Mon amour pour le Japon et Tôkyô

Mon amour pour le Japon et Tôkyô

29 juillet 2006

RYÛ Chishû, l'acteur fétiche d'Ozu (1904 - 1993)



Notes liées dans mon blog : Liste articles cinéma japonais
                                

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Setsuko Hara01
Ryû Chishû et Setsuko Hara. Le père mariant sa fille, LE rôle de Ryû Chishû

Ryû Chishû est un monument du cinéma japonais, sa filmographie couvre presque 65 ans, de "Rêves de jeunesse" (1928), le deuxième film de Ozu, au 45ème film de la série des Tora san en 1992. Durant cette période il est apparu dans au moins 155 films, dont le célébrissime "Voyage à Tôkyô" d'Ozu (1953). D'autres réalisateurs l'auront employé, comme Kinoshita avec "Carmen revient au pays" (1951) et "Les 24 prunelles" (1954), Kurosawa pour "Les salauds dorment en paix", "Barberousse" (1965) et "Rêves" (1990). Il a également participé à la fameuse série des "Tora San" où il jouait le rôle d'un prêtre et ce du premier épisode en 1969 jusqu'au 45ème en 1992 (soit 23 ans quand même).   

Sa filmographie en français est disponible à l'adresse http://french.imdb.com/name/nm0753479/. On y lit que son premier film en tant qu'acteur date de 1928 mais dans une interview il avoue avoir débuté dans le monde du cinéma en 1925; était-ce comme simple figurant? Je n'ai pas trouvé plus d'infos à ce sujet.

Ses 5 premiers films
1930 Sono yo no tsuma (L'épouse de la nuit)
1929
Gakusei romance: Wakaki hi (Jours de jeunesse)
1928
Nikutaibi (Un corps magnifique)
1928
Hikkoshi fufu (Un couple déménage)
1928
Wakodo no yume (Rêves de jeunesse) (à ne pas confondre avec le film "Où sont les rêves de jeunesse?" sorti récemment en DVD chez Carlotta et qui est le 25ème film de Ozu).

Notez que son premier film, "Rêves de jeunesse" (1928), est le second réalisé par Ozu.

Ses 6 derniers films
1992 Otoko wa tsurai yo: Torajiro no seishun (Tora-san 45)
1992
Hikarigoke (Shiny Moss)
1991
Otoko wa tsurai yo: Torajiro no kokuhaku (Tora-san 44)
1991
Bis ans Ende der Welt (Jusqu'au bout du monde)
1990
Otoko wa tsurai yo: Torajiro no kyuujitsu (Tora-san 43)
1990
Yume (Rêves) de Kurosawa


Quelques images de "Voyage à Tôkyô", le chef-d'oeuvre qui aura révélé Ozu et Ryû Chishû au reste du monde

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Voyage a tokyo01Un retraité va passer quelques jours à la capitale avec sa femme et rendre visite à ses enfants

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Voyage a tokyo04Un homme simple, qui savoure l'instant présent

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Voyage A TokyoAprès ce voyage, le vieil homme, fatigué et résigné, va attendre paisiblement la mort


Ryû Chishû est né le 13 mai 1904 à Kumamoto et mort à 89 ans le 16 mars 1993 à Yokohama, des suites d'un cancer. Ryû est son nom de famille, Chishû son prénom. Il est connu des cinéphiles du monde entier comme l'acteur fétiche d'Ozu, son alter-ego, ayant joué dans la quasi-totalité de ses films et dans bon nombre de chefs-d'oeuvre; conséquence fâcheuse, cela a rejeté  dans l'ombre ses prestations avec d'autres réalisateurs. Il a longtemps habité Ofuna, la ville où la Shochiku avait ses studios et où Ozu a tourné ses films. Pour l'anecdote, il se destinait à une carrière de prêtre à l'origine et non pas à faire l'acteur.

