puis la haine engendrées par les séries japonaises, leur raréfaction sur les principales chaînes de télé puis leur retour via le câble et le satellite mais, globalement, ce livre est plus une mine d'or de données qu'une étude synthétique sur la télé française et l'animation japonaise. Autre reproche, la mise en page inexistante, l'aspect austère des pages, l'absence totale d'illustration, de dessins, d'interviews avec les acteurs de ce milieu...

Indispensable pour les historiens et otakus; les autres se tourneront plutôt vers le livre
"Nos dessins animés 70 80" de Florence SANDIS très richement illustré http://japon.canalblog.com/archives/2010/12/19/19911705.html.

Dernière remarque : la quatrième de couverture comporte une erreur, le premier dessin animé japonais arrivé en France à la télévision est Oum le dauphin blanc et pas Caliméro!


Posté par David Yukio à 18:04 - Mangas et dessins animés - Permalien [#]

26 décembre 2010

AKB48, photobook "Fashion Book"



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles musiques


Canalblog JPop AKB48 Livre01

 

Canalblog JPop AKB48 Livre02

Beaucoup parmi ceux qui s'intéressent à la musique japonaise ont, un jour ou l'autre, entendu parler des photobooks. Il s'agit de recueils de photos de chanteuses plus ou moins dévêtues. C'est une institution de la JPop, où, pour satisfaire les fans et rapporter de l'argent aux producteurs, les chanteuses n'hésitent pas à montrer leurs formes. Certains de ces livres sont très soft, d'autres en revanche sont plus ambigus car les chanteuses, jeunes, sont assez dénudées, en maillots de bains ou même en petite culotte; étrange mais il parait que ça plait à une certaine frange des fans et je ne pense pas que les chanteuses aient leur mot à dire!

En 2010 le groupe féminin à la mode au Japon s'appelle AKB48 (abréviation de Akihabara48), un groupe composé de 48 membres! Oui, 48, étonnant non? Ce groupe, créé en 2005, est très vite devenu un phénomène jusqu'à donner un concert en France, en 2009 à la Japan Expo!

Lors de mon voyage à Tôkyô, en avril 2010, j'ai trouvé un photobook sur ce groupe. Je l'ai acheté, même si je ne suis pas un grand fan du groupe, juste pour avoir un de ces fameux livres et vous montrer de quoi il en retourne.

Il est vrai que la couverture est suggestive et les filles plus qu'attirantes. L'intérieur est assez étonnant; il y a uniquement des portraits, certains avec des chanteuses un peu nunuches et des costumes amusants. D'autres photos sont plus sexy, attention, je ne dis pas érotiques mais sexy. On aime ou pas les photos de japonaises de vingt ans en maillots de bain ou sous-vêtements mais ces  photobook font partie intégrante du marché de la JPop et j'ai du me sacrifier pour vous les faire connaître.

Le livre est divisé en onze parties :
Marine style
Lingerie
Special present
Military
Swimming suit
Sense-up lesson
Flower print
Image-change
AKB48 my boom
Fortune-telling
Making of AKB48 Fashion book

114 pages
30 cm * 21cm

En voici quelques extraits.

Canalblog JPop AKB48 Livre03

 

Canalblog JPop AKB48 Livre04

 

Canalblog JPop AKB48 Livre05

 

Canalblog JPop AKB48 Livre06

 

Canalblog JPop AKB48 Livre07

 

Canalblog JPop AKB48 Livre08

 

Canalblog JPop AKB48 Livre09

 

Canalblog JPop AKB48 Livre10

 

Canalblog JPop AKB48 Livre11

 

Canalblog JPop AKB48 Livre12

 

Posté par David Yukio à 20:30 - Musique : JPop, JRock, Visual Kei et concerts - Permalien [#]

19 décembre 2010

Nos dessins animés 70 80



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".



Notes liées dans mon blog : Liste articles mangas et dessins-animés


Canalblog Livres Années 70 80 Couverture01

Canalblog Livres Années 70 80 Couverture02
Le livre "Nos dessins animés 70 80" est un superbe ouvrage, très très richement illustré, à posséder ABSOLUMENT par tous ceux qui aiment les dessins animés japonais ou qui s'intéressent à leur histoire à la télévision française. Il a été écrit par Florence SANDIS et est publié chez Hors Collection.

Comme le montre le sommaire (voir ci-dessous), ce livre est organisé par chapitres comme "Les space operas", "Les magicals girls", "Les séries de combat" avec plusieurs séries par chapitre. Les titres les moins connus sont sur une ou deux pages, voir une demi page, mais les autres, les icônes de la japanime, comme Candy ou Goldorak, s'étalent sur quatre à six pages!

Chaque série est présentée en deux parties, "L'histoire" et "Le saviez-vous?" La partie "L'histoire" est courte mais présente bien la série; je pense que ceux qui achètent ce livre connaissent déjà toutes ces séries mais un rappel n'est pas de trop. En revanche la partie "Le saviez-vous?" est très intéressante car on apprend souvent beaucoup de choses, peu connues, comme le fait que "La bataille des planètes" est une version US de la série japonaise "Gatchaman", qui a été fortement modifiée par les américains pour surfer sur le succès de "La guerre des étoiles"; pour savoir quelles sont ces modifications, achetez le livre!

