Mon amour pour le Japon et Tôkyô

Mon amour pour le Japon et Tôkyô

13 mars 2010

Les chroniques de Player One, 20 ans de jeu vidéo et de manga!



Notes liées dans mon blog : Liste articles mangas et dessins-animés



Canalblog Livres Player One Chroniques01

Canalblog Livres Player One Chroniques02


Voici un ouvrage imposant de 300 pages, publié chez Pika Edition et écrit par Olivier Richard et Alain Kahn; de grosses pointures dans leurs domaines respectifs si on lit leur parcours ci-dessous. Il s'agit ni plus ni moins que de donner un historique le plus complet possible sur les décennies 1990 et 2000 qui ont vu les jeux vidéos et les mangas envahir tous les médias populaire (presse écrite, BD, télé, cinéma, internet...) et s'imposer comme une partie intégrante de notre culture. Il y a onze chapitres, cinq sur les mangas, six sur les jeux vidéos, de vingt à trente pages chacun.

Je ne vous cache pas que j'ai vite parcouru la partie sur les jeux vidéos puisqu'à l'époque je ne lisais pas
ou très très peu cette presse. Pour moi c'est le premier chapitre, "Teenage Lobotomy - De Cyborg 009 à Akira (1966-1990)" qui est le plus excitant car on y apprend beaucoup de choses sur les années 60, 70, 80, pas forcément connues du grand public sur les tout débuts de l'animation japonaise en France. Par exemple, la série Cyborg 009 fut diffusée au cinéma en 1966-1967, lors de la première partie de programme, en épisodes de trois minutes à suivre!  En mai 1968 c'est carrément les deux films qui sont projetés, condensés en un seul film... et je ne parle pas des infos sur les festivals qu'on découvre!

On attaque ensuite les années 1990 et 2000 qui constituent la majeure partie de l'ouvrage mais impossible de résumer ces parties tellement ces deux décennies furent riches et diversifiées!


Les gros points forts de cet ouvrage :
- les multiples témoignages de ceux qui ont littéralement créé le marché du manga et de l'animation japonaise en France sur ces vingt dernières années. Que ce soit les fans de la première heure comme Yvan-West Laurence, Cédric Littardi, Dominique Véret, Jean-Pierre Dionnet, Christopher Gans mais aussi les professionnels de la bande dessinée européenne tels que Jacques Glénat, Guy Delcourt... Chacun raconte son histoire, comment il est venu aux mangas, ses anecdotes sur la difficulté de lutter contre les préjugés vis à vis du Japon, l'hostilité des gens en place voyant les produits japonais comme des envahisseurs leur prenant des parts de marché, le parcours du combattant pour acquérir les droits auprès des japonais... Ces témoignages sont passionnants, longs et sans langue de bois!

- la multitude de dates que ce soit pour les éditions de mangas, les sorties de films au cinéma, la création des labels vidéos; c'est toute une époque qui revit au fil de ces pages et c'est inestimable pour ceux qui l'ont vécue!


Les points faibles :
- les années 80 traitées un peu trop rapidement à mon goût alors que les animés diffusés à la télé ont ouvert la voie au manga
- pas d'interview des animateurs et
responsables des programmes télés comme Dorothée alors qu'ils étaient en première ligne dans ce combat
- très très peu d'illustrations sur les mangas, seulement quelques couvertures de revues mais rien de franchement excitant!

- Internet un peu trop passé sous silence


En résumé ce livre EST INDISPENSABLE pour tous ceux qui s'intéressent à l'introduction de la culture populaire japonaise en France, son épanouissement difficile dans les années 90 puis son explosion, dans tous les sens du terme, dans les années 2000!


La quatrième de couverture
"20 ans de jeu vidéo et de manga!
Il y a 20 ans naissait Player One, le premier magazine européen dédié aux consoles de jeux vidéo. A cette époque héroïque, les jeux vidéo étaient considérés comme - au mieux - des jouets douteux ou - au pire - des outils dangereux pour décérébrer les enfants. En ces années obscures, les bandes dessinées et les dessins animés japonais étaient méprisés, voire ignorés de tous. Tous ? Non. La rédaction de MSE, le jeune éditeur qui publiait le magazine Amstrad CPC, avait pressenti que le jeu vidéo deviendrait un jour un divertissement universel.

