Mon amour pour le Japon et Tôkyô

Mon amour pour le Japon et Tôkyô

13 mai 2010

Troisième voyage à Tôkyô - Jour 2 - Samedi 03 Avril 2010

Ce matin je me promène à "Yebisu Garden Place", une place étonnante située dans le quartier d'Ebisu, au sud de Shibuya, Cette place comprend un musée en briques ocre dédié à la brasserie Sapporo (qui a modernisé ce quartier depuis la fin de la seconde guerre mondiale), une immense verrière recouvrant une bonne partie de la place et, au fond de celle-ci, la réplique d'un château français qui renferme le restaurant de Joël ROBUCHON! Ce château a d'ailleurs une petite histoire : les japonais l'avaient acheté en France, dans les années 80, et projetaient de le démonter pierre par pierre pour le transporter ensuite à Tôkyô et le reconvertir en restaurant ultra classe! Le gouvernement français parvint à s'opposer à ce projet et c'est finalement une copie qui remplit ce rôle...

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_001
Au premier plan, le musée Sapporo

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_002
L'énorme verrière

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_003
La copie du château français

Je me dirige ensuite vers la grande tour qui s'élève juste derrière le musée Sapporo, en espérant grimper au 39ème étage et avoir une belle vue sur le quartier d'Ebisu, mais impossible d'accéder à cet étage avant 11H00! 

Direction ensuite Shibuya, Shibuya la belle, Shibuya la folle, Shibuya la féminine,!!!!! Ce quartier est l'un des plus beaux et des plus énergiques de tout Tôkyô, un endroit à visiter impérativement et une journée n'est pas de trop pour s'y perdre! On débute bien sur par une photo du fidèle chien Hachiko, l'icône de ce quartier qui, à cette heure du matin (vers 10H30), n'est pas encore rendue invisible par les hordes de touristes photographes et des japonais qui l'utilisent comme point de rendez-vous.
Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_004

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_005

Des photos de ce superbe quartier
Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_006

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_007

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_008

Ensuite je m'engouffre dans la fameuse tour 109 (http://japon.canalblog.com/archives/2007/06/04/5188847.html), le temple de la mode des jeunes japonaises, et en
parcours TOUS les étages; chose que je n'avais pas faite lors de mes deux précédents voyages de 1997 et 2004. Il y a dix étages en tout : deux sous-sols et huit étages proprement dits. Chaque étage est peu vaste mais renferme plusieurs petites boutiques, exclusivement dédiées à la mode des jeunes femmes (15-25 ans surtout). Les photos sont interdites (Rogntudju de Rogntudju comme disait Prunelle!) mais je fais fi de cette privation d'une de mes libertés fondamentales et je vous livre ici mes plus belles.

Les magasins sont nombreux, très richement fournis, que ce soit en robes et jupes fleuries aux couleurs pastel, en chaussures, en t-shirts multicolores, en lacets fantaisie aussi, en canotiers style Maurice CHEVALIER (!)... bref, ce fut étonnant de voir cette densité et cette diversité de styles concentrées en si peu d'espace. Et que dire des vendeuses? Grandes, fines, type mannequin, juchées sur des chaussures à hauts talons, belles comme le jour, avec de longs cheveux bouclés et des fringues au top de l'avant-garde :-) Vous avez compris, c'est un petit paradis pour les adeptes du shopping et aussi pour les hommes!

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_048
La liste des nombreux magasins

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_009

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_010

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_011

Une fois extirpé, difficilement je le reconnais, de ce lieu magique et symbolique, je furète sur la colline des Love Hotels, derrière la tour 109. L'endroit est calme, composé de petites ruelles discrètes et renferme un nombre impressionnant d'hôtel, certains soft, d'autres plus voyants, qui permettent aux japonais et japonaises de s'ébattre en toute tranquillité.

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_012

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_015
J'aime énormément ces petites rues, on s'y sent si loin de la fourmilière des grandes villes, ce sont des oasis de zénitude

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_016

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_017

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_013

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_014
Les tarifs d'un hôtel de style indien

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_018
Une maison individuelle qui a l'air bien âgée, avec ses fleurs, arbustes et son vieux propriétaire; rencontre étonnante au milieu des Love Hotels :-)


Un petit tour dans le grand immeuble Q-Front car il renferme le café Starbucks, mondialement connu pour sa vue unique sur le plus grand passage piéton du monde! Et là c'est le DRAME! Ma batterie étant vide, j'insère celle rechargée hier dans ma chambre et IMPOSSIBLE DE PRENDRE LA MOINDRE PHOTO ! L'indicateur de charge est rouge. La batterie est vide alors que je l'ai rechargée hier!!!!! Idem pour ma troisième et dernière batterie! Qu'est-ce qui se passe, qu'est-ce qui se passe? Bordel, je suis à Tôkyô, à Shibuya, devant un des symboles de cette ville et je ne peux plus faire de photo?

OK, ok, on se calme, on se calme, on arrête de paniquer, on reprend ses esprits. Je file à mon hôtel faire des tests. Je constate, effaré, que je ne peux pas recharger ma batterie depuis les deux prises de mon appartement! J'ai un Panasonic FZ18 (appareil japonais), un chargeur universel qui se branche sans adaptateur sur les prises japonaises, trois batteries achetées en France et qui ne m'ont jamais fait défaut et là, dès que je veux recharger ma batterie, au bout de UNE minute (au lieu de deux heures en temps normal), le voyant du chargeur s'éteint, signe que la batterie est pleine. Je mets la batterie dans mon appareil, l'indicateur de charge est plein, je prends deux photos et pschitt, l'indicateur de batterie se retrouve à 0 en cinq secondes et mon rythme cardiaque à 200!

Ça va mal, très mal! Je fonce à la réception, explique mon problème aux deux nanas de l'accueil. Elles testent sur la prise de leur bureau et c'est pareil, même problème! Elles m'envoient dix minutes après une autre employée dans ma chambre avec un méga appareil électrique de pro qui va vérifier la tension de mes prises, vérifier si c'est bien du 100 volt qui est délivré. Résultat incompréhensible : ça devrait marcher car la prise est OK mais ÇA NE MARCHE PAS!

Je cours ensuite au BIC Camera de Shinjuku, discute avec un vendeur européen et là, bordel, ça passe! On arrive à recharger ma batterie plus de cinq minutes sans problème! Ça m***e donc à l'hôtel puisque mon chargeur et ma batterie sont OK. Retour à l'hôtel j'explique à nouveau la situation et là, au bout d'un moment on arrive ENFIN a trouver une solution : il est possible de recharger ma batterie dans un local, derrière le bureau de la réception! Ne me demandez pas quel était le problème mais c'est bien la première fois que ça m'arrive, et en plus dans un hôtel 3 étoiles, au Japon (pays de l'électronique s'il en est) et en 2010!!!!! M***E, il va falloir que chaque jour je demande à la réception de recharger mes batteries vidées la veille? Mais bon, on a au moins trouvé une solution même si elle n'est pas élégante!


Bon, je vais essayer d'oublier que je viens de perdre trois heures sur cette histoire de fous alors que je revoyais Shibuya pour la première fois depuis six ans!!!!! OK, retour à Shibuya à 16H30 donc, destination la tour 109 puis je trouve un café internet, pourri, où la lumière du box s'allume pas, où le clavier a des touches illisibles à force d'être utilisées et où, bizarre, le PC est éteint par défaut donc il fallait penser à l'allumer (dans les autres cybercafés ce sera pareil). Une fois mes mails consultés, je sors de cet endroit décevant!