Cet acteur jouera souvent le même rôle dans les films de Ozu; à quelques exceptions près, il sera un père veuf, cherchant à marier sa fille ou bien se séparant de son fils (Printemps tardif, Crépuscule à Tôkyô, Il était un père...) et devant dorénavant vivre seul. Il aura souvent interprêté le rôle d'un homme beaucoup plus âgé que lui, même quand il était un débutant. Pendant 20 ans, de 1942 (Il était un père) à 1962 (Le goût du saké), il incarnera un père vieillissant. Son personnage chez Ozu est souvent un employé effacé, résigné, subissant plus ou moins son destin, avec cette douce acceptation du temps qui passe et qui caractérise tout le cinéma de Ozu.

Ceux qui ont vu "Voyage à Tôkyô" se souviennent de sa déception vis à vis de ce voyage dans la capitale et de l'attitude de ses enfants qui le considèrent maintenant comme une gêne. Néanmoins il comprend, il accepte son sort, il pense que les choses sont ainsi et qu'il est inutile de se battre contre son destin. Il est le japonais d'après-guerre, pétri de valeurs comme le sacrifice des désirs personnels au profit de la société et de l'entreprise, le respect des convenances sociales, un rapport intime avec la nature... Ses personnages chez Ozu sont aussi pleins de mélancolie, capables de contemplation, restant de longs moments inactifs, absorbés par une pensée, un paysage...

Avec Setsuko Hara, l'égérie de Ozu, il aura marqué le second âge d'or du cinéma japonais, celui des années 50.


CanalBlog Cinema Ryu Chishu Le Gout Du Sake01Le goût du saké
Ses personnages sont aussi des bons vivants, fréquentant assidument les bars


CanalBlog Cinema Ryu Chishu Le Gout Du Sake04Le goût du saké
Employé effacé, conscencieux; le rôle par exemple réservé à Ryû Chishû

Dans une interview publiée dans le numéro 203 de Positif de Mars 1978, on apprends qu'il a débuté dans le monde du cinéma en 1925, soit 2 ans avant qu'Ozu ne réalise son premier film et a participé à pratiquement tous ses films. Ozu lui proposera toujours un emploi dans ses films, que ce soit le rôle principal, un second rôle ou de la figuration, signe de la confiance et de la fusion entre le réalisateur et l'acteur.

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Cahiers Du Cinema01

Ryû Chishû était-il un grand acteur? Il dit qu'Ozu refaisait faire les mêmes prises entre 20 et 30 fois, pour éliminer chez ses acteurs toute touche personnelle, toute interprétation du rôle et ainsi amener ses acteurs à exécuter des gestes d'automates. Ozu avait selon lui la totalité du film dans sa tête, jusqu'au moindre geste de ses acteurs et il ne voulait surtout pas que ceux-ci apportent une quelconque originalité dans leur jeu, d'où ce nombre impressionnant de prises. Ceci semblait convenir à Ryû Chishû puisqu'il se considérait comme un piètre acteur et que ses prestations à l'écran, une fois le film monté, lui semblaient toujours supèrieures à ses impressions lors du tournage.

Voici ses propres paroles sur sa qualité d'acteur : "Comme ma maladresse était bien connue dans la compagnie, lorsque mon tour arrivait sur le plateau, l'équipe éteignait les lumières et s'en allait. Monsieur Ozu et moi restions seuls et il me faisait répéter inlassablement, me donnant toutes sortes de conseils jusqu'à ce que finalement j'arrive plus ou moins à faire ce que l'on attendait de moi. Et même ainsi les derniers plans n'étaient toujours pas réussis. J'étais, bien sur, déçu et craignais qu'il ne m'emploie plus jamais mais, à ma grande surprise, il me choisissait pour son film suivant. Je ne saurais trop le remercier de cette considération pour quelqu'un que, je pense, aucun autre metteur en scène n'aurait utilisé à cause de sa maladresse."