Cette coalition de "nerds" et de "geeks" avait aussi parié que les mangas et les animés seraient un jour reconnus à leur juste valeur, et que Miyazaki, Toriyama et Otomo deviendraient les héros de toute une génération. MSE lance Player One, en septembre 1990. Dès son premier numéro, le magazine intègre le jeu vidéo dans une vision panoramique de l'entertainment où se bousculent films, bandes dessinées, séries TV et mangas. Le succès est instantané. Les lecteurs se reconnaissent dans la rédaction du magazine. Ils viennent de rejoindre une équipe qui assistera à la naissance de nouvelles légendes, celles de Super Mario, Dragon Ball, Street Fighter II, Final Fantasy, Lara Croft, GTO, etc. En 1994, Player One prépublie le manga Ranma 1/2. L'année suivante, apparaît le mensuel Manga Player, qui propose des mangas inédits en France comme Ghost in The Shell. Il est suivi, en 1996, par les premiers livres de MSE, dont Magic Knight Rayearth et Card Captor Sakura du studio CLAMP.

Vingt ans après la naissance de Player One, le jeu vidéo pèse plus lourd que les industries du cinéma et de la musique réunies. Des millions d'enfants et d'adolescents ont renoué avec la lecture pour lire les milliers de mangas traduits chaque année. Les auteurs des Chroniques de Player One ont rencontré les principaux acteurs de ces vingt années passionnantes : professionnels du jeu vidéo (Nintendo, Sega, Sony, Cryo, Atari, Ubisoft...) et du manga (Glénat, Tonkam, Delcourt, Kana...) bien sûr, mais aussi toute une foule de journalistes spécialisés, de créatifs et de passionnés, connus ou pas, qui ont participé à l'avènement de cette culture contemporaine et universelle.  

Les auteurs
Olivier Richard : Né en 1965, il collabore aux magazines Rock & Folk, USA Comics, SVM Mac, L'Affiche et Player One où il écrira la rubrique entertainment (manga, cinéma, BD) pendant toute la durée de vie du magazine. Il collabore, par ailleurs, à Télévisator 2 sur France 2 et a été directeur des programmes des chaînes MCM pendant plus de douze ans. Il a également dirigé les programmes d'Europe 2 TV puis de Virgin 17. Il passe son temps libre à lire de vieux grimoires d'alchimie, à la recherche d'un moyen pour ressusciter les Ramones, son groupe préféré.

Alain Kahn : Né en 1948, il découvre le Japon en 1967 et en tombe amoureux. Il se lance ensuite dans l'importation de matériel informatique et distribue les premiers ordinateurs bon marché et ludiques produits par Amstrad. En 1987, il crée Média Système Edition (MSE) qui publiera les magazines Amstrad CPC, Player One, Nintendo Player, Manga Player, etc. Il fonde Pika Edition, en 2000, qui devient rapidement un des trois leaders du manga en France. Il rêve d'épouser les filles du studio CLAMP."


Posté par David Yukio à 11:24 - Mangas et dessins animés - Permalien [#]

06 décembre 2009

Les kanjis dans la tête d'Yves Maniette



Notes liées dans mon blog : Liste articles poésie, photos, arts, expositions, illustrateurs et autres


Canalblog Livres Kanjis Maniette01

Canalblog Livres Kanjis Maniette02


Voici un article sur la méthode de japonais "Les kanjis dans la tête" de Yves Maniette. Le site de cet auteur est http://maniette.fr/ avec, à cette adresse, http://maniette.fr/echantillons/kdlt.pdf, un extrait conséquent de sa méthode pour que vous puissiez vous faire une idée par vous même. Pour info, il s'agit d'une version française et augmentée de "Remembering the Kanji" de James Heisig.


Pourquoi commencer seulement maintenant un article sur les méthodes de japonais alors que je tiens ce blog depuis presque 5 ans? Pour la simple et bonne raison que j'ai été bluffé par celle-ci, par la facilité avec laquelle elle permet de mémoriser des dizaines de kanjis, et, en plus, sans trop d'effort! En outre j'ai essayé beaucoup d'autres ouvrages comme "Kanjis et kanas", "Mémento des kanjis", "Assimil tome 3 spécial kanjis" et que c'est, de loin, celle qui est la plus performante! Donc je tiens à faire de la publicité à cet excellent livre :-)



La quatrième de couverture
"En refermant ce livre, vous saurez écrire les caractères japonais d'usage courant et en connaîtrez les significations. Il vous aura fallu pour les apprendre bien moins de temps que vous n'imagi­nez : en quelques semaines, si vous suivez la méthode exposée dans ces pages, l'ensemble du contenu de ce livre sera gravé en votre esprit. Peu à peu, en associant un sens et un objet à chacun des éléments graphiques de l'écriture japonaise, vous pourrez créer un monde surprenant dans lequel les kanjis s'animent et s'offrent à vous avec une étonnante vitalité. Une carac­téristique de cette méthode, employée depuis l'Antiquité mais bien comprise depuis quelques années seulement, est qu'elle fait appel à la mémoire associa­tive, ce qui permet d'apprendre cumulativement et sans risque de confusion. Beaucoup plus complet que l'ouvrage en langue anglaise dont il s'inspire et dont le succès n'est plus à démontrer, ce livre offre pour la première fois au public francophone de vrais outils pour assimiler directement le système graphi­que japonais. Cet ouvrage se veut ludique autant que sérieux. Il ouvre une porte sur un autre Japon, à la fois plus simple et mieux compris, sans le filtre des signes. Que vous soyez étudiant en japonais ou animé par votre curiosité, vous trouverez dans ce livre les clés pour apprendre une langue ou pour comprendre une culture dont l'influence grandit chaque jour."