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_026
LE passage piéton de Shibuya; malheureusement on ne le voit pas en grand angle ici et c'est dommage mais, croyez-moi, ce sont des centaines de personnes qui s'y croisent à chaque feu vert!


Petite ballade autour de la tour 109 : multitude de gens, de magasins, de ruelles... Tôkyô dans toute sa splendeur :-)
.Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_022

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_023

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_024
Pour ceux qui découvrent Tôkyô pour la première fois, ça doit surprendre!

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_025

Petit saut chez Mandarake, LE magasin mythique des mangas!

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_019
L'entrée très space du Mandarake de Shibuya

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_020
Des mangas par milliers, par milliers, par milliers... et si peu de temps, si peu d'argent et si peu de kilos autorisés dans mon avion :-(

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_021
472 500
yens le manga... ça fait 4 175€ au 22/05/2010 et je suis sur qu'il y en a d'autres bien plus chers, du genre les premières œuvres de Tezuka

Pour souffler un peu, reprendre des forces physiques et mentales, retrouver la gniak, le fighting spririt (si cher à You l'attaquante) je vais manger, non plus dans un Mc Do mais dans un pub, histoire de bien manger cette fois. C'est pas mauvais mais pas extra non plus mais bon, ça me détend bien puis, une fois le repas achevé, je vois que c'est enfin la nuit!
Shibuya de nuit va s'offrir à moi; un must have seen Tôkyôïte!!
Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_027

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_028

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_029

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_030

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_031

Le quartier des Love Hotels la nuit... mystérieux, intimiste, pas de voiture, avec nombre de petits éclairages créant une drôle d'ambiance
Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_032

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_033

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_034

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_035

A 21H00 je monte en haut de la très grande Cerulean Tower, au sud de Shibuya car au 40ème étage se trouve un bar, appelé Bellovisto, qui offre une vue incroyable sur le quartier. Je m'installe, tranquille, serein, écoute ma musique (Namie AMuro, Tora San), déguste un cocktail au rhum du nom de Kamikaze puis je tente malheureusement un bloody mary mais là c'est la déception, j'aime pas du tout! Bien sur je multiplie les photos, shoote un max Shibuya que je domine outrageusement de cette tour de 180 mètres.
Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_036
La Cerulean Tower

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_037
Un mur de lanternes de papier

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_038
Une vue sur Shinjuku depuis le bar Bellovisto

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_040

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_039
Le cœur de Shibuya avec son fameux croisement devant
l'immeuble Q-Front, vu de haut, de très haut!

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_041
Plus près

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_042
Merci mon zoom!

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_043

Je quitte le bar vers 22H00, direction Shinjuku. Je me ballade dans le Kabuki-Cho et son quartier des Love Hotels, plus clinquant que celui de Shibuya puis je finis la soirée en buvant une pinte de bière, affalé dans un pub en plein cœur de ce quartier chaud de Tôkyô, épuisé nerveusement par les émotions de cette journée de fou mais heureux de tout ce que j'ai vu!


Le quartier des Love Hotels du Kabuki-Cho
Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_044

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_045

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_046
Comment dire? Certains ont quand même une drôle de tête, non?

Canalblog_Tokyo03_03_Avril_2010_Samedi_047


Notes liées dans mon blog


Mes voyages à Tôkyô


Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais

   

Posté par David Yukio à 13:56 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

11 mai 2010

Troisième voyage à Tôkyô - Jour 1 - Jeudi 01 et Vendredi 02 Avril 2010

Jeudi 1er Avril 2010
Paris, 5H00 du matin... Après une nuit difficile et agitée je me lève pour enfin retourner au Japon, pour ce qui sera seulement mon troisième voyage à Tôkyô en treize ans. Un taxi me prend à 6H00, l'avion d'Air France décolle à 12H15 et c'est un direct pour Tôkyô (960€ quand même!!!!!). Le voyage se passe sans souci, je regarde quatre films durant le vol, ce qui m'occupe déjà la moitié du vol (il est loin le voyage de 1997 avec l'Aeroflot où tu devais subir un vol long, pénible et où
les livres et revues que tu avais pensé à emmener étaient ta seule distraction). On atterrit à 7H15 heure locale, le vendredi 02 Avril, après 12 heures de vol et 10 000km :-)

Vendredi 02 Avril 2010
Atterrissage à 7H15 donc, le passage en douane est super rapide et à 8H15 je prends un bus limousine, direction Shinjuku la grande! Là, premier énervement de ce voyage : on met deux heures pour rejoindre mon hôtel!!!!! Le trajet fut EXTRÊMEMENT lent, j'étais à deux doigts de péter un câble; la faute aux nombreuses voitures se rendant à la capitale à cette heure du matin. Enfin bon, à 10H10 je suis à mon hôtel, le Shinjuku Prince Hotel, qui se trouve tout près de la station de la Yamanote sortie Kabuki-Cho. Le check-in a lieu a midi donc je ne peux pas prendre possession de ma chambre avant cette heure mais au moins je peux laisser mon sac à la réception et aller me balader en attendant midi.

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_001
La tour Tôkyô Sky Tree, vue du bus limousine, qui culminera en 2012 à 634 mètres et remplacera la Tôkyô Tower comme tour de radiodiffusion

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_002
La tour NTT Docomo à Yoyogi vue de mon bus : on approche de Shinjuku :-)

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_003
Au milieu, la mairie de Tôkyô, sise à Shinjuku : on est enfin arrivé à destination!

Le Shinjuku Prince Hôtel : 25 étages, à la frontière des Shinjuku Est et Ouest et à l'entrée du Kabuki-Cho! Mieux placé, ça existe pas!
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_004

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_041

Donc ça y est, je suis enfin de retour à Tôkyô, à mon furusato imaginaire, et, qui plus est, à Shinjuku, le cœur de la ville! Je file faire un tour à la librairie Kinokuniya à Shinjuku Dori, je me promène autour de la gare pour prendre "possession" de mon nouvel environnement, sentir mon nouveau quartier, me ballade dans une petite ruelle renfermant de nombreux restaurants et qui s'appelle Omoide Yokocho puis déjeune au Mc Do (oui, je sais, c'est pas bien, j'ai un peu honte mais c'est ma marque de fabrique : à l'étranger, tu bouffes vite, pas cher, sans perdre de temps et que des choses que tu connais donc c'est Mc Do et, au Japon, les cochonneries dans les supérettes genre 7/7, Family Mart... comme ça tu as plus de temps pour visiter et plus d'argent pour acheter des livres)

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_005
La sortie "Kabuki-cho" de la gare Yamanote de Shinjuku!

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_042
La même sortie avec un mannequin géant pour je ne sais quelle équipe de baseball. Au fond le magasin Lumine, qui a débaptisé le fameux My City de City Hunter de Tsukasa Hôjô

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_006
L'écran géant "Studio Alta", point de rendez-vous de milliers de Tôkyôïtes!

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_007
L'immense librairie Kinokuniya, renfermant des milliers d'ouvrages et pas mal de plans, cartes, guides de voyages pour les touristes!

L'entrée de Omoide Yokocho
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_008

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_009

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_010
J'adore ces ambiances de petites ruelles, intimistes, oubliées du temps, presques villageoises...

A midi pile je suis enfin dans ma chambre : 12ème étage, vue sur le Kabuki-Cho, grande fenêtre, WC Toto avec une lunette chauffante qui me laisse, si je puis dire, sur le cul! Ce sera un souvenir étonnant; des toilettes qui te chauffent les fesses, y a pas à dire, en France on est à des années-lumières de ce raffinement tout japonais!.