Bien sur il y a des oublis, certains étonnants comme les séries de Mitsuru Adachi "Théo ou la batte de la victoire", "Une vie nouvelle", d'autres plus compréhensibles, comme Wingman, "Le collège des ninjas" puisque ce livre ne prétend pas être exhaustif et doit forcément faire une sélection. En revanche certains choix peuvent surprendre mais après tout, pourquoi ne pas parler aussi des séries presque oubliées comme "Arok le barbare", Molierissimo, "Denis la malice"...

Il y a aussi plusieurs pages consacrées aux émissions des années 60 et 70, hors animation japonaise, comme "Le manège enchanté" et "L'île aux enfants". Il aurait été dommage de ne pas en parler surtout que les infos sont très intéressantes.


Livre de format carré, 26cm * 26cm
Date de sortie : octobre 2010
143 pages

Canalblog Livres Années 70 80 Sommaire01

Canalblog Livres Années 70 80 Sommaire02

Voici deux pages de ce livre, une sur RécréA2 et une sur Cobra, pour vous donner une idée de la mise en page (très agréable), des illustrations nombreuses et des infos qu'on peut y trouver.Canalblog Livres Années 70 80 RécréA2

Canalblog Livres Années 70 80 Cobra

Toujours chez "Hors Collection", des livres dédiées aux décennies 60, 70, 80, 90. Il y a une partie légère sur la télévision puisque ces livres sont généralistes (politique, sport, culture...) mais quel voyage dans le passé pour ceux qui ont connu ces années!
Canalblog Livres Années 60 70 Recto

Canalblog Livres Années 60 70 Verso

Canalblog Livres Années 70 80 Recto

Canalblog Livres Années 70 80 Verso

Canalblog Livres Années 80 90 Recto

Canalblog Livres Années 80 90 Verso


Posté par David Yukio à 11:09 - Mangas et dessins animés - Permalien [#]

17 décembre 2010

Setsuko Hara, recueil de portraits



Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


CanalBlog Cinema Setsuko Hara Livre01

 

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Livre02


En 1992 a été publié au Japon un recueil de photos de la très grande actrice Setsuko Hara. Ce livre fait 110 pages et est constitué uniquement de portraits de "L'éternelle vierge". Certains de ces portraits sont tirés des films de Ozu mais d'autres semblent plutôt être des photos de promotions pour des films. Détail étonnant : Setsuko arbore quasiment, sur toutes les photos, son sourire ravageur!

110 pages
18,5cm * 24,5cm

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Livre04

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Livre03

CanalBlog Cinema Setsuko Hara Livre05



Posté par David Yukio à 19:55 - Cinéma japonais - Permalien [#]

12 décembre 2010

Artbooks collaboratifs 2010 de portraits féminins



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles poésie, photos, arts, expositions, illustrateurs et autres


Quand je suis allé à Tôkyô en avril 2010, j'ai passé des heures et des heures dans des librairies, à fouiner à droite à gauche, à la recherche d'ouvrages sur le Japon, sur Tôkyô, sur les mangas et les animes. Voici une présentation des deux plus beaux livres que j'ai pu trouver, des recueils d'illustrations de jeunes filles et jeunes femmes, avec des styles très riches et très variés.

"100 masters of Bishojo painting" est un artbook présentant le travail de 100 illustrateurs japonais, classés par ordre alphabétique. Pour chaque double page, vous trouverez une présentation sommaire de l'artiste, une sélection de ses œuvres (entre 4 à 6) ainsi que l'adresse de son site web.

215 pages
26cm * 20cm

CanalBlog Artbook Bishojo01

CanalBlog Artbook Bishojo02

CanalBlog Artbook Bishojo03

CanalBlog Artbook Bishojo04

CanalBlog Artbook Bishojo05

CanalBlog Artbook Bishojo06

CanalBlog Artbook Bishojo07


PIXIV est une communauté internet japonaise, destinée aux artistes et fondée en septembre 2007. En mai 2010 elle comptait 2 millions de membres, ayant soumis plus de 11 millions de dessins, selon Wikipedia US. Chaque artiste peut déposer ses œuvres, qui seront ensuite notées par le reste de la communauté. Le livre ci-dessous est une sélection de ces plus belles œuvres pour l'année 2009 (même si l'année est marquée 2010). Là encore, cet artbook consiste en de très beaux portraits féminins, dans des styles très différents.

http://www.pixiv.net/

162 pages
30cm * 21cm

CanalBlog Artbook Pixiv01

CanalBlog Artbook Pixiv02


CanalBlog Artbook Pixiv05

CanalBlog Artbook Pixiv06

CanalBlog Artbook Pixiv03

CanalBlog Artbook Pixiv04

 

Posté par David Yukio à 18:41 - Arts, illustrateurs - Permalien [#]