Extrait de la préface du livre, de M. Richard Dubreuil, Agrégé de l’Université, Professeur de japonais à l’Institut d’études politiques de Paris, qui présente l'avantage de l'approche de ce livre sur celle des milieux scolaires classiques.
"La méthode de mémorisation des kanjis mise au point par James W. Heisig et par son adaptateur francophone Yves Maniette a deux grands avantages : elle est efficace et elle est amusante. Son étonnante efficacité, elle la doit à ce qu’elle respecte intégralement les mécanismes selon lesquels le cerveau mémorise. Contrairement à une conviction encore ancrée dans une large fraction des milieux enseignants, le cerveau confronté à une tâche de lecture ou de mémorisation ne fonctionne jamais globalement. D'où l'échec des "méthodes globales" d’apprentissage de la lecture. Un kanji n’est pas appréhendé comme une "icône" mais décomposée en sous éléments par l’hémisphère cérébral gauche. La méthode Heisig conjugue le traitement du kanji par le cerveau gauche (identification analytique de ses éléments constitutifs) et par le cerveau droit (libération de l’imagination créatrice invitée à relier, par un fil conducteur métaphorique ou associatif, les divers éléments identifiés à l'intérieur du kanji). La décomposition analytique permet l'identification précise du kanji (qui évite les confusions avec des kanjis ressemblants) et le travail en cerveau droit fait jaillir l’intuition de sens qui assure la mémorisation. C’est pourquoi le souvenir se fxe aisément et durablement chez l’ensemble des sujets, quelle que soit leur forme de gestion mentale (visuels ou auditifs, applicants ou explicants, opposants ou composants).



Extraits de la méthode, tirés du PDF référencé ci-dessus

Voici un exemple de trois kanjis liés à l'enfant
"Kanji N° 96 enfant 子
Ce kanji est le pictogramme d’un enfant japonais emballé par sa maman dans une sorte de cocon dorsal, à l’âge où il ne peut encore se mouvoir de lui-même. Le premier trait représente la petite tête, qui dépasse, en quête d’un peu d’air. Puis vient le petit corps, convenablement emballé dans le cocon, et le troisième trait montre les petits bras qui dépassent et s’accrochent au cou de la maman."

"Kanji N° 97 cavité 孔
Ce caractère signifie cavité au sens large et est notamment utilisé pour écrire le mot "narines", ce que nous utiliserons pour former une image éloquente : votre petit enfant s’est fourré un corps étranger dans la "cavité nasale", et vous voilà tentant d’extirper la chose, en utilisant ce que vous avez sous la main : un hameçon."

"Kanji N° 98 achevé 了
Remontez de deux cases pour comprendre ce caractère : la seule différence concerne les bras, qui ont disparu car ils ont été emballés avec le reste, par une mère trop méticuleuse, le tout étant signe d’un travail particulièrement bien achevé."



Autre exemple d'une série de cinq kanjis
"Kanji N° 109 soirée 夕
De même que le mot soirée apporte une touche romantique au mot soir, le kanji soirée montre la lune que l’on regarde au soir, à moitié voilée par un nuage."

"Kanji N° 110 beaucoup 多
"Il y a bien des lunes..." : ainsi commencent bien des histoires pour enfants, avec cette façon imagée d’écrire "il était une fois". On voit donc ici deux lunes (trois nous auraient directement renvoyés au début des temps, ce qui est bien plus loin que nous le voulons), dont le dernier trait a disparu car elles sont partiellement cachées par les nuages du temps."

"Kanji N° 111 marée du soir 汐
Nous verrons dans le prochain chapitre le kanji "marée du matin" et l’élément gouttes d’eau, qui apparaît ici en avant-première (les trois premiers traits). Mais progressons de nous-même pour cette fois-ci, pour apprendre un kanji peu courant mais pourtant très simple. Jouant avec le mot-clé, on voit tout simplement trois gouttes d’eau avancer sur la plage au cours de la soirée."