Ma chambre, avec vue sur le Kabuki-Cho
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_011

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_012

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_013

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_014

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_015

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_016
La Tôkyô Sky Tree prise au gros zoom de 18X de la mort qui tue tout depuis ma chambre! Hallucinant de voir des grues au sommet de cet édifice; je n'ose imaginer le travail des grutiers!

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_017
L'entrée du Kabuki-Cho

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_018
La même entrée, en plus gros plan!

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_039
Le Kabuki-Cho avec ses touristes

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_040

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_020
Le jour c'est bien, la nuit cet endroit brûle de mille feux!

Une petite vidéo du Kabuki Cho de jour; meilleure définition disponible : 480p

http://www.youtube.com/watch?v=Fgu_ZezKtyA

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_019
Une des deux grandes avenues de Shinjuku!

Le temps s'est calmé, il pleut moins donc je vais aller passer toute ma journée à Shinjuku en safari photos! Première destination selon vous? La Golden Gai! Cet entrelacs de ruelles débordant de minis bars est toujours aussi agréable à parcourir, c'est une oasis incroyablement zen et reposante dans la jungle hi-tech de Shinjuku!
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_021
Le petit chemin en pierre avec ses arbres qui mène à la Golden Gai

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_022
Une des entrées de cet endroit à l'écart du temps

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_023

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_024
Calme, reposant, pas un chat ou presque

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_027

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_028

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_029

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_030

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_031

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_032

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_026
Oui, ça ne fait pas envie, et le soir ça fait même peur! C'est l'espace qui se trouve entre deux bars donnant sur deux rues différentes : ils ne se touchent pas et on peut y mettre n'importe quoi... brrrrr, un endroit où on pourrait tourner des films gores!

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_025
Un plan de la Golden Gai avec ses dizaines et dizaines de bars, indéchiffrable pour la majorité des non japonais :-)

Une petite vidéo de la Golden Gai de jour; meilleure définition
disponible : 480p
http://www.youtube.com/watch?v=6yYdIHM49DY

Ensuite petit détour par le temple Hanazono qui est voisin de la Golden Gai. Achat ensuite non sans mal d'une carte Suica pour prendre la Yamanote et le métro car j'ai trouvé que cette année, à la différence de 2004, les distributeurs de cartes ne sont pas intuitifs du tout; je demande comment faire à un employé japonais mais je comprends rien à ses explications, finalement je me fais assister d'un français semblant être au Japon depuis assez longtemps pour maîtriser ces damnées machines. Après quelques photos du mythique Kabuki-Cho et plusieurs parties de jeux vidéos (des Shoot'Em Up de la société Cave genre Mushihime Sama, Death Smiles, pour ceux qui connaissent), retour à mon hôtel pour un repos réparateur de 15H00 à 17H00!

Le temple Hanazono
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_033

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_034

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_037
Tôkyô, en Avril, avec ses cerisiers en fleurs, une image d'épinal connue du monde entier!

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_035

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_036

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_038
Des vœux, écrits au marqueur noir sur des tablettes de bois

A 18H00, ragaillardi, frais comme un gardon, affamé de Japon, je repars me noyer dans les néons de Shinjuku. Il fait noir tôt à Tôkyô, les avenues Shinjuku Dori et Yasukuni Dori sont illuminées de mille néons et le Kabuki-Cho brûle d'un million de lumières : pour moi, c'est le paradis sur terre, je suis comme un enfant voyant un sapin de noël avec ses guirlandes lumineuses pour la première fois ou bien qui assiste à son premier feu d'artifice; je suis revenu à Tôkyô pour revoir ces rues, ces lumières qu'on ne retrouve nulle part ailleurs, que ce soit à New-York, à Hong-Kong, à Bangkok, à Paris... Je suis de retour au cœur d'une passion de plus de trente ans et je me sens vraiment en "vacance" de mes problèmes devant ce spectacle!

Les néons de Shinjuku; LE Shinjuku by night est à voir impérativement!
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_043

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_044

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_051

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_052

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_045

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_046

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_047

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_061

Une petite vidéo de Shinjuku de nuit; meilleure définition disponible : 480p

http://www.youtube.com/watch?v=PfiTrAFmY0E

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_062

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_065

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_048

La sortie "Kabuki-Cho" de la gare Yamanote de Shinjuku
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_063

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_064

Omoide Yokocho de nuit
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_050

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_049

Il fait nuit donc direction à nouveau la Golden Gai pour des photos totalement différentes de celles de jour, plus mystérieuses, même si on croise aussi peu de monde dans ces ruelles peu éclairées et pourtant rassurantes. Idem pour le temple Hanazono : photos de jour ET de nuit! Direction ensuite le quartier coréen de Tôkyô, baptisé Shin-Ôkubo, que je rejoins à pied et que je n'avais jamais visité auparavant! Le coin est assez banal, je vois juste quelques magasins avec le double nom japonais-coréen mais rien de spécial (on est à mille lieux du Chinatown de Yokohama); on est trop près de Shinjuku pour que ce quartier ait une vraie personnalité. Détail marrant, c'est le seul endroit dans Tôkyô où je me ferai apostropher par deux prostituées racolant dans la rue! En revanche, ce qui est sympa, c'est la zone résidentielle entre mon hôtel et la station de Shin Ôkubo, assez sombre, intimiste même, où on peut faire des photos donnant l'impression d'être loin, très loin de cette autre ville lumière!

La Golden Gai de nuit, si mystérieuse...
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_057

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_053

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_054

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_055

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_056

Une petite vidéo de la Golden Gai de nuit; meilleure définition
disponible : 480p

http://www.youtube.com/watch?v=mZ_JchIv02U

Le temple Hanazono, de nuit lui aussi
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_058

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_060

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_059

SHin-Okubô
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_066
Un temple, engoncé entre deux immeubles, presque asphyxié

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_067

Le quartier résidentiel entre mon hôtel et la station de la Yamanote
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_068

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_069

Retour à mon hôtel vers 20H30 puis je vais au bar nommé Fuga, situé au 25ème étage, qui offre une vue splendide sur le quartier des affaires de Shinjuku ouest avec ses tours. L'ambiance est apaisante, idéale pour achever une première journée dans une ville hyper speed! Je m'installe dans un fauteuil, commande un coktail baptisé Yukiguni (pays de neige) à base de vodka, chausse les écouteurs de mon lecteur MP3 puis m'abandonne à mes rêveries dans la musique, l'alcool et les tours qui sont devant moi... Leur cocktail est si bon que j'en prends même un deuxième, me repose pendant plus d'une heure trente dans ce bar, avec l'impression d'être arrivé à quelque chose, d'avoir atteint un cap difficilement surpassable : je suis à Tôkyô, j'ai les tours de Shinjuku en face de moi, un cocktail à la main, j'écoute ma musique... je me sens le maître du monde :-)

Le bar Fuga et sa vue sur les gratte-ciels de Shinjuku
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_074

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_070

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_075

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_071

Vues de Shinjuku depuis l'étage 25 de mon Hôtel
Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_076

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_072

Canalblog_Tokyo03_02_Avril_2010_Vendredi_073

En résumé, une excellente première journée qui avait pourtant mal commencé avec le bus limousine mais qui s'achève en beauté dans la Golden Gai de nuit et dans le bar Fuga!


Notes liées dans mon blog

Mes voyages à Tôkyô


Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais


Posté par David Yukio à 22:54 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

05 septembre 2009

Les meilleurs Love Hotels japonais de 1985



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais

Notes liées dans mon blog : Liste articles sexe


Voici un article publié dans le numéro 22 de Newlook, de Juin 1985, consacré à la folie des Love Hotels japonais!