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Avant Scene01
Numéro 204 de l'Avant scène cinéma de Mars 1978
avec Ryû Chishû en couverture suite à la découverte en France de "Voyage à Tôkyô"

Ozu ne l'aurait-il pas choisi justement parce qu' "il était un très mauvais acteur" et ainsi pouvait le faire jouer selon ses indications? Ryû Chishû dira souvent qu'il n'était qu'un tube de peinture qu'Ozu utilisait pour dessiner ses tableaux à l'écran, que tout le mérite du succès des films revenait au réalisateur. Dans son interview accordée à Max Tessier et retranscrite dans le N° 204 de l'Avant scène cinéma de Mars 1978, il précise : "Une fois j'ai entendu Ozu dire : "Ryû n'est pas un acteur adroit - c'est pourquoi je l'utilise". Et c'est la vérité."

Néanmoins Ryû Chishû était capable à 30 ans de jouer aussi bien des jeunes hommes que des hommes âgés, ce qui dénote un vrai talent d'acteur. Dans "Daigaku Yoitoko" (Le collège est un endroit agréable, 1936) il joue un étudiant alors qu'il a 32 ans et dans le film suivant "Hitori Musuko" (Le fils unique de 1936 aussi) il interprète un homme âgé. C'est à cette occasion que Ozu le maquillera pour la première fois en vieillard et fera de Ryû Chishû LE personnage que nous connaissons tous. N'oublions pas non plus qu'avec d'autres réalisateurs il aura l'occasion de jouer des rôles bien éloignés de ses compositions habituelles d'avec Ozu; même s'il ne se trouvait pas bon acteur, ses 155 films sont là pour nous prouver le contraire.

Quelques captures de films de sa jeunesse où il interprète vraiment de jeunes hommes!

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Ou Sont Les Reves De Jeunesse02Où sont les rêves de jeunesse? (1932 - 28 ans)

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Ou Sont Les Reves De Jeunesse03Où sont les rêves de jeunesse? (1932 - 28 ans)

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Jeunesse02Titre et année de réalisation inconnus

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Jeunesse03Titre et année de réalisation inconnus


Maintenant des images de films où il est plus âgé

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Ete Precoce01Eté précoce (1951 - 47 ans)
Un des rares films d'Ozu où il incarne vraiment un personnage ayant son âge, voir plus jeune. On remarquera que dans ce film il n'est pas le père de famille mais le fils aîné.

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Carmen01Carmen revient au pays (1951 - 47 ans) - Il interprète un instituteur déclamant des poèmes à la montagne du village :-)

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Tora San01Tora San 01 (1969 - 65 ans)

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Reves01Rêves (1990 - 86 ans), un de ses derniers rôles. Difficile de le reconnaître avec son chapeau et sa barbe.

Une fois et une seule je l'ai vu s'énerver, c'était dans "Carmen revient au pays" de Kinoshita. Il incarne un instituteur qui, furieux, fera une prise de judo à une autre personne. Là, j'avoue, ne le connaissant que par les films de Ozu, ma mâchoire s'est décrochée car ça rompait totalement avec l'image que j'avais du personnage :-)


Voici trois captures écran avec son nom en kanjis. Vous noterez l'âge du personnage qu'il joue et son âge véritable lors de la réalisation (je les ai classées du personnage le plus jeune au plus ancien).

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Kanji01 Ete PrecoceEté précoce (1951 - Age : 47 ans)

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Kanji02 Le Goût Du SakeLe goût du saké (1962 - Age : 58 ans)

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Kanji03 Voyage A TôkyôVoyage à Tôkyô (1953 - Age : 49 ans)

On remarquera qu'il parait beaucoup plus âgé dans "Voyage à Tôkyô" que dans "Le goût du saké" alors que dix ans séparent les deux films. Notons également que deux ans seulement séparent "Eté précoce" de "Voyage à Tôkyô" alors que Ryû Chishû semble avoir trente ans de plus dans ce dernier film. Il était vraiment doué pour incarné les hommes âgés!