"Kanji N° 112 extérieur 外
A gauche la soirée, à droite l’élément de baguette magique. Comme le sait tout magicien qui maîtrise son art, faire pirouetter sa baguette dans l’air du soir à l’extérieur la rend bien plus puissante que s’il officie simplement à l’intérieur. Donc soirée et baguette magique en viennent simplement à signifier extérieur."

"Kanji N° 113 nom 名
Le fait de se découvrir pour se saluer est censé remonter à l’époque des guerriers en armure, car il leur fallait relever leur casque pour se faire reconnaître. Une façon plus simple de se faire reconnaître le soir est de dire son nom, avec la bouche. C’est ainsi que la soirée associée à la bouche signifient le nom."

Alors, vous voyez que c'est pas si dur que ça! Des kanjis groupés par signe, des petites histoires et le tour est joué :-)


Ce qui distincte cette méthode des autres
- elle est basée sur la mémoire associative et pas seulement visuelle ou globale
- pas besoin de tracer X fois les kanjis pour les mémoriser mais seulement une fois
- pas d'apprentissage des multiples prononciations des kanjis
- pas d'étude de mots composés de plusieurs kanjis
- l'origine étymologique des kanjis n'est pas respectée

Les plus (selon moi, bien sur)
- la facilité avec laquelle on apprend rapidement des dizaines de kanjis! Cette méthode est vraiment étonnante sur ce point, on retient rapidement les kanjis et on ne les oublie pas, même plusieurs semaines après avoir étudié un chapitre

- les kanjis sont classés non plus par ordre de facilité ou de fréquence d'apparition dans les textes japonais ou même par niveau du JLPT mais par groupes basés sur un composant identique; par exemple on étudie dix ou vingt caractères basés sur l'idéogramme Arbre ou Feu. L'intérêt? On les retient plus facilement!

- les petites histoires de M. Maniette qui font qu'on mémorise plus facilement un idéogramme tant elles sont claires! Ca n'a l'air de rien mais elles sont pertinentes, parfois percutantes, très imagées pour justement bien retenir le kanji; essayez de trouver plus de 2000 histoires, vous verrez que c'est loin d'être facile et extrèmement long. C'est d'ailleurs là qu'est la vraie force de cette méthode, sa différence avec les autres puisque les kanjis et leur sens sont connus de tous, sont identiques dans toutes les méthodes mais que c'est la façon des apprendre qui est innovante

- votre  motivation ne va jamais baisser; au contraire, vous aurez même envie d'apprendre de plus en plus puisque les résultats sont fulgurants. Le goût des kanjis va rapidement venir, vous ne les verrez même plus comme un mal nécessaire mais comme la principale richesse de cette belle langue et ça, croyez-moi, pour beaucoup ce sera une révolution! Je vous jure qu'en travaillant sérieusement, les 2000 kanjis ne vous feront plus peur, vous ne serez plus effrayé par le fameux "Mur des kanjis"!

- on ne "s'embarrasse" pas de la prononciation kun ou ON mais que du sens ce qui permet de travailler plus rapidement

Les moins (toujours selon moi)
- pas de prononciation dans cette méthode de travail : ni lecture kun (japonaise) ni lecture ON (chinoise) des kanjis; un autre livre est prévu mais pour quand? Il existe certes un index à la fin du livre sur ces prononciations mais l'auteur dit bien qu'il s'agit plus d'un complément qu'une partie intégrante de sa méthode, que ça doit servir à ceux qui connaissent la prononciation d'un kanji à le retrouver dans son ouvrage mais non pas d'un chapitre qui permettrait d'apprendre facilement celles-ci

- pas de présentation de mots composés de plusieurs kanjis, on n'apprend que les mots d'un seul kanji

- parfois les histoires permettant de mémoriser les kanjis sont spécifiques à cette méthode et ne correspondent pas à l'historique officiel du caractère; par exemple pour l'idéogramme Hameau (Rizière + terre) on nous dit qu'il peut aussi être mémorisé comme Ordinateur et que cela permet de mieux mémoriser d'autres kanjis à venir. L'idéogramme se prête bien à cette image mais si demain je discute avec une autre personne étudiant le japonais et que je lui parle du kanji Ordinateur, je ne sais pas si on va bien se comprendre puisque, à ma connaissance, il s'écrit konpiuta en katakana et qu'il n'a pas de kanji associé!


Conclusion
On apprends rapidement (vraiment rapidement) et facilement beaucoup de kanjis et vous allez être très motivé pour continuer à les étudier, ce qu'aucune autre méthode ne m'a donné.