Canalblog Love Hotels Newlook22 198506 01

 

Canalblog Love Hotels Newlook22 198506 02

"Question à 9000 yens? Quelle est la plus grosse entreprise du Japon? Sanyo, Honda, Mitsubishi, Aiwa? Une entreprise qui compte 25 000 points de vente et réalise un c.a. de 12 milliards de dollars. Plus fort que Sanyo, c'est Clito. Les love hotels japonais sont les temples de l'amour fréquentés chaque année par un milliard de clients. Notre envoyé spécial, french lover patenté, a voulu faire la tournée. Il s'est fait jeter. Motif: dépourvu de livret de famille. Ces hôtels sont réservés aux couples mariés qui souffrent de la promiscuité. Au choix : la chambre du Sphinx, l'ombre de Ben-Hur, la navette spatiale, même la mercedes d'Hitler. "Mara a eu bobo"?"
"Parmi les 25 000 love hotels que compte le Japon, l'un des plus extraordinaires est sans conteste l'Hôtel Universal de Tôkyô dont voici la "King Tut Room", plus connue sous le nom de "Chambre du Sphynx".

Canalblog Love Hotels Newlook22 198506 03

 

Canalblog Love Hotels Newlook22 198506 04

"En plein Tôkyô, un château bavarois délirant. Au second étage, la "Chambre de la NASA" avec en guise de plumard, la réplique miniaturisée de la navette spatiale.
Sur le tableau de bord, le compte à rebours s'enclenche automatiquement dès le début des câlins... Au "top", un monstrueux bruit de décollage retentit dans la pièce."

Canalblog Love Hotels Newlook22 198506 05

 

Canalblog Love Hotels Newlook22 198506 06

"Au choix : la chambre des tortures; la Mercedes dite "d'Hitler" recouverte de graffiti laissés par des amants reconnaissants; la chambre de Ben-Hur avec claquements de fouets en fond sonore, le plus kitch étant la "Clam Bedroom" avec le bruit de la mer, au moment fatidique où "Mara a eu bobo." Ce qui veut dire en japonais : lorsque "il" est dans "elle"."

Canalblog Love Hotels Newlook22 198506 07

 

Canalblog Love Hotels Newlook22 198506 08

"Sur le lac Sagami, des répliques du Queen Elisabeth et de l'Atene attendent à quai les couples légitimes et illégitimes. Discrétion et anonymat sont la règle absolue : on paie sans même voir la réceptionniste derrière son guichet. Des caches sont apposées sur les plaques d'immatriculation! Beaucoup d'hôtels sont informatisés : on choisit sa chambre sur un clavier télévisé, on retire la clé d'un distributeur automatique et l'on reçoit la note par un tube pneumatique. Le rêve : se voir sans être vu."

Canalblog Love Hotels Newlook22 198506 09

 

Canalblog Love Hotels Newlook22 198506 10

"Le New Japan Hotel (photo de gauche) est considéré par les fins connaisseurs comme le plus délirant des love hotels.
C'est dans cet hôtel que l'on peut réserver la Chambre du Parthénon (ci-dessus) en simili stuc "à la Phidias"."

Canalblog Love Hotels Newlook22 198506 11

"TOKYO? « HYPER SEX CITY! »
Urgence! Le dernier mot d'ordre des Japonais est urgence. Urgence de travailler. Urgence de produire. Ur­gence d'inventer, pardon, de copier en améliorant. Urgence de s'éclater. Urgence de «baïzer» aussi... Cette urgence est due à des impératifs climatiques, géologiques et météo­rologiques hors du commun. Il ne se passe pas de mois sans que le Japon ne subisse les attaques effroyables de tremblements de terre, de typhons ou de tsunami, ces vagues géantes de 20 mètres de haut atteignant des vitesses supé­rieures à 200km/h. Urgence les copains! Et c'est un refrain bien connu : en état d'urgence ou de stress continu, les idées fusent et la créativité décolle !

Bref, les Japonais vivent déjà en plein XXIe siècle. A tous les niveaux. Au pays du soleil électronique levant le Tgv est largué à la casse pour faire place au train à lévitation magnétique qui déboule dans les rizières à plus de 500km/h. Vous comprenez maintenant pourquoi les Japs sont tous peignés en arrière. Chez les « Banzais » les écrans vidéo géants sont relégués au musée : bonjour l'écran hyper panoramique Jumbo Tron de Sony de 48 mètres sur 42 mètres à plus de quinze milliards de centimes le bout ! Là-bas, ils viennent même de créer les robots parlant et dialoguant qui seront la main-d'œuvre de demain. Bon d'ac­cord les amateurs d'estampes ont tout ça! Et alors? Nous en France nous sommes toujours les princes de la fesse, les rois du «dedans-dehors », les empereurs de la cuisse et jusqu'à preuve du contraire Paris est toujours sacré « Sex City » dans le monde entier. Erreur. Grosse erreur. Après avoir assiégé et déva­lisé Vuitton, imité notre tour Eiffel, les Nippons viennent encore de frapper. Au bas-ventre. Un coup tellement bas que c'en est une honte. Un coup encore plus vicelard que Pearl Har-bor. Les « aligato » viennent de nous piquer l'image de marque dont nous étions le plus fier : le cul! Aujourd'hui à Tokyo, «Hyper Sex City», les bordellos et autres love hotels res­semblent à de véritables maisons de fantasmes où tout ce que vous avez toujours voulu réaliser sexuel­lement sans oser le demander (ou même l'imaginer) est enfin possible. Tout? Tout!

Vu! J'aperçois les sourires sceptiques des incrédules de service au fond de la classe, ceux qui connais­sent par cœur leur Paris vicelard de la rue Saint-Denis aux multiples ré­jouissances du Bois de Boulogne en passant par le Roi René. Enfantil­lages tout cela. Enfantillages... Vous vous êtes déjà envoyé en l'air dans une navette spatiale de la Nasa avec compte à rebours au moment du grand frisson? Vous avez déjà « lih me» comme un forcené dans la réplique exacte de la chambre de la reine Elisabeth, Oh my God! Vous en voulez encore? Ça ne vous tente­rait pas de sortir votre «theu bii» à l'ombre du grand Sphinx sur fond de pyramides avec des guépards par­tout dans la piaule? Et une spécialité locale comme une « pih peuh » dans une Toyota? Bon vous allez me dire que c'est déjà plus classique. Erreur. La dite Toyota est plantée en plein air sur le plus grand gratte-ciel (pas très haut en raison de l'interdiction de construire trop en hauteur because les tremblements de terre) de Tokyo et vous vous faites mettre d'équerre avec une vue imprenable sur la ville-pieuvre. Géant, non? Je vois les sourires s'estomper et les yeux s'agrandir. Attendez, vous n'êtes pas au bout de vos surprises. Vous êtes du genre fétichiste — facho-nostalgique de la grande époque? Payez-vous un one way ticket pour la Mercedes de tonton Adolf avec en fond sonore des cuivres et des bruits de talons de bottes sur le bitume. Il est recom­mandé de suivre le rythme. C'est tout juste si vous n'obtenez pas une paire de moustaches en prime. Votre tasse de thé c'est plutôt le sado-maso? La chambre des tortu­res vous attend avec ses menottes, ses geôles (faisant passer Louis XI pour un sadique en culotte courte et La Balue pour un moins que rien), ses fouets et tout un attirail de batteries de cuisine destiné à déchi­rer les chairs. A chacun son truc. Pour un supplément assez copieux vous avez même droit sur la vidéo à un film snuff. Les snuff sont des films sordidos que les malades du sexe s'arrachent parce que les filles y sont réellement torturées et très souvent tuées. Mais c'est une autre histoire...