Dans le magnifique film "Fleurs d'équinoxe" de Ozu de 1958, il récite un poème du samourai Masatsura Kusunoki. Lorsque je l'ai entendu la première fois, mon coeur a fondu devant tant de nostalgie, de tristesse retenue, j'étais au bord des larmes; ce passage reste pour moi l'un des plus forts des films de Ozu et certainement le souvenir que je garderai de Ryû Chishû.

CanalBlog Cinema Ozu Fleurs D Equinoxe Chishu Ryu PoemeRyû Chishû, commençant sa récitation

Le voici tel que traduit dans le coffret 6 DVD paru en 2004 :
Les préceptes de mon père sont gravés dans mon cœur,
je suivrai fidèlement l'édit de l'Empereur.
Dix années de patience et l'heure a enfin sonné.
Frappe d'un coup puissant, fait fuir l'ennemi apeuré.
Pour la cause de l'Empereur, nous luttons maintenant.
Nous battre et mourir en hommes,
Nous en faisons le serment.
Nous, 143 compagnons de guerre,
Unis comme un seul homme,
Déterminés à lutter jusqu'à la victoire,
Oui nous le sommes.
En mourant, les héros se gagnent
Une gloire immortelle,
Les lâches souffrent
Une honte éternelle.
Avec la pointe de nos flèches,
Nous gravons notre histoire.
Les lames de nos épées
Etincellent dans le soir.
Contre l'ennemi qui s'approche,
Marchons d'un pas égal.
Sus à leur Général, donnons lui le coup fatal .


Quelques minutes après, un autre poême tout aussi mélancolique :
A Sakura, les arbres sont tous en feuilles.
Au crépuscule, peines et douleurs se cueillent.
Les guerriers se demandent où va donc le monde.
Etincelant sous l'armure, des larmes ou la rosée tombent.



Pour l'écouter parler de sa carrière, voici deux excellents documentaires, disponibles en français en plus!

"Tôkyô Ga" de Wim Wenders, de 1985, où cet acteur évoque longuement Ozu; on le verra notamment se recueillir sur la tombe du cinéaste à Kita-Kamakura.

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Doc Tokyo Ga01Il a 81 ans à cet instant

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Doc Tokyo Ga02Ryû Chishû, se rendant sur la tombe de Ozu, se fait aborder par des admiratrices pour son rôle de prêtre dans la série des Tora-San

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Doc Tokyo Ga03Devant la tombe de Ozu, à Kita Kamakura

La vidéo http://www.youtube.com/watch?v=4EHvEYNssUg

"Chishu Ryû, l'acteur fétiche (45mn11)", documentaire réalisé en 1988, sur le DVD "Il était un père".

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Portraits0284 ans et le visage de la sérénité

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Doc Il etait un pere02La destruction des anciens studios de la Shochiku à Ofuna où Ozu tourna tant de chefs-d'oeuvre

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Doc Il etait un pere03Ryû Chishû, devant les ruines des studios de la Shochiku

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Doc Il etait un pere04Etrange rencontre :-)
Dans les nouveaux studios de la Shochiku, Ryû Chishû se regarde sur une photo du célèbre "Voyage à Tôkyô"


Même si j'ai mentionné que dans les films d'Ozu Ryû Chishû était souvent un être serein, acceptant son destin même difficile, il montrera quand même dans le film "Le goût du saké" son immense tristesse après le mariage et le départ de sa fille.

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Le Gout du sake02Avec l'alcool la tristesse vient tout doucement

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Le Gout du sake03En larmes devant sa solitude


Preuve s'il en était encore besoin de la célébrité de Ryû Chishû dans le Japon moderne, c'est lui qui fait la couverture de "Gaijin Story", recueils de portraits de personnalités de l'archipel. Cette photo a été prise peu de temps avant son décés. Livre publié en 1995.

CanalBlog Cinema Ryu Chishu Portraits01

 

CanalBlog Carrousel Cinema Ryu Chishu02

 

CanalBlog Carrousel Cinema Ryu Chishu01


 

Posté par David Yukio à 13:50 - Cinéma japonais - Permalien [#]