Cette méthode s'adresse à qui? Deux approches : soit à de vrais débutants, suivant ou non des cours avec un vrai professeur et qui, en parallèle des cours, décident d'apprendre des idéogrammes en dehors du cursus officiel pour prendre de l'avance. Soit aux japonisants ayant déjà un certain niveau (le niveau 3 du JLPT par exemple) et qui ont du mal à mémoriser de nouveaux kanjis. Le point noir, selon moi, est l'absence de prononciation des idéogrammes puisque si on reconnait les kanjis on ne sait pas les prononcer; paradoxalement c'est aussi un plus car on n'a pas à s'encombrer l'esprit avec la prononciation mais seulement à mémoriser le sens. Mais bon, cela s'apprendra au fur et à mesure des cours, des livres lus...

Je recommande donc très chaudement cette méthode, ne serait-ce que pour découvrir une nouvelle façon d'apprendre et parce qu'elle me donne confiance dans cet objectif monstrueux : connaître la liste des 2000 kanjis officiels japonais!


Posté par David Yukio à 13:53 - Livres, revues... - Permalien [#]

13 avril 2009

Tôkyô sanpo - recueil de dessins sur Tôkyô



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 


Canalblog Livres Tôkyô Sanpo001

Canalblog Livres Tôkyô Sanpo002


Tôkyô sanpo de Florent Chavouret est une petite merveille, qui a débarqué sans crier gare dans nos librairies! Durant 6 mois, de juin à décembre 2006, Florent est resté dans la capitale nipponne lors du stage de sa copine. N'ayant pas de petit boulot, il décide alors de croquer la ville au gré des journées, des rencontres et nous livre sous forme de dessins sa vision de Tôkyô.

Tôkyô sanpo fait 210 pages, format A4, édité chez Philippe Picquier pour le prix de 24€. Le papier est de très bonne qualité et convient parfaitement aux dessins pastels. Je me suis régalé à découvrir les plans des quartiers de Tôkyô vus par le globe-trotteur, à admirer ses talents quand il reproduit les commissariats et les petites maisons de la ville. C'est une succession de petits et grands coups de cœur, de rencontres cocasses, farfelues, innatendues (mention spéciale pour le détour dans le commissariat de police pour cause de vélo volé)... C'est également un guide de voyage complémentaire à tous ceux, plus classiques, que je possède déjà car les cartes des quartiers comportent de nombreux points touristiques que je ne connaissais pas et Florent s'est attardé dans des quartiers généralement délaissés par les otakus et autres amoureux de Tôkyô.

Ce livre est une belle surprise, ne passez pas à côté!

Canalblog Livres Tôkyô Sanpo003

Canalblog Livres Tôkyô Sanpo004
Le plan de Shinjuku est sur deux pages : j'adore le choix des couleurs!

Canalblog Livres Tôkyô Sanpo005
Contrairement à ce qu'on pourrait croire, Tôkyô peut être une ville reposante et ce genre de dessin le prouve

Canalblog Livres Tôkyô Sanpo006
Ils sont trop mimis ses dessins de commissariats!

Posté par David Yukio à 11:31 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

21 février 2009

La lumière de Tôkyô



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 


Canalblog Livres La Lumière De Tôkyô01 Couverture


Editeur : Editions Assouline
Date de sortie : 18 septembre 2008
132 pages, 100 photos (double pages pour la plupart)

26 X 32.5cm
45€

Quatrième de couverture : "Rendant un hommage "feutré" à l'architecture urbaine des grandes métropoles, Jean-Michel BERTS redessine les édifices et les paysages par la photographie; comme si, au petit matin, l'homme avait cessé d'imprimer sa marque. Après le succès de "La Lumière de Paris" et de "La Lumière de New York", il a choisi la ville de Tôkyô pour nouveau cadre de ses photos énigmatiques. Infusant un style aussi personnel que poétique. le photographe réussit à fait vibrer sur des notes semi-obscures la capitale japonaise, longtemps accablée par les ravages de la guerre et des catastrophes naturelles."

Ce très bel ouvrage est un recueil de photos sur l'architecture de Tôkyô. Celles-ci sont en noir et blanc, ce qui me gêne un peu car qui a vu les rues de Shinjuku et de Shibuya a compris que Tôkyô est une ville constamment illuminée, où les couleurs se mélangent à l'infini dans des néons en nombre illimité. Néanmoins le parti-pris se révèle heureux car Jean-Michel BERTS est un grand professionnel et il arrive à rendre émouvantes et poétiques des photos de gratte-ciels et de temples! Bravo aussi pour l'omniprésence de la nature et des arbres sur ses photos, même sur les tours de Shinjuku, car il a bien compris que la nature est partout chez elle à Tôkyô...