«La pleine lune passée,
Par une nuit claire
A mon aimée
J'ai voulu les montrer
Les Rhous Tons
qui sentent bons... »
(envoi de Fleur d'oranger, extrait — trafiqué — de poésie japonaise)

N'importe qui ne peut pas, norma­lement, s'offrir un délire dans les love hotels de Tokyo ou d'Osaka. Pour la «couverture», les chambres affrio­lantes de ces bordels de l'amour qui sont des «best» internationaux, sont réservées aux couples mariés de nationalité japonaise. Oui, vous avez bien lu et même que souvent les couples en mal d'orgasmes dingues doivent montrer patte blan­che sous forme d'un livret de famille en bonne et due forme !...

Explication. Là-bas, le plus gros problème est celui de l'espace vital et de la construction. La quasi-tota­lité des îles est occupée par les montagnes. Vu que les tremble­ments de terre sont aussi fréquents que les procès-verbaux sur votre pare-brise il vaut mieux éviter de construire sur les hauteurs. Alors les villes s'étirent à l'infini le long des côtes en centaines de milliers de clapiers à lapins ne dépassant pas quinze étages toujours en vertu de cette loi folle imposée par les dérè­glements de la nature. Alors les loyers atteignent des sommets. Exemple : un appartement de deux pièces de 60 mètres carrés dans le centre, c'est-à-dire dans des quar­tiers comme Shinjuku, Roppargi, Ginza, Harakuyu, Akihabara et Shibuya coûte la bagatelle de 20000 francs par mois. Tout le monde habite à l'extérieur, dans les banlieues lointaines, des petits stu­dios de 20 mètres carrés séparés par des cloisons en papier où les parents s'entassent avec les enfants. Voilà le vrai problème. Les parents ne peu­vent s'offrir un 14 juillet décent, sans que les enfants n'entendent le bruit des pétards et les lueurs du feu d'artifice. Alors il faut choisir pour s'envoyer en l'air: l'orgasme silen­cieux et tristounet at home ou la folie dans les love hotels. Voilà dans les grandes lignes et en simplifiant à l'extrême l'explication de l'affaire. Mais si vous êtes de passage au Japon, un guide expert en choses du sexe, vous sera des plus utiles. Le mien s'appelle Chang. Nous l'appellerons simplement Chang parce que l'homme a un job très haut placé dans une multinationale nipponne. Chang a deux passions, le sexe sous toutes ses formes et un génie inné pour trafiquer les divins poèmes japonais et mignardises sexuelles.

Ecoutons-le : « Même si tu prends un autre oreiller
Pour reposer ta tête
Garde toi bien d'oublier
Le souvenir du clair de lune
Qui tombait sur mon manche trempé de ta rosée. »

Déjà en 81, Chang m'avait rendu malade en me racontant des virées folles à l'hôtel Universal de To­kyo, sur le « Queen Elisabeth » (une réplique du célèbre paquebot ancré sur le lac Sagami dans la presqu'île de Kangawa), ou à l'hôtel Chiyo-moto dans le quartier d'Ikebukuro à Tokyo. A l'époque, ces love hotels étaient des tops en la matière et les télévisions du monde entier faisaient la queue pour obtenir le droit de filmer quelques bouts dans ces lu­panars de rêve.

L'« Universal » faisait très fort avec sa « Nasa Space Ship Boom » à faire pâlir les responsables de la Nasa. La chambre-navette était la plus demandée juste avant la « King Tut Room» égyptienne avec le Sphinx et les pyramides. Le « Queen Elisa­beth » arrivait en deuxième position avec la piaule de la Reine et la « Clam Bed Room » où un lit était installé dans une coquille Saint-Jac­ques géante capable de se refermer et de diffuser en sourdine le bruit de la marée. Le « Chiyomoto » faisait lui aussi très fort avec la Mercedes Boom précédemment décrite. A l'époque seuls les couples légitimes étaient autorisés à pouvoir bénéficier de ces carrés d'enfer.

J'ai revu Chang à Tokyo en mars 83. Il profita d'un repas éclair pour me signaler qu'il y avait du neuf du côté des love hotels. De nouveaux établissements s'étaient ouverts, encore plus délirants que les précé­dents. Mais la grande nouvelle était, qu'officieusement, l'entrée n'était plus réservée uniquement aux cou­ples légaux ! Pour une poignée de yens supplémentaires, les amateurs bien introduits pouvaient bénéficier des derniers raffinements en matière de sexe, hôtesses comprises.

En 83 au box-office des lupanars, c'était le « Shanti Hotel » qui décro­chait le gros lot avec sa « Las Vegas Room » pleine de slots machines et son lit en forme de table de craps ! En deuxième position arrivait le «Yoshida Goten» d'Osaka et sa «Carriage Room» surnommée la chambre de Ben-Hur.

En guise de musique de fond, des claquements secs de fouets, les hurlements et applaudissements d'une foule romaine en délire. Ça avait tellement stimulé l'ami Chang qu'il avait reloué la fille, le char, les chevaux (hennissements compris) et la musique pour une heure. Troi­sième de la nouvelle liste, l'Hôtel « New Japan » et sa « Greek Style Pillar Room» en forme de Parthé-non avec plumard incorporé dans les colonnes, montant et descen­dant grâce à un système hydrauli­que ingénieux...

Parlons monnaie maintenant. Rapi­dement. Les temples japonais de l'amour font un chiffre d'affaires an­nuel de 12 billions de dollars, soit 12 milliards de dollars ou 1 200 milliards de francs si vous préférez. Ces hôtels sont ouverts 24 heures sur 24 et sept jours sur sept : le prix moyen d'une chambre d'extase est de 100 dollars l'heure.

Octobre 1984: nouveau passage éclair à Tokyo. Juste avant de partir pour Omaezaki je prends un verre avec Chang qui me dit ne plus décoller de la «Maison de mas­sage » dans le quartier hot de Jim-bocho. La «Maison de massage» n'est pas un love hotel, c'est un bordellos surnommé « l'Extase toyotesque ». La boîte ouvre à cinq heu­res de l'après-midi car les pension­naires sont des écolières de 17 ans qui «travaillent» une fois leurs cours terminés. Des chambres de cinq mètres carrés, mais aussi trois Toyotas parquées en plein air sur le toit avec lit à la place des banquettes et chauffage à la place du moteur. Sur la plaque minéralogique, le nom de l'écolière, son âge et ses spécialités. En revenant d'Omaezaki le répon­deur téléphonique de Chang m'ap­prend que ce dernier est absent de Tokyo pour quelques jours. Je dé­cide de tenter ma chance dans un love hotel. L'Universal et sa Nasa Space Ship Room feront très bien l'affaire. Le taxi me dépose, excité comme un collégien, devant une sorte de château bavarois au pays des Nippons. Les marches à la volée. La sonnette de la porte d'en­trée. Une mégère ridée derrière une caisse façon donjon avec gargouil­les incorporées. Une interprète s'approche et me dit que c'est ré­servé aux couples. D'un sourire entendu je glisse un paquet de yens à la caissière mafflue et un autre à l'interprète qui me branche parfaite­ment et que je veux emmener vers la navette spatiale de tous les plaisirs. Les deux videurs ont dû mettre moins d'un millième de seconde à m'éjecter du palais du Louis II de Bavière nippon. Apparemment l'Universal n'accepte que les cou­ples mariés. Et dire que Chang n'arrêtait pas de me répéter qu'avec mes yeux bridés je ressemblais à Nakasone, le Premier ministre, et que je n'aurais absolument aucun mal à me faire passer pour un « ponni » !