Canalblog Livres La Lumière De Tôkyô02

Canalblog Livres La Lumière De Tôkyô03

Posté par David Yukio à 17:57 - Livres, revues... - Permalien [#]

10 janvier 2009

Tôkyô twilight zone : superbe livre de photos sur Tôkyô



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone01

Tôkyô twilight zone est un recueil de photos de SATO Shintaro paru en mai 2008. 40 magnifiques photos de Tôkyô et sa banlieue, sur du papier glacé du meilleur effet. Il s'agit exclusivement de photos de quartiers de la capitale japonaise, ce qui en fait tout son charme pour moi. Je l'ai trouvé chez Junku, à Paris, pour 50€. C'est cher mais l'ouvrage vaut son prix quand on voit la qualité et surtout la définition des photos. Seul petit regret, pas de photos des quartiers emblématiques de Tôkyô comme Shibuya, Asakusa ou Harajuku.

Taille : 33cm sur 26cm

Voici quelques extraits de ce livre :-)

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone02

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone03

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone04

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone05

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone06


Posté par David Yukio à 17:12 - Livres, revues... - Permalien [#]

02 janvier 2009

Dictionnaire de l'amour et du plaisir au Japon



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 
Notes liées dans mon blog : Liste articles sexe


Canalblog Livres Dictionnaire De L Amour Recto

Canalblog Livres Dictionnaire De L Amour Verso


En Novembre 2008 Agnès GIARD a publié chez Drugstore son deuxième ouvrage de référence sur le sexe japonais intitulé "Dictionnaire de l'amour et du plaisir au Japon". Agnès continue donc à tracer son sillon d'experte du sexe japonais, unanimement reconnue par la presse française comme la spécialiste numéro 1 de ce sujet.

Le Japon est un pays surprenant qui ne cesse de m'étonner par la multitude et la complexité de ses pratiques sexuelles, d'un raffinement rarement atteint dans nos pays occidentaux où on préfère plutôt le cul à l'érotisme. Vous allez découvrir que toute pratique sexuelle, même la plus mineure ou underground, a son petit nom au Japon. Le livre se présente donc comme un dictionnaire comportant 400 mots clés expliqués en général sur deux pages, agrémentées d'illustrations très riches puisées à de multiples sources. Pour ceux qui n'auraient pas le courage de tout lire (ce serait vraiment dommage), vous pouvez acheter ce livre uniquement pour les dessins tant ils sont variés et riches d'enseignement.

Voici quelques exemples d'entrées : Voyeurisme, Kimono, Liens, Bandelettes, Positions sexuelles, Prostitution, Beauté, Déshabillage... je ne les noterai pas tous ici puisqu'il y en a 400 mais chacun y trouvera son compte!

C'est un ouvrage INDISPENSABLE pour tout amoureux du Japon et il se doit de trôner dans votre bibliothèque.


J'insiste sur un point : certaines illustrations sont violentes et pourraient choquer un public non averti. N'oubliez pas que le Japon est un pays bouddhiste et shintoïste et par là n'a pas les mêmes tabous que les chrétiens.


Vous pouvez lire mon post sur son premier ouvrage ici "L'imaginaire érotique au Japon".


Présentation du livre (quatrième de couverture)

Qu'il s'agisse de désigner "l'amour yeux dans les yeux", avec des pupilles miroitantes d'étoiles, ou les techniques sexuelles des hôtesses qui travaillent dans les clubs, les japonais ont toujours un mot pour le dire. Chaque pratique - aussi élaborée soit-elle - porte un nom, comme dans les arts martiaux. Il ne se passe pas de mois sans que des réalisateurs de vidéo créent des néologismes pour désigner de nouvelles façons d'aimer...

Mais derrière le bouillonnement apparent de la nouveauté, on retrouve toujours les mêmes mécanismes à l'œuvre : au Japon, le désir se cristallise sur de singuliers détails, dont le charme ressuscite une poésie souvent très ancienne. Dans ce pays obsédé par l'émotion, une logique particulière préside aux jeux de l'amour. Il existe même des mots pour en mesurer le degré de poignance : on parle de la "pureté émotionnelle" ou de la "beauté émotionnelle" en utilisant des termes qui servent d'habitude à juger les œuvres d'art...

À travers 400 mots-clés, il s'agit ici de cerner la pensée japonaise et sa culture érotique, une culture qui dépasse largement le cadre de la sexualité, témoignant à la fois du tourbillon créatif du Japon contemporain et de son enracinement dans une tradition spirituelle millénaire.