Avril 85. Je reçois une lettre de Chang qui semble complètement à l'agonie. Ça chauffe du côté des quartiers chauds de Tokyo, et plus précisément de Kabukicho, où les brigades des mœurs viennent d'ins­taurer de nouvelles lois pour muse­ler et réglementer l'industrie du sexe, la plus florissante aujourd'hui. Il paraît qu'il y a le couvre-feu à minuit et que les petites de 17 ans sont désormais introuvables. Et moi qui rêvais de tester tout ça en juin pro­chain. Y'avait urgence les mecs !
Gilles Lhote"


Posté par David Yukio à 13:49 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

13 avril 2009

Tôkyô sanpo - recueil de dessins sur Tôkyô



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 


Canalblog Livres Tôkyô Sanpo001

Canalblog Livres Tôkyô Sanpo002


Tôkyô sanpo de Florent Chavouret est une petite merveille, qui a débarqué sans crier gare dans nos librairies! Durant 6 mois, de juin à décembre 2006, Florent est resté dans la capitale nipponne lors du stage de sa copine. N'ayant pas de petit boulot, il décide alors de croquer la ville au gré des journées, des rencontres et nous livre sous forme de dessins sa vision de Tôkyô.

Tôkyô sanpo fait 210 pages, format A4, édité chez Philippe Picquier pour le prix de 24€. Le papier est de très bonne qualité et convient parfaitement aux dessins pastels. Je me suis régalé à découvrir les plans des quartiers de Tôkyô vus par le globe-trotteur, à admirer ses talents quand il reproduit les commissariats et les petites maisons de la ville. C'est une succession de petits et grands coups de cœur, de rencontres cocasses, farfelues, innatendues (mention spéciale pour le détour dans le commissariat de police pour cause de vélo volé)... C'est également un guide de voyage complémentaire à tous ceux, plus classiques, que je possède déjà car les cartes des quartiers comportent de nombreux points touristiques que je ne connaissais pas et Florent s'est attardé dans des quartiers généralement délaissés par les otakus et autres amoureux de Tôkyô.

Ce livre est une belle surprise, ne passez pas à côté!

Canalblog Livres Tôkyô Sanpo003

Canalblog Livres Tôkyô Sanpo004
Le plan de Shinjuku est sur deux pages : j'adore le choix des couleurs!

 

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, Tôkyô peut être une ville reposante et ce genre de dessin le prouveCanalblog Livres Tôkyô Sanpo006
Ils sont trop mimis ses dessins de commissariats!


Posté par David Yukio à 11:31 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

21 février 2009

La lumière de Tôkyô



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 


Canalblog Livres La Lumière De Tôkyô01 Couverture


Editeur : Editions Assouline
Date de sortie : 18 septembre 2008
132 pages, 100 photos (double pages pour la plupart)

26 X 32.5cm
45€

Quatrième de couverture : "Rendant un hommage "feutré" à l'architecture urbaine des grandes métropoles, Jean-Michel BERTS redessine les édifices et les paysages par la photographie; comme si, au petit matin, l'homme avait cessé d'imprimer sa marque. Après le succès de "La Lumière de Paris" et de "La Lumière de New York", il a choisi la ville de Tôkyô pour nouveau cadre de ses photos énigmatiques. Infusant un style aussi personnel que poétique. le photographe réussit à fait vibrer sur des notes semi-obscures la capitale japonaise, longtemps accablée par les ravages de la guerre et des catastrophes naturelles."

Ce très bel ouvrage est un recueil de photos sur l'architecture de Tôkyô. Celles-ci sont en noir et blanc, ce qui me gêne un peu car qui a vu les rues de Shinjuku et de Shibuya a compris que Tôkyô est une ville constamment illuminée, où les couleurs se mélangent à l'infini dans des néons en nombre illimité. Néanmoins le parti-pris se révèle heureux car Jean-Michel BERTS est un grand professionnel et il arrive à rendre émouvantes et poétiques des photos de gratte-ciels et de temples! Bravo aussi pour l'omniprésence de la nature et des arbres sur ses photos, même sur les tours de Shinjuku, car il a bien compris que la nature est partout chez elle à Tôkyô...

Canalblog Livres La Lumière De Tôkyô02

Canalblog Livres La Lumière De Tôkyô03

Posté par David Yukio à 17:57 - Livres, revues... - Permalien [#]

14 février 2009

DVD de tourisme sur Tôkyô



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 

CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme03

 

CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme04

Tôkyô Planète Edo
Réalisateur : Pierre Brouwers
Studio : TF1 Vidéo
Date de sortie du DVD : 22 février 2007
Durée : 52 minutes + 28 minutes de bonus
Inclus : petit guide de voyage de 16 pages

Présentation reprise du dos de la jaquette : "Edo est le nom que la capitale du Japon portait à l'époque des shoguns. Edo était, au début du XVIIIème siècle, la plus grande ville du monde. Aujourd'hui'hui, Tôkyô est une mégalopole tentaculaire, une surprenante juxtaposition de quartiers dont certains annoncent la ville du futur, alors que d'autres tiennent du petit village tranquille. En filmant Tôkyô, Pierre Brouwers a éprouvé le sentiment d'appartenir à un monde différent. Il lui a fallu rassembler patiemment, à chaque jour du tournage, les repères qui lui ont permis de mettre à notre portée une éblouissante planète."

Le DVD comprend les sujets suivants :
Les geishas, le kendo, Théâtre Nô, le wadaïko tambour traditionnel, le parc Yoyogi et le rockabilly, architecture, le métro, le shinkansen, marché aux poissons de Tsukiji, le temple Meiji Jingu, les mangas, la calligraphie, sushis et restaurant traditionnel, bento et automates, danse du dragon au temple senso-ji, le karaoké, vie nocturne, vues aériennes...
Les quartiers : Ginza, Shibuya, Odaiba, Shinagawa, Harajuku, Omotesando, Asakusa, Shinjuku, Kagurazaka, Akihabara.

28 minutes de bonus :
"Making of : accident de tournage (rien de grave mais sympa comme bonus)
Le monde vu du ciel : du rainbow bridge à la Tôkyô Tower.
Tôkyô, quartier de Shinjuku. Tôkyô, vers la baie de Sagami.
Le monde en fêtes : Yoyogi Park."


CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme01

 

CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme02

Tôkyô
Présentateur : Ian Wright

Studio : Pilot guides
Date de sortie du DVD :
18/04/2007

Durée : 60 minutes

Présentation reprise du dos de la jaquette : "
Tôkyô est une ville fascinante, une ville d’extrêmes qui mélange vielles traditions et visions futuristes, et est dotée d’un extraordinaire rythme de vie. On est frappé par les gratte-ciels et les néons, c’est un exemple éblouissant de réussite dans le Japon de l’après-guerre. Le globe-trotter Ian Wright commence son séjour en visitant le temple de la paix de Senso-ji, pour s’imprégner de la spiritualité de Tôkyô. Après un léger temps de réflexion, il embrasse le rythme de la ville et découvre les dernières nouveautés de la technologie et de la mode. Il fait ensuite l’ascension du Mont Fuji avec beaucoup d’autres touristes, et termine son voyage dans des endroits mal famés de Tôkyô."

Le DVD comprend les sujets suivants :
"Introduction
Jour 1 : Asakusa, la rivière Sumida, Odaiba et Shibuya
Jour 2 : marché de Tsukiji, Harajuku et Nezu
Jour 3 : le festival Kanto Matsuri
Jour 4 : le sanctuaire du Yasukuni et le musée de guerre
Jour 5 : le mont Fuji
Jour 6 : le mont Fuji et le complexe des collines de Roppongi (Roppongi Hills)
Jour 7 : le festival de Nebuta
Jour 8 : le dôme de Tôkyô

En chemin...
Profitez d'une source thermale volcanique au pied du mont Fuji. Prenez un petit-déjeuner de sushis au marché des poissons de Tsukiji. Explorez le monde de haute technologie des centres d'Odaiba. Émerveillez-vous devant les chars colorés du festival de Nebuta à Aomori. Etudiez la philosophie du Bushido, code de conduite des guerriers Samura¨."


Mon avis
Ces deux DVD sont intéressants mais beaucoup beaucoup trop courts! Comptez une heure pour l'un, une heure vingt minutes pour l'autre avec les bonus... A peine a-t-on le temps d'aborder un sujet qu'il faut déjà passer au suivant; beaucoup de points sont traités mais aucun n'est approfondi et je trouve celà très frustrant!!!!! D'un autre côté, regarder un film sur Tôkyô ça ne se refuse pas quand on aime cette ville; c'est juste que j'aurais aimé un gros box de 10 DVD de trois heures chacun prenant vraiment le temps de nous perdre dans cette ville!

Bref, un achat idéal pour ceux qui ne connaissent pas la capitale nippone et en veulent un aperçu rapide, ainsi que pour ceux qui la connaissent déjà bien qui retrouveront ici bien des endroits connus et s'émerveilleront notamment devant les images prises en hélicoptère... Pour cette deuxième catégorie de personnes, je vous rappelle que j'ai déjà rédigé pour ce blog des posts sur d'autres DVD plus pointus.


CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme05

Tôkyô streets
DVD consacré aux tendances urbaines de Tôkyô : indispensable!!!!!
Article à cette adresse : http://japon.canalblog.com/archives/2006/09/12/2661830.html

CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme07Images couleur de Tôkyô avant la seconde guerre mondiale
DVD sur la seconde guerre mondiale japonaise, avec quelques minutes sur Tôkyô, en couleurs, avant que n'éclate le conflit : je ne pensais même pas que celà existait
Article à cette adresse : http://japon.canalblog.com/archives/2006/06/25/2168475.html


CanalBlog DVD Tôkyô Tourisme06

Tôkyô ga
Superbe film consacré par Wim Wenders à Ozu, à Tôkyô, avec un passage sur les fameux rockers d'Harajuku.
Article à cette adresse :
http://japon.canalblog.com/archives/2006/05/25/1949808.html


Posté par David Yukio à 17:04 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

10 janvier 2009

Tôkyô twilight zone : superbe livre de photos sur Tôkyô



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 


Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone01

Tôkyô twilight zone est un recueil de photos de SATO Shintaro paru en mai 2008. 40 magnifiques photos de Tôkyô et sa banlieue, sur du papier glacé du meilleur effet. Il s'agit exclusivement de photos de quartiers de la capitale japonaise, ce qui en fait tout son charme pour moi. Je l'ai trouvé chez Junku, à Paris, pour 50€. C'est cher mais l'ouvrage vaut son prix quand on voit la qualité et surtout la définition des photos. Seul petit regret, pas de photos des quartiers emblématiques de Tôkyô comme Shibuya, Asakusa ou Harajuku.

Taille : 33cm sur 26cm

Voici quelques extraits de ce livre :-)

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone02

 

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone03

 

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone04

 

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone05

 

CanalBlog Livres Tôkyô Twilight Zone06


Posté par David Yukio à 17:12 - Livres, revues... - Permalien [#]

09 novembre 2008

La Tour de Tôkyô



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 

 

Canalblog Tour De Tokyo02


La tour de Tôkyô (
東京タワ en japonais, Tôkyô Tower pour les anglophones) est le symbole de la capitale japonaise et un lieu d'attraction touristique majeur de la ville. Elle est le plus haut bâtiment de tout le Japon avec ses 333 mètres (9 de plus que la tour Eiffel). C'est peu dire que les japonais sont fiers que leur tour soit plus haute que la fameuse tour parisienne. Néanmoins son aspect est proche puisque c'est la Tour Eiffel qui a inspiré son design! Si vous êtes de passage à Tôkyô, ne la loupez surtout pas, elle vaut le déplacement et la vue que vous aurez de son sommet est une des plus belles de tout Tôkyô!

Histoire
Les travaux commencèrent en juin 1957 et la tour fut ouverte au public le 23 décembre 1958. Les objectifs visés étaient nombreux :  servir de structure de support pour assurer la diffusion de stations de radios et de télé, dont la NHK, dans la région du Kanto, symboliser le boom économique japonais des années 50, montrer au reste du monde son ascension comme superpuissance mondiale...

Données techniques
Hauteur : 333 mètres (
Tour Eiffel : 324 mètres)
Poids : 4000 tonnes (Tour Eiffel : 7000 tonnes)
Couleurs : rouge et blanche
Début des travaux : juin 1957
Ouverture au public :
23 décembre 1958
Architecte : Tachu Naito
Adresse :
arrondissement de Minato (Shiba-koen 4-2-8, Minato-ku)

Caractéristiques
La tour comprend plusieurs galeries, des musées (dont un consacré aux records du livre Guiness des records), des restaurants, des magasins de souvenirs, un aquarium de 50 000 milles poissons mais sa principale attraction ce sont les deux observatoires d'où on peut observer tout Tôkyô à 360 degrés! Le premier observatoire (observatoire principal) est à 145 mètres de hauteur et comporte quelques magasins en plus d'un temple shintoïste! Le deuxième observatoire (observatoire spécial) est perché à 250 mètres et les murs sont entièrement en verre, d'où une superbe vue sur Tôkyô (par temps clair on peut même voir le mont Fuji). Cette tour est visible de beaucoup d'endroits de Tôkyô et sert souvent de point de repère, notamment le soir où elle est illuminée par 176 lumières lui donnant une belle teinte orangée. A noter qu'elle est peinte en rouge et blanc, ce qui, selon moi, n'est pas du meilleur effet. 

Accès
Metropolitan Subway Oedo Line -
Station Akabanebashi - 5 minutes de marche
Tokyo Metro Hibiya Line -
Station Kamiyacho sortie No.1 - 7 minutes de marche
Metropolitan Subway Mita Line - Station Onarimon sortie No. A1 - 6 minutes de marche
Metropolitan Subway Asakusa Line - Station Daimon sortie A6 - 10 minutes de marche
JR Yamanote Line - Station Hamamatsucho sortie Nord - 15 minutes de marche
Canalblog Tour De Tokyo20 Plan


Représentations populaires
La tour étant un des symboles de Tôkyô, elle est donc forcément présentes dans les films, dramas, clips aussi... La tour est  utilisée pour situer immédiatement le contexte dans Tôkyô; dès qu'elle est montrée, le public sait où se passe l'action, à l'instar de la statue de la liberté ou de Big Ben pour d'autres villes.
Dans de nombreux films de monstres (les kaiju eiga) comme Godzilla, la tour est détruite ou le théâtre d'affrontements, un peu comme l'Empire State building de New York. A la fin du fans le film de Takeshi Kitano "Getting Any", une sauterelle mutante géante s'empale sur la tour. Ci-dessous vous verrez les deux premières pages de Ashita no Joe, le cultissime manga sur la boxe, où l'histoire commence dans la capitale nipponne!