Sommaire
Corps : comme un rocher
Beauté : tristesse et secret
Fantastique : éloge de l'ombre
L'amour : du premier baiser au dernier adieu
La sexualité : vagin-pieuvre, visage d'orage et pénis cosmique
L'industrie du sexe : l'imagination au pouvoir



Biographie de l'auteur (quatrième de couverture)

Journaliste à Libération, spécialisée dans les contre-cultures, le Japon et l'art déviant, Agnès Giard est aussi l'auteur des livres Le sexe bizarre (Le Cherche Midi, 2004) et L'Imaginaire érotique au Japon (Albin Michel, 2006). Ses reportages sur le Japon sont publiés depuis plus de dix ans dans toute la presse française (Marie-Claire, L'Écho des Savanes, Elle, Technikart, Biba, OS...). Elle est correspondante depuis 8 ans du mensuel japonais SM&Sniper, auxquels collaborent des artistes prestigieux comme Nobuyoshi Araki. Elle a publié son tout premier livre au Japon : Fetish mode (Éditions Wailea,Tokyo, 2003).


Broché: 355 pages
Editeur : Drugstore (Novembre 2008)
Langue : Français
ISBN: 9782356260871

Dimensions (en cm): 19 x 24.5
Prix : 35€00


Posté par David Yukio à 11:42 - Livres, revues... - Permalien [#]

07 septembre 2008

Les gangs de filles au Japon depuis les années 60



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 

Canalblog Autres Gangs Filles019

Canalblog Autres Gangs Filles020

"Japanese Schoolgirl Inferno - Tôkyô Teen Fashion Subculture Handbook" est un livre en anglais, de Patrick Macias et Izumi Evers (illustrations de Kazumi Nonaka). En 150 pages, les auteurs nous présentent tous les types de gangs de filles qui se sont succédés au Japon depuis les années 60 jusqu'à aujourd'hui. Vous découvrirez les Sukeban, Takenokozoku, Lady's, Kogal, Gonguro, Manba, Kigurumin, Gal, Nagomu Gal, Gothloli et Decora. Chaque style est présenté sur 3 à 5 pages avec ensuite des illustrations résumant le look typique des membres avec tous les accessoires indispensables pour faire partie de la tribu.

Attention au fait suivant, le livre s'intéresse aux gangs de filles principalement d'un point de vue mode et look, il ne s'arrête donc pas aux vrais gangs de voyous (oui oui, il y a eu des gangs de nanas très violents au Japon) mais à tous les types de bandes de filles, même les mouvements purement musicaux.

Ce livre est indispensable pour tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin aux sous-cultures japonaises par son incroyable synthèse et présentation des principaux mouvements de japonaises depuis 40 ans; je ne saurais donc que trop vous le conseiller :-)

Canalblog Autres Gangs Filles021

Canalblog Autres Gangs Filles022
Sommaire du livre

Canalblog Autres Gangs Filles023

Canalblog Autres Gangs Filles024Les gangs de filles aux cours des décennies

Le style Sukeban

Canalblog Autres Gangs Filles025

Canalblog Autres Gangs Filles026

Canalblog Autres Gangs Filles027

Le style Takenokozoku

Canalblog Autres Gangs Filles028

Canalblog Autres Gangs Filles029

Canalblog Autres Gangs Filles030

Le style Kogal

Canalblog Autres Gangs Filles034

Canalblog Autres Gangs Filles035

Canalblog Autres Gangs Filles036

Le style Gonguro
Canalblog Autres Gangs Filles037

Canalblog Autres Gangs Filles038

Canalblog Autres Gangs Filles039

Le style Gothloli

Canalblog Autres Gangs Filles013

Canalblog Autres Gangs Filles014

Canalblog Autres Gangs Filles015



Posté par David Yukio à 16:14 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

07 juin 2008

Yoshitoshi, le dernier grand maître des estampes



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles illustrateurs et arts


Canalblog Estampes Yoshitoshi09


Yoshitoshi, 1839 - 1892, est considéré comme le dernier des grands maîtres des estampes japonaises (ukiyo-e). Ses oeuvres  sont parmi les plus violentes jamais peintes. Pour plus d'info sur cet artiste, wikipédia est notre meilleur ami :-) http://fr.wikipedia.org/wiki/Yoshitoshi

[EDIT 01/07/2012]
D'autres images ici en bien meilleure définition : http://medeeenfurie.com/blog/2012/07/01/yoshitoshi-le-dernier-grand-maitre-des-estampes-yoshitoshi-the-last-great-master-of-japanese-prints/


Des estampes classiques, aux superbes couleurs

Canalblog Estampes Yoshitoshi02

Canalblog Estampes Yoshitoshi03

Canalblog Estampes Yoshitoshi04


D'autres estampes, violentes et morbides!
Canalblog Estampes Yoshitoshi05

Canalblog Estampes Yoshitoshi06

Canalblog Estampes Yoshitoshi07

Canalblog Estampes Yoshitoshi08


Vieille sorcière et femme enceinte
Canalblog Estampes Yoshitoshi10





Posté par David Yukio à 20:54 - Arts, illustrateurs - Permalien [#]

30 mars 2008

Toshio Saeki, estampes érotiques



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles poésie, photos, arts, expositions, illustrateurs et autres

Notes liées dans mon blog : Liste articles sexe


CanalBlog Artbook Toshio Saeki005

Toshio Saeki est un illustrateur japonais né en 1945 renommé pour ses estampes érotiques.