Le site officiel anglais : http://www.tokyotower.co.jp/english/index.html

Voici quelques photos glanées sur le net, montrant bien comment la tour se détache dans son environnement.
Canalblog Tour De Tokyo01

 

Canalblog Tour De Tokyo05

Canalblog Tour De Tokyo10

Canalblog Tour De Tokyo07

 

Canalblog Tour De Tokyo11


Canalblog Tour De Tokyo04

Canalblog Tour De Tokyo03

Canalblog Tour De Tokyo09

 Canalblog Tour De Tokyo13

La tour, illuminée dans la nuit, tel un phare pour les japonais sortant faire la fête
Canalblog Tour De Tokyo12


Canalblog Tour De Tokyo06

Le sommet de la tour, où on voit bien l'infrastructure technique lui permettant d'être un relais télé et radio.
Canalblog Tour De Tokyo08

Voici un scan de la brochure de 1997, vous détaillant tout ce qu'il y a à voir dans la tour.
Canalblog Tour De Tokyo14 Infos

 Détails de ce que vous trouverez dans la tour
Canalblog Tour De Tokyo15 Infos

Les tickets d'accès aux deux observatoires
Canalblog Tour De Tokyo17 Infos Observatoire01

 

Canalblog Tour De Tokyo17 Infos Observatoire02

 
Voici les vues des quatre points cardinaux
Canalblog Tour De Tokyo16 Infos Vue Est

Canalblog Tour De Tokyo16 Infos Vue Nord

Canalblog Tour De Tokyo16 Infos Vue Ouest

Canalblog Tour De Tokyo16 Infos Vue Sud


Une carte montrant l'emplacement de la tour par rapport au reste de la ville
Canalblog Tour De Tokyo21 Plan


Voici des photos extraites de Google Earth.
Vous remarquerez que la tour (au bout du point rouge à gauche) est proche de la baie de Tôkyô, des presqu'îles Tsukudajima et Tsukishima; endroits très agréables et reposants.
Canalblog Tour De Tokyo22 Google Earth

 

Canalblog Tour De Tokyo23 Google Earth

 

Canalblog Tour De Tokyo24 Google Earth

La tour dans la deuxième page du manga Ashita no Joe pour bien montrer que l'histoire de Joe débute à TôkyôCanalblog Tour De Tokyo25 Ashita No Joe

Getting Any de Takeshi Kitano et sa sauterelle géante!
Canalblog Tour De Tokyo26 Getting Any


MISE A JOUR 2010

En avril j'ai passé 22 jours à Tôkyô, et, bien, sur, j'ai pris des photos de cette superbe tour!
Canalblog Tour De Tokyo27


Canalblog Tour De Tokyo28



Canalblog Tour De Tokyo33



Canalblog Tour De Tokyo31

Canalblog Tour De Tokyo32


Canalblog Tour De Tokyo29

Canalblog Tour De Tokyo30

Canalblog Tour De Tokyo34

Canalblog Tour De Tokyo36

Canalblog Tour De Tokyo35


Canalblog Tour De Tokyo38



Canalblog Tour De Tokyo39

Canalblog Tour De Tokyo43

Canalblog Tour De Tokyo41


Canalblog Tour De Tokyo42

Canalblog Tour De Tokyo37


Canalblog Tour De Tokyo40


Posté par David Yukio à 18:30 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

12 octobre 2008

Festival "Promotion de la ville de Tôkyô" - Paris 11 Octobre 2008



Pour voir les images en pleine définition, faire avec la souris "Clic droit/ouvrir le lien dans un nouvel onglet".


Notes liées dans mon blog : Liste articles conventions


Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 017

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 018
Flyer du festival

Samedi 10 Octobre et dimanche 11 Octobre s'est déroulé au palais des congrès de Paris le festival "Promotion de la ville de Tôkyô". Il s'agit de la deuxième édition d'un petit festival visant à favoriser le tourisme français à Tôkyô. Honnêtement j'ai été déçu, c'était petit, il y avait peu de visiteurs, peu d'animations, certaines plus en lien avec le Japon qu'avec Tôkyô proprement dit... avec, quand même, quelques bonnes surprises.

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 010Joli paravent!


Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 001Conférence avec un ancien judoka

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 008C'est assez vide quand même; on est pourtant samedi après-midi, vers 13H30!

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 011


Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 002Artisan spécialisé dans la confection de stores en bambou

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 009Graveur d'enseignes en bois

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 016Les trois artisans avaient chacun leur propre petit box

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 004La belle surprise de ce festival, les fameux mangas de Hokusai!

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 005


Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 003


Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 006

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 007Quelques films furent projetés dans la journée

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 013Documentaire sur la ville de Tôkyô

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 015Cours de calligraphie

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 014
Un petit résumé sur comment rejoindre Tôkyô depuis l'aéroport de Narita

Canalblog Festival Promotion Tôkyô2008 012Une faute d'orthographe parmi d'autres... 

je voudrais pas trop critiquer mais ça fait mauvais genre, surtout pour une manifestation de ce niveau et il y en avait d'autres dans les divers panneaux

Le site de l'association http://www.tcp2008.com/


Posté par David Yukio à 12:40 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]

07 septembre 2008

Les gangs de filles au Japon depuis les années 60



Notes liées dans mon blog : Liste articles Tôkyô, le Japon, les japonais 

Canalblog Autres Gangs Filles019

Canalblog Autres Gangs Filles020

"Japanese Schoolgirl Inferno - Tôkyô Teen Fashion Subculture Handbook" est un livre en anglais, de Patrick Macias et Izumi Evers (illustrations de Kazumi Nonaka). En 150 pages, les auteurs nous présentent tous les types de gangs de filles qui se sont succédés au Japon depuis les années 60 jusqu'à aujourd'hui. Vous découvrirez les Sukeban, Takenokozoku, Lady's, Kogal, Gonguro, Manba, Kigurumin, Gal, Nagomu Gal, Gothloli et Decora. Chaque style est présenté sur 3 à 5 pages avec ensuite des illustrations résumant le look typique des membres avec tous les accessoires indispensables pour faire partie de la tribu.

Attention au fait suivant, le livre s'intéresse aux gangs de filles principalement d'un point de vue mode et look, il ne s'arrête donc pas aux vrais gangs de voyous (oui oui, il y a eu des gangs de nanas très violents au Japon) mais à tous les types de bandes de filles, même les mouvements purement musicaux.

Ce livre est indispensable pour tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin aux sous-cultures japonaises par son incroyable synthèse et présentation des principaux mouvements de japonaises depuis 40 ans; je ne saurais donc que trop vous le conseiller :-)

Canalblog Autres Gangs Filles021

Canalblog Autres Gangs Filles022
Sommaire du livre

Canalblog Autres Gangs Filles023

Canalblog Autres Gangs Filles024Les gangs de filles aux cours des décennies

Le style Sukeban

Canalblog Autres Gangs Filles025

Canalblog Autres Gangs Filles026

Canalblog Autres Gangs Filles027

Le style Takenokozoku

Canalblog Autres Gangs Filles028

Canalblog Autres Gangs Filles029

Canalblog Autres Gangs Filles030

Le style Kogal

Canalblog Autres Gangs Filles034

Canalblog Autres Gangs Filles035

Canalblog Autres Gangs Filles036

Le style Gonguro
Canalblog Autres Gangs Filles037

Canalblog Autres Gangs Filles038

Canalblog Autres Gangs Filles039

Le style Gothloli

Canalblog Autres Gangs Filles013

Canalblog Autres Gangs Filles014

Canalblog Autres Gangs Filles015



Posté par David Yukio à 16:14 - Tôkyô, le Japon, les japonais - Permalien [#]