Dans ses deux artbook Chimushi il mélange allègrement Japon moderne et Japon traditionnel avec une préférence pour le bestiaire fantastique japonais puisque nombre de ses estampes voient des accouplements improbables entre fantômes, démons et humains. Ses personnages sont le plus souvent soient soumis à des situations violentes (viol, meurtre, torture...) soient s'abandonnent dans des délires érotiques empreints au contraire de grande délicatesse.

Je vous laisse en sa compagnie :-)

[EDIT 29/10/2011]
D'autres images ici en bien meilleure définition : http://medeeenfurie.com/blog/2011/10/29/toshio-saeki/

CanalBlog Artbook Toshio Saeki010
Artbook Chimushi 1 de 1995, éditeur Treville, 170 pages

CanalBlog Artbook Toshio Saeki008
Artbook Chimushi 2 de 1996, éditeur Treville, 170 pages

Quelques estampes où domine le plaisir
CanalBlog Artbook Toshio Saeki011

CanalBlog Artbook Toshio Saeki007

CanalBlog Artbook Toshio Saeki016


CanalBlog Artbook Toshio Saeki013

Le voyeurisme, une des clés de l'oeuvre de Toshio Saeki
CanalBlog Artbook Toshio Saeki014


Du plaisir encore, mais par des voies détournées
CanalBlog Artbook Toshio Saeki003


CanalBlog Artbook Toshio Saeki015

Autre facette des oeuvres de l'artiste, la violence teintée de sexe.
Je n'ai pas mis ici les images les plus violentes car certaines sont vraiment terribles.
CanalBlog Artbook Toshio Saeki004

CanalBlog Artbook Toshio Saeki006


CanalBlog Artbook Toshio Saeki017
Art book Japon intime de 1990, version française, éditeur Albin Michel, 88 pages

CanalBlog Artbook Toshio Saeki009
Artbook The early works de 1997, éditeur Treville, 160 pages
Compilation de ses premiers dessins, depuis 1970

Encore du voyeurisme!

CanalBlog Artbook Toshio Saeki002


Humains et démons ne font pas toujours bon ménage :-)
CanalBlog Artbook Toshio Saeki001


Son site web en japonais http://www.neoplan.jp/saeki/index.html



Posté par David Yukio à 12:19 - Arts, illustrateurs - Permalien [#]

23 mars 2008

Felice Beato, photographies du Japon du 19ème siècle



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles poésie, photos, arts, expositions, illustrateurs et autres


Canalblog Livres Felice Beato008

Vénitien d'origine, comme Marco Polo, Felice Beato a parcouru le Japon dans la deuxième moitié du 19ème siècle pour nous rapporter de superbes photos d'un vieux Japon en cours d'occidentalisation. Beaucoup de ces photos sont parties en fumée en 1866, il ne reste que quelques négatifs de cette époque mais cela ne découragea pas Felice qui repartit en voyage pour ne pas laisser tomber dans l'oubli ce Japon du 19ème.

Le livre ci-dessus "Japon fin de siècle" est édité chez Artaud et contient pas loin de 70 photos et des textes de Pierre Loti. Le plus étonnant est que ces photos ne sont pas en noir et blanc mais en couleurs! Certes ce sont des teintes très sépia, on a plus l'impression de contempler des estampes que des photos en couleur mais un charme suranné se dégage de ces instants figés pour l'éternité.

Caractéristiques du livre
112 pages, 28cm x 25cm
Première édition en 1984 sous le titre "Mukashi  Mukashi" et en 2000 sous le titre "Japon fin de siècle"


[EDIT 29/10/2011]
Des photos en bien meilleure qualité ici : http://medeeenfurie.com/blog/2011/04/28/felice-beato-photos-du-japon-du-19eme-siecle-photographs-of-19th-century-japan/

Canalblog Livres Felice Beato010

Canalblog Livres Felice Beato011

Canalblog Livres Felice Beato012

Canalblog Livres Felice Beato013

Canalblog Livres Felice Beato014

Ci-dessous un autre livre, "Felice Beato et l'école de Yokohama" dans la collection Photo Poche.
Canalblog Livres Felice Beato001

Canalblog Livres Felice Beato003

Canalblog Livres Felice Beato004

Posté par David Yukio à 12:16 - Livres, revues... - Permalien